Japa, recitation

Recitation (japa)

summary of a teaching given by John Dupuche at the Interfaith Ashram, Warburton, January 2015

mantra is a word or phrase or sentence, a ‘vocable’, something that is said. The term ‘mantra’ comes from two elements, ‘man’ from manas which means ‘mind’ and the suffix ‘tr’ which is an instrumental suffix. A mantra is therefore a tool of the mind, as distinct from a tool of the hand such as a knife. Any instrument is for a purpose, so too the mantra is designed to achieve an effect, but with the power of the mind.

The mantra is more interior than a hand-held tool, indeed, a mantra, properly speak, is the phonic form of a deity. A mantra is not just a vocable recited again and again in order to pacify the mind and free it from distractions. It is a form of the deity, which is received in initiation.

Thus, properly speaking a mantra cannot be obtained from a book. It is given to the disciple by the guru at the very core of the initiation process. It is a gift from guru to disciple, from the guru who has perceived the quality of the disciple. In giving the mantra that suits the disciple’s particular capacity, the guru also communicates his very being and indeed the whole tradition with which he, the guru, is identified.  It is a gift from heart to heart, from mind to mind, the gift of the word.

Jesus of describes his own words in a most powerful way when he says: “The words I have spoken to you are spirit and they are life.” (Jn 6:63) Every word he speaks is a mantra, just as every act he performs is a sign, which speaks of God and forecasts the world to come. He is in his words; he is the Word who speaks his words. He is the Word who comes from the eternal silence of the One who speaks him. He is the Word of God and by hearing him we are taken into the immense silence of the One, that silence which is the fullness of sound.

The reciter eventually becomes the mantra. Again, the mantra is the phonic form of the guru but it is firstly the phonic form of the deity of whom the guru is the manifestation. To recite the deity’s mantra is to come into contact with the deity, indeed to become the deity. Thus there is ultimately no separation of mantra, deity and reciter. All are one. In this way the mantra, the tool, has produced its result.

The recitation of the mantra is done in complete stillness and is perfectly relaxed. Furthermore, it is an inspired act. If it is not inspired it will not achieve its effect. It will be just the mouthing of a sound, no more significant than the squawking of a parrot. But when it is inspired from above it leads to the above.

The mantra starts in silence, and the reciter perceives the beginning of the mantra, how it bursts forth, so to speak, from the silence. It is word out of silence. It then comes to an end, where the mantra leads to silence, the pregnant silence, which is fullness.

The mantra is that of one’s chosen deity (iṣtadevatā). Each person must find the deity, which most truly reveals them and frees them. For the Christian, this is the person of Jesus, the Word made flesh. But each person must find their deity, the one who touches them in the heart.

All words lead to the Word. All words are the expression of the Word; all mantras are the expression of the primordial Mantra.

The reciter lets himself or herself become identified with the mantra they recite, which must come from a valid and true tradition and from an authentic teacher. If it does not, they will be deformed by the mantra. It will injure them and not bring them benefit. Thus not any so-called mantra will do. The disciple must be without gullibility and discerning as regards the guru whose teaching and words they seek.

A mantra of particularly significance is so ‘ham which translates as ‘I am he’. That is, ‘I am the divinity whom I worship’. This can be easily misunderstood as a form of megalomania. However, properly understood it is a profound act of faith where the practitioner realises by his or her faith, namely by their deepest knowledge, that they are identified with their Deity, and that their Deity is the foundation of their lives, and that they themselves are the expression of that Deity. It is therefore an act of humility and devotion. By reciting this mantra the practitioner is identified with the Deity, such that there is but one ‘I’.

The phrase so ‘ham is related to the incoming (so) and outgoing (‘ham) breaths. It so happens that this process is sometimes spontaneously reversed, so that the in-coming breath is accompanied by the sound ‘ham’ and the outgoing breath by the sound ‘so’. This then becomes ‘haṃsa’, which means ‘swan’ (strictly speaking the Siberian goose). This term haṃsa acquires a symbolic importance. Just as the swan floats on the surface of the lake and from time to time immerses its beak into the water, so the practitioner essentially transcends this transient (samsāra) world but also takes part in it. The practitioner who achieves his or her identity with the deity is both transcendent and immanent to this reality, but principally transcendent.

This fits in with the teaching of Jesus who declares that his disciples are in the world but not of the world. (cf. Jn 17:14-16)

The term haṃsa then becomes a significant title, and we often hear of great teachers being called paramahaṃsa, laterally ‘supreme swan’

By reciting the mantra, the practitioner becomes immanent and transcendent, joining heaven and earth. He is his mantra, he is one with his guru and with the tradition and the deity. All is one.

Posted in Hindu Christian relations, Hinduism, Kashmir Shaivism | Leave a comment

My house in Warburton, Australia

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Halloween, All Saints and All Souls

The three celebrations – Halloween, All Saints and All Souls – are interconnected. Let me explain.

The word ‘Halloween’ means ‘evening’ (‘een’) of ‘hallow’ which is an old English word meaning ‘saint’. Thus ‘Halloween’ means ‘the day before All Saints Day’. I will come back to this.

It seems that the Feast of all Saints was originally celebrated in May but was shifted in the 8thcentury to 1 November where the forces of winter are starting to be felt. Winter in northern Europe was dangerous; it was a period of darkness, little food, the real possibility of not surviving till spring.  It was around this date, 1 November, that there was an important pagan festival where the custom was to kill off the feeble animals so that they would not use up all the fodder. This meant huge feasts of meat eating. The fear of death and of winter led to other excesses as well.

It was hoped that these fears would be set aside by the celebration of All Saints and the hope of their support in the coming times of real difficulty. Thus, Halloween was a time for chasing away all that was evil, all the dark forces of nature, the demons and ghouls.

Halloween has lost its earlier sinister aspect and has now taken on the character of  dressing up and going around to houses for ‘trick or treat’. This was developed especially in the United States, and took on a ‘spooky’ character where people dress up as ghosts and witches. It is all a bit of fun and not to be taken too seriously.

The Feast of All Saints is a reminder that Christians are in communion with all the holy men and women of the past, those known and these unknown. It is the recognition that we are not confined to this earth but that we have a bright future, and that we are supported by those who have led outstanding Christian lives.

This celebration of all the saints in heaven leads to the Commemoration of all the Souls in purgatory, that is of those who are still on their way to enjoying the blessed sight of God and the blessedness of heaven. They are in what is called ‘purgatory’. The imagination is not helpful here. Purgatory is a time of change, a place or process of purification. It should not be imagined, as it has been in the past, in terms of hell with its fire and punishments but rather in terms of heaven, with its liberation and freedom. All that holds us down, all that hampers our fulness of joy, these bonds are being stripped away. Purgatory is a place of increasing freedom, an anticipation of joy, a place of hope and dawning bliss.

The Commemoration of all the Souls is a time when we on earth and the saints heaven, can share the benefit of our good deeds with those who have gone before us. It is an aspect of the ‘communion of saints’. It means that we can be useful to those who are dear to us, our family and friends. It means that those who have no one to pray for them can also be helped. We are of value to each other in the process of being freed from every limitation and sin.

These three celebrations are linked. Modern commerce and the media have focused on Halloween, but the principal joy of these days is the prospect of eternal life and light, of joy and beauty, of happiness for ourselves and all human brings.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

BLESSING AND CURSING, reflections on verses from the Twelve Minor Prophets

BLESSING AND CURSING,

reflections on verses from the Twelve Minor Prophets

 

Year 1, Week 25, Monday                                          Glenroy 1977

The true temple of the Lord

“Any of those among you who are of his people—may their God be with them!—are now permitted to go up to Jerusalem in Judah, and rebuild the house of the Lord, the God of Israel—he is the God who is in Jerusalem.”         Ezra 1:3

The pagan ruler and the faithful remnant set out a common purpose: to rebuild the temple. And in rebuilding the temple the Chosen People are preserved and the greatness of the Empire is assured.

The Christian people, and the non-Christian people with them are engaged in building a temple. Not the gothic cathedrals which embody medieval Europe, not the baroque splendours which reformed the Church, but a temple structured out of people. Gone are the securities of marble and stone. Gone too are their ponderous mass. We now build the moving structure of a community, in all its intricacy, in its far greater beauty, as mobile as the Spirit who inhabits it, more firm in its determination than the spires of Cologne. The temple we build is the community of humankind, firm, committed, delicate, sensitive, marvellously varied and graced: the true temple of the Lord.

 

Year 1, Week 25, Tuesday                                          Glenroy 1977

The need for something greater than a temple

“The people of Israel, the priests and the Levites, and the rest of the returned exiles, celebrated the dedication of this house of God with joy.”        Ezra 6:16

The restoration of the temple has an air of joy about it, and also an element of sadness. It has a ‘fabricated’ quality, for it was an attempt to restore the past. It was a necessity indeed, but not a liberation. The destruction of Solomon’s temple showed the need for something greater than a temple. A truly liberating, lasting ‘temple’, not subject to time, was needed. Rocks last for millennia but eventually decay. Their solid mass seems eternal as the hills, but is in fact ephemeral.

More durable are the forms of life so changing, so transitory but more equipped to last. And humans, when will the rocks conquer them? Their race will last forever, on this or another planet. But what about the individual? By sharing in the life and death of the Christ, individuals  become spirit. In them God dwells more than in rocks or living creatures or even in the community of mortal flesh. God dwells supremely in those who have become free, liberated, true, eternal, real, and lastingly triumphant.

 

Year 1, Week 25, Friday                                            Glenroy 1977

The new glory will surpass the old

“My spirit abides among you; do not fear.”       Haggai 2:5

There is no need, therefore, to regret the past and its wonders. The new glory will surpass the old; the new temple will be more grand than the old; the new Church more splendid than the former; the risen Christ more marvelous than the mortal Jesus. What existed was Christ; what will exist is the whole Christ. Jesus of Nazareth will be the Man. The seed will become the tree. The Galilean of the gospels will be forgotten in the splendour of the New Adam. All of this because “my spirit remains among you”, active, raising to greatness.

By grace, we will, like Christ and following him, become all, embracing all, entering all, making of all things our body. What Christ said at the Supper and told his disciples to do after him, they do. They take the bread of the earth and its riches, all the gold of human heart and the silver of human minds, and of them make ‘my body’. That new ‘Temple’ will have surpassed the old.

 

Year 1, Week 26, Monday                                          Glenroy 1977

These we will restore to life.

“Thus says the Lord of hosts: I will save my people from the east country and from the west country; and I will bring them to live in Jerusalem. They shall be my people and I will be their God, in faithfulness and in righteousness.”             Zechariah  8:7-8

Think of the children of Biafra, the starving thousands of the Sahel, or the men and women burnt to death with napalm or the millions aborted in the womb: these we will restore to life, to their fullness of life, by the power given to us. The Lord swears by it.

Return and banishment

All those whom ignorance and fear, whom time and distance have banished from the fastness of the Church, these we love with tender compassion. These we lead back and restore them to the City of delight. Those whom fear and rigidity, whom pride and human respect have kept within the confines of the Church, these we banish for a time in the deserts of uncertainty to learn how much indeed they love their Church.

 

Year 1, Week 26, Tuesday                                          Glenroy 1977

No earthly Jerusalem, only the human being

“Thus says the Lord of hosts: In those days ten men from nations of every language shall take hold of a Jew, grasping his garment and saying, “Let us go with you, for we have heard that God is with you.”         Zechariah 8:23

They will come to those who live in justice and integrity, to learn the truth and to worship in them the God who is with them, the God who is with each person who radiates humour and compassion.

Every person will come to every person, every person will be with every person,  each one a living temple. There will be no earthly Jerusalem, only the human being.

 

Year 1, Week 27 Monday                                           Burwood 1983

Humour

“Now the word of the Lord came to Jonah son of Amittai, saying, “Go at once to Nineveh, that great city, and cry out against it; for their wickedness has come up before me.” But Jonah set out to flee to Tarshish from the presence of the Lord. He went down to Joppa and found a ship going to Tarshish; so he paid his fare and went on board, to go with them to Tarshish, away from the presence of the Lord.    …But the Lord provided a large fish to swallow up Jonah; and Jonah was in the belly of the fish three days and three nights.                    Jonah 1:1-3, 17.

The Book of Jonah is full of humour. We hear this cantankerous prophet trying to fool everyone with the stereotypes of a prophet. Out of the humour comes a sense of a God who is kindly and forgiving, who understands human foibles and is ready to relent.

The story also forms the backdrop for stories of Jesus on the lake. The prophet is asleep in the hold while the seas rage; Christ is asleep in the stern of the boat. The boatmen cry out in distress; the disciples are overwhelmed by fear. The boatmen try to reach land but cannot because of the heavy seas; the disciples row towards the shore but cannot reach it because of the contrary wind. Once Jonah has been cast into the sea and the calm has returned, the sailors make sacrifices and vows to God; the disciples fall down in worship of Jesus, amazed at the calm he has produced. Most explicitly, Jesus makes the comparison between himself and Jonah who remains for three days and nights in the belly  of  the whale.

The humour of the Book of Jonah is fulfilled in the grace of Jesus Christ.

 

Year 1, Week 27, Tuesday                                          Burwood 1983

Jesus and Jonah

“Jonah began to go into the city, going a day’s walk. And he cried out, “Forty days more, and Nineveh shall be overthrown!” And the people of Nineveh believed God; they proclaimed a fast, and everyone, great and small, put on sackcloth. … When God saw what they did, how they turned from their evil ways, God changed his mind about the calamity that he had said he would bring upon them; and he did not do it.               Jonah 3:4-5,10

Jonah is one of the few people of the Old Testament with whom Jesus explicitly compares himself. Jonah has tremendous success, for, in response to his few words of teaching, all in Nineveh, from the king to the animals, do penance; Jesus is a spectacular failure. Jonah is held for three days in the belly of the whale; Jesus is enclosed for three days in the rock of a tomb.

Yet, what occurs partially in the case of Jonah, occurs completely in the person of Jesus. The sin of the world brings Jesus to his death, and in his death all humanity is destroyed. The apocalyptic moment has occurred in the very body of Jesus. God, by raising Jesus from the dead, offers salvation to all mankind.

The Book of Jonah speaks of danger and rescue from danger. The life of Christ leads through death to eternal life.

 

Year 1, Week 27, Wednesday                             Glenroy 1977

Humour as a sign of grace.

“But God said to Jonah, “Is it right for you to be angry about the bush?” And he said, “Yes, angry enough to die.” Then the Lord said, “You are concerned about the bush, for which you did not labor and which you did not grow; it came into being in a night and perished in a night. And should I not be concerned about Nineveh, that great city, in which there are more than a hundred and twenty thousand persons who do not know their right hand from their left, and also many animals?”        Jonah 4:9-11

Humour is a sign of grace. Not the humour that is raucous or cutting, but the humour which proceeds from joy. Humour is the realization of incongruence. And yet this is incongruence is suffused by the realization of a deeper harmony, which, in turn, is the sign, beyond all expectations, of a greater, more loving force, which is not disturbed by the  incongruence. Aware of this more loving force, we are delighted, uplifted, for it means we are loved despite being incongruous. In fact, the incongruence becomes attractive. What was incongruous is now valuable, what was senseless is now loved. Justified and loved, we are full of joy, we laugh.

For that reason, the Book of Jonah – a book of humour – is part of revelation.

 

Year 1, Week 27, Thursday                                         Glenroy 1977

Burning and healing

“See, the day is coming, burning like an oven, when all the arrogant and all evildoers will be stubble; the day that comes shall burn them up, says the Lord of hosts, so that it will leave them neither root nor branch. But for you who revere my name the sun of righteousness shall rise, with healing in its wings.”                    Malachi 3:19-20

The same fire which burns up the stubble also brings healing. That one Day is two sided, a day of wrath and a day of blessing.

For that reason, there is no need for anger, no need to keep the wicked in mind. Rather, there is need only to offer blessing and peace, justice and truth. That alone is the Christian concern. That alone is the Christian character and purpose. To those who receive it, it is a blessing. To those who refuse it, it becomes a blazing fire, more unquenchable because it is the very being of the eternal God, who is love. It is the grace of the Church which is everlasting.

Those who refuse it fade away. They retreat at its presence; they are consumed and driven back infinitely and eternally, as in a continuous falling motion, just as those who welcome it know a continuous ascension.

Justice is the Christian concern. It is the two-edged sword, and all else follows in simplicity.

 

Year 1, Week 27, Friday                                            East Doncaster, 1989

The Day of the Lord

“The day of the Lord is coming, it is near.”                    Joel 2:1

Joel speaks of the “day of the Lord”. Jesus takes up this phrase when he warns that the day of the Lord is coming. He speaks also of himself coming like a thief in the night. He speaks of the labour pains that come upon a woman, and of the day of his return to create a new heaven and a new earth.

The “day of the Lord” is the time of devastation and retribution. It also refers to the time of consolation, and to the blessings that come with the Lord’s presence.

The two meanings coincide. The moment of grace is both a consolation and the elimination of the thoughts and ways of the past. The interventions of God are both burning and  warming. When God makes the new he abandons the old. He destroys  and restores. Life and death coincide in his hand.

He is a living God and gives life, but only through the cross. Every moment of grace, every touch of God’s hand is a partaking in the Paschal mystery. The “day of the Lord” makes us tremble and makes us thrill.

 

Year 1, Week 27, Saturday                                          East Doncaster, 1989

Judgement Day

“I am going to sit in judgment on all the nations round.” Joel 4.12

Today’s reading speaks of judgment: “I am going to sit in judgment on all the nations round.”  The day of judgment means bringing justice to this earth. It is a day of punishment on Egypt and Edom for having done harm to the people of God. It is a day of consolation for God’s People: “When that day comes, the mountains will run with new wine and the hills flow with milk .”

God acts in this world. God did not create the world and then ‘retire’ to heaven, in some deistic manner. The Lord’s Prayer reads,  ‘Thy kingdom come’, ‘Thy will be done on earth’. The Lord of all is involved in the world he sustains. He intervenes. He forms the laws of nature but is not bound by them. He inspires and raises up new leaders. He is just and therefore eliminates the unjust. Good overwhelms evil.

As our God is, so must Christians be. They too must bring justice to bear. Their task is to eliminate injustice and to make society flow with milk and honey. When good prevails and evil is eliminated, the kingdom of God will have come among us: “the Lord shall make his home in Zion”.

Year 2, Week 13, Wednesday        Glenroy 1976

“I hate, I despise your festivals, and I take no delight in your solemn assemblies. … Take away from me the noise of your songs; I will not listen to the melody of your harps. But let justice roll down like waters, and righteousness like an ever-flowing stream.        Amos 5:21, 23-24

They are strong words, of the prophet Amos. These very feasts were established by God on Sinai. The people performed them correctly and frequented them assiduously. Yet God says: “I hate and despise your feasts”.

We may rightly wonder, does God say ‘” hate and despise your Masses. I loathe your sacraments and your church-going!”, even though they are of his institution.

At the time of Amos there was grave inequality between rich and poor. That is why God says: “Let me have no more of the din of your chanting … but let justice flow like water”.

Is this why the young reject our Masses? Do they see our ceremonies as the outcome of our mutual love? Are they the prophets from God, like Amos?

 

                                                                                          Oakleigh 1978

The very sacrifices God ordained have become hateful. Why is this?

Where the Spirit is absent the sacrifices become hateful, which is what happened in Amos’ time. But also how could they not inevitably become hateful? Being of transitory value, they have in themselves the seeds of their own destruction, arising from the Spirit, yet not fully spiritual. The Spirit that originally formed them also makes them obsolete, for the Spirit builds up and pulls down until all become Spirit. Only where there is fullness of Spirit is there full purity of action.

Amos realizes this. He looks forward to another time, to the full flowing of the Spirit, like an unfailing stream. Then there will be no offerings, no oblation, but the fullness of sacrifice.

To be with Spirit, to be of Spirit: that is the perfection of sacrifice, ‘in spirit and in truth’.

 

Year 2, Week 13, Thursday           Glenroy 1976

Then Amos answered Amaziah, “I am no prophet, nor a prophet’s son; but I am a herdsman, and a dresser of sycamore trees, 15and the Lord took me from following the flock, and the Lord said to me, ‘Go, prophesy to my people Israel.’” Amos 7.14-15

The reign of Jeroboam was the most successful in the whole history of Israel. The shrines of Bethel and Dan were flourishing, yet Amos comes and curses them all, the king, the nation and the priest.

Amos startles them. He has no prophetic background and comes from another kingdom. The only thing that justifies him, the only thing that could possibly justify him is the Spirit that has fallen upon him. “It was the Lord who took me from herding the flock”. “It was the Lord who said: ‘Go prophesy to my people Israel’”.

Our own day longs for a prophet like Amos. People want to hear a word that is authoritative, which will uproot and plant, build up and cast down. People need to hear the prophet exposing the faults of society and Church. We want to hear the truth and find our faith strengthened.

Where shall we find the new Amos?

 

Year 2, Week 13, Friday               Burwood 1982

“Hear this, you that trample on the needy, and bring to ruin the poor of the land, … The Lord has sworn by the pride of Jacob: Surely I will never forget any of their deeds. … The time is surely coming, says the Lord God, when I will send a famine on the land; not a famine of bread, or a thirst for water, but of hearing the words of the Lord.”    Amos 8.4, 7, 11

The words of Amos apply to our own day, for he lived at a time when the Northern Kingdom was economically very successful. Yet that success was a sham and was built upon rotten foundations.

Making money rather than engaging in worship, heaping riches at the expense of the poor: these sins are found in our own age. So too on our own age the words of condemnation are threatened. God promises disaster and lamentation to the Norther Kingdom. Will there be recession and depression in our day? Will there be worse still? “I will bring famine on the country, a famine not of bread, a drought not of water, but of hearing the word of the Lord”.

Those who have chosen Mammon must lie with it. In their hearts they will know they are condemned, but in their mind they will seek to reject the thought.

 

                                                                                          Burwood 1986

Amos announces the crime of the people: they have been unjust to man and unrighteous towards God; they have impoverished the poor and denied worship to the One who gave them the Promised Land.

Therefore, Amos announces the punishment. Firstly, universe will be shaken; the days will darken and the light will fail. Then society will collapse; feasts will be accompanied with weeping and bitterness will fill every day. Thirdly and worst of all, there will be silence. They will stagger from sea to sea, wandering from north to east, seeking the word of YHVH and failing to find it. They have been unjust to the poor; therefore, the natural order will collapse. They have been unjust towards God: therefore, God will be silent.

They may well seek the wisdom needed for preserving the Kingdom of Israel: God will not tell. God who spoke to his people will withhold his word. Without divine guidance they will perish.

Is not this prophecy of Amos also true for our time? The gross concern for success, for profit at the expense of poor nations; the refusal to allow the divine mind to form the human mind:  these have brought unwisdom. Our society staggers.

 

Year 2, Week 14, Monday            Glenroy 1976

On that day, says the Lord, you will call me, “My husband,” and no longer will you call me, “My Baal.”           Hosea 2:16

The people of Israel had been affected by Canaan and its gods. They were forgetting their experience in the desert and started addressing God as ‘Baal’.

Hosea fights against this. He looks forward to a renewal of religion in Israel which will involve both a turning away from Baal and a deepening of the relationship with God. Turning away and deepening go together. God will be a husband to Israel, a loving spouse, no longer a God of armies and thunder and smoke.

We are in danger, in our own day, of taking on too much of the mentality of the modern world. There is a lot of humanism, a lot of worship of creation and man in his natural state. We too must turn away from that diluting of our religion. We seek the divine; beware lest we end up with the merely human.

There is no need to look to the past, no need to look to the heavens, no need to look even at images of Christ. We look at all who are of good will and, behind the outward appearances, sense the Spirit, and see the everlasting Christ and the eternal Father of all.

 

                                                                                          Burwood 1982

Israel thought that a magical relationship with the fertility god of the Canaanites, would be more productive than worshipping the storm God of Sinai. The prophet, by contrast, reveals how much closer, more enriching and mutual, is the bond between Israel and YHVH.

How much closer, ever closer, will the relationship with God become, indeed! For a time will come when the human creature, made eternal by the power of God, will say ‘I am’; when the human race will bow down in worship not only of the Word made flesh, but also of each human being made one with the Word Incarnate. The flesh as flesh, but flesh redeemed and therefore truly flesh, will receive the worship accorded to the Infinite. Humans will speak with the authority of God. God will speak in them. They will speak in God. There are no limits to closeness with the Transcendent.

A time will come, when human beings will no longer call their neighbour ‘Fellow’ but will call them, ‘My God’. No longer will they seek God in the skies, but will look and find God all around, in themselves and in their companions.

 

                                                                                          Hoppers Crossing, 1988

At the time of Hosea, the gods of Canaan were given the title ‘Baal’. It was customary, also, for a wife to address her husband as ‘My Baal’, ‘My Lord’. It implied a relationship that was indeed grand, but it was  aloof also.

God, through the prophet Hosea, tells of his wish to draw his people to a relationship that was more intimate and equal, more affectionate and closer. No longer will his people call him ‘My Baal’, they will call him ‘My Husband’.

Jesus wishes that God be in us and we in God, through his body. This intimacy and equality are to surpass even the closeness of husband and wife. The identity of substance will be complete in the unity of the Holy Spirit. God and his creation will not be separate but enjoy a oneness of substance, as it were, and a communion of Persons.

Thus, we look forward to the closest possible union between ourselves and our God.

 

Year 2, Week 14, Tuesday            Hoppers Crossing, 1988

“Your calf is rejected, O Samaria.… an artisan made it;it is not God.The calf of Samariashall be broken to pieces.”     Hosea 8:5-6

During the period of the Kings, there was more than one temple in the Holy Land. Jerusalem did not yet have the outstanding position it would hold after the return from exile in Babylon. In the Northern Kingdom there was the great Temple at Bethel, the national Temple.

The people of Israel, had no graven image of God, in marked contrast to the surrounding nations who had many gods and many images of their many gods.

God exceeds any created thing. Not only must there be no images in wood or metal, there must be no images in our imagination. God transcends any idea that can be had of him. It is true that Jesus reveals the Father perfectly, but he is no graven image. It is Jesus raised by the Father who reveals the Father completely and is his perfect image.

Yet the people of Israel formed images of metal and wood. Therefore, the ‘calf of Samaria’ will be consumed, like all images, in the fire of the Holy Spirit.

 

                                                                                         Hoppers Crossing, 1988  

“Though they offer choice sacrifices, though they eat flesh, the Lord does not accept them.”    Hosea 8:13

Instead of the living God to whom all sacrifice is due, they loved the meat of sacrifice. They have turned away from the One who is life beyond meat, substance beyond flesh. To love meat is to find one’s body starved.  To live in God is to find one’s flesh nourished. To be with God is to find the being of one’s being and to be of God is to be abiding despite decay.

The Lord takes no pleasure in that meat. The lover of God likewise takes no pleasure in that meat but the living One and so finds his own flesh made firm experiencing every pleasure. The living God takes delight in the one who draws life from him, and from that life comes joy indescribable, subtle, overwhelming, in the flesh made spirit.

 

Year 2, Week 14, Wednesday        Glenroy 1976

“Israel is a luxuriant vine that yields its fruit. The more his fruit increased the more altars he built; as his country improved, he improved his pillars.”      Hosea 10:1

Israel has come from the desert, destined to possess the promised land. They conquer it but corruption begins. With the goods, they also take up the idols of the land What began well ends in disaster.

The strength of faith has given the Christian world prime position among the nations, for they are, in the main, the wealthy nations. Yet they are becoming idolatrous. Altars are erected to idols as wealth is amassed beyond what is necessary. The accumulation is becoming sinful.

We cannot, in the face of poor countries, continue to live in our present affluence. God is not found there, but in greater poverty. Idolatry is a subtle thing, for it retains the outward forms, even when the Spirit is gone. The right words and gestures continue, but there is no substance. What began as promised land is turning into Gehenna.

 

                                                                                         Burwood 1982 

“The high places of Aven, the sin of Israel, shall be destroyed. Thorn and thistle shall grow upon their altars. They shall say to the mountains, Cover us, and to the hills, Fall on us.”     Hosea 10:8

Jesus says these words to the women of Jerusalem as he carries his cross to Calvary. With that quote from Hosea he condemns the idolatry of those who would not recognize him.

The Northern Kingdom had raised altars to the Baals and the Astartes. Instead of the God of Israel they worshipped the gods of the Canaanites. Therefore, the very places they used as worship have now become their tombs. The shrines they had raised are now asked to fall on them, to cover their shame, to remove their suffering.

Jesus condemns his opponents for their idolatry. While they preserved the name of God and the outward show of religion, they did not revere him, for if they had worshipped the true God truly, they would have recognized his Christ. They are condemning themselves even as they lead him out for crucifixion.

There is no comfort in mouthing the name of God. Nor do the externals of worship prove much. True knowledge enables true worship of the true God.

 

                                             East Doncaster, 1992

“Sow for yourselves righteousness; reap steadfast love; break up your fallow ground; for it is time to seek the Lord, that he may come and rain righteousness upon you.”      Hosea 10:12

The prophet begins by speaking of his time and of our time too. The more prosperous the people have become the more they have turned to idolatry. ‘The more his fruit increased, the more altars he built’. So, in our time, the growth of prosperity in our country has coincided with the growth of materialism and religious indifference.

The prophet gives a warning: “Then they will say: ‘We have no king because we have not feared the Lord’.”(Ho 10:15) The same warning is given to our society as well. With religious indifference there will be a breakdown of the social order. Laws will be circumvented. Commitment will disappear. Marriage will break down. The stronger will rule, and their rule will be by fear.

Then the advice is given: ‘break up your fallow ground’. The fallow ground is the land that has not been ploughed and remains still virgin soil, often wild but bearing much promise. So too there is need in our Church to discover new ways, to break new ground, to engage in lateral thinking.

For this reason, I have begun this interest in Tantra. It is fallow ground as far as the Church is concerned. It provides the means of a new insight into the perennial gospel. Let us explore this new direction and see if the Lord will “rain salvation on us” as surely he will.

 

Year 2, Week 14, Thursday           Glenroy 1976

“I will not execute my fierce anger; I will not again destroy Ephraim; for I am God and no mortal, the Holy One in your midst, and I will not come in wrath.”         Hosea 11:9

God’s whole intention is the good of his people. He has proved this by the tenderness of his care in calling Israel, in leading him through the desert, in feeding him and bringing him to the Promised Land. Yet this same God has to bring Ephraim to his senses. And so, though he recoils from it and he trembles at the thought, he brings about evil.

God’s whole intention is human good. But humans learn and change through suffering. In choosing to create evolving humanity he involves himself in a world where destruction is a necessary ingredient. God does not simply allow evil, he actually brings it about – but the final purpose is good. There is no other way. God, by foreknowledge and design, brings his Son to the cross, but the aim is his glorification as Lord and Christ.  His purpose is not evil but good.

 

                                                                                          Hoppers Crossing  1988

… it was I who taught Ephraim to walk, I took them up in my arms.”    Hosea 11:3

From God we have come, to God we are destined.

From the very start he has loved us and at the very end he will receive us into his heart.

There can be no other place that satisfies us.

We were conceived in love and brought forth in love.

Nurtured and weaned and educated in love there can be no destiny which satisfies except to be constantly held in his arms, secure and eternally present there.

This is the highest joy for us and for him the outcome of his play of love.

 

Year 2, Week 14, Friday               Glenroy 1976

Assyria shall not save us; we will not ride upon horses; we will say no more, ‘Our God,’ to the work of our hands. In you the orphan finds mercy.” In you the orphan finds compassion”.         Hosea 14:3

The orphan becomes child of God through the Holy Spirit. The Son of God becomes an orphan through sin. We were orphans, for there was a time when the Holy Spirit did not move in us, but Jesus was always Son of God for the Holy Spirit never ceased to inspire him.

The Holy Spirit comes to us, not by our efforts, but by God’s compassion. When we are at a loss, then God can make us gain. God’s compassion is a healing, an active changing of our bodies and hearts.

He grants us his Spirit by which when we acknowledge our sin, by which we cease to depend on ourselves and await his Spirit. He gives us his Spirit powerfully when we try to make up for the harm we have done. He gives us his Spirit publicly when we acknowledge our sin before the Church. He gives us his Spirit most perfectly when we receive the sacrament of the altar.

Then we too become children of God and we stand next to Christ in equality: he the source, we the beneficiaries, but equal now in the gift. We are not fully moved, he is fully moved. We resist. He never resisted. A time was when he still had to be raised in the Spirit. A time will come when we are fully moved, when we shall all be one, he in us and we in him, all equal, standing before Him who is all in all.

 

                                                                                         Burwood 1984

“They shall again live beneath my shadow, they shall flourish as a garden; they shall blossom like the vine, their fragrance shall be like the wine of Lebanon. O Ephraim, what have I to do with idols? It is I who answer and look after you.”          Hosea 14:7-8

The pattern is so constant: the people turn to idols, disaster strikes in punishment, hope is held out: “He shall bloom like the vine”.

The pattern is repeated in every age since grace and sin are of every time. We too have our idols, although they are nameless. Idolatry has become anonymous.

The hidden idol of our day is ‘mammon’. But “What has Ephraim to do with idols anymore?” There is no substance to this idol of mammon. Its promises are empty and cannot bring pleasure. “Assyria cannot save us”.

 

                                                                                         Hoppers Crossing 1988

“I will fall like dew on Israel.”          Hosea 14:6-7

United to God with heart and mind and body, acknowledging God as the One who transcends the human condition, as the One from whom all come

and to whom all are destined, when falseness of heart disappears, then his blessings come upon the earth, falling gently from above like the dew, coming into mind and thought, watering without violence, refreshing quietly and fully, giving strength to every faculty, hope to the heart and energy to the limbs, bliss and every happiness.

We shall bloom like the lily and thrust out shoots like the poplar, beautiful as the olive and fragrant as the high mountains of Lebanon.

 

                                                                                          East Doncaster, 1992

“I will be like the dew to Israel; he shall blossom like the lily, he shall strike root like the forests of Lebanon.”         Hosea 14:6

After expressing anger at the misdeeds of the people, the prophet now describes the healing that will come.  He uses imagery taken from nature.

Our imagery is different for is taken from the Spirit and his effects in the flowering of mercy, in the great drama of the Church, the holiness of the saints, the courage of the martyrs, the schools of philosophy and theology, the works of art and humanity: these are the fruitfulness of the Church to whom the mercy of Above has been made known.

 

Year 2, Week 16, Monday                                       Burwood 1986

Worthy sacrifice

Hear, you mountains, the controversy of the Lord, and you enduring foundations of the earth; for the Lord has a controversy with his people, and he will contend with Israel.“O my people, what have I done to you?In what have I wearied you? Answer me!For I brought you up from the land of Egypt, and redeemed you from the house of slavery;… “With what shall I come before the Lord, and bow myself before God on high? Will the Lord be pleased with thousands of rams, with ten thousands of rivers of oil? Shall I give my firstborn for my transgression, the fruit of my body for the sin of my soul?”He has told you, O mortal, what is good; and what does the Lord require of you but to do justice, and to love kindness, and to walk humbly with your God?” Micah 6:2-4, 6-8

The court has assembled to hear a case between God and his People. Heaven and earth are called as witnesses.

God accuses his People  of ingratitude. He has led them out of Egypt and through the desert into the land promised to Abraham. They have not done enough in return.

In reply the People claim exhaustion. They have offered him rams by the thousands and oil in torrents. Does he want their children also, even their first-born?

God replies that he does not want  an external but an internal sacrifice, he requires not the sacrifice of animals or children but the sacrifice of mind and will and status, “to live justly, to love tenderly and to walk humbly with your God.” What counts is internalization so that they themselves become the sacrifice.

Likewise, it is not enough to celebrate Mass. Our minds must become eucharistic. Our very persons are to become bread for all, given for the life of the world.  Our task is to live the eucharist so that we become the eucharist. The final condition of mankind will indeed be eucharistic. There will be no more celebration of eucharist in time but the state of being eucharist in eternity.

 

Year 2, Week 16, Monday                                       Glenroy 1976

Worthy sacrifice

He has told you, O mortal, what is good;and what does the Lord require of you but to do justice, and to love kindness,and to walk humbly with your God?” Micah 6:8

The people of Israel had spent forty years in the desert learning the will of God which was “to act justly, to love tenderly and to walk humbly with their God”. Yet their arrival in Canaan led them to the worship of Baal, with temple services and holocausts, libation and even the cruelest of sacrifices. The people were zealous about these and forgot the true will of God. They were careful about the works of religion and forgot the demands of justice.

Micah calls the People back to their first vocation.  God demands not sacrifices and festivals and offerings, but justice, love, and humility.

 

Year 2, Week 16, Tuesday                                       Glenroy 1976

Without limit

Shepherd your people with your staff, the flock that belongs to you, which lives alone in a forest in the midst of a garden land;let them feed in Bashan and Gilead as in the days of old.As in the days when you came out of the land of Egypt, show us marvellous things.”   Micah 7:14-15

The exiles have returned to Jerusalem, but are force to live within its walls. The mighty nation of King David feels constricted and inhibited. They pray that God will give them governance over Bashan and Gilead, as in the days of old.

The Church too feels confined. The horizons to which Christians called  are infinite, but they feel hemmed in by fear and ignorance. They pray that God will let them enjoy the freedom that is the goal of the children of God.  Their destiny is to acquire the dimensions of Christ, the expanses of his knowledge and sensitivity, the depth of his experience and the strength of his saving will.

Truth is all around. Heaven is at their side. Their only confinement is their sin, voluntary and involuntary, committed and inherited, chosen and imposed. Who shall make them see the wonder of Christ’s resurrection in their own bodies. Then they shall pasture on the fields of the universe, and drink the waters of the world, filling all things, being filled with all things, till God is all in all.

 

Posted in Biblical commentaries, John Dupuche | Leave a comment

Glory and Infamy of the Kings: some reflections on Samuel 1&2, and Kings 1&2

Glory and Infamy of the Kings:

some reflections on Samuel 1&2, and Kings 1&2

 

Year 2, Week 1, Wednesday                                     Glenroy 1978

At that time Eli, whose eyesight had begun to grow dim so that he could not see, was lying down in his room; the lamp of God had not yet gone out, and Samuel was lying down in the temple of the Lord, where the ark of God was. Then the Lord called, “Samuel! Samuel!” and he said, “Here I am!””                  1 Samuel 3:2-4

It is night time; the eyes of Eli have grown dim and the prophetic voice speaks rarely. All are asleep, all seemingly finished.

Into the gloom comes a sudden ray of hope. Even if all seems lost, “the lamp of God had not yet gone out”.The voice of God breaks through the stillnesswith one word: “Samuel”.

Without precedents He acts, with initiative, with freedom. His action is to call a boy at that crucial age, to call him by name and to send him.

Samuel is the lamp of the Lord, Samuel is the ray of light. God’s call breaks the stillness, his initiative dispels the gloom.

Our action is to be free, and our freedom will make others free. Our freedom is not to enslave. Our call is not to make servants. Freedom inspires freedom. That is our initiative, our role, our ray of light in the dark.

 

Year 2, Week 1, Thursday                                       Glenroy 1978

“So, the Philistines fought; Israel was defeated, and they fled, everyone to his home. There was a very great slaughter, for there fell of Israel thirty thousand foot soldiers. The ark of God was captured; and the two sons of Eli, Hophni and Phinehas, died.”  1 Samuel 4:10-11

Defeated is the army; gone is the Ark; dead are the prophets. All seems lost. The great People of God, of Sinai, of the Exodus, of the Law, of the Promise, seems doomed to extinction.

So, ends the reading. Yet out of this gloom come the leaders Samuel, Saul, and David, for into chaos God shines his light.

 

Year 2, Week 1, Friday                                           Glenroy 1978

“Then all the elders of Israel gathered together and came to Samuel at Ramah, and said to him, “You are old and your sons do not follow in your ways; appoint for us, then, a king to govern us, like other nations”.”    1 Samuel 8:4-5

It is a crucial moment: the shift from charismatic leadership to institutional rule. from the chaos and uncertainty of inspired leaders to the stability of clear authority; from the freedom of the spirit to the slavery of law and routine.

The people demand this transition, to move from one ‘mixed bag’ to another. Who can combine the virtues of the two?

Obedience to truth is united with the freedom of wisdom.

 

Year 2, Week 2, Monday                                         East Doncaster, 1990

“Since you have rejected the word of the Lord, he has rejected you.”                  1 Samuel 15:23

God is the origin of all things, the architect of this world. To be in union with him means to partake of all that he is. To separate from him means divorcing ourselves from all that is good.

Saul, king of Israel, has failed to be totally obedient. He had been commanded to destroy everything belonging to the enemy in a scorched earth policy. The enemy was to be exterminated but Saul lets some of the animals be offered in sacrifice. His obedience was imperfect.

Christ was perfectly obedient without demur, obedient even to the point of death. Therefore, he is king forever. Likewise, with Mary. From the start she is the handmaid of the Lord. Therefore, she is given heaven and earth as her crown and glory.

Growth in holiness and the power for good can come only with a growing obedience, assenting in every way to the word of God addressed to us, following our conscience, allowing the inspirations of the Spirit to guide us, being attentive to the calls of the Church, heeding the needs of those in our care.

 

Year 2, Week 4, Thursday                                       Burwood 1982

When David’s time to die drew near, he charged his son Solomon, saying: “I am about to go the way of all the earth. Be strong, be courageous, and keep the charge of the Lord your God, walking in his ways and keeping his statutes, his commandments, his ordinances, and his testimonies, as it is written in the law of Moses, so that you may prosper in all that you do and wherever you turn.                      I Kings 2:1-3

David, the man of action, the creator of Jerusalem and Israel, is about to die. The reading recounts his farewell discourse and the brief details of his death and burial.

What a contrast with the Son of David.

David’s instructions to his son urge him to follow the decrees as laid down in the Book of Moses. The Son of David’s instructions to his disciples enjoin on them to love as he has loved. It is not to the Book that they must turn for instruction but to his example. It is not the Law but his very self that is the guide to action: indeed, it is the very possibility of action. David promises Solomon success in all he undertakes. Jesus promises lasting success, but of a different kind: not goods and chattels but the eternal glory of God. David dies after a full and fruitful life. Jesus dies in failure. David reigns for a whole generation, Jesus’ life is cut short. David is buried with full honour, Jesus is buried hurriedly and secretly.

Yet David lies buried while Jesus is raised from the dead, for if Jesus is Son of David, he is more properly Son of God.

 

Year 2, Week 5, Monday                                         Glenroy 1976

And when the priests came out of the holy place, a cloud filled the house of the Lord, so that the priests could not stand to minister because of the cloud; for the glory of the Lord filled the house of the Lord.Then Solomon said, “The Lord has said that he would dwell in thick darkness. I have built you an exalted house, a place for you to dwell in forever.”                   I Kings 8:10-13

The Israelites experienced God in the desert and worshipped him in the Tent. When they reached Canaan they were amazed, and rightly so, at its culture. Progressively, they effected a synthesis between the religion of the desert and the religion of Canaan. The people decided for kingship under Saul in place of the tribal organization of the desert, and decided, under David and Solomon, in favour of a temple instead of the desert Tent. Once the Ark is installed, the cloud they had known in the desert comes and fills the Temple to show that God approves and that he agrees to take up his abode in this holy place.

The great experience of the Church is the resurrection of Christ. From age to age, as it meets different cultures and different ways of thought, the Church makes a synthesis. The one faith in Christ takes up new forms according to the context. God is pleased with this inculturation and sanctifies the new as he sanctified the old. It becomes the vehicle of his presence on earth.

But just as the Temple of Solomon finally disappeared, being replaced by Christ, so too the many styles the Church adopts over the ages, will disappear, to be replaced by the fullness of the whole Christ. Then God will be all in all.

 

Year 2, Week 5, Wednesday                                     Glenroy 1976

When the queen of Sheba heard of the fame of Solomon …  she came to test him with hard questions. She came to Jerusalem with a very great retinue, with camels bearing spices, and very much gold, and precious stones.”            I Kings 10:1-2

The Queen of Sheba comes to Jerusalem to hear the wisdom of Solomon. She is amazed and gives the king one hundred and twenty talents of gold and great quantities of spices more precious than gold.

The Church too, over the centuries, has received all manners of people, of ideas, arts and cultures. And the wisdom of the Church is to love one another as Christ has loved us. Its wisdom is not that of Solomon’s in the ways of the world, but a wisdom of service and forgiveness. This is the great wealth, the great marvel of the Church. This is what attracts the greatness of the world. The Christ who learnt to serve, to become obedient even unto death was raised to the fullness of lordship over all creation.

And so also to us who imitate him, the whole essence of creation is given to us. We surpass Solomon in glory, for our wisdom is to serve.

 

Year 2, Week 10, Monday                                       Oakleigh, 1978

Now Elijah the Tishbite, of Tishbe in Gilead, said to Ahab, “As the Lord the God of Israel lives, before whom I stand, there shall be neither dew nor rain these years, except by my word.”                      1 Kings 17:1

The word of Elijah comes like a bolt out of the blue, with no introduction and no explanation. Only later do we realize the context of the drought: the idolatry of Ahab through his wife Jezebel.

Idolatry has cosmic effects, for an act of the will is not confined to the heart but is a blight upon nature as well. If human beings are the centre of the universe and if the heart is their centre, the perversion of the heart leads to the disruption of all that surrounds it

Ahab’s idolatry is not the cause, but only its trigger. It is Elijah who causes the drought. A person sins but God punishes. A person brings disharmony but dislocation is God’s doing, for God remains Lord of all. Therefore Elijah, before speaking the prophetic word, acknowledges that he is servant of the living God.

How can God act in this way? Is it not unfair to be so lacking in mercy and forgiveness? Yet if God did not punish sin, how could the truth be known. If no drought followed upon the idolatry, how could Ahab, in his dullness of heart, know the folly of Baal-worship. Humans come to know the laws of nature by seeing the consequences of disregarding them, and come to know truth by seeing the effect of the lie.

Persistence in folly involves lasting punishment. To live forever in a lie means being forever caught in its trap.

Ahab recognizes his folly, the priests of Baal are slaughtered, and the drought ends.

 

Year 2, Week 10, Wednesday                                   Burwood, 1982

“Then Elijah said to the people, “I, even I only, am left a prophet of the Lord; but Baal’s prophets number four hundred fifty.”   1 Kings 18:22

On Mount Carmel, the promontory sacred to the god of weather and fertility, Elijah enters into conflict with the prophets of Baal.

The people of Israel had encountered God during their desert sojourn and had received his Law. Upon their entry into Canaan they came into contact with a vastly superior culture and took on many of its customs, even to the point of building their temple on the design of Canaanite structures. Would the people would take the next step and accept the gods of the Canaanites?

‘I, I alone am left as a prophet of the Lord’ cries Elijah. When, like Joshua, he challenges the people to proclaim their faith in God, he meets, not with a thunderous acceptance as happened for Joshua, but ‘The people said never a word’.

Nevertheless, by his activity in every sphere, Elijah restores the people to the worship of their ancestors, while the temples of Baal are but ruins today.

A similar conflict is going on today, but who is our Elijah, where is our Mount Carmel?

 

 Year 2, Week 10, Thursday                                     Burwood, 1982

“He said to his servant, “Go up now, look toward the sea.” He went up and looked, and said, “There is nothing.” Then he said, “Go again seven times.” At the seventh time he said, “Look, a little cloud no bigger than a person’s hand is rising out of the sea.” Then he said, “Go say to Ahab, ‘Harness your chariot and go down before the rain stops you.’”     1 Kings 18:43-44

Elijah withholds the rain. Elijah forthtells the rain. His servant can see nothing, but Elijah knows the mind of God. He announces ruin and he proclaims salvation. From Carmel, that mountain sacred to Baal, the prophet forecasts the act of God who is not tied to any mountain or function. What the prophets of Baal could not achieve, Elijah foreknows because God takes the initiative and gives even when not asked.

The absence of the signs of grace is not due to God’s absence but to his holiness. Grace is withheld till such time as the modern mind recognizes the incapacity of technology to bring happiness. The absence of grace is the fruit of disbelief.

 

Year 2, Week 10, Thursday                                      Burwood, 1984

“Elijah said to Ahab, “Go up, eat and drink; for there is a sound of rushing rain.”” 1 Kings 18:41

At the beginning of the Elijah Cycle, the prophet commanded there should be a drought so as to show the impotence of the Baal of Carmel, god of rain and fertility. Now at the conclusion of the three years he hears the rain coming. He who spoke disaster, hears liberation in the end. He who showed the power of speech, shows the sensitivity of perception.

Elijah commanded drought; he has slain the prophets of Baal; he has cleared the land of false worship and has restored the credibility of God in the eyes of king and people. The rain of blessing comes now, not from Baal but from God.

So too in our own day. Only after the period of cleansing by means of the prophetic word does the blessing of grace come. Only after cleansing and casting out is it possible to hear the divine mystery and to receive the time of favour from the Lord.

 

 Year 2, Week 10, Friday                                         Burwood, 1982

“He got up, and ate and drank; then he went in the strength of that food forty days and forty nights to Horeb the mount of God.”           1 Kings 19:8

The nation is apostate, worship is abandoned, and the prophets are dead. It is not some enemy, but the sons of Israel that have done this.

At this low point, Elijah goes to Horeb, and God is made manifest to him in a way unparalleled. A sudden reversal then takes place: the appointment of a new king and another prophet to succeed Elijah.

Thus it is that God works. The moment of despair is the moment of reversal. The moments of darkness are the preludes to light. In the gloom the light shines brightest.

However, it is only on condition that Horeb is revisited. Elijah must return to the sources of his faith. It is only at Horeb that he hears the comforting words

and receives the commission to renew the nation.

 

Year 2, Week 10, Friday                                          Burwood, 1984

“He said, “Go out and stand on the mountain before the Lord, for the Lord is about to pass by.” Now there was a great wind, so strong that it was splitting mountains and breaking rocks in pieces before the Lord, but the Lord was not in the wind; and after the wind an earthquake, but the Lord was not in the earthquake; and after the earthquake a fire, but the Lord was not in the fire; and after the fire a sound of sheer silence. When Elijah heard it, he wrapped his face in his mantle and went out and stood at the entrance of the cave.”      1 Kings 19:11-13

The people have apostatized. Elijah, therefore, retraces the steps of Israel’s history. Where once there was Sinai, now it is Horeb; for Moses there is Elijah; where once there was wind, earthquake and fire, now there is the gentle breeze Renewal of the people means the rediscovery of God but differently, more delicately, and in fact more easily than in the past.

All renewal is on the same pattern: a return to the roots. At the same time, it involves a rejection of outmoded forms. More importantly, it requires a finer sensitivity and a greater availability. Basic to all is the journey into the desert, into solitude, into penance, into prayer. Then one will be empowered, as was Elijah, to speak and to appoint rulers and prophets, and so to establish the good.

 

Year 2, Week 10, Friday                                         Burwood, 1986

“Then the Lord said to him, “Go, return on your way to the wilderness of Damascus; when you arrive, you shall anoint Hazael as king over Aram. Also, you shall anoint Jehu son of Nimshi as king over Israel; and you shall anoint Elisha son of Shaphat of Abel-meholah as prophet in your place.”             1 Kings 19:15-16

Elijah flees to Horeb, for the people of Israel have deserted their God and have destroyed all trace of him. Only he is left. The past and the future of the Chosen People depend on this one man.

Moses too had seen the people abandon their God and worship the golden calf. He had received the two tables of stone containing the Law and had caught a glimpse of God from the cleft of a rock.

Here, however, Elijah receives no new tables of stone. There is no returning to the past. God says rather: Go and anoint one person as king of the pagan nation, Aram, another as king of the Chosen People and a third, Elisha, as prophet to all. Instead of tables of stone he sets in place three men anointed with the Spirit. Instead of words he shows the power of God. It is these men who will, at God’s and Elijah’s command restore true worship.

Our own day is a critical period. Who are the new anointed? What is the new task?

 

Year 2, Week 10, Saturday                                       Burwood, 1982

“So, he set out from there, and found Elisha son of Shaphat, who was plowing. There were twelve yoke of oxen ahead of him, and he was with the twelfth. Elijah passed by him and threw his mantle over him. He left the oxen, ran after Elijah, and said, “Let me kiss my father and my mother, and then I will follow you.” Then Elijah said to him, “Go back again; for what have I done to you?” He returned from following him, took the yoke of oxen, and slaughtered them; using the equipment from the oxen, he boiled their flesh, and gave it to the people, and they ate. Then he set out and followed Elijah, and became his servant.”       1 Kings 19:19-21

Rarely in scripture do we hear of the call made by one prophet to another. Nowhere is it described so graphically as here.

Elisha is reluctant. Elijah’s rejection of him – ‘Go, go back’ – calls his bluff. So, Elisha follows him wholeheartedly. He slaughters the oxen that are his livelihood and gives them as food to his men. He then leaves all and follows Elijah.

Elisha will bear his master’s name; he will wear his mantle; he will do the same works, but first

he must leave all.

 

Year 2, Week 11, Tuesday                                      Glenroy, 1976 

“You shall say to him, “Thus says the Lord: Have you killed, and also taken possession?” You shall say to him, “Thus says the Lord: In the place where dogs licked up the blood of Naboth, dogs will also lick up your blood. …Then the word of the Lord came to Elijah the Tishbite: “Have you seen how Ahab has humbled himself before me? Because he has humbled himself before me, I will not bring the disaster in his days; but in his son’s days I will bring the disaster on his house.”      I Kings 21:19, 28-29

Ahab has killed Naboth and his family and confiscated their inheritance.

Elijah condemns this terrible action. ‘in the place where the dogs licked the blood of Naboth, dogs will lick your blood too.’ The God of justice makes evil recoil on the head of the perpetrator. He brings about his purposes, and imposes his law. Elijah, his mouthpiece, speaks out his condemnation: Ahab has destroyed Naboth, and has destroyed himself. What he does to others he does to himself.

Yet Ahab is vacillating. He is torn between Jezebel his wife and Elijah his prophet. Having listened to his wife he now listens to Elijah and repents. Elijah then recants: the disaster will come at a later time.

Thus, the purpose of the condemnation is shown in its true light. It is not a fixed and final ban, but a punishment for the time being. As long as Ahab persists in his sin the excommunication will continue. When he repents, what was absolute has limits put to it.

 

Year 2, Week 11, Wednesday                                  Glenroy, 1976

“He picked up the mantle of Elijah that had fallen from him, and went back and stood on the bank of the Jordan. He took the mantle of Elijah that had fallen from him, and struck the water, saying, “Where is the Lord, the God of Elijah?” When he had struck the water, the water was parted to the one side and to the other, and Elisha went over.”         2 Kings 2:13-14

Elijah crosses the Jordan. Even as he is talking, he is taken up by the whirlwind. His mantle falls to Elisha who then returns across the Jordan by the same path.

These events have parallels in the life of Christ. As Elijah crosses the Jordan, so too Jesus goes through his passion. Elijah is taken up; so too is Jesus on the Mount of Olives. As Elijah is separated from his disciples by the fire of the chariot, Jesus is wrapped away by that power of the Spirit who at Pentecost will manifest himself in wind and fire. Just as Elijah leaves his mantle at the very moment of his exaltation, so too Christ, at the very moment of his exaltation commissions his disciples, promising them his authority

Jesus is the new Elijah. And his Church is the new Elisha taking up the mantle of Christ and continuing his work.

The moments of disappearing and commissioning are one, both in the case of Christ and in the case of Elijah. He who is exalted is too great for mortal vision, his light is too bright to be comprehended and so he seems to disappear. Yet that very light is the source of energy, an unrealized, uncomprehend energy. He who achieves the fullness of humanity no longer appears on earth but gives strength and impetus to all.

 

Year 2, Week 11, Wednesday                                  Burwood, 1982 

“Elisha said, “Please let me inherit a double share of your spirit.” He responded, “You have asked a hard thing; yet, if you see me as I am being taken from you, it will be granted you; if not, it will not.” As they continued walking and talking, a chariot of fire and horses of fire separated the two of them, and Elijah ascended in a whirlwind into heaven.”          2 Kings 2:1, 6-14

This last episode in the life of Elijah – the last until his appearance at the side of the transfigured Lord – is his ascension.

Elijah tells his disciple Elisha that if he sees him ascending to heaven he, Elisha, will receive a double share of his master’s spirit, as he had requested. At Christ’s ascension, the angels tell

the disciples that they have seen Jesus ascend into heaven. This is more than a statement of fact. It is an acknowledgment that they will receive a double share of their Master’s spirit.

The contrasts are many also. Where Elijah allows his disciple to follow him, Jesus leads his out, not to a place beyond the Jordan but to the Mount of Olives, the hill of the last things. Where Elisha asks, Jesus promises. Where Elijah speaks about his spirit, Jesus speaks about “power from on high”, that is the very Spirit of God. Where Elijah leaves some doubt whether his disciple will receive his spirit, Jesus assures his own that they will indeed be clothed. Elijah ascends to heaven. Jesus ascends to where he was before.

Jesus is Elijah, but more than Elijah.

 

Year 2, Week 11, Wednesday                                   Burwood, 1984

“Elijah took his cloak, rolled it up and struck the water, and the water divided to left and right and the two of them crossed over dry shod.  He took the cloak of Elijah and struck the water. and it divided to right and left and Elisha crossed over.”            2 Kings 2:8,14

Moses divided the Red Sea with his staff in order to free the people and destroy Pharaoh’s army. Elijah forms a rod of his cloak and divides the water because he has the power to liberate and to destroy with his words. He crosses the Jordan to return to the region where Moses died. He leaves the promised land for a greater heaven, for the region whence his prophetic word originates.

So too Jesus leaves Jerusalem and crosses the brook Kedron. The disciples witness, like Elisha, the ascent of their Master and like Elisha, receive their Master’s authority. Elisha returns to the land of Israel to continue the prophetic task Like his master he strikes the water, parting it with his master’s cloak.

The authority of Moses was renewed in Elijah who bequeathed it to Elisha. That authority is fulfilled in Jesus who bestows it on his Church, to speak the prophetic word with authority.

 

Year 2, Week 11, Thursday                                      Glenroy 1976

“Happy shall they be who see you, and those who have fallen asleep in move; for we too shall have life.”            Ecclesiasticus 48:11-12

A belief had arisen that Elijah would one day return with blessing for the living and the dead. His departure in the whirlwind was only temporary and he would return to perform even greater marvels. Such was the power of the prophet of God.

This belief is at the background to our understanding of Christ. Christ, the Prophet and Word of God, has departed for a time, to return with blessing for all who have loved. Christ is Elijah and more than Elijah.

If his first coming was an advantage, his second coming is fullness. The Man of God continues for ever since God continues for ever. God brings things to completion; therefore, the Man of God is involved in this completion. He was God’s champion during his life; he will no less be his champion at the end of time, to bring blessing to those who live and to those who sleep.

 

Year 2, Week 11, Friday                                          Glenroy, 1976

“Then all the people of the land went to the house of Baal, and tore it down; his altars and his images they broke in pieces, and they killed Mattan, the priest of Baal, before the altars. The priest posted guards over the house of the Lord. He took the captains, the Carites, the guards, and all the people of the land; then they brought the king down from the house of the Lord, marching through the gate of the guards to the king’s house. He took his seat on the throne of the kings. So, all the people of the land rejoiced; and the city was quiet after Athaliah had been killed with the sword at the king’s house.”     2 Kings 11:18-20

The prophet Elijah was active in the North, fighting against Ahab and Jezebel. The. priest Jehoiada was active in the South, fighting against Athaliah, a relative of Jezebel. Both fought for the same cause: fidelity to the covenant with the God of Israel as against the cult of Baal that was attractive to the people and to the court.

In today’s reading we hear of Jehoiada. In tomorrow’s reading we will hear of his son Zechariah. The two readings show that priests were active in the fight against Baal worship, just as the prophets Elijah and Elisha had been.

In those days it was not so easy to realize that the worship of Baal was false. Had not Abraham himself changed gods, learning to worship the God of Israel? Had not Moses been influenced by the religion of Jethro, his father-in-law, priest of Midian? Yet Elijah and Jehoiada could distinguish between the truth of Moses’ covenant and the errors of Jezebel and Athaliah.

We ourselves are living in times of great change. The Church has thrown open its doors to the modern world and is influenced by new insights. This can be good or bad. The Spirit will nevertheless teach us to distinguish between good and evil and enable us to remain both faithful to the old and welcoming to the new.

 

Year 2, Week 11, Friday                                          Burwood, 1984

“Jehoiada made a covenant between the Lord and the king and people, that they should be the Lord’s people; also, between the king and the people. 18Then all the people of the land went to the house of Baal, and tore it down; his altars and his images they broke in pieces, and they killed Mattan, the priest of Baal, before the altars.”   2 Kings 11:17-18

The Elijah cycle shows how the prophet, whether all alone in the desert or in public on Mt Carmel, re-establishes true worship by the sheer power of his prophetic word.

Today’s reading shows the same reform being established through the power of the institutions of Israel. Priests, soldiers and people work in concert to establish the legitimate king upon the throne and in that process to re-establish the covenant between God and his people, the covenant between king and nation. The Temple of Baal is destroyed, and its priest Mattan is put to death along with Athaliah, the apostate and usurper.

The power of the individual prophet and the institutions of the people are both required for the renewal of religion, today as yesterday.

 

Year 2, Week 11, Friday                                          Burwood, 1986

“But in the seventh year Jehoiada summoned the captains of the Carites and of the guards and had them come to him in the house of the Lord. He made a covenant with them and put them under oath in the house of the Lord; then he showed them the king’s son. He commanded them, “This is what you are to do: …”                     2 Kings 11:4-5

 

Elijah struggled with success against Ahab and Jezebel and their Baals. Elijah was a prophet and accomplished his task with words of authority.

Jehoiada, on the other hand, accomplishes his task by using the institutions of Israel, the army and the Temple, the rightful heir to the throne and the will of the people. His palace revolution secures a religious revolution: the temples of Baal are destroyed and their priest, Mattan, is slaughtered. However, it is the exile that will finally convince the people that the gods of the heathen are naught.

As God won out through Elijah the prophet, through Jehoiada the priest and through the pain of exile, so too he will win out through the paschal mystery of Christ. In the end all will learn that it is faith in Christ that shapes the world.

 

Year 2, Week 12, Monday                                       Glenroy, 1976

“Then the king of Assyria invaded all the land and came to Samaria; for three years he besieged it. In the ninth year of Hoshea the king of Assyria captured Samaria; he carried the Israelites away to Assyria. He placed them in Halah, on the Habor, the river of Gozan, and in the cities of the Medes.”   2 Kings 17:5-6

The first readings of this week are grouped together in a pattern. They show the humiliation of the people both of Israel and of Judah and their deportation. They recount the end of an era.

Today’s reading tells of the destruction of Israel, a troubling and scandalous event, for God had promised to Abraham that his descendants would inherit this land; he had commissioned Moses to lead the people to it. How could he be unfaithful? How could he go back on his promise?

God had indeed made the covenant but the people had broken it; he had given them the Promised Land, but they worshipped other gods; he had sent prophets to warn them but they refused to listen. So, God rejects them.

 

Year 2, Week 12, Monday                                       Oakleigh, 1978

Therefore, the Lord was very angry with Israel and removed them out of his sight; none was left but the tribe of Judah alone.”  2 Kings 17:18

Covenant had been made with twelve tribes, yet the vast majority of them disappeared into the surrounding nations. Judah, the Southern Kingdom had to be preserved, although it was no better than Israel, the Northern Kingdom.

The new covenant has been made with the Church but there is no certainty that all Christians will remain true. Indeed, the majority may well be dispersed. Who will remain? The one who is its head!

Jesus is raised from the dead, and in him the plan of God is fulfilled. We look to the future, yes,

but not as to the fulfilment of something incomplete. Rather we look to the completion of something already fulfilled, the Lordship of Christ, whereby all are transformed into his image.

 

Year 2, Week 12, Monday                                       Burwood, 1986

“Then the king of Assyria invaded all the land and came to Samaria; for three years he besieged it. In the ninth year of Hoshea the king of Assyria captured Samaria; he carried the Israelites away to Assyria. He placed them in Halah, on the Habor, the river of Gozan, and in the cities of the Medes. This occurred because the people of Israel had sinned against the Lord their God, who had brought them up out of the land of Egypt from under the hand of Pharaoh king of Egypt. They had worshiped other gods and walked in the customs of the nations whom the Lord drove out before the people of Israel, and in the customs that the kings of Israel had introduced.”                                2 Kings 17:5-8

Over the past two weeks we have heard of the prophets Elijah and Elisha, and of the priests Jehoiada and Zechariah in their attempt to preserve the faith of Israel in the face of the culture of Canaan.

This week the readings state that God has rejected the people he had brought out of Egypt. Because they have not been faithful to him they are sent into exile.

Today’s reading recounts the conquest of Israel by Assyria. The greater part of the Chosen people is taken into exile. The ten tribes of the Northern Kingdom lose their identity and disappear. They had not remained faithful to the God of Abraham in their contact with the culture of Canaan. They are dispersed, therefore, into the cultures of Assyria.

How shall we retain the faith of our ancestors? Many Christians are overwhelmed by the grandeur of modern secularism. How shall we reconcile the truths of the faith with the truths of the modern world?

 

Year 2, Week 12, Tuesday                                      Glenroy, 1976

“‘Therefore, thus says the Lord concerning the king of Assyria: He shall not come into this city, shoot an arrow there, come before it with a shield, or cast up a siege ramp against it. By the way that he came, by the same he shall return; he shall not come into this city, says the Lord. For I will defend this city to save it, for my own sake and for the sake of my servant David.’”               2 Kings 19:32-34

Yesterday’s reading recounted the destruction of Israel by the Assyrians. In today’s reading we hear of the same Assyrians marching on Jerusalem to destroy it.

However, Hezekiah has been faithful to the covenant. He has destroyed the idols and promoted true worship. His piety wins reprieve for the city. Jerusalem is not taken. Suddenly, at the last-minute Sennacherib is obliged to return to his capital. Jerusalem is safe.

Hezekiah remains faithful, so that, despite the eventual destruction of the city, Judah survives. Whereas Israel disappears in the morass of time, Judah maintains its identity and will return after the exile to provide a remnant and to allow for the Virgin Mary from whom will come the Saviour.

 

Year 2, Week 12, Wednesday                                   Glenroy, 1976

“The high priest Hilkiah said to Shaphan the secretary, “I have found the book of the law in the house of the Lord.” … When the king heard the words of the book of the law, he tore his clothes. Then the king commanded the priest Hilkiah, Ahikam son of Shaphan, Achbor son of Micaiah, Shaphan the secretary, and the king’s servant Asaiah, saying, “Go, inquire of the Lord for me, for the people, and for all Judah, concerning the words of this book that has been found; for great is the wrath of the Lord that is kindled against us, because our ancestors did not obey the words of this book, to do according to all that is written concerning us.””         2 Kings 22:8, 11-13

The kings of Judah have been implicated in the worship of the gods and goddesses of Canaan. They had even allowed their shrines and altars to be built within the Temple itself.

The Book of the Law comes to light in this context. It states in no uncertain terms that the People which is faithful will prosper, but that idolaters are doomed. This revelation comes as a shock. The king and the People set about a reform of state and religion, but it is too late. Jerusalem is destroyed and the People are taken into exile.

The Church, which fails to keep the law of love, will collapse. The state that does live in harmony cannot survive. The family that is divided against itself becomes a hell.

 

Year 2, Week 12, Friday                                          Burwood, 1982

He burned the house of the Lord, the king’s house, and all the houses of Jerusalem; every great house he burned down.  Nebuzaradan the captain of the guard carried into exile the rest of the people …. But the captain of the guard left some of the poorest people of the land to be vinedressers and tillers of the soil.”    2 Kings 25:9, 11-12

So, ends the history of the kings of Judah. With a starkness that is all the more terrible for its objectivity, the sacred writer reports, almost like a verdict, the fate of the last of the kings. So, ends the sorry tale.

What had begun so well with David and Solomon ends in the deportation in chains of a king whose last sight was the execution of his sons. The kings, who were to be as God to the people, are now cast out, and with them all the institutions of Israel.

Lament though we might at such a pass, there is to be another Babylon, another king. Rome is that other Babylon and Christ is that other king. Far more terrible is the clash that occurs. Zedekiah, like any mortal, is a mixture of good and bad. Babylon, like any power, is not without good even in its ruthlessness. Yet the later story sees the King of kings, entirely good, in conflict with the Beast. What clash, what sound of arms, what thunder of dispute.

After the punishment of Zedekiah comes the years of exile. After the crucifixion of the Nazarene come the hours in the tomb. A generation, a day, come and go. From exile, Israel is restored in their purity of faith in the One God. From entombment, Jesus is raised for the glory of the Three.

While we lament the fate of the last crowned head of Judah, even so God draws value. While we lament the maltreatment of the finest of men, we rejoice at the salvation that springs forth and, supremely, at the revelation of the Three.

 

Year 2, Week 12, Friday,                                        East Doncaster, 1990

And in the ninth year of his reign, in the tenth month, on the tenth day of the month, King Nebuchadnezzar of Babylon came with all his army against Jerusalem, and laid siege to it; they built siege works against it all around.  Then they captured the king and brought him up to the king of Babylon at Riblah, who passed sentence on him. They slaughtered the sons of Zedekiah before his eyes, then put out the eyes of Zedekiah; they bound him in fetters and took him to Babylon.”   2 Kings 25:1, 6-7

What began so well ends in disaster. The triumphant entry into the Promised Land ends with exile. Jerusalem, which had witnessed the victories of David, now sees the flight of Zedekiah. Anyone who has talent or ability is sent into Babylon as the booty of war. Only the simplest of the people are left, to tend the vine and work the land.

The exile in Babylon is to be a moment of darkness. By the power of God who brings light out of darkness, it is to be the moment of greatest enlightenment. They are sent into Babylon to learn that the gods of the heathen are naught. Their king is imprisoned and his heirs are killed, to heighten the People’s desire for a David who will last forever. They are sent into exile to learn to long for a land that will never fail. Thus, the destruction of the kingdom of Judah is a preparation for a sense of the kingdom of God. The exile is both a punishment for sin and a gestation of truth.

This same occurs in our day. The destruction of what we hold dearest is the prelude to a new reality. The end of an institution is an increase of the reign of the Spirit. The end of the stress on dogma heightens the sense of the Spirit of truth. The decline in the numbers of clergy is the beginning of the sense of universal responsibility.

 

Year 2, Week 12, Saturday,                                      East Doncaster, 1990

“Arise, cry out in the night, at the beginning of the watches! Pour out your heart like water before the presence of the Lord! Lift your hands to him for the lives of your children, who faint for hunger at the head of every street.”                   Lamentations 2:19

Jerusalem has been destroyed. The people have been taken into exile. The Temple is in ruins, and the royal family is executed. The traditions have been brought to nothing. The destruction is complete.

But the prophet does not lose faith. His lamentation concludes with an invitation to prayer: “Stretch out your hands to him for the lives of your children.” The tears do not bring doubt but lead only to a more insistent prayer.

On the cross Jesus will commend his spirit to God. By his death the lives of God’s children will be saved.

 

 

 

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Launch of ‘Enlightenment and Tantra, Hindus and Christians in Dialogue’, 6 May 2019, at the Gregorian University, Rome

On 6 May 2019 at the Gregorian University, Rome, I launchd the book Enlightenment and Tantra, Hindus and Christians in Dialogue.             (Bryan Lobo SJ ed.) Documenta Missionalia 39.                                                Rome: Pontificia Università Gregoriana, 2018.

Here is my speech (English version)

The very existence of this book is remarkable. It could very easily never have seen the light of day. Let me explain.

The two Johns

First of all, concerning the two ‘Johns’. Padre Virgilio Agostinelli was inspired by the founder of ‘Ricostruttori nella preghiera’ Padre Gian Vittorio Cappelletto, often called Padre John,aJesuit who became involved in Ananda-marga, one of the manty tantric traditions of India. Another Father John, in Australia, had also developed his interest in the field of tantra, more precisely in the tantra of Kashmir Shaivism. Virgilio, inspired by Padre John contacted the other Padre John which led eventually to the publication of this book we are launching this evening.

My journey

Over many years I had explored the tantra and, despite its many deviations, seemed to hold a great treasure. During that time, Dom Thomas Matus, a Benedictine monk of Camaldoli, had written his doctoral work linking Abhinavagupta, the great teacher of Kashmir Shaivism, with his contemporary, St Symeon the New Theologian, both of whom were contemporaries of St Romuald, the founder of the Camaldolese.

In the process of trying to find reliable tantric sources, I wrote to  Dom Bede Griffiths OSB who recommended I get in touch with Thomas Matus who in turn introduced me to the best studies available,  namely those of Lilian Silburn and André Padoux. On reading the texts, a deep resonance rose up in me. I can vividly remember sitting on a bed in a hotel in Ravenna asking myself if I was following a false path. Yet, the discovery of Kashmir Shaivism was joyful and liberating. Therefore, it could not be altogether false. The Ignatian process of discerning the spirits was immensely useful here.

 Value of tantra

What was so fascinating about the tantra of Kashmir? On the one hand, it involves overcoming the divisions between heaven and hearth, between the divine and human, between sin and grace, between created and uncreated. This overcoming of dualism resonated powerfully in me. The tantra of Kashmir rejects monism and proposes a non-dualism that enhances the teaching of Christianity where Christ Jesus in his own person breaks down all barriers so that ‘God becomes man and man becomes divine’, as St Athanasius famously said. This highly significant issue  of non-dualism is broached by Bettina Bäumer in article 3 of the book and by Gioia Lussana in article 10, both of whom draw on the Greek and Latin Christian mystical traditions respectively to develop their theme. The tantra of Kashmir also promotes the paths of freedom and joy, a topic that thrilled me greatly and which I handle in article 8 of the book. It proposes the sublime transcendence of those who have the acquired the divine mind, a topic discussed by Ramaraghaviah Sathyanarayana in the article 4,  who presents it from the Śaivasiddhānta tradition. In article 2, Maria Cantoni presents an overview of the cosmic process of emanation and reabsorption in the Hindu tradition and how this is achieved and experienced in the liberated human being. I felt freed by its teaching on the liberating empowerment of the Word, a topic taken up by Colette Poggi in article 7. I rejoiced to see the value attached to the complementarity of male and female, seeing them as embodying the universe and as describing even the highest Reality, a point discussed by Thomas Matus  in article 6. Kashmir Shaivism emphasises the prime importance of the body in the spiritual path, and proposes a spirituality of pleasure, themes that Virgilio Agostinelli develops in article 9. Indeed, Brother Michael Davide Semeraro, a Benedictine monk from Rhêmes Notre-Dame,states that there is a need to move from “a theology of mortification to a theology of pleasure …which will enable us to continue to live as we did in the past. … but with a new freedom and responsibility …” All these tantric themes filled me with wonder and excitement. Indeed, I see them encapsulated in the celebration of the Eucharist. My article, number 1 in the book, shows in what way the Eucharist is profoundly tantric.

The participants in the Eucharist enter into the paradox of Calvary, into the paradox of beauty and horror, purity and impurity, life and death, and so transcend the mind. By words of power, the celebrant transubstantiates the gifts and in a shocking act, the participants consume the very flesh and blood of their master. Overcoming the divisive nature of dualism, they can worship God fully, for only God can know God fully; only God is the offering fully worthy of being offered to God.  They feed on the Body of their Lord; they also commune with each other. They experience each other’s bliss in all their diversity. It is a love feast.

When, as a priest, I celebrate the Mass, I am engaged in a sublime tantric act. In fact, Jesus, it seems to me, can be understood as the greatest of the tantrics.  Jesus the Christ is also Jesus the Tantrika.

Since I felt that I was part of two worlds, the Christian and the Tantric, I wrote in 2009, at the suggestion of Fabrice Blée, of the University of St Paul in Ottawa, the book Vers un Tantra Chrétien, later translated into English as Towards a Christian Tantra. Virgilio discovered this book and contacted me for advice while doing his thesis on Ananda-marga. But why go to Rome?

 Preparation of the conference

In 2016 I went to Oxford to  deliver a paper at a conference, but only because just before the closing date for submitting proposals,  I was contacted by Père Jean-Marie Gueullette OP from the Catholic University of Lyon and informed about it. He later invited me to write a book on the Christian interpretation of the chakras, which I have done. Without this surprise information I would not have gone to Oxford and would not have made a special trip to Rome.

Earlier, in 2010 at Shantivanam, in Tamil Nadu, at the celebration organised by Professor Doctor Bettina Bäumer for the 100th  anniversary of Abhishiktananda’s birth, I had suggested to Dr Paolo Trianni that a conference on Tantra should be held in Europe. Paolo’s article, number 5 in the book, explores the tantric dimension of he calls the ‘theological school of Śāntivanam’, showing its seminal influence.   Some years later when I again made the suggestion,  Paolo proposed a conference first at Camaldoli in Tuscany, then at the monastery of San Gregorio Magno al Celio in Rome. When, in 2016,  I went to Rome to meet Virgilio, and when at his suggestion I met with Fr Bryan Lobo SJ, who had read my book, Bryan proposed that the conference be held at the Gregorian.  This, a whole series of unconnected events lead to this unexpected outcome. It was a case of serendipity.

A few days later, Bryan Lobo, Paolo Trianni, Virgilio Agostinelli, Fr George Nelliyanil OSB Cam, the Rector of San Gregorio, and I met to discuss the details of the conference. We had originally thought of two days but later, on further reflection, it seemed more practical to have just the one day. Virgilio graciously accepted not to deliver the paper he had prepared, but which has been published as item 9 in this book. The title ‘Enlightenment and Tantra’ was chosen because it gives the correct emphasis. We know that the word ‘tantra’ is sometimes associated with what seems just the opposite of enlightenment.

I suggested the themes and speakers and eventually contacted Bettina Bäumer from India, Collette Poggi from Paris, and Thomas Matus from California. Bryan Lobo, for his part, arranged for speakers from the Hindu tradition among many other presenters and moderators. It was indeed an international conference.

The ‘tasters’

We decided to conduct two smaller events, before the conference in October,  in order to test the waters, and to gauge the level of interest. On Saturday 13 May 2017, at San Gregorio Magno al Celio, two papers were presented: my paper entitled ‘Tantra: a path to freedom and the fullness of joy’ which is item 10 in the book we are launching this evening; and the paper by Dr Gioia Lussana: ‘Tantra: una via di conoscenza nell’esperienza non duale dell’essere’ which is item 10 in the book. On Monday 15 May 2017, at the Gregorian University, I delivered a paper entitled ‘The dialogue between Tantra and Christianity: Possibilities and challenges’  which the Gregorian University  published this year in Le sfide delle religioni oggi 2018.

 The Conference

The Conference in October was conducted jointly by the Gregorian Centre for Interreligious Studies, the Italian Hindu Union and the Italian Bishops Conference. Many other groups were also involved as collaborators.

At the opening of the Conference, Cardinal Jean-Louis Tauran, President of the Pontifical Council for Interreligious Dialogue, first extended his greetings to the Hindu Community who would be celebrating Diwali the following day; he then congratulated the many collaborators that had made this conference possible; he spoke of its innovative character and how well it fulfilled the desire of Pope Francis for openness and appreciation between different traditions.

It was a full day, with eight papers in total. They were grouped in pairs, with time for comments and questions. Some 300 participants filled the Aula Magna. The book we are launching includes the developed versions of some of the papers.

Concluding remark

This book, Enlightenment and Tantra, begins to answer the many issues that confront people at this time of seismic shift in attitudes and outlooks. This book, indeed, this evening’s launch, represents a watershed, it seems to me, in the history of spirituality and even of theology.

 

 

Posted in Abhinavagupta, Christian tantra, Dual belonging, Hinduism, John Dupuche, Kashmir Shaivism, Tantrāloka | Leave a comment

‘Do not be afraid’, Commentary on some verses from Leviticus, Numbers and Deuteronomy

‘DO NOT BE AFRAID’

Commentary on some verses from Leviticus, Numbers and Deuteronomy

Year 1, Week 17, Friday                                Glenroy 1975

The Lord spoke to Moses, saying: Speak to the people of Israel and say to them: These are the appointed festivals of the Lord that you shall proclaim as holy convocations, my appointed festivals.        Leviticus, 23:1-2

The most important feast of the year was celebrated in first month of the year; the second most important feast was celebrated at the beginning of the second half of the year. In this way, ordinary life was placed within a religious context. Food and time were sanctified by the recollection of the great acts of God.

Life today is frantic. How are we to live continuously in the presence of God?

This is done by continually listening to the voice of God speaking in the heart. He is always active, in and around all. His voice can be heard in every circumstance. When the surrounding noise fades away, when the ear becomes attentive to a softer voice, God can be heard.

This done with passion and insistence, for the kingdom of heaven is taken by storm. The result is to live in joy, with continual thanks to God for his actions in past history and in the future establishment of his kingdom. The happy life is in God and with God. The Holy Spirit fulfills the dispensation of the old Testament and perfects the work of Christ in the New.

Year 1, Week 18, Monday                                       Glenroy 1977

“The rabble among them had a strong craving; and the Israelites also wept again, and said, “If only we had meat to eat! We remember the fish we used to eat in Egypt for nothing, the cucumbers, the melons, the leeks, the onions, and the garlic; but now our strength is dried up, and there is nothing at all but this manna to look at.”        Numbers 11:4-6

Moses feels the burden of office, for the people complain at the monotony of their food. Even though it is bread from heaven, they tire of it and long for the leeks and onions of Egypt. They grumble and ask for meat, at which Moses feels lost, for they are a multitude. Yet meat they will have. If manna fell with dew from heaven, quails will be brought in by a strong wind. They will have enough to eat and more than enough.

Humans are demanding. They have received great gifts and yet tire of them. Christians receive bread form heaven, the true Bread, yet they tire of it. They are tired of the Gospel and even tired of Christ. There is a danger, therefore, of looking back to the lesser goods. A choice is there, either to return to the paganism of the past or to look to better food, for as meat is more nourishing than manna and the wind is stronger than dew, so the food to come is great than the food already given. A new and better food is at hand. And it is this: that each is Christ, each is temple, because is redeemed

Year 1, Week 18, Wednesday                                Glenroy 1977

“Yes, and we saw giants there. We felt like grasshoppers, and so we seemed to them.”Numbers 13:33

The People had seen the victory of God over Pharaoh and his army. They had seen his power in providing manna and quails in the desert. They had sent his majesty on Sinai and the heard the marvels of his Law. But at the moment of entry into the Promised Land, they lose heart.

Their disbelief implies the the God who showed signs and wonders is incapable of more, that the God who promised them a land is false to his word. It is disbelief that God is God. Therefore, the are condemned to stay in the desert and die there, to lose a whole generation.

The lesson is clear. All is possible for those with faith; but those without faith are doomed to stay in their own particular desert.

Those who have progressed on the path of holiness, being buoyed up by the enthusiasm of youth and the energy of a new revelation, progress quickly at first but then stop. Consciously or sub-consciously they hesitate to take the final step. Fear holds back, fear of imaginary giants. “We felt like grasshoppers”.

Only faith can save from fear. Otherwise we are condemned to remain in our desert

Year 1, Week 18, Thursday                                     Glenroy 1975

“Now there was no water for the congregation; so they gathered together against Moses and against Aaron. The people quarreled with Moses and said, “Would that we had died when our kindred died before the Lord! Why have you brought the assembly of the Lord into this wilderness for us and our livestock to die here? Why have you brought us up out of Egypt, to bring us to this wretched place? It is no place for grain, or figs, or vines, or pomegranates; and there is no water to drink.” Then Moses and Aaron went away from the assembly to the entrance of the tent of meeting; they fell on their faces, and the glory of the Lord appeared to them.”        Numbers 20:2-6

When faced with the difficulties of their desert wanderings, the People of Israel looked back to the pleasant life of Egypt. They complain and offend against the Lord, for complaint is a denial, a doubting of his sovereignty.

Moses and Aaron, however, pray to the Lord who provides the solution.

Complaint is doubt, but prayer is made in faith, and makes the seemingly impossible come into being. The prayer of faith is the greatest human act, for in it we are one with God, sharing his power, that miraculous creativity which transforms things utterly. It is not a prayer of disunion, a pleading to some uncaring deity. It is a sharing God’s effectiveness; and by it we make the mountains move and the rocks provide water. It is our joy and our peace. We do not challenge God but unite with him, making his will ours. We become holy as he is holy, determined with his determination to overcome very obstacle to our purpose, his purpose. And thus, through the prayer of faith, spoken or unspoken, we bring about the Kingdom of God on earth, the Promised Land destined for us.

Year 1, Week 18, Friday                                          Glenroy 1977

“Understand this today, therefore, and take it to heart: the Lord is God indeed …. He and no other.”         Deuteronomy 4:39

The writer, reflecting on the course of Jewish history, is amazed at the stories, the laws, the wonders and signs, and exclaims “Understand this today, therefore, and take it to heart: the Lord is God indeed …. He and no other.”

As we look at 2000 years of the Church’s history, indeed, as we look at the marvels of human ingenuity, the beauty of human creativity, at all that is good and true, we proclaim that Principle, that Force, that Cause which engendered all these things, and him we adore.

Not less human than we but more human, not less personal but more, not less powerful or less beautiful than his works but more so; more true, more majestic, more glorious than man is the Man, the Christ, and him we adore. That future Man who is the source of everything: him we adore, in him we have faith, in him we are.

And as we worship him we know him to whom Man is subject, the One dwelling in light inaccessible and him we worship silence, the Principle of Principle, God beyond God. ‘He alone is God, the and no other’.

Year 1, Week 19, Tuesday                                       Burwood 1983

“Be strong and bold; have no fear or dread of them, because it is the Lord your God who goes with you; he will not fail you or forsake you. …. Do not fear or be dismayed.”        Deuteronomy 31:6, 8

Those who wish to be with God must enter into situations that will at first terrify. There is no escape because it is the necessary step towards finding the true nature of things. Only when faced with conflict can they learn to be resolute; only if they carry burdens can they become strong. Only if they face hell can they be with God.

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

Posted in Biblical commentaries, John Dupuche | Leave a comment

Exodus, ‘The great liberation’, Commentaries on verses from the Book of Exodus

Exodus, ‘The great liberation’,

Commentaries on verses from the Book of Exodus

Year 1, Week 15, Monday                                                   Glenroy 1977

But the more they were oppressed, the more they multiplied and spread, so that the Egyptians came to dread the Israelites. The Egyptians became ruthless in imposing tasks on the Israelites, and made their lives bitter with hard service in mortar and brick and in every kind of field labour. They were ruthless in all the tasks that they imposed on them. Exodus 1:12-14

The success of the Hebrews leads to their misfortune. The Egyptians are jealous. They first try to weary the Jews with hard labour and, when this makes them even more fruitful, to liquidate them.

This is an excellent image of our human condition. For we are born into sin not of our doing. We are oppressed and weakened by virtue of some mysterious power that exceeds our understanding. How much of life is labour, slavery to the elements, slavery to ignorance! Human life is prevented from flowering: The capacities of the human heart are wasted! And to all this there is bad-conscience, for in our plight we make wrong choices. to ills physical and mental we add ills spiritual.

Even if we make some progress, the oppression becomes worse. Good seems to breed its opposite. Yet evil in turn sharpens good and heightens it. So that there is a constant dialectic of good and evil. How shall we find peace, freedom, fullness?

 

                                                                                       Burwood 1983

“But the more they were crushed the more they increased and men came to dread the sons of Israel.”       Exodus 1:12

The Egyptians had hoped to destroy the Israelites by imposing heavy burdens. But the Israelites thrived under this hardship.

In these few words, the Sacred Text has shown one of the essential laws of nature and grace. Just as the body will grow in strength by the burdens put upon it, so too the mind and the will are developed by what seems to defy them. Indeed, the human spirit is brought to its flowering by the experience of evil.

The Israelites increase in numbers because they are children of the promise. They are in good health with a vigour that is from above. A healthy body thrives on hard work. The tribes, healthy with grace, cannot but increase when tested.

Those who wish to increase in grace must face evil, just as those who wish to develop a faculty must sharpen it by its contrary. While evil cannot be justified it can be put to good purpose. Indeed, the Son of God, wishing to achieve the sanctification of the human race had to experience evil even at the centre of his spirit. The Son descended to earth, voluntarily, to take on the burden of the cross.

The vigorous person seeks challenges; the Israelites are given burdens; the Man of Strength chooses them.

 

Year 1, Week 15, Tuesday                                                  Glenroy 1977

When Pharaoh heard of it, he sought to kill Moses. But Moses fled from Pharaoh.  Exodus 2:15

Moses flees. Though the circumstances of his birth are remarkable and his upbringing was excellent, yet he flees. He has sympathy for his countrymen and a sense of justice, but he has no strength. When danger is upon him he flees, abandons his people and makes a new life for himself in Midian.

The workings of grace are never far. The image of God is not destroyed in our hearts, but it is weak and its promptings are a velleity.

Like Moses we see injustice and are moved with pity, but we are ineffective. We flee and eke out an existence elsewhere, away from the problem, away from our fellows, alone, in the desert of existence.

We are powerless to help and our lives, so full of promise, pursue their empty course.

Who shall free us?

At this point, in this pain and poverty of soul, the Word of God bursts in.

 

Year 1, Week 15, Wednesday                                              Glenroy 1977

He said further, “I am the God of your father, the God of Abraham, the God of Isaac, and the God of Jacob.” And Moses hid his face, for he was afraid to look at God. … So, come, I will send you to Pharaoh to bring my people, the Israelites, out of Egypt.” But Moses said to God, “Who am I that I should go to Pharaoh, and bring the Israelites out of Egypt?” He said, “I will be with you; and this shall be the sign for you that it is I who sent you: when you have brought the people out of Egypt, you shall worship God on this mountain.”       Exodus 3:6, 10-12

God had appeared to Abraham, Isaac and Jacob. God speaks to Moses from the heart of the burning bush, at which he is struck with fear, with awe and trembling. He cannot bear the sight; he hides from God, he hides God, with a veil.

God appears in the present day but always in continuity with the past. his appearing to us is new but his appearing to mankind is constant. What I knew from hearsay I know

now from experience. They knew God, I know what they knew, and I become equal in dignity to them. I am honoured.

Yet I fear. The experience of God is wonderful and frightening. His presence overwhelms my self-awareness, and I am reduced to an object. In self-protection I blot

out my mind, and withdraw. Yet, weakened, reduced, brought to naught in my spirit, I am touched to the depths of my spirit.

If the first effect of the presence of God is to destroy, the second is to empower, to raise. I receive a task, a commission.

For Moses it was to face Pharaoh. He to whom God has appeared can easily face Pharaoh. He who fled in fear of Pharaoh and was pursued by God, now returns to organize the flight of the people.

Moses pleads his weakness, but God declares the ultimate source of his strength: – not his intelligence or standing, but ‘I shall be with you’.

And for each of us, the task is alike: to free the people. Those whom God touches are free and can continue to live only by freeing others. We are weak, but no matter, God is strong and the power of God is with us.

 

Year 1, Week 15, Thursday                                                  Glenroy 1975

But Moses said to God, “If I come to the Israelites and say to them, ‘The God of your ancestors has sent me to you,’ and they ask me, ‘What is his name?’ what shall I say to them?” God said to Moses, “I AM WHO I AM.” He said further, “Thus you shall say to the Israelites, ‘I AM has sent me to you.’”           Exodus 3.13-14.

Moses was concerned about the fate of his people even before God appeared to him. He had killed an Egyptian so concerned was he about his countrymen. But he was unable to act in any effective way by this method. He had to flee Egypt and escape into the wastes of Midian.

Only after God had revealed himself in the burning bush as the God of Abraham, Isaac and Jacob, as ‘I am who I am’ – only then could Moses find in himself the strength and the freedom to embark on his mission.

We go out into our own desert of Midian and there we surrender to God and all that he is. And then we become free. And, made free, we free. When God has made us free, we make others free.

 

                                                          Glenroy 1977

“God said to Moses, “I AM WHO I AM.” He said further, “Thus you shall say to the Israelites, ‘I AM has sent me to you.’”      Exodus 3:14

Moses has asked for the name of God. Is he ‘God’, ‘Lord’, ‘Father’, ‘El Shaddai’, ‘the God of Abraham, Isaac and Jacob’, ‘Adonai’? In whose name, by whose authority will Moses speak to the people.

The answer comes back resoundingly: the one who speaks to Moses cannot be limited by any name, any concept, any category. He is beyond all names, the Reality greater than all reality, the most personal of all persons. If a title must be given, let it be ‘I am’. And the reply comes to Moses: ‘I am ‘I am’”; “Sum ‘Qui sum’”.

The creator gods of the ancient world, with all their ways and means of creating, give way to the Creator God of the Jews who simply says “Let it be”. So too the different appellations and descriptions of the gods, their animal forms and their theophanies pale before the One who simply says ‘I am’.

All others beside him are unreal. All with him become real.

Here we pierce through to the deepest insights. As Moses was the greatest prophet, the greatest leader, the greatest law-giver of the Old Testament, so too the name he hears from the One is the greatest. And as Jesus supersedes Moses in every respect, so too the names he hears from God are greater. If God is ‘I am’, so too Jesus is ‘I am’ because he has heard most perfectly that divine title ‘I am’. And we who hear the word of Jesus, also say ‘I am’, ‘We are’. And our statement resounds throughout the universe: ‘Come

to us, because we are; come to us and you will be’. ‘We are’ and therefore ‘You are’. The final word that comes into the world is ‘be’; because the first word that ever was is ‘I am’.

‘I am’. ‘Be!’

 

                                                             Burwood 1983

“‘I am’ has sent me to you.”   Exodus 3:14

God cannot be named because he exceeds every title and description. Yet, of all the titles none exceeds the sentence-name ‘I am’. Nothing better describes his essence, unless it be the acclamation ‘Father’!

In the garden Jesus uses this name of himself. When he declares ‘I am’, the soldiers fall to the ground, unable to look of God. Jesus can say ‘I am’ because he is of one nature with the Father.

We can make the next step. For we are, by baptism, united with Jesus. What he is, by possessing the divine nature, that we become, by sharing Jesus’ nature.

Yet we become eternal. We too become “I am’. We are called by God’s name for God has called us to himself. Therefore ‘We are’. To the same extent, though by a different title, ‘We are’. We are now eternal and the events of life are a passing parade. Death cannot touch us for we are. Permanent, solid, able to endure all things, constant, faithful, committed, we are and we make to be. Our being is not for ourselves only but is for the becoming of those who are destined to be. We are must fully when we make others to be. Then we deserve that other title – but which we can never fully share – of ‘Father’.

 

Year 1, Week 15, Friday                                                      Glenroy 1975

The blood shall be a sign for you on the houses where you live: when I see the blood, I will pass over you, and no plague shall destroy you when I strike the land of Egypt.”Exodus 12:13

We stand amazed when someone sacrifices themselves in love for us. It seems beyond human comprehension that someone should die for us. We are struck in wonder and at once we know that God is present. For such love is possible only when possessed of the divine. Human love is capable of so much generosity because God is there, and we know God in it as the One who loves.

That is why children are always so struck by a mother’s love. They know their mother’s and, however obscurely, know God in it. They retain the fondest memory of their mothers as that first time when human love revealed the face of God.

Today’s reading recounts the saving of the People by blood. The story, with all its imperfections, finds its fulfilment in the self-sacrifice of Christ and finds its re-enactment in the acts of self-sacrifice of men and women throughout the ages.

Words are weak. Actions speak louder, so that all who, despite the obscurity of their lives, sacrifice themselves proclaim God more powerfully than the most gifted preacher. The man of character, the woman of devotion, the old person with wisdom and the young with generosity of heart – these, without speaking, show God to the world and save the world. The revelation of God shields from danger and opens the door onto eternal life.

Therefore, let us rejoice and proclaim high festival whenever we see the self-sacrifice and generosity of others. Let us rejoice and be glad, eternally.

 

                                                          Glenroy 1977

They shall take some of the blood and put it on the two doorposts and the lintel of the houses in which they eat it. … The blood shall be a sign for you on the houses where you live: when I see the blood, I will pass over you, and no plague shall destroy you when I strike the land of Egypt.”            Exodus 12:7, 13.

The Lord, in all his mystery and namelessness, has appeared to Moses. The People, therefore, must slaughter the spotless lamb, putting its blood on the door-posts of their homes, cooking its flesh, eating every part of it, leaving nothing unconsumed.

This is because the appearance of the Nameless reduces us to nothing. When the Nameless appears, we lose our name. When the Mighty appears, we lose our strength. When the Glory comes, we are slaughtered: every part of us is taken, consumed in the fire of his power, eaten up.

What joy, to be undone, reduced, possessed, taken over by the One who exceeds all! What love is lavished, that He should be concerned about us! What glory is given, for we are transformed. Everyone who is touched by God becomes godly.

 

                                                                                    Burwood 1983

“It must be an animal without blemish, a male, one year old.”         Exodus 12:5

Details are given about the animal. It must be perfect in every way, tender in flesh for eating, without blemish and delighting the eye with its freshness of youth. The very physicality of the animal is to be the means of salvation.

So too with the body of Christ. He is perfect in every way, and all the perfections of humanity are to be found in him who elevates the physicality of flesh to its highest state by the power of his divinity.

So too for the Body of Christ. It must be without fault. Indeed, even the physicality of the Church will become perfect under the influence of grace, healed of every blemish.  When resurrected, it will be perfect in physic and perfect in grace, a spiritual body for the salvation of the world.

 

Year 1, Week 15, Saturday                                                   Glenroy 1975

“The time that the Israelites had lived in Egypt was four hundred thirty years. At the end of four hundred thirty years, on that very day, all the companies of the Lord went out from the land of Egypt. That was for the Lord a night of vigil, to bring them out of the land of Egypt. That same night is a vigil to be kept for the Lord by all the Israelites throughout their generations.”           Exodus 12:40-42

There are privileged moments in the life of nations and individuals, when the actions of God are apparent. A seemingly fortuitous set of circumstances combine together, like the notes in music, and the One becomes manifestly, blindingly present.

Such a moment in Israel, the greatest such moment in the history of the Jews, is the escape from Egypt.

These moments are treasured, reflected upon and relived. Liturgies and rituals are composed, to recreate in the present the sublime moment of the past.

We try to rediscover that privileged moment. This is the human quest. Where shall it be found? It can be found in Christ’s death, but his glorious death is a type of that final moment of transition between time and eternity, from bound existence to utter freedom, disregarding death, we penetrate beyond the veil, out of time into eternity. Such is the human quest, the religious quest.

 

Year 1, Week 16, Monday                                                   Glenroy 1975

“Then I will harden the hearts of the Egyptians so that they will go in after them; and so, I will gain glory for myself over Pharaoh and all his army, his chariots, and his chariot drivers.”          Exodus 14:17

God is the chief agent. He makes Pharaoh stubborn just as he gives victory to his People.

God is the source of all, both success and suffering.  He imposes suffering so that, from it, he can achieve greater good: “I will win glory.” Suffering becomes intolerable if it is not understood. The good result lessens the sharpness of the surgeon’s knife. The pains of childbirth are made more bearable by the knowledge that a child is being born. The agony of the crucifixion is taken on when the hope of glory is in sight.

Thus, God is the cause of suffering. We can accept this if in this way he brings about good. Of only one thing God is not the cause: sin and all that derives from it.

If we allow God as the source only of what we call good, then we reduce him to our level. Only after allowing him as the source of all except sin can we see him as he really is, as the powerful one, the source of our hope, the ruler who brings all things to the conclusion which he desires: he will win glory for himself and for us too.

 

                                                             Glenroy 1977

“The Lord will fight for you, and you have only to keep still.”          Exodus 14:14

The Israelites have escaped from Egypt. They have left the advantages of Egypt for an uncertain future. However, the Egyptians give chase and are ready to destroy the little band. At this Moses cries out: “The Lord will do the fighting for you, you have only to keep still.”

What a demand this is: to keep calm in the face of death! To trust in someone as unknown as the Promised Land, more uncertain than the future.

Yet it all lies there. For when we have made a break with old habits and old concepts, when we chase the future dimly seen – that land of one body and one spirit – when we follow the silent calling out of our Egypt into our promised reality, then all the past comes in chase of us. Departure is easy at first; escape is difficult, for our past seeks to destroy us.

Then we doubt: is this the right thing to do? Am I following truth or illusion; is it the Creator or the spirit of self-destruction that is calling me? And to us the word of Moses comes: ‘be still, God will do the fighting for you’. Then we can pursue our journey, into the desert.

 

Year 1, Week 16, Tuesday                                                   Glenroy 1977

“Then Moses and the Israelites sang this song to the Lord”.Exodus 15:1

The Lord has conquered the Egyptians. The very waters that saved the Israelites have overwhelmed the Egyptians, and the former brutal masters lie dead on the shore.

Those who are free from past methods and forms, wishes and desires, from things that dominated and gave fleeting pleasures cannot but sing a new song.

This song is the Spirit: for freedom is an unleashing. In place of old masters, a new impetus is given; in place of old pleasures a new joy is felt. The Spirit manifests in breath, in a song resounding throughout creation, transforming it, redefining it. The Spirit is a song made to God, given to him, so that God is revealed in song, is made into song.

 

Year 1, Week 16, Wednesday                                            Glenroy 1977

The whole congregation of the Israelites complained against Moses and Aaron in the wilderness. The Israelites said to them, “If only we had died by the hand of the Lord in the land of Egypt, when we sat by the fleshpots and ate our fill of bread; for you have brought us out into this wilderness to kill this whole assembly with hunger. … “I have heard the complaining of the Israelites; say to them, ‘At twilight you shall eat meat, and in the morning you shall have your fill of bread; then you shall know that I am the Lord your God.’”      Exodus 16:2-3, 12.

The Israelites are fed in the desert. The flesh-pots of Egypt give way to the delicacy of quail and manna. These are a gift from God, more truly gift than the food of Egypt because more of God.

Yet they have had to suffer hardship. They have wandered in the desert, they have been without food. Only when they are totally bereft and ready to die, does this delicate food come to them.

This passage refers to the blessedness that comes to those who have left all and followed the obscure paths of God. They will journey for a while in the desert, but once they have reached the depths of despair, then the quails and the manna appear. A new spirit, a new body are given. Feeding on spirit and body they become spirit/body. With that success they come to know God: ‘for in our flesh we shall see God’. Joy fills the heart, strength comes, an energy, an exhilaration, a determination which knows no limits.

 

Year 1, Week 16, Thursday                                                  Glenroy 1977

“On the third day, when morning came, there were peals of thunder and flashes of lightning and a dense cloud upon the mountain and a very long blast of the horn and all the people who were in the camp trembled.” Exodus 19:16

God appears in thunder and earthquake, in lightning and in cloud. The people who had to leave the land of Egypt before they could be fed with quails and manna must now be struck in soul and psyche before they can receive the truth. The phenomena on Sinai overwhelm the people and they tremble, for it is the end of things and the beginning of things.

On Mount Calvary there is the cloud and the darkening, the earthquake and the death. Jesus is struck in the heart, in his spirit and body too. For it is the end of things and the beginning of grace.

Each of us has our Sinai, our Calvary; each of us has our third day. The coming of God so different from our ordinary lives must mean the bewilderment of our lives.

‘Come Lord, break in, break up my life, surround me with thunder and trembling, so that we may be one, I like unto you.’

Then it will be the end of passing things and the beginning of eternal things. How I long for those eternal things, how I long for the lightning and the cloud, for then I shall be.

 

Year 1, Week 16, Friday                                                       Glenroy 1975

“You shall not make yourself a carved image or any likeness of anything in heaven or on earth beneath or in the waters under the earth.”Exodus 20:4

Nothing can fully express God, no name describe him, even the most august. When we call him ‘great’ and ‘majestic’, we have only touched the seam of his robe. When we call him ‘love’, we only approximate. The final word we can say about God is silence.

And yet we know him. His mystery is revealed not in words or images, not only by his Son, but also by the Spirit who prays in groans beyond understanding. We know him but cannot conceive him. We are aware of him but cannot express him. The sigh, lastly the silence, is the closest we can come to his name, for he is ineffable. Yet we know him. This is the greatness of our religion: its essential mystery.

 

Year 1, Week 17, Tuesday                                                   Glenroy 1975

If I have indeed won your favor, Lord, let my Lord come with us, I beg. True, they are a headstrong people, but forgive us our faults and our sins, and adopt us as your heritage.” Exodus 34:9

The Spirit of God comes upon people for a variety of reasons that escape our understanding.  Eventually a partial reason will be found in the juncture of circumstances, but in every case the Spirit is a gift freely given, whatever the imperfection and sin.

Thus, humans are caught between an awareness of the drive of the Spirit and the awareness of sin. To the extent that they follow purely the movements inspired by the Spirit, to that extent they are sinless. The one who finds every part moved by the Spirit, even from conception, is in every part sinless. This is the case of Mary, the Mother of Jesus.

Those who are inspired by God are bold indeed. They propose themselves. Thy do not propose themselves apart from the Spirit, but they propose that part which is moved by the Spirit. They do not propose just the Spirit but ‘the self-moved-by-the-Spirit’.

Thus, Moses prays that God will accept the people, headstrong though they are, accept them as himself. For they are one with God in those parts of them that are moved by the Spirit.

 

                                                                                       Burwood 1983

“He stayed there with Yahweh for forty days and forty nights, eating and drinking nothing.”         Exodus 34:28

Moses stays for the sacred period of time. Indeed, every forty days and forty nights in the Biblical narrative signifies a manifestation of the Timeless One. Thus, all time is present to his Presence. All the delights of heaven and earth are found where he is found.

For that reason, Moses need not eat or drink. All is given to him by the presence of the One who holds all things in his hands.

So it will be at the resurrection. Being in the presence of God, indeed being in the presence of the Risen Incarnate, all goods are there. There is no need to eat and drink, because the Body and Blood of Christ is there; the Body and Blood not only of the individual Christ Jesus but also of the Whole Christ, the Church. We will be sustained in our spiritual bodies by the spiritual food we are to each other. The food of lovers is love. The food of the risen Church is the Risen Body.

So, we proclaim ourselves. Despite our reluctance, we proclaim ‘ourselves-moved by-the-Spirit’ as the object of faith. Thus, as Christ is the full object of faith in every part, we, in our purest part, are the objects of faith. And as Christ was put to death because of his proclamation, so too we will be refused for this proclamation. Yet we cannot shirk it at the risk of subtracting our entire selves from the Spirit and ceasing to be one with God, ceasing to be his heritage.

This complete obedience to the Spirit is required.

 

Year 1, Week 17, Wednesday                                                 Burwood 1983

“The sons of Israel would see the face of Moses radiant.”    Exodus 34:35

Moses’ face is radiant, for he has been in the presence of the One who is light. He is transformed by what he sees. He is changed in mind and body. The radiance of the body is proof of the radiance of the mind. Because God has spoken Moses’ face shines.

The transformation of matter is from mass to light, from mass to purest energy. Yet even light is not the perfection of matter, although it is its highest form. The perfection of matter is the spirit, where the light of earth is one with the Light from Light, when light is inhabited by Light so that we have light from Light from Light. That is the perfection of matter.

For that reason, Moses’ face begins to be transformed into light. The transformation is complete when the Light of the World transforms our bodies into copies of his own glorious Light.

 

Year 1, Week 17, Thursday                                                  Glenroy 1975

“Then the cloud covered the tent of meeting, and the glory of the Lord filled the tabernacle. Moses was not able to enter the tent of meeting because the cloud settled upon it, and the glory of the Lord filled the tabernacle. Whenever the cloud was taken up from the tabernacle, the Israelites would set out on each stage of their journey; but if the cloud was not taken up, then they did not set out until the day that it was taken up. For the cloud of the Lord was on the tabernacle by day, and fire was in the cloud by night, before the eyes of all the house of Israel at each stage of their journey.            Exodus 40:34-38

The presence of God is expressed in terms of a cloud, for no image of God existed in Israel. And again, when Moses asks God for his name, the request is refused. Thus, there is ignorance surrounding the person and nature of God.

This very obscurity, however, reveals something about God, namely, that he transcends all that is human. He cannot be comprehended, and if he does reveal himself, the effect is blinding. He lives in light inaccessible.

And yet this mysterious One leads us, for when the cloud rises and moves from the tabernacle, the people follow it until they reach the Promised Land.

The lesson is clear. We are most powerfully and most accurately led by Someone we do not understand. Science makes us follow what we know, but such a bias is backward looking, for knowledge is always of things past. What is truly inventive is the pursuit, with uncertain halterings, of what is unknown. We are led by the Spirit – for the glory of God is the Spirit – through uncertain ways to the Promised Land.

Therefore, we follow the instinctual Spirit, the leading strings of faith. When things are darkest, the cloud will appear as fire, to guide us. When we are in death, the Spirit will lead us, by crooked lines, to that Promised Land which science can never give – to that presence

 

Posted in Biblical commentaries, John Dupuche | Leave a comment

‘From glory to glory’, 2 Corinthians, commentary on select verses

‘From glory to glory’, 2 Corinthians, commentary on select verses

Year 1, Week 10, Monday                                       Glenroy 1977

“the sufferings of Christ abound in us”         2 Corinthians 1:5

The suffering of Christ is not locked up and individualistic. It is a suffering of all mankind for all mankind.

So that when I endure some hardship – as long as it is due to good, not sin – the suffering I experience is at one with Jesus’ suffering. Just as we are one in our humanity, so too we are one in our suffering; his suffering is for all mankind and my suffering is for all mankind and for Christ. By undergoing the same experience, I become one with the person who has that experience. My suffering is his and his suffering is mine. We are one body in our suffering. As man and woman become one body by their pleasure, so all who suffer become one body with each other.

Therefore, we are not alone. We are not separate ‘cells’, each enduring our private agony. All suffering is a public event with a social dimension, a suffering of all mankind for all mankind. We form the community of those marked out. And above all we are not separate from Christ. He heads the community of those who suffer. But if we can turn to him to remove the bitterest aspects of suffering, he had no one, for no one could equal his suffering, just as no one could equal his greatness. He who had the fullness of talent suffered the fullness of loss when he saw that talent rejected and destroyed. He who had the most to offer suffered most in the failure of his project. He who had the deepest appreciation of humans and God felt with utter keenness the cutting off from mankind and God.

Therefore, he suffered alone. There was none to comfort him. Therefore, no person can be alone in suffering again.

There had to be one who would suffer alone, so that mankind could solve the loneliness of suffering. There could only be one man who would suffer entirely alone. There had to be one, so that all suffering could be linked and the human race preserved: for solitary pain fragments our race as does solitary joy.

Therefore, if we suffer, it is the suffering of Christ and ours – all one thing – that we experience.

Burwood 1983

“As you are partakers in the sufferings, so too you partake in the consolation.” 2 Corinthians 1.7

Paul adduces at this point in his argument a catch-phrase which sums up the essentials of Christian spirituality. Only by sharing in the sufferings of Christ can one receive the consolation of the Holy Spirit. It is the spirituality of the cross.

Not all who are afflicted suffer. Suffering requires a certain attitude of mind, a certain receptivity, a certain humility. Suffering means allowing the affliction to enter the spirit, to fashion and change. The damned are afflicted but they reject their affliction. It does not touch them and therefore cannot be turned to good. The rejection of the suffering only adds to their suffering.

Whenever a person suffers, they suffer with Christ. Those who truly suffer do not suffer alone. It is not possible to be alone in one’s suffering because Christ has preceded us. One can only be partaker in suffering. Only one has fully suffered as only one has fully died. Since the death of Christ no one can die alone therefore no one can suffer alone. Suffering has done its worst and been found wanting. Death and suffering are overcome. They are shown to be powerless.

To the one who allows suffering, the eyes of God are drawn. The one who trembles at his word and who shakes in suffering cannot but bend God to his need. If the sufferings are many, the consolation is one. The myriad forms of evil which try to dismember are replaced by the one Spirit who unites. This consolation of the Consoler does not turn back the clock. We are not deprived of our history because the tide has been reversed. The consolation makes the wounds glorious. Rays shine from the pierced hands and side. What was evil is now good. It does not cease to be terrible: it becomes honourable.

The consolation that comes to Christ, so that he is raised in the Spirit, also comes to the sharer of his sufferings. The same Spirit raises the like victim. We share in the consolation of Christ. His history is ours, if we allow it.

East Doncaster, 1989

“Indeed, as the sufferings of Christ overflow to us, so, through Christ, does our consolation overflow.”   2 Corinthians 1.5

The Second Letter of St Paul to the Corinthians is in fact a collection of excerpts from other letters. It speaks powerfully of the contrasts of light and dark, of suffering and joy: the paschal mystery.

Therefore, the letter opens with Paul exulting in his experience of the paschal mystery.

His life as a Christian and especially as a missionary has made him experience something of the sufferings of Christ. In the tribulations of his own life, he has known the trial of Christ. The similarity of the experience has opened him to the sufferings of Christ. These he now knows from within. He has entered into the passion of Christ.

At the same time, Paul also knows the consolation that Christ experienced in the resurrection. This consolation has overflowed into him and through him to others. Paul is thus the bearer of the Spirit and the communicator of the Spirit, from his own self. He is in himself the place where the paschal mystery has become real.

We ourselves undertake our Christin faith with the knowledge that it will lead us to experience the sufferings and the resurrection of Christ from within. It is in our own bodies that these things will be known. Therefore, already, in this life, we share the condition of eternity, of the eternally crucified and risen One and therein find the consolation of Spirit.

 

Year 1, Week 10, Tuesday                                                    Burwood 1981

For the Son of God, Jesus Christ, whom we proclaimed among you, Silvanus and Timothy and I, was not “Yes and No”; but in him it is always “Yes.” For in him every one of God’s promises is a “Yes.” For this reason, it is through him that we say the “Amen,” to the glory of God.”2 Cor 1:19-20

Inconsistency is part of our human predicament. We are a mixture of yes and no. Our choices are partial and lacking in wholeheartedness. Our resolutions are broken, we are unfaithful to the most solemn vows. We cannot choose good without also partially rejecting it. Our choice of the good is partial. So too is our choice of evil – fortunately. It gives us hope of being freed from our sins. Our choice of evil is not final; our choice of good is not complete.

But with Christ there is consistency. His choice for good is a simple ‘yes’, with the simplicity of divinity. He is human, but he does not share our inconsistency. He is simply ‘yes’. He is God’s ‘yes’ to mankind, God’s choice of those that in Christ. He is also mankind’s ‘yes’ to God. Where Adam said no, and mankind is forever saying ‘yes and no’, Christ says ‘yes’, on his behalf and ours. Christ is ‘yes’. Through him at last we can say ‘yes’, ‘Amen’ to all that is born in God.

Our blessedness will be to put off our inconsistency and to become capable of the truth, saying yes and meaning yes, being yes, clear, without fear, without shadow, straightforward and calm, direct and sharp as a sword, united, faithful, holy as God is holy.

Burwood 1983

“He has assured us all …. He has anointed us marking us with his seal, giving us the pledge, the Spirit that we carry in our hearts.”        2 Corinthians 1:22

With this series of phrases, Paul is attempting to explain the effect of ‘standing in Christ’. The Spirit is an anointing, a seal, a pledge. From faith in Christ comes an experience that is confirming in every sense.

It is the work of God in the first place. The imparting of the Spirit is the act of the Father upon those who are in the Son. The Christian is in a Trinitarian relationship.

The Spirit is an anointing. The oil poured on the heads of kings and prophets of old is replaced by the far greater empowering: the Spirit of God. Not something of earth, symbolic though it may be, like oil. It is from above, entirely, from the eternal God, eternal and God. The Christian is Christ because anointed. He occupies the same function as the Christ. He moves with the same power and authority.

The Holy Spirit is the seal of God. It is the firm ratification of what has occurred in Christ. The act completed in Christ is confirmed in the Holy Spirit. What we are, our basic character and nature, is established. As human beings, as divine beings, we are.

The Holy Spirit is the pledge. The future is assured. We know that the kingdom is ours. The culmination of all things is definite, since God is definite. His plan will be fulfilled and we have a definite part in that. We are already citizens of heaven because we have the firm pledge.

The future is already in us. What we are to be, we are already. The seed contains the tree and ‘the child is father to the man’. With the gift of the Spirit from the Father to those who are with the Son, the future of mankind is assured. We have our pledge, our token, our ticket. We have won. The prize will be given.

East Doncaster, 1989

“I swear by God’s truth, there is no Yes and No about what we say to you.”     2 Corinthians 1.18

The experience of the paschal mystery is total. The endurance of humiliation and death is total; the resurrection is complete. Death and Life have been experienced to the full. The pascal mystery cannot be undone.

So too in the Christian, such as Paul, who has experienced the paschal mystery, there is a simplicity and directness. The sharing in Christ’s death is complete so that there is no vacillation before threats and dangers. The experience of resurrection is complete so that there is no life to be sought apart from the life of Christ risen.

This is because the gift of Spirit is complete. The Father expresses himself completely in the proceeding of Spirit. Person is communicated in Person without any shadow of portion. It is a total giving of self in the fine point of the soul. Likewise, the emission by the Son is complete, there being no disobedience to the inspiration of the Father.

The Christian shares this same simplicity and directness.

There, there is in us no ‘yes and no’, but only Yes! The Spirit is the Yes of the Father towards the Son and the Yes of the Son towards the Father. This Yes is said to us too and so we share in that Spirit, the mutual Yes of Father and Son, who is Person of the Person, their mutual Yes.

 

Year 1, Week 10, Wednesday                                              Glenroy 1977

Jeremiah had prophesied the future gift of the Spirit. Paul and his fellows oppose the primacy of the Law and argue in favour of the new covenant written on the heart, the Spirit poured out. ‘You can point, if you like,’ Paul effectively says to those beloved of signs and wonders, ‘to the theophanies of Sinai, but the theophanies of the future will be more startling’.

If the giving of death was accompanied by thunder and lightning, the giving of the Spirit will be accompanied by the moon turning to blood and the sun going black. If death produced such a glow on the face of Moses, the Spirit will transfigure our whole bodies.

For there can be no divine event which does not have deep consequences on the whole fabric of creation.

And we look forward to this coming fullness of Spirit. Let earth fall away and the weakness of our bodies. Let all that is to pass disappear and let that Spirit come which preserves what is good and eternal. The judging Spirit will seize upon what is useful to his task, and omit the useless. The creating Spirit will make a new world. Of the countless multitudes he will make one body. Of the countless dead he will make useful lives. Of the grime and chaos, he will make order and beauty. Of the weak he will make the strong. These are his signs, this is the glory that will follow upon his coming.

                                                                        Burwood 1983

“Now if the ministry of death, chiselled in letters on stone tablets, came in glory so that the people of Israel could not gaze at Moses’ face because of the glory of his face, a glory now set aside, how much more will the ministry of the Spirit come in glory?”2 Corinthians 3:7-8

The account of Moses receiving the Tables of the Law describes the splendour and the darkness of the scene, the lightning and the clouds. But it was a Law which could not be observed, for it did not have the Spirit of life in it. It held up the ideal but did not give the means to achieve it. The place was shown but not the way to it. The Promised Land was pointed out but the courage to enter it was absent.

Therefore, it could not but be a Law that condemned. It doomed to frustration. It showed the goal but, tantalisingly, held it out of human reach.

Nevertheless, it was good that such be the case. How could people desire the means if they did not see the beauty of the goal? How could they desire the original if they did not see the model? How could they hope for heavenly things if they did not see earthly things? The Law is a training for true justification. Therefore, its granting occurs rightfully in splendour.

But all that was a preparation for the event on the mount. The disciples Peter, James and John receive a greater law in a greater splendour. They receive not tables of stone but the living Christ. The will of God is engraved in him, no! lived in him, no! he is himself the new law, yet a person; an ideal, yet a friend; the place where God dwells with humans, a place which is a person, a freedom, a love, a fidelity, a source of life. The future body is shown and the courage to be part of him is given.

On the mount of the transfiguration, what was foreshadowed on Sinai is accomplished. The new law is given and with it the ability to observe it, because the new law is not words but the Word, not stone but a heart, not man but God-man, not a command but a communication of the Spirit. Not a communication of Spirit without the new law, for the Spirit comes from Christ and leads to him. It is the communication of Word and Spirit which replaces Law and death – on the mount of the Transfiguration.

 

Year 1, Week 10,  Thursday                                     Glenroy 1977

… not like Moses, who put a veil over his face to keep the people of Israel from gazing at the end of the glory that was being set aside. … And all of us, with unveiled faces, seeing the glory of the Lord as though reflected in a mirror, are being transformed into the same image from one degree of glory to another; for this comes from the Lord, the Spirit.”      2 Corinthians 3:13,18

Moses saw the glory of God on the holy mountain, and his face radiated this glory before the people of Israel. Yet this glory faded with the passage of time so that Moses, in shame, placed a veil on his face.

Jesus, on the mount of transfiguration, was overshadowed by the glory of God; his whole person and his clothes gleamed with light as they were changed in glory. Moses and Elijah spoke with him and the whole scene took place before the three main apostles who were overjoyed to be there.

Or again: we ourselves have seen the glory of the Lord. We are like Moses, yet greater than Moses.

For we have not a Law bound to time and place, and outgrown like the experiences of youth. We have the Perfect Man, the Future Man, the fullness of humanity made divine. This is the glory before us. This is what we glimpse on our mountain, our peak experience.

Already we reflect the brightness of the Lord in the whiteness of our baptismal robe, in the glistening of oil on our foreheads, in the peace of our spirit and the joy in our hearts.

This does not fade, as did the effect of glory in Moses. It can only increase – so long as we continue to gaze on the brightness of the Future Man – until we are changed, metamorphosed, transfigured and become the Future Man.

For it is the glory of God that each should be transfigured in every way: in body, yes, in mind and spirit, yes, but in essential nature too: for we begin as human, of human origin; but by the overriding work of the Spirit we become divine, of divine origin, so that we too become Light from Light and God from God.

To him who has headship in all belongs the quality of only-begotten. To us who are second-born belongs the quality of begotten of God, not of the will of man or urge of flesh.

That will be our final glory: to be seen as of divine origin, chosen before the foundation of the world, transfigured even in our source.

 

Year 1, Week 10, Friday                                         Glenroy 1977

Yes, everything is for your sake, so that grace, as it extends to more and more people, may increase thanksgiving, to the glory of God.”   2 Corinthians 4.15

Upon Jesus, at the moment of baptism, the voice of God came saying “you are my beloved Son’; at the moment of death, the Spirit of God came upon Jesus making him Lord and Christ; at the moment of preaching, the good news is given to the people, making of them children of God.

To the more and more faithful, this word of favour is said; to all who receive it and allow it, this word of favour is spreading, this grace, this gift of reconciliation, God’s initiative.

And as we see this sheer goodness and experience its encouragement, as we see the expansion and joy of our being as we see the resolution of all complexities and the breaking of sin – we cry out in praise and thanksgiving, blessing the one who blessed us.

For it is the dialogue of the Spirit. God speaks to us his Spirit, speaks to us in the Spirit, and we in return praise him in the Spirit, returning him his Spirit. What he has given us is his, but he gives it as ours and we give it as ours to him. He blesses us, we bless him for blessing us. He recognises us, we acknowledge him. He calls us ‘Son’ and we call him Father. He makes us real and we make his reality real in our world.

For it is a contract, a covenant, not as between equals, but as between individuals; not that we are par but that we are persons, free, conscious, willing.

Thus, it is a liturgy of the Spirit: grace multiplied and thanksgiving abounding; it is a blessing all about: God blessing man and man blessing God for his blessing.

 

Year 1, Week 11, Monday                                       East Doncaster, 1989

“We beg you once again not to neglect the grace of God that you have received.” 2 Corinthians 6.10

Last week’s readings from 2 Corinthians were a commentary on the feast of Pentecost. They spoke of the contrast between Law and Spirit, of the experience of Moses on Sinai and of Christian destiny. This week’s readings are a commentary on the form of life that results from the Spirit.

For that reason, Paul begins this section with an earnest request not to neglect the grace of God which leads the Christian into a life which is essentially dramatic: the conflict of inner and outer, of present and future, of good and evil, of appearance and reality. Paul describes it in resounding phrases: ‘taken for impostors while we are genuine; obscure yet famous; taken for paupers though we make others rich, for people having nothing though we have everything’.

This dramatic quality comes from the very presence of Spirit who leads us, as he chooses, along paths we do not know. His freedom upturns our customs and ideas. From security, he takes us into puzzlement, to be in the One who is beyond all knowledge, to be with him who is purest Presence.

 

Year 1, Week 11, Tuesday                                       East Doncaster, 1989

“Here, brothers, is the news of the grace of God which was given in the churches in Macedonia.”             2 Corinthians 8.1

Paul attaches great importance to the collection made among the Gentile Churches for the Mother Church in Jerusalem. which, it seems, was experiencing the effects of the famine known to have occurred under the Emperor Claudius.

The Spirit is essentially the mark of the generosity of God. The magnanimity of Father and Son is communicated and expressed in the proceeding of the Spirit. The Spirit draws on the magnanimity of Father and Son in his drawing of himself from them. The breath makes the Father and Son breathe. The end causes the beginning.

The Spirit is given to the Christian out of magnanimity, given without any search for advantage.

The divine generosity that the Christians have experienced leads them naturally to be generous to others with whatever wealth they have. Thus, the collection of money, which seems so opposite to the values of Spirit, becomes, in this case, an indication of the Spirit’s power.

 

Year 1, Week 11, Wednesday                                            Glenroy 1977

You will be enriched in every way for your great generosity, which will produce thanksgiving to God through us;”       2 Corinthians 9.11

God is generous by nature. For that reason, we call God ‘Father’, for he who generates is generous.

God rejoices to be generous. It is his pleasure to communicate; he loves to give. For that reason, he creates and redeems. The very foundation of the world is generosity. He fashions the man from the earth and regenerates with his Spirit. From what is born of time he fashions gods, born of eternity. And his delight is for his children to be with him.

God is generous because he is God and depends on nothing. Humans are ungenerous when they are not of God. Those who feel they have little will experience every giving as loss. But those who know God and share God’s nature cannot but be like God, generous in every circumstance, creating and confirming, encouraging and forgiving, absorbing every aggression of evil and responding with an outpouring of good.

We give the higher gifts: our being and our spirit. Of these, the material gifts are but a sign, for to give money – and nothing more – is to insult the receiver; it is effectively saying  that there is no higher quality in them, no divinity. But to give money as a sign – as Jesus gave a sign by restoring health- is to honour the receiver, saying that they are of God, for God. To give is to offer tribute. To give money is a prayer, making the money acceptable. The gift is an acknowledgement that  we are of like destiny, of one origin, that we are companions bound by a link greater than money, a link which makes us equal. Giving is the sharing of food at the eternal banquet.

                                                                        Burwood 1983

The point is this: the one who sows sparingly will also reap sparingly, and the one who sows bountifully will also reap bountifully….He who supplies seed to the sower and bread for food will supply and multiply your seed for sowing and increase the harvest of your righteousness.”            2 Corinthians 9:6, 10.

Paul is not only the preacher to the Gentiles. In the Churches that he founded he is also a fundraiser.

The Church in Jerusalem has fallen upon bad times. The community which began in generosity finds itself in penury, for the easy sharing of goods could last only if Jesus returned soon. With his delay and with the added problem of famine at the time of the Emperor Claudius, the Mother Church is bankrupt.

The collection is not only an act of charity. It is also an act of homage. The daughter Churches must look after their aged Mother. It is a recognition of Jerusalem as the fountainhead of Christianity. If the labourer deserves his wages, the Mother Church can command support. It is also a fulfilment of prophecy for the Old Testament had foretold that the Gentiles would bring their riches to Jerusalem.

The collection is, therefore, not a mere financial transaction. It is a religious act. The same is true of the financial activity of today’s Church. It too can be an act of worship and homage.

 

Year 1, Week 11, Thursday                                      Glenroy 1977

“I feel a divine jealousy for you, for I promised you in marriage to one husband, to present you as a chaste virgin to Christ. But I am afraid that as the serpent deceived Eve by its cunning, your thoughts will be led astray from a sincere and pure devotion to Christ. For if someone comes and proclaims another Jesus than the one we proclaimed, or if you receive a different spirit from the one you received, or a different gospel from the one you accepted, you submit to it readily enough.”           2 Corinthians 11.2-4

The Book of Genesis teaches that God, the matchmaker, had brought the Woman to the Man and had betrothed them. In today’s reading, Paul presents himself as the matchmaker. He has betrothed the Corinthian Church to Christ and looks forward to the nuptials when Christ will return in glory.

Satan, however, seduced Eve, Adam sinned, and their sin entered the world. Paul is afraid lest his Corinthians be seduced by false teachers bringing a false Gospel and a false spirit.

Every Christian is a matchmaker. Every Christian is like God, rescuing from sin and restoring the innocence, the original betrothal. All this so that the intended unity may be realised, at the end of time.

Our faith is the betrothal and a return to innocence. Yet our faith also looks forward to the nuptials, the fullness of union at every level.

Burwood 1981

God was the matchmaker bringing the Woman to the Man; Paul is the matchmaker bringing the Corinthians to union with Christ.

Yet a serpent is at work. The so-called ‘arch-apostles’ have come to divide what God and Paul have put together. It is to a false Christ that they try to prostitute the Corinthians. Or again, if the union in faith leads to the joy of the Holy Spirit, these serpents try to arouse an evil spirit.

The Trinity of Father, Son and Holy Spirit is reflected in Paul the God-like matchmaker, in Christ the bridegroom of the Corinthians and in the outcome of this union: the Spirit of God. Paul hints at a parody: the father of lies preaching a false Jesus and evoking a false spirit.

Thus, in this text we find, marvellously combined, Paul’s teaching of the Trinity and its parody.

 

Year 1, Week 11, Friday                                         East Doncaster, 1989

“The servants of Christ? I must be mad to say this, but so am I, and more than they.”  2 Corinthians 11:23

Paul has experienced, from his own friends in Corinth, the accusations that were made against him by his enemies: he is a false Jew, he is a false apostle.

He counters these charges by referring to his background: he is a Hebrew, an Israelite, a descendant of Abraham. His pedigree is impeccable. To the far more telling charge – that is he is a false apostle – he replies by showing that he is has experienced the Easter mystery. True, he has not known the earthly Christ but he has known the paschal Christ.

In today’s reading, Paul explains his experience of the passion of Christ. He even gives an itemised list of the sufferings he has endured for the sake of the Gospel. In tomorrow’s reading he will show how he has known the resurrection of Christ. He is therefore qualified as an apostle, more so than they.

All this has implications. The more we have experienced the paschal mystery, the more we are authorised in the Church. Authority in the Church comes not only from the historical line of the apostles. Authority in the Church comes also from those who experience Christ’s passion and resurrection in their lives.

 

Posted in Biblical commentaries, John Dupuche | Leave a comment

The Patriarchal History, commentary on select verses from Genesis 12-46

Genesis 12-46: commentary on select verses.

Salvation history: the Patriarchs

 

Year 1, Week 12, Monday                              Glenroy 1975

Now the Lord said to Abram, “Go from your country and your kindred and your father’s house to the land that I will show you. I will make of you a great nation, and I will bless you, and make your name great, so that you will be a blessing. I will bless those who bless you, and the one who curses you I will curse; and in you all the families of the earth shall be blessed.”Genesis 12:1-3

Salvation history begins with the promise made to Abraham. The Jews of today, buoyed up by the promise made to Abraham, wish to become ‘a great nation’, living ‘in the land promised to Abraham’s descendants’.

We, the new Israel, look for no ‘city here below’. A promise has indeed been made to us, not in terms of acreage or population. Our promise is in spiritual terms, in the realm of the Spirit which is far more real than any country or nation. A promise has been made to us. When was this promise made? When we received the gift of the Holy Spirit we were filled with power and longing and hope. We received the first fruits of the Spirit and we are charged with power from on high. We are a pilgrim people, leaving our earthly country, our family, our earthbound home and we seek a city that is to come. We are not looking for a few hectares of earth but the infinite reaches of the Spirit ‘who fills the whole world’. We are not looking for a great nation but for the communion of saints.

Let us then be filled with the power of the Spirit, the determination, the vigour, the impatience of God. Let us, with boldness, take possession of our kingdom. God is waiting, is delaying until we with full determination, the full ‘yes’ without admixture of ‘no’, take the kingdom of heaven by storm and establish it now in our time. Let us with the strength of God carve out a kingdom for ourselves and for him from the wide expanses of creation. Then will the promise be fulfilled and the vocation of Abraham be fulfilled in the eternal kingdom above.

                                                               Glenroy 1977

Now the Lord said to Abram, “Go from your country and your kindred and your father’s house to the land that I will show you. I will make of you a great nation, and I will bless you, and make your name great, so that you will be a blessing. I will bless those who bless you, and the one who curses you I will curse; and in you all the families of the earth shall be blessed.”        Genesis 12:1-3

In ignorance of the full consequences of his action, but dimly aware of the greatness of his future, Abraham leaves all. He has strength to depart because of the promise. The promise can be fulfilled only if he leaves all. He is to obtain a land, an offspring, a nation. He is to be a blessing for the ends of the earth and a judgment on all mankind.

All this applies to Abraham. It applies to all of us. It applied to Christ. He left all. More than any man he left all in his death which separated him from earth, race and God. No man can leave more than he. No man could leave more than he because he had most to leave. He did this in hope of the promise made to him. And so, he became the kingdom of God; all men are his body; the nations of the earth are his; he is a blessing that confirms the whole universe; he is the final judge.

We leave, for what destination we know not, but the Spirit of God, the promise, guides us through strange paths. We leave what we know and are refashioned by what we do not know. We leave completely and become completely new, else. We become the future. Body, we become Body. Body we become Spirit. Man, we become the Future Man. Man, we become God. Earth, we become heavenly. Time, we become eternity. Constricted, we become infinite. Poor, the earth is ours. The Spirit of God draws us on, and we leave.

                                                                     East Doncaster, 1989

Today we begin the long cycle of readings that stretch from the figure of Abraham to the person of David. It is the story of promise and its fulfilment in the person of David, the anointed one, the chosen of the Lord, the prefigurement of Jesus the Christ.

According to the Jewish mind, the son was already existing in the father. From the father’s body came all the subsequent heirs. In the body of Abraham, the person of David exists already, hidden yet real. Already in Abraham the chosen people exist. His character is their outline.

In the episodes which we read over the next two weeks, the character of Abraham is shown. Whatever about the historical accuracy of this portrait, it is expresses what the Jews thought of their ancestor. It represents the ideal man of God.

Today’s reading recounts the first words spoken in history to a human being. The first command is ‘leave’. Three times this command is made, in ever sharper focus: he must leave country, then family, and finally even his house. He is to leave for a land which is uncertain, known only in the future.

This command to Abraham is made constantly throughout his life. He must leave all he knows and listen only to what he is inspired to know.

The first characteristic, therefore, of the person who will be the source of all is to leave all. We are called to be completely free of all attachment, to be obedient only to the command of God, to the inner nature given to us. That total dedication alone is satisfying. It alone is the source of all fruitfulness.

From the person who, at the Transcendent One’s impetus leaves all in the prospect of what only the God knows, from him in time will come an immense fruitfulness. All blessing will spring from him, a whole people, even the world to come.

                                                                           East Doncaster, 1995

Now the Lord said to Abram, “Go from your country and your kindred and your father’s house to the land that I will show you.             Genesis 12:1

To Abram Yahweh says: Leave all for a land I will show you.

To his disciples Jesus says: Follow me and I will make you fishers of men.

To all the Spirit says: Come to me and enjoy the wide expanse within.

 

Year 1, Week 12, Tuesday                              Glenroy 1977

“Is not the whole land open before you? Part company with me;

if you take the left, 1 will go right; if you take the right, I will go left.”

Genesis 13:9

Abraham is a man of wealth, but first he is a man of peace. He allows Lot, his nephew, his junior, to have first choice. He accedes to Lot’s choice of the fertile portion and his own unfertile portion. Despite the risk involved and the seeming folly of such generosity, although he puts his own future at risk, he will not allow his ambition to take the place of the promise. If God is to give him a great future it will have to be within the context of peace.

Lot, in his cupidity, has made the wrong choice. He chose the plain and the encampment near Sodom. He will be driven from there by the destruction of Sodom and will take the even drier hills of Moab and Ammon as his pasture land. His cupidity redounds on his own head.

Abraham now hears a promise made to him. He, the man of generosity, the man of peace, willing to sacrifice his own future rather than go against what he knows is of God, is blessed: the dust of the arid hills now becomes a gauge of future blessing; the infertile land is a sign of his own fertility.

A promise is made to us. Folly if we follow our pre-conception of how this promise is to be fulfilled. Rather, we follow the guiding light of the Holy Spirit. At times it will seem madness to follow the Spirit. It will seem to jeopardise the very promise, even to fight against it. Yet we take the risk, because we follow the Spirit whose fruit is peace and harmony, generosity, readiness to sacrifice, who leads us, by masterly strokes, to the goal.

                                                               East Doncaster, 1989

“Is not the whole land open before you? Part company with me;

if you take the left, 1 will go right; if you take the right, I will go left.”

Genesis 13:9

Abraham is a man of wealth. His ownership is not only in camels and servants. He is wealthy in his very self, in his self-concept, his self-assurance, his ability to cope. Above all he is wealthy in his generosity. He will let Lot decide their future. He knows that, whatever the situation, he will prosper and that he will be the source of blessing.

His detachment is thus the source of his magnanimity. He can be detached because God has spoken to him and he has obeyed completely, and has hearkened to the word entirely.

Lot sought the fertile fields and thus, by contrast, shows himself to be a poor man. His attachment has brought about his destruction. The fair fields of Jericho destroy him.

Abraham is free because he is bonded to the One who is beyond this world and who governs all. Thus, Abraham is the source of all.

So, for ourselves, the freedom we acquire by faith in Jesus who is beyond all in his resurrection – this freedom gives us a greatness of heart, a magnanimity which will allow us to be the source of blessing. We allow the events of life to shape us because we know that, being with the transcendent God, we are free in every circumstance and bring blessing to every moment. The circumstances may determine the different ways in which we are a blessing, but blessing we shall always be.

 

Year 1, Week 12, Wednesday                          Glenroy 1977

Then he said to him, “I am the Lord who brought you from Ur of the Chaldeans, to give you this land to possess.” But he said, “O Lord God, how am I to know that I shall possess it?” He said to him, “Bring me a heifer three years old, a female goat three years old, a ram three years old, a turtledove, and a young pigeon.” He brought him all these and cut them in two, laying each half over against the other; but he did not cut the birds in two. And when birds of prey came down on the carcasses, Abram drove them away.

As the sun was going down, a deep sleep fell upon Abram, and a deep and terrifying darkness descended upon him. Then the Lord said to Abram, “Know this for certain, that your offspring shall be aliens in a land that is not theirs, and shall be slaves there, and they shall be oppressed for four hundred years; but I will bring judgment on the nation that they serve, and afterward they shall come out with great possessions. As for yourself, you shall go to your ancestors in peace; you shall be buried in a good old age.”       Genesis 15:7-15

The promise is made to Abraham. Yet how improbable is its fulfilment. He has been promised a nation of descendants, a land for his domain: yet he is old, he is one household within a powerful nation.

The promise is made. Yet how doubtful its source. God has spoken, yet dreams speak. God has vowed, yet humans are prone to illusion.

What a man is Abraham. How strong, how convinced in his future. How sure, how determined. No weak promise; no weak Giver of promises, for Abraham is no weak man.  He knows and he believes.

Hope against hope, this is our quality, we ‘sons’ of Abraham. A promise is the heart of a man, as much as any will or reason. A sense of promise is the beginning of a man. And this promise is that we should have the earth for our domain, and humankind for our body.

For at the heart of aIl existence lies a promise and One who promises – that is our God. And we are convinced, for we cannot be human unless convinced of it. A promise is made: this we know and we believe.

Yet Abraham is weak too: “How shall l know l am to possess it’. Therefore, God gives him a sign of fire and cloud, light and darkness, the extremes of reality, as a sign of the determination of Him who exceeds reality.

We are weak too. How shall we know? Therefore, God gives us the sign of the cross: the one who knows life and death, the extremes of our human reality, as a sign of the fidelity of Him who is beyond all human reality. Christ dead and risen: our hope of future glory.

                                                                     East Doncaster, 1989

“Now as the sun was setting Abram fell into a deep sleep.”              Genesis 15:12

Abraham has heard the word of God and has placed his faith in him who is beyond all things. He alone will bless Abraham.

This is expressed experientially in the act of Abraham falling asleep.

He sleeps to all that is not of God. He falls asleep in God who is to be the source of all his knowledge and his living. He is as dead. He has finished with this world and lives alone in God and the promise.

This is his sacrifice.

Therefore, it is from him that blessing will come. From his own body, already dead through age, an heir will come. To him all this land is given. By his union with God all fruitfulness comes from him.

For us too, in our prayer we die to all else. We are alive only in the One who is beyond all. Therefore, although we seem to sleep and to be unknowing, we are the ones from whom all fruitfulness comes. To us the whole world is given as our possession, our responsibility. We are in covenant with the One. United with him, he is the subject of all our being, and he blesses us. We do not seek blessing. We seek only to be in him. Yet to be in him who is all good, there cannot but be blessing.

 

Year 1, Week 12, Thursday                                      East Doncaster, 1989

 “The angel of Yahweh said to her, ‘I will make your descendants too numerous to be counted.’” Genesis 16:10

Three times the promise has been made to Abraham that he would be blessed with land and offspring. It is clear what the land is to be. It is not clear who is the heir.

Yesterday’s reading proposed that one of Abraham’s servants should be his heir. Such a possibility is rejected by God. In today’s reading, we hear of Abraham’s first son, Ishmael, born through the slave-girl, Hagar, becoming heir. Sarah rejects this possibility. The problem of the rightful son still remains a problem.

Ishmael, nevertheless, is to be blessed. Though he is a ‘wild-ass’ of a man, he will be numerous too, for all the offspring of Abraham, in whatever way conceived, will be blessed precisely because they are of Abraham.

The Christian is a child of Abraham, conceived and given birth by the Holy Spirit through faith.

 

Year 1, Week 12, Friday                                           East Doncaster, 1989

“No longer shall your name be Abram, but your name shall be Abraham; for I have made you the ancestor of a multitude of nations.

God said to Abraham, “As for you, you shall keep my covenant, you and your offspring after you throughout their generations. This is my covenant, which you shall keep, between me and you and your offspring after you: Every male among you shall be circumcised.”            Genesis 17:5, 9-10

The promise is made once again to Abraham that he will have a child. This will be fulfilled, however, only after two other events have occurred: Abraham’s change of name and his circumcision.

Once he has acquired his new name, that is his vocation, and once he has received the public mark of the covenant, only then is he able to have the son who represents immortality, blessing and fruitfulness.

For Saint Paul, vocation and covenant are given by the reception of Spirit.

This involves interior transformation, above all, yet it is perceived in the manifest quality of the Christian. Thus, the interior transformation is made evident in the body. These two are not opposed but form one whole.

The body is the revelation of Spirit coming from above. The transformation of the body shows the power of the One from whom all proceeds. The body is the image of God himself.

                                                                        Glenroy, 1999

At the outset the Word came to Abraham that he should leave his father’s house and his country for an unknown land and there to be the father of a nation. On the strength of this Word, Abraham leaves all and sees the land he has received.

But how will he be the father of a nation? Will he accept some man of his household to be his heir? No! God tells him; his heir will be of his own flesh and blood. Will it be the son born to him by his wife’s servant girl, Hagar? No! God tells him; his heir will be born to him by his wife Sarah. The Word has come personally to Abraham and the blessing will come from Abraham himself. He himself will be the source of his own salvation. His own flesh will provide the fullness of happiness. This produces a reaction in Abraham. He laughs. It is the reaction of mingled belief and disbelief. Can such happiness really come his way? Abraham calls his son ‘Isaac’ which means ‘laughter’.

To the Christian also the Word has come, in God’s own time and his choosing. The Word contains within itself every blessing and the Word works itself out in the life of the Church. When Christians at last understand how their life has been fruitful, their reaction is amazement. “In our mouths there was laughter, on our lips there was song.” Christians see that their salvation springs from their own self, that they are their own salvation and they stand amazed that such a thing is possible, and their face is covered in smiles. Laughter, not mockery or derision, but the laughter of delight is the natural condition of the Christian, the sign of salvation. Sadness and gloom, the downcast and solemn look do not suit those who are seated at the banquet of life.

 

Year 1, Week 12, Saturday                                    East Doncaster, 1989

The Lord appeared to Abraham by the oaks of Mamre, as he sat at the entrance of his tent in the heat of the day. 2He looked up and saw three men standing near him.” 

Genesis 18:1

The mysteriousness of this episode is well known. It is the first manifestation of the Trinity in the life of Abraham. It is directly connected with the fulfilment of the promise, namely the birth of Isaac. The three ‘men’ who speak as one, who at times appear as one and yet are three: this has classically been taken to represent in an obscure way the revelation of the Trinity which is fully revealed in Christ.

Our knowledge of the Trinity and our deepening relationship with them in their diversity is the cause of all our fruitfulness. They, of their own free choice, come to visit us and their visit is always productive. Without them there is no fruitfulness.

Our task, therefore, is to allow them to come to us and to welcome them, placing all our wealth at their disposal. Then, in the impossibility of our mortality, we shall produce all the blessings imaginable.

 

Year 1, Week 13, Monday                                    Glenroy 1975

All of scripture, all the great books of religion are trying to describe that final state to which all are called, the state of Man.

In the present text we have the presentation of the effect of the Man upon humans. For humans, by their condition of temporality, of ignorance, are trapped in limitation, and are even more trapped when they give vent to the untamed or even the perverted in them. Being in a state of sin, they are liable to destruction, for their condition is purely time-bound.

The Man, on the other hand, is beyond time, in the sphere of the eternal, confidently conversing with God. And yet his roots are with other humans, for their nature is one. In virtue of their solidarity, the Man, who is eternal, penetrates with eternality the world of time and so saves it from destruction. His justice, his conformity with the eternal, casts a light over the gloom of the temporal, and so sinners are saved by the just

This the individual who seeks holiness seeks conformity with the Man is not engaged on a selfish quest but on the most fruitful quest possible: that of saving sinners.

It is essential to understand this solidarity. It is not just a likeness: it is a real identity. Yet, identity does not eliminate difference. Individuality and identity are not opposed.

This helps to elucidate the most refined mystery of the human race and the Church who are the counterpart of the mystery of the Trinity. For humans come to identity while retaining their individuality. It is by his identity with sinners that the just man saves them.

                                                                        Glenroy 1977

Suppose there are fifty righteous within the city; will you then sweep away the place and not forgive it for the fifty righteous who are in it? Far be it from you to do such a thing, to slay the righteous with the wicked, so that the righteous fare as the wicked! Far be that from you! Shall not the Judge of all the earth do what is just?”

Genesis 18:24-25

Noah prevented the extermination of the human race. The ten just men could have prevented the destruction of the cities. Moses’ prayer for his people withheld the Lord’s wrath. Jesus, the one Just Man, redeems all mankind.

The just man does not live in isolation. Nor does the unjust sin alone. Every person is inextricably linked up with every other person so that to pull up the ‘tares’ is to uproot the ‘wheat’.

This fact lies at the heart of Abraham’s argument: The Lord cannot destroy the guilty without destroying the innocent.

Now, God cannot destroy the innocent. He who is Just cannot but love the just. He can no more harm the innocent than hate himself. Therefore, God’s hand is forced: he is caught in the trap of his own nature. He is ‘forced’ to spare the guilty because they live with the innocent.

This is true of Christ and the human race. God cannot bring the human race to nought because Christ is human. No matter how great the sin of mankind – as long as it remains human – God cannot destroy it, because of Christ. Thus, Christ is the Just Man, the saviour. Whoever is with Christ is saved from the devouring fire.

What does all this mean in terms unaffected by ancient stories. It is the just person who makes humanity worthwhile. If the masterpiece of art gives credibility to artistic activity; if the discoveries of science warrant public expenditure on research; if success in a match gives spirit to a team at all matches; if some good moments keep a marriage together:  if we understand this then we understand how the just can make the human race viable. Without them we would fall apart, lose heart, consistency and value.

In the face of the fragile reality, it is the just who preserve it.

                                                                     Burwood 1983

“Approaching him he said: ‘Are you really going to destroy the just man with the sinner?’ ”         Genesis 18:23

Abraham intercedes for the city of Sodom. His appeal on behalf of the just is also an appeal for the sinner. Abraham pleads with typical oriental circumlocution, but he also shows a familiarity and a boldness that belongs to the friend of Yahweh. He does so, even though he is not one of the men of Sodom. He pleads for them but is not with them.

Abraham is mediator and to an extent he is distinct from both parties, since the perfection of intercession comes when the intercessor does not take sides, and at the same time is not separate either from the one to whom he pleads and the ones for whom he pleads.

Abraham is the father of the people of God, but Christ is the Lord. Jesus, the perfectly incarnate, is both the just man and the sinner. He bears in himself both the sin and the justice of the world.

Jesus pleads for the world, but he also does what he asks for. He does not cease to ask, for he is Son. He acts because he is God. His asking and his initiative, his dependence and his authority are one because he is God from God. His intercession also involves the transformation of the self. He is what he asks for. He brings about changes in himself. It is his own body that he changes because he is man among men. He is the forgiveness of God.

 

Year, 1, Week 13, Tuesday                                Glenroy 1977

“‘Look, that city is near enough to flee to, and it is a little one. Let me escape there—is it not a little one?—and my life will be saved!’”            Genesis 19:20

Our existence is precarious, the complexity of our body is fragile. Our world, our society are

so remarkable, so defiant of what seems the universal law of nature.

Is it a wonder that any attack on this fragility should open the flood gates and allow the sweep of the universal law to blot us out? Our defiance of these laws makes them more ready to reduce us to their pattern. And this reduction is the work of the One who made the laws. Our conscience tells us that the reduction is punishment.

All who are bound to that society perish with the fools who open the flood gates.

Yet, in today’s reading, some escape. Those who follow the angels are saved. Even more, those who follow the Man and leave the follies of mankind are saved. They lose their possessions even as they lose their outward form, but they escape to another city and acquire another fortune. They are saved from the destruction that falls on Sodom and Gomorrah.

For with the Just Man we find our other self, our second self, our truer self, our self beyond ourselves, intimated by the present but not contained by it. He saves us. We live in another city, with the Just Man, with another self, our self beyond ourselves, our spirit.

                                                                        Burwood 1983

“I grant you this favour too, and will not destroy the town you speak of.”

Genesis 19:21

The contrast between Abraham and Lot is clearly made. Abraham has pleaded for the great cities of the plain although he is not their citizen. He has secured the promise of God not to destroy them because of the ten just men that might live there. Lot, on the other hand is pleading for the little town of Zoar. He pleads for it because he has not the energy, so he says, to go into the abode of Abraham in the hills. He shows concern only for his lack of concern.

Abraham is the father of a nation and father of all that have faith because he is the man of faith. Lot is the man of doubt, the man of little faith. Because there is a grandeur of conception in Abraham’s whole outlook he cannot but be ‘father’ the world’s monotheistic religions.

Prayer cannot be small. The work of intercession is a grand task. We pray, not for our own comforts but for the salvation of the world. Christ, the one just man, saves the world by his prayer. In our justice and faith, we too have great designs and with the faith that moves mountains we decide on them.

 

Year 1, Week 13, Wednesday                                   Glenroy 1977

But God said to Abraham, “Do not be distressed because of the boy and because of your slave woman; whatever Sarah says to you, do as she tells you, for it is through Isaac that offspring shall be named for you.’Genesis 21:12

God is endlessly fruitful. Of the billions of suns, he has chosen one to shine on an earth capable of supporting man. Of the millions of men, he had chosen Abraham to bear his promise. Of the sons of Abraham, God chose Isaac to succeed him.

Why Isaac? But if Ishmael, why? God must choose. There is a reason for the choice, but the reason is of little importance compared with the choice. There is some advantage in Sarah’s son – he is a freedman – but this advantage is slight and must be slight: for it is God’s freedom which makes the choice, not the advantage which forces the choice.

God must choose, for someone must bear the promise. There cannot be two bearers or the inheritance is divided and mankind is divided.

If he chooses Isaac it is only for the good of all, including Ishmael. To Isaac the glory, to Ishmael the blessing. To Isaac the inheritance, to us the usufruct. To Isaac the authority, to us the joy.

So too in all of God’s works: he chooses one or other to bear a role: but all benefit from it. His choice of one man is so that he be man for others.

And so, with Christ: if he has the role, all benefit from it; all are saved by his being raised. If he is chosen, we too are chosen. No gift is given which is not a public gift.

Thus, everybody is for everybody. Each body is “given up for you”. Each body is a fountain from which one drinks. And everybody achieves the perfection of the Body only when they have become one for all.

All other roles will vanish and one role will remain: to be a body for everybody. To give body to everyone. All roles are directed to that one role: to be a body.

Being body for all, one’s body will be transmuted into spirit as waters flow endlessly from one’s side. And as they flow, this other body from the body, this water from the side, this spirit taken out of flesh, will give substance to all bodies.

So that from one’s chosen body flow blessings for all, from all for all.

The body does not depart, for there is no other source. The water does not cease to flow for the supply is endless. The waters flow to others and they receive body from which other waters and the same waters flow.

                                                                     Burwood 1983

“So, she sat at a distance; and the child wailed and wept~.

But God heard the boy wailing

and the angel of God called to Hagar from heaven. ‘What is wrong, Hagar?’ he asked.

Do not be afraid, for God has heard the boy’s cry where he lies’.”  

Genesis 21:16-17

The boy lies under the bush and cries. His mother sits and awaits the end. The course of nature will put an end to the boy. The waterless land will claim another victim.

Although the child is not of the promise but of nature, not of grace but of necessity; although the child is dying because of the incapacity of nature, finally, to sustain him, God hears the cry. Nature, which proceeds from his hands, can draw down his compassion. The child expresses his distress, the child who lies and waits, and calls upon God unknowingly.

Where Abraham, the man of faith, can approach God and obtain his request; where Lot, the man of little faith, can plead with the angel and find security; the child who cries naturally, draws the pity of God. God comes to redeem the nature which he created good but not immortal.

So it is that those countless generations of children, beaten, exposed, aborted, who cry or cannot cry, who weep with their blood if not with their tears: they will draw down the mercy of God and the wrath of the Just One.

 

Year 1, Week 13, Thursday                                   Glenroy 1977

So, Abraham called that place “The Lord will provide”; as it is said to this day, “On the mount of the Lord it shall be provided.””                    Genesis 22:14

God called to Abraham in the land of Haran to leave his father’s house for a land mysterious and uncertain. At long length the child is born to Abraham and all his hopes are pinned on that one boy.

And again, God calls to Abraham, this time to sacrifice his son: in other words, to place his future and all his hopes in jeopardy: for how could he become a great nation, how could he possess a land except through a son and heir.

God had called on Abraham to leave father and land for an unknown future; now he calls on Abraham to sacrifice son and all hope, with nothing ahead of him.

What greater test can be given a person? Only one more: one’s own death. Jesus sees the crumbling of all his plans. A monumental failure among his people, he sees even his teaching brought to nought, as his disciples abandon him. Rejected by all, with no future of any sort ahead of him, with no hope, feeling abandoned by God and man, and crushed in mind, body and spirit, he faces the ultimate darkness. He is truly brought low as hell. No one had gone so low before; no one can go lower. Nor can anyone go as low again: for in their abasedness they will find the companionship of the one who preceded them.

And as Abraham, without a murmur, sets on his way, his one answer, his one reaction “the Lord will provide” is our only answer to evil. For he does not know the mysterious workings of God and his thoughts are not God’s thoughts. But one thing he knows is that his God is of good-will. He places no hope in anything else but that.

For this reason, Abraham, the man of faith, the man who knows that God is good and that all else is uncertain, is the first of every man of faith. All others are his children, his followers, his inheritors. And so, with Isaac’s effectual death, Abraham becomes the father of a multitude far in excess of all those whom Isaac could have engendered. All men of times past and future, of continents and planets unknown, who are of faith, are his heirs.

But more than that, of Christ, the utmost man of faith, all are heirs, co-heirs and even Abraham gives way to Christ, for before Abraham Jesus is.

And so, to all of us: men of faith solely in our God of good-will, leaving all else, we become infused with a Spirit beyond all else, the Spirit of promise, the one who makes us heirs of all, rulers of all: for if we have left all, we gain all.

                                                               Burwood 1983

“Then he bound his son Isaac and put him on the altar on top of the wood.’

Genesis 22:9

Hagar sits a distance away, not wishing to see her son die, while Abraham prepares his son for sacrifice. Ishmael is the son of nature; Isaac is the son of the promise. The cries of the future bowman turn God’s heart to compassion. The silence of Isaac resounds from end to end.

While the cry of Ishmael is a prayer that wins his salvation, the silence of Isaac is the perfection of prayer. It is the silent acceptance of the unknown mysteries. It is the obedience of one who trusts completely. Isaac allows himself to be bound and placed on the altar. He makes no sound. He trusts in his father, Abraham, who trusts in God. Isaac, the child, shows the qualities that make the kingdom of heaven belong to him. Therefore, he cannot but be saved. If the cry of Ishmael wins the compassion of Gad, the silent assent of Isaac makes the renewal of the promise imperative.

The perfection of prayer is obedience, comprehending or uncomprehending.

 

Year 1, Week 13, Friday                                Burwood, 1983

“After this, Abraham buried his wife Sarah in the cave of the field of Machpelah, opposite Mamre in the country of Canaan.” Genesis 24:19

Abraham left his country because of the promise that he would inherit the land of Canaan. The moment that sees the beginnings of mortality – the death of his wife – is the moment which sees the beginnings of fulfilment. The purchase of the cave is the first step in the possession of the Promised Land. In the first portion of land is buried she who alone could provide the son of the promise. The last glimmer coincides with the first light of dawn.

This plot, like the child in the womb, will grow into a land. Isaac too, the child of the womb, will have grown into twelve tribes. The cave will have become a Temple. The land will be the holy centre of the earth. And on it will take place the great drama of salvation. David and the Son of David will walk it. Good and evil will be locked in struggle and from another cave, a tomb hewn in rock, from which the Son of Man will emerge.

Yet we do not have concern for cave or land, not even for the rock of the tomb. Our land is beyond land. Our earth is heavenly. Time has become non-time. What is flesh, taken from earth, is now spirit. The first purchase of land at Machpelah, opposite Mamre where the Three Angels appeared, has become the incarnate and risen Lord, seated at the right. There too for us is all land found.

The promise that germinates in the form of a cave-tomb is fulfilled in a land, but is complete in the Risen Body of the Lord. Land becomes Spirit. The promised is fulfilled; the transformation is complete.

 

Year 1, Week 14, Monday                                    Glenroy 1975

Jacob left Beer-sheba and went toward Haran. He came to a certain place and stayed there for the night, because the sun had set. Taking one of the stones of the place, he put it under his head and lay down in that place. And he dreamed that there was a ladder set up on the earth, the top of it reaching to heaven; and the angels of God were ascending and descending on it. 

So, Jacob rose early in the morning, and he took the stone that he had put under his head and set it up for a pillar and poured oil on the top of it. Then Jacob made a vow, saying, “If God will be with me, and will keep me in this way that I go, and will give me bread to eat and clothing to wear, so that I come again to my father’s house in peace, then the Lord shall be my God, and this stone, which I have set up for a pillar, shall be God’s house; and of all that you give me I will surely give one tenth to you.”

Genesis 28:10-12, 18, 20-22

We are surrounded by the presence and the activity of God.

This passage fills me with joy, always, as it teaches that, though we are unaware of the fact, the activity of God about us is continuous. It is an activity of blessing, of promise, of purpose: for God is blessing Jacob; it is supportive and encouraging: for God is protecting Jacob; it is powerful and eternal: for it is angels who ascend and descend; it is mysterious and marvellous.

Yet we do not know it. In our waking hours our minds are filled with the cares and interests of daily life. It is when we take leave of these things and allow the hidden awareness to flow into our consciousness, as in sleep, that the truth dawns on us. It is a privileged moment.

Once this truth has penetrated into our consciousness, then we marvel and are amazed; we have fear, not in the sense of the fear of evil, but in the sense of realizing our true position under God. We are amazed and delighted and we stand in wonder at this benevolent power which we can respect. We come to know the true dimensions of history and reality.

And so, we pledge ourselves; we take on and commit ourselves to this truth we have come to know, not by raising pillars of stone to God but by other acts which give expression to our new-found knowledge.

                                                               Glenroy 1975

“And the Lord stood beside him and said, “I am the Lord, the God of Abraham your father and the God of Isaac; the land on which you lie I will give to you and to your offspring; Then Jacob woke from his sleep and said, “Surely the Lord is in this place—and I did not know it!”       Genesis 28:13,16

The revelation of God is always accompanied by a promise, for God is dynamic and we know him as one who has a will in our regard. When we know him, we become like him and we have a new will, united with his – and we look forward to the promised land which we seek as he seeks to give it to us.

                                                               Glenroy 1977

Jacob left Beer-sheba and went toward Haran.”       Genesis 28:10

The future of a person is seen in his distant past. But only the future reveals the past. From the very beginning Jacob has been ambitious. He has come second from the womb but still grasping the foot of the brother that preceded him.

A person with determination sees every moment as an opportunity. Jacob’s whole character was in search of blessing, so that the fortuitous event of Esau’s hunger was seen by Jacob’s restless eye as an opportunity to advance: he buys the birth-right for a bowl of lentils.

The man of determination – like our determined God – changes, by every ruse, the purposes of others. Jacob deceived Esau and wrung from him the blessing meant for Esau.

Every person of single-mindedness brings persecution upon himself, as the rock creates waves, or the arrow causes turbulence. Jacob is determined upon the promised. His very determination brings him trouble: he must flee a bitter Esau.

Yet even as he flees, even in the moment of fatigue and perhaps of doubt, at the very moment when the elucubrations of ambition recede into the background then the true cause of Jacob’s determination appear clear to him: it is God who has promised him the inheritance. All his own plotting, from the womb onwards, has been due, in final analysis, to the fact God is promising him the inheritance. If he had not known, deeply, interiorly, that the inheritance was his, he could not have struggled so hard to obtain it. His basic character was determined by a future event.

But now God appears to him and reveals the promise. Jacob can now leave the Promised Land certain of his future.

And so, for all of us: our origin and basic character is decided by our future state. With determination we seek that future already present. While determination brings us trouble, it is at the depth of confusion that we see the essence of our character: God promising us.

So too, with Christ: his future resurrection describes even his conception in Mary; he seeks his future with determination, even bringing opposition upon himself. But as he hangs upon the cross, at the depth of his abandonment, God makes his promise in its highest pitch and keeps it: ‘You are Lord of all the earth’.

 

Year 1, Week 14, Tuesday                              Glenroy 1975

Jacob was left alone; and a man wrestled with him until daybreak.”          

Genesis 32:24

Like Jacob who has seen the promised land and who comes to take possession of it, we too have been gifted, in the Holy Spirit, with a knowledge of the truth. However obscurely, we have seen the hope God sets before us and our hearts reach out to it.

The kingdom of heaven will never come to us if we wait on the farther side of the stream. No, by a new movement of the Spirit we claim this kingdom. Empowered by the Spirit, as champions running our race, we let strength fill our muscles and steady our will. We claim it.

We fight with God. Not because God is unwilling but because we are determined. We anticipate the hour and demand it now. We spare no effort but claim it now in the vigour of our will.

Then God will grant our desire and will bless us. By this third outpouring of the Spirit we are new beings and receive a new name as Israel did. We merit the kingdom and make it ours: not because we have only desired it but because we have willed to have it. It is ours, ours.

Glenroy 1975

All this has a mystical meaning.

The person who succeeds in entering the promised land must first fight. He must therefore be alone. There can be no one to help him. But if he separates himself from all who is dear to him, it is because he wins a land for them. They, without fighting, profit from his fight. He, alone, must fight with God. God will oppose him, but he is determined and will not let go. The fight is alone and lasts the long night, the dark night of the soul, in silence.

Finally, he succeeds. God gives him a blessing. He acquires a new name and becomes a new person, with a vastly new dimension and purpose. He acquires a people who will be named after him: not only his wife and children and possessions, but a whole nation will bear his name. He has wrested a blessing from God; he will win mankind and the universe too.

But not without a penalty. As Christ still bears the mark of the passion, so Jacob bears the mark of the wrestle – a permanent physical disability. The one who fights with God will suffer and retain, though glorified, the marks of that struggle.

Though he has wrestled closely with God and wrested the greatest blessing, God remains forever mysterious. No matter how close he may come, the human can never understand God. Indeed, he wants to know, just as he has wanted to struggle, but he can only obtain so much. God, finally, is beyond man’s comprehension. He sees God face to face, but in darkness, without understanding. He attains the greatest closeness possible. To go further would be to burst the limits of man’s nature and not to survive.

The struggle over, the blessing obtained, the sun rises, never to set again, a permanent day, the darkness gone – yet the struggle is preserved, for he limps.

                                                               Burwood 1983

“That same night he rose, and taking his two wives and his two slave girls and his eleven children he crossed the ford of the Jabbok.”            Genesis 32:23

Jacob was a wealthy man, in cattle and in family. The cattle he has given to Esau. His family he now sends on ahead of him. They have moved on to the land of the promise. As the Israelites crossed the Sea of Reeds, so the wives and concubines and children of Jacob cross the Jabbok. They are safe because of his prevision. Jacob now has nothing.

Yet all of this is done because Jacob is to wrestle with God. Jacob provides for them and is free of them so that he can grapple with God and free them even more truly. He is free of them so that he can free them. He will cross the Jabbok because his future lies across it. But he will not cross it until he has struggled with the mysterious One.

So, it is with Christ who decides to wrestle with God. He separates himself from people, but it is for their sake that he does so. He cannot struggle unless he has already, in intention, won. Already he has achieved his purpose. Struggling with God he is victorious against men. His struggle is the entry into the truest holy land. His family are his prize: the wider family of the human race which becomes his by virtue of conquest. The greatest of battles occurs alone. Already, as he decides to do battle, he is victorious.

All is in the intent. How pure and strong is the intent?

 

Year 1, Week 14, Wednesday                                   East Doncaster, 1989

Genesis 41:55-57, 42:5-7, 17-24

This episode given over two days foreshadows, most clearly among all the patriarchal narratives, the passion of the Christ.

Today’s reading condenses the lengthy story of Joseph who has been betrayed into the hands of the Egyptians out of jealousy. He has been sold, but by his wisdom he has risen to power.

The details are given now. Tomorrow the justification is provided. Joseph, the man of dreams, will explain the great puzzle: the meaning of his life and of his brothers’ actions.

So too, Jesus knows the mind of God, which is his own mind. His own life is a sign which must be explained. Jesus will explain it and will also reveal the meaning of our life and death.

 

Year 1, Week 14, Thursday                                Burwood 1981

“And now do not be distressed, or angry with yourselves, because you sold me here; for God sent me before you to preserve life.”             Genesis 45:5

It was an injustice for his brothers to sell Joseph into Egypt. Yet the power of God is greater than their sin. The sin was a sin, yet now it is redeemed. If it had not been a sin it would not need to be redeemed. Human act has contributed to evil; divine agency has drawn good out of it. As God drew creation out of nothing and we marvel at his power, so God draws good out of evil and demonstrates his graciousness.

This is not excuse for sin. While God draws good out of evil, to presume that he will redeem all actions would be to tempt him. Whereas their deed offends against their brother, presumption is against God. Where their action is an offense of man to man and therefore to God, presumption is blasphemy. God’s redeeming mercy is not an invitation to irresponsibility but is a call to a comparable generosity.

The proof of God’s redemptive power, far from being an excuse for sin, has made our future sins more blasphemous. Redemption increases our risk of condemnation.

                                                                        East Doncaster, 1989

Joseph now reveals who he is and the whole purpose of the extraordinary tale. The sorry story of betrayal is God’s work. God has used the jealousy of the brothers to engineer the saving of the whole family. Although the brothers are indeed guilty of sin, they are not to reproach themselves. Good has been brought out of their action. Their sin is redeemed.

In a similar way good will be made of the hardness of pharaoh’s heart when the Israelites are brought out of slavery in Egypt.

Above all, good will be made of this world’s sin when the carpenter of Nazareth, the one who knows, is put to death at the hands of the Romans and is raised so that he might go before us to save our lives.

Thus, the episode points mysteriously to the hand of God at work in the turmoil of this world. At the extremities of good and evil, the One beyond good and evil is at work, making his presence known in that all is good.

 

Year 1, Week 14, Friday                                Burwood 1983

“Israel said to Joseph: ‘Now I can die, now that I have seen you again, and seen you still alive’.” Genesis 46:30

This is a touching scene when Israel, the old man, sees his favourite son, his son of the cloak of many colours, the long-lost son whom he thought killed. The old man cries out “Now I can die”. His heart has been filled. The pain of the past has been overcome by the splendour of his son’s destiny. Jacob will die happy because all things have turned out well, in the eyes of man and of God. Indeed, his death will not be death, for a happy death is an experience of immortality. Death cannot touch those without sin. Death has no meaning except in the context of disaster.

So too with Simeon. That old man, who sums up in himself the best of Israel, has longed for the coming of Israel’s favourite son. With equal surprise and unexpectedness, the child Jesus is brought to him in the Temple. The old man takes Jesus in his arms and reiterates what Jacob said: ‘Now, Master, you can let your servant go in peace’. Simeon is happy to die because he has seen the saviour. Joseph saved his brothers who had condemned him. Jesus is a Joseph and more than Joseph because his saving is of the world and his condemnation was far graver. As Simeon takes the child in his arms he knows that all things will be well. One far more majestic than Joseph is here, more powerful than any chamberlain of Egypt. Death, therefore, is no more. It has become irrelevant in the context of the joy that is experienced. Sin is removed in the presence of the child so that death cannot touch the old man.

The aged Simeon fulfils the aged Israel because the new Joseph is here.

 

 

 

 

 

 

Posted in Biblical commentaries, John Dupuche | Leave a comment

A Jewish Family in 3rd cent. BCE,  Reflections on verses from the Book of Tobit

A Jewish Family in 3rdcent. BCE,  Reflections on verses from the Book of Tobit

 Year 1, Week 9, Monday                                                                  Glenroy 1977

Tobit 1.1; 2.1-8

What is good grows. What is good wishes to excel itself. But the only way to excel is to exceed. Therefore, good seeks out evil to overcome it, be changed through it and through God’s excellence.

The story of Tobit is a case in point. Tobit is admirable as father, a Jew, a householder. His generosity and his knowledge of the Law are exemplary.

Yet he is struck down, being blinded and impoverished, – all to a purpose: “So that his faith, as Raphael tells him, may be tested.”

I do not of myself seek out difficulties and trials. I may even flee them, as did Tobit. But the inherent nature of things is that the good man will meet with adversity, as the rock creates spray.

For God’s will it is that the good can become itself by conflict with evil. The Spirit of God in a man will drive him to choose situations of risk, so that his inner nature may become realised. After all, God creates order out of chaos and transforms evil into good. Note how that evil is overcome, not by being eliminated but by being shown to be good. Good transforms evil into good. Good, obviously so, becomes good in a way unimagined by using evil to the good.

Thus, we see the man of Spirit, Jesus, taking the risk, provoking the result, so that through the cross he learns obedience and redeems all mankind. And again, the evil of Adam’s fault now becomes ‘felix culpa‘, a happy fault.

For evil is overcome by being transformed into good by the power of the Holy Spirit who uses all things to profit, by raising the Man above all evil, beyond all we know as good.

Jesus is beyond good and evil, with God who is above good and evil as we know it, the Ruler of all, who takes us through good and evil to light inaccessible.

 

ditto                                                                                                    East Doncaster, 1989

The dating of the Book of Tobit is unsure. Its particular value is the presentation of Jewish family life during the obscure period between the retum from exile and the revolt of the Maccabees.

Its particular religious value is the statement that the hand of God is at work in the ordinary family, in its trials and happiness. It is the movement of focus away from the grand scenario of Exodus and Exile to the domestic scene. It is the history of salvation seen in the family.

This first excerpt from the Book of Tobit shows the character of the old man: he is just in the way Job was just or Noah was just. He buries the dead even at the risk of his own life. He celebrates the feasts of the Torah. He is “wise, merciful and just”.

 

Year 1, Week 9, Tuesday                                                                 East Doncaster, 1989

Tobit 2:9-14

It is in the context of Tobit’s goodness and justice that the blinding takes on its dramatic quality. The wife puts the problem well: what is the point of all his goodness if it leads only to his blindness. That is the problem treated in the Book of Job.

 

Year 1, Week 9, Wednesday                                              Glenroy 1977

Tobit 3:1-11, 16-17

Tobit has been blinded and reduced to poverty. He will not, however, curse God, as his wife suggests. No, his opening words are: ‘You are just O Lord’ and he praises God. In his wretchedness he prays for the deliverance of death.

Sarah’s shame is beyond all bounds. When a woman’s duty was above all to care for her husband, no less than seven have died; when a woman’s glory was to bear children, she has never even been freed of her virginity. Though despairing, she will not do harm to her father by hanging herself as her wretchedness suggests. She prays for the deliverance of death.

Separated by thousands of miles, separated by age and unconnected in their problems, Tobit and Sarah pray for a like solution and will be delivered in reference to each other. Their prayer is answered: Raphael is sent to bring remedy to them both. He is unexpected means of answering their disconnected problems.

God will always answer prayer. His answer is always unexpected. That is why it seems to us, sometimes, that our prayers are not heard. For God’s thoughts are above our thoughts, his love greater than our love, his power beyond ours. When we open ourselves to his effectiveness, the answer cannot but be unexpected, perhaps uncomprehend, unseen, unknown.

As Raphael accompanies the young Tobias and advises him, who could know that God was already composing his solution. And as he answers our prayer, it is in a process: how can we understand the meaning of the process, until the end. Only at the end of the story does Raphael explain all. Only at the end of history will we know that God has answered the prayer of every person who turned to Him, but unexpectedly, beyond expectation. For he is God.

 

ditto                                                                                                    East Doncaster, 1989

Tobit realises the point of his wife’s comment, which leads him to the same mind as Job: it is better to die. He asks for release.

The scene shifts to Sarah who is distressed because of the all-true comments of her maid. The jibes have shown her the despair of her situation. She in her own way is just: she refuses to harm her father’s name. She is the innocent victim – like Job – of the demon. She asks for release.

When the person is brought to the end of their tether, the testing is complete.

The angel Raphael is sent to their help.

 

Year 1, Week 9, Thursday                                                 Glenroy 1977

Tobit 6:11, 7:1,9-14, 8:4-8

Young Tobias shows the ardour of youth and a good conscience. For he has scarcely arrived in Ecbatana before he is washed, seated and wedded. He is not put off by the hesitation of Raguel or the fate of the previous seven husbands, but insists on claiming Sarah as his wife.

As he prays, it is with nature and faith; there are no plaguing doubts or religious fearfulness. It is a return to Edenic innocence and primitive justice.

For that reason, his prayer is heard and the demon Asmodeus is confounded. Tobias and Sarah – strengthened by their concordance with nature, by unity with their people, through obedience to the Law of Moses, by the ardour of youthful bodies in their prime, by confidence in a compassionate God – enjoy a humanism which is divine. The truth they enjoy and live cannot but be successful over Asmodeus, for evil gains entry only when there is fault. The restoration of all things means the irrelevance and impotence of Asmodeus.

All this is achieved through the ministration of Raphael; the work of a messenger, an adviser, an angel, has restored them to innocence.

It is the re-integration of the human race, its return to the original innocence. It is the innocence of nature which precedes any historical deformation. It is the conquest of sin and evil.

The balanced person and the balanced society that conform to nature, that give place to religion and dwell in the presence of God: all this overcomes evil and fulfils the purposes of creation.

Prayer is successful when justice is restored.

 

ditto                                                                                                    East Doncaster, 1989

Along with the scenes of sadness, the Book of Tobit gives this delightful scene of the marriage of Tobias and Sarah. Comedy is not absent: entering the city, acquaintance and marriage occur all in the course of one day; during the wedding feast the father of the bride gives the most surprising speech, warning the bridegroom that seven others have died in his daughters’ arms.

And within this humour, which is delightfully Jewish, there is a touch of romance and affection between the two young people. There is a sense that this wedding will bring happiness and solution to Tobit’s blindness and to the precarious state of the Jewish people in their dispersion.

 

Year 1, Week 9, Friday                                                                    East Doncaster, 1989

Tobit 11:5-15

This scene is most touching. Typical of the anxious mother, Anna is waiting at the door of the house, watching for her son’s retum. Young Tobias comes with blessing for his aged parents. He brings his young wife to enrich the home and to ensure the succession. He brings medicine to heal the blindness of bis father. Tobit exclaims: “I can see, my son, the light of my eyes”.

This is a touching moment. It is perhaps a moment we have all experienced. Homecoming is one of the most powerful experiences we know.

To live in family, to know the delight of finding each other again; the reconciliation, the homecoming, the solution of problems that seem to overwhelm: family life is one of the greatest gifts of God to mankind.

The happiness of the family makes life worth living. It is a taste of heaven itself. For that reason, the Jewish and Christian traditions have always placed great emphasis on the family. The family is where the greatest sorrows are known and also the greatest pleasures. It is, for most of us, where salvation is found.

 

Year 1, Week 9, Saturday                                                               East Doncaster, 1989

Tobit 12:1, 5-15, 20.

The events of the Book of Tobit are now explained. What might have seemed to Tobit and his family as just a mixture of bad and good luck is now revealed to be the work of God and of the angel Raphael. “It is right to reveal the works of God”.

The kindness and mercy of Tobit were noted. This meant his testing, as it did of Job. The severity of the testing brought Tobit to the limits of prayer which was indeed heard though seemingly ignored. Raphael both tests and heals, brings to death and back. God is at work in the events of life, through the ministry of his angel. There is the hidden realm of grace at work in the lives of ordinary people.

We need to understand our lives. It is the joyful task of old age to understand the hand of God in our lives, the work of the angels.

This late Jewish work shows how God acts in the lives of ordinary people. Now that the Jewish people, as a nation, is no longer functioning, the family has become the place where God is at work, bringing salvation.

 

Posted in Biblical commentaries, John Dupuche | Leave a comment

Good and evil, grace and sin: commentary on select verses from Genesis 1-11

Good and evil, grace and sin: commentary on select verses from Genesis 1-11

Year 1, Week 5, Monday                                                     Glenroy 1977

“God said: ‘Let there be light’ and there was light.”   Genesis 1:3

God does not engage in some complex process to create light. The power of his will is sufficient: his fiatis enough.

The power of God is evident to us who have free will. We know that the act of creation is done out of love, gratuitously and generously. Creation is the natural outcome of his own completeness and energy. To say that it is necessary implies a lack of preceding fullness: that God would be less than God without it. To fear that the gratuitousness of creation would make us irrelevant is to misunderstand the act of generosity: the creator loves himself and his work, and wishes to draw his work to himself.

Neither is creation a mere product of technology: God does not create a machine that runs by itself. He establishes a world which he maintains; he continues to direct the world that he maintains and directs it for the sake of humans who are free. Furthermore, he endows humans with every capacity that he, God, possesses, so that humans become creators of the world. God has the initiative, but humans second the creator, having come to share his power. They become their own creators, so to speak, by sharing in the wisdom which was present at start of creation.

In this way we come to know the mind and the purpose of God and why he creates.

 

Year 1, Week 5, Tuesday                                                      Glenroy 1977

“God blessed them, and God said to them, “Be fruitful and multiply, and fill the earth and subdue it; and have dominion over the fish of the sea and over the birds of the air and over every living thing that moves upon the earth.” Genesis 1:28

God creates the different levels of creation and eventually creates humans, the final, the highest and the greatest work of creation, the only work made in the image of God.

The relationship between humans and creation is described in a blessing: “be masters of the sea, the birds of heaven and all living animals on the earth”. All three levels of living things are subject to humans because these are most alive. They are, however, created along with them, beings of flesh and blood. Thus, two things are required: mankind is livelier, mankind is of the same substance: humans are both like and unlike creation.

These two elements must stay in balance if humans are to remain master. If they fail to feel their unity with creation, if they treat creation as something foreign, if they subject creation and exploit it, treating flesh as rock and stones as money, they will become mere slave-masters, and creation will rebel against them and kill them. If, on the other hand, they fail to be livelier, if they give up the process of mastering creation, creation will turn elsewhere.

Humans are both like and unlike creation. They feel the all-encompassing unity, they are aware of every aspect of nature, of their situation and environment. They walk among the trees as among a palace full of persons, they walk in the fields as across coloured carpets. All creation is their body, which they feel and grasp and cherish. They do not have the strength of creation nor its extent in time and space, but they are more quick and their emotions more intense. Therefore, they can take it all as their body.

The purpose is this: to take the essence of all creation and to turn it into the new heaven and the new earth, the new Jerusalem, the liberated creation, wherein all the just with their glorified bodies will walk, in all things spiritualised. For if there exists a spiritual body there exists a spiritual creation. And if humankind is resurrected on the last day, creation too – in its essence – will be resurrected. Then it will have the freedom of the children of God who have mastered it.

 

Year 1, Week 5, Thursday                                                    Glenroy 1977

“So the Lord God caused a deep sleep to fall upon the man, and he slept; then he took one of his ribs and closed up its place with flesh. And the rib that the Lord God had taken from the man he made into a woman and brought her to the man. Then the man said, “This at last is bone of my bones and flesh of my flesh; this one shall be called Woman, for out of Man this one was taken.” Genesis 2.21-23

The man was made from the soil of the earth and given the breath of God. The beasts were likewise made from the earth, but without the breath of God. Woman, so delicately, is not taken from the earth, but from the body of the man. She is an altogether special creation. This is done so surprisingly, so gently, so human: her origin is human, the part of another body, but with flesh given from elsewhere, we know not whence.

All the beasts were useful. They were certainly a help, but no helpmate. Their usefulness did not remove the man’s loneliness. God is forced, so to speak, to try another tack: he takes the rib, that is, he takes the rod, the ‘bone’, the stiffened flesh of the man, shaped like a rib and encloses it in flesh. The concern is now no longer for the garden but for another sort of tree. She, the woman, is flesh for the man’s bone. She is the crown, the robe, the justification of that tree. She is the one who encloses, captures, tends that tree, and makes it bear a ‘seed’.

The man realises this radical change upon seeing her. He had been asleep – for most great changes in our character and personality occur unconsciously. The man ceases to be a lone labourer, hardly different from the beast, a rude and rough fellow. In his sleep he is changed in his body, as it stiffens; his body helps change the world around him, as it takes on a new character. All gifts are given to us ‘while we sleep’ – ‘the Lord showers gifts on his beloved while they sleep’. It is not our effort that makes the great changes in life. The world changes while we are asleep. The man cannot cope consciously with the change and so withdraws. Every great event is the action of God, and God is seen through them. Man cannot survive the sight of God and so retreats into unconscious.

God brings the woman. The man recognises her: their bodies are perfectly related to one another and so there is a basis, now, not of similarity – for he had that with the beasts, but of relationship: they are made for each other; one is modelled with regard to the other. There is difference, yet the difference is for the sake of a greater unity. On the basis of difference and relation he can recognise that he and the woman are made for each other. Being related in their bodies, they can relate in their persons. And so, he welcomes her; he rejoices at this gift from God; he sees the unity of their bodies. And his loneliness is gone.

 

Year 1, Week 5, Friday                                                      Glenroy 1977

The woman said to the serpent, “We may eat of the fruit of the trees in the garden; but God said, ‘You shall not eat of the fruit of the tree that is in the middle of the garden, nor shall you touch it, or you shall die.’ … So when the woman saw that the tree was good for food, and that it was a delight to the eyes, and that the tree was to be desired to make one wise, she took of its fruit and ate; and she also gave some to her husband, who was with her, and he ate.”  Genesis 3:6

The tree is referred to as “the tree in the middle of the garden”. There was nothing special about it except that it was forbidden. This fact was temptation enough. The man is drawn to the forbidden and nameless. He forgets his purpose which is to cultivate the other trees and goes after something that is not for him.

The trees permitted and the tree forbidden stand for the order established by God. Order means ‘yes and no’, ‘this and not that’. Every sin is an attack against this order, an attempt to set up a new order; every sin is a doubt about God’s good intentions and a setting oneself up as God. The fall in Genesis is an account of everyman’s fall.

Conscience reveals the law of God; it perceives the purpose without knowing why it is so. In the immediate a forbidden thing can appear good and a commanded thing appear bad. Therefore, there is a conflict between what is known immediately and what is known from the mysterious future. Everyman at some stage chooses the immediate bad instead of the future good.

The result is the loss of the future good and the choice of future evil. Yet God will subvert his own order and not allow man the full price of his folly: he will send one who is without sin and who saves man from the consequences of his unhappy choice. The new Adam will save unhappy Man.

 

Year 1, Week 5, Wednesday                                                Glenroy 1977

when no plant of the field was yet in the earth and no herb of the field had yet sprung up  …And the Lord God planted a garden in Eden, in the east; and there he put the man whom he had formed…. 15The Lord God took the man and put him in the garden of Eden to till it and keep it.” Genesis 2:5, 8, 15.

In the desert where there is no rain, no vegetation, no husbandry, God creates his first work: the human being. At the head of creation stands the purpose of all creation: the human, whom God fashions from the clods of earth like a child playing with the sand. Into this shape, so marvellously contrived, God breathes his own breath. The man is alive with the life of God.

God then establishes an oasis for the man, an oasis in this desert of barrenness, with every variety of tree. It is a paradise, a garden, with all that he needs for his sustenance.

From the beginning the man must work: the garden is for his pleasure, to feed his eye; for his sustenance, to feed his body. Yet the man is also for the garden: to cultivate it and care for it. From the beginning work is a part of human existence. Work is not the result of sin and the fall. Creation supports man: man cultivates creation. He looks after it, in a mutual relationship.

That relationship is quite opposite to the attitude of exploitation-idleness. Creation is not an abode to be plundered. The trees do not simply bear fruit. The world is not a breast with unending supplies of milk. This would force man into a perpetual childhood, bad-tempered at that.

Creation, by the structure God has given it, forces man into an attitude of maturity: a contractual arrangement. Creation will support humans if humans cultivate it. The support is free and the cultivation will be free. If either fails, both fail – the contract is broken. If man exploits creation, the trees will fail to produce their fruit and to attract the eye. If creation fails, man will be absorbed by the desert.

The trees are many: we have not even begun to see them all. The riches of creation, the depths of relationships, the powers of the human person: these are available for cultivation. We are given these things. We do not make them, but we cultivate them and allows them to develop.

When human beings have cultivated the ‘garden’ to its utmost, they will find that their work has made them immortal; their effort and the resultant fruit have made them deathless. And for all eternity they live and work. For work is natural. Jesus says ‘God keeps on working and so do I’.

 

Year 1, Week 6, Monday                                                      East Doncaster, 1989

“Then the Lord said to him, “Not so! Whoever kills Cain will suffer a sevenfold vengeance.” And the Lord put a mark on Cain, so that no one who came upon him would kill him.”     Genesis 4:25

During week 5 of Ordinary Time, we saw the introduction of sin into a creation that was originally good. During this week, 6, we see its progress.

The first sin was the offense of man against God. The second sin is the offense of man against man. The original sin derived from the wish to be like God. The second sin derives from the wish to be pleasing to God above one’s fellow. The ground which produced brambles as a result of the first sin now produces offerings unacceptable to God in the second sin. The serpent that tempted from the tree is now a beast crouching at the door. The sin of the children follows on the sin of the parents. Sin against God leads to sin against man.

The garments of skin protect man and woman from their vulnerability but do not remove their guilt. The mark will protect Cain but only by the threat of bloodshed.

Adam has set a trail of blood that will be reversed through ‘the sacrifice more pleasing than Abel’s’, that of the Second Adam.

 

Year 1, Week 6, Tuesday                                                      East Doncaster, 1989

“So the Lord said, “I will blot out from the earth the human beings I have created—people together with animals and creeping things and birds of the air, for I am sorry that I have made them.” But Noah found favour in the sight of the Lord.”  Genesis 6:7-8

After the sin of man against man, there is the continued growth of violence until the point when God undoes his work of the sixth day. He brings a flood upon the earth to wipe away every living creature. God – in the laws of nature – will imitate man’s violence to its ultimate degree.

Thus, the sin of man against God has bred the violence of man against man which in tum brings about the destruction of all living creatures.

Except that Noah saves a remnant of his family and of the work of the sixth day. In this way a new beginning might begin. The one just man saves a remnant and the remnant repopulates the earth.

 

 Year 1, Week 6, Wednesday                                                 East Doncaster, 1989

Genesis 8:6-13, 20-22

With a word God had created the architecture of creation and its furnishing. However, man’s violence had brought God to loosen the joints of the world and to destroy all living creatures.

But things are now restored. The flood subsides. The dove announces the end of the disaster. Noah opens the hatch of the ark to find that the world is once again habitable, for it is through Noah that the world is renewed. His justice has saved a remnant. It is through a man that God restores. With Noah all is remade.

This scene provides the backdrop for Jesus’ work. He will enter the waters of the flood at his baptism. As he rises from the river, the Holy Spirit comes bearing peace and the sign of anointing. In Jesus a new humanity is formed. More than Noah, he, Jesus, himself the remnant, repopulates the earth. Thus, all things are restored in him. In his body a new race is formed, the community of his disciples.

 

Year 1, Week 6, Thursday                                       East Doncaster, 1989

“God blessed Noah and his sons, and said to them, “Be fruitful and multiply, and fill the earth. The fear and dread of you shall rest on every animal of the earth, and on every bird of the air, on everything that creeps on the ground, and on all the fish of the sea; into your hand they are delivered.”Genesis 9:1-2

Although all things are restored in Noah, traces of violence remain. There was originally no shedding of blood; mankind’s food was only vegetable. But now, after the flood, there is the command to be the terror of all that lives, for mankind will eat flesh.

This violence will not be removed until it too is made fruitful. It needs to be redeemed. Only when Christ shows the traces of the nails and the lance will violence be made useful and glorious.

The restoring work of Christ not only restores mankind in its flesh. It also allows the wounds to be beautiful. It allows violence to be valuable. The sin of mankind is taken away by being transformed into grace.

This is the complete restoration after the flood

 

Year 1, Week 6, Friday                                           East Doncaster, 1989

“Then they said, “Come, let us build ourselves a city, and a tower with its top in the heavens, …  the Lord confused the language of all the earth; and from there the Lord scattered them abroad over the face of all the earth.”           Genesis 11:4, 9

We come now to the fourth fall. After man’s disobedience to God, after the crime of man against man, after the human destructiveness of creation, there is now the conflict of nation with nation.

Just as the first sin was the human attempt to be like God, so this fourth sin is the human ambition to reach the throne of God. By not observing their proper place, the people of Babel bring about their own destruction. The attempt to be God prevents one man from allowing his brother to be like God. Civil strife begins.

The mark of this disunity is the inability to communicate. Only on the day of Pentecost will this punishment be undone. The various languages are preserved; the one Gospel is communicated in all of them. Humanity has received the Spirit of God and has become like God, not on some mountain but where God truly dwells, namely in the community gathered in prayer.

 

Year 1, Week 6, Saturday                                                     East Doncaster

By faith Abel …. By faith Enoch … By faith Noah, …By faith Abraham” Hebrews 11:4, 5, 7, 8,

The episodes of the Book of Genesis we have been reading this week have shown the progressive corruption of mankind until the appearance of Abraham, the father of faith. Hebrews 11:1-7 points out that the gloom of sin is shot through with rays of light.

Creation is the work of God. Abel’s offering is pleasing to God, an offering that forecasts the passion of Christ. Enoch who is assumed into heaven prefigures the resurrection of Christ. Noah, the just man, prefigures the Christ who saves the Church, the bark of Peter floating on the waters of baptism.

Thus, sin is contrasted with faith. Faith proves victorious in the end. The sad story of corruption is outshone by the greater story of faith.

 

Posted in John Dupuche | Leave a comment

Letter to the Hebrews, Commentary on some verses

Letter to the Hebrews, Commentary on some verses

Glenroy 1977

Year 1, Week 1, Tuesday                                                 

“You have put him in command of everything.”       Hebrews 2.5-9

For Christ is coming and will take possession of all things, being master even of the angels, for nothing is not subject to him.

Christ is effecting the future. His body is transforming all bodies, his mind is enlightening all minds, his will is influencing all decisions, his Spirit is encouraging all true ambition. His person, in every dimension, is giving its dimension to the fabric of creation. And continually so, for ever, and yesterday too, for the past and all times are determined by his determination.

For all of us too, we have that same future. All are to be subject to all, and all to the Eternal One who is subject to none. We too by our bodies will transform all bodies, if we are already subject to the Incarnate One who is subject to none but his God.

We are subject to Christ in every way: our bodies to his glorious body of splendour and strength; our minds to his infinite awareness; our wills to his authority and breadth of determination; our spirit to his Spirit of exultation and peace. Each of us in turn will attract each other, not with a solitary strength but with the strength of all: for all give him their encouragement; and he in turn, as he draws, gives his strength to all others to draw him with his own and their strength, so that all are drawn together into one body.

We let Christ take our bodies and our spirit – or rather we let the mysterious one who Jesus has become – not in his limitations as the Nazarene – take over our mind and hearts; let that welcome visitor possess us. For we see him only obscurely, he who influences us so mightily. We welcome him and he transforms us, opening wide fields of activity and clearing our eyes to see the brightening day, for he is ruler of the coming world, coming, even now, even in me.

 

Year 1, Week 1, Thursday

“Every day, as long as this ‘today’ lasts, keep encouraging one another.”   Hebrews 3.13

To encourage means to give heart. The work of encouragement is a divine work, for it means to recognize, – as God recognises his Son, to give vitality and power – as God gives the Spirit to his Son. To encourage means to recognize people in their worth and to want it. It means to add one’s will to their talent, to give energy to their body, life to the clay of which they are made.

The writer calls upon us to encourage one another as long as this ‘today’ lasts: this time of pilgrimage, this desert sojourn, for the Church cannot achieve its goal without the vitality of the Spirit coming from God through each member as through the Son. But even in heaven the work of encouragement continues, indeed principally in heaven, for the peace and joy and vitality reach their infinite pitch due to infinite encouragement.

If we fail in encouragement, sin will lure us, for we cannot do without encouragement. If it does not come from truth, it will come from the lie. If it does not come from us who are of God it will come from Satan and his minions. We will seek encouragement from idols and the false comfort of sin.

To fail to encourage someone is to drive them to sin. To deny them the Spirit is to condemn them to the evil one. To deny them heaven is to give them the darkness of hell. Therefore, we are guilty of the sin of others, for we have failed to encourage them.

To be able to encourage, one must have been encouraged by the mysterious workings of God in history and society. One must have been made to feel of God, a son to him, of one nature with him and empowered. Then in turn, being one with God, with his nature and spirit, one is able to encourage divinely. Only a son can establish sons. Yet even as l establish sons, it is God who really establishes them, for the hour is his and the greater force is his, but he uses me as he uses the events of history, to engender further sons.

And of all that he has used, Christ is the First-born.

 

Year 1, Week 1, Friday

“We must therefore do everything we can to reach this place of rest, or some of you might copy this example of disobedience, and be lost.” Hebrews 4.11

The Hebrews were freed from their slavery to Egypt by the crossing of the Red Sea. Yet their rebellion cost them a speedy capture of the Promised Land. For a whole generation they had to sojourn in the desert until all those who had lacked faith should die.

The writer of the Letter to the Hebrews takes their case and applies it to his audience. They have crossed from slavery to freedom through the waters of baptism Let them beware lest a lack of faith condemn them to a sojourn in the desert and final loss.

He is urging them to faith. For it is lack of faith which prevents us from reaching the land. If we had faith to move a whole range of mountains we could bring heaven to earth. If we had strong faith we would accomplish the purpose of mankind.

Yet we are weak. We are held back by the faithlessness of others and we also hold back their faith. For this reason, we are forced to keep marching without making any advance. The faith of Christ draws us on, yes, but we place hindrances to the full expression of that faith. We hold him back. Although he has redeemed the world, we restrain his redemptive power.

The writer urges us to do everything we can. Yet we are rebellious for reasons we do not know, and even our rebellion is hidden from us, so blinded are we by sin. Therefore, we wait for the gift of God and the Breath of God to move us.

The place of rest is no idle sinecure. The rest we seek is perfect motion, infinite activity, which knows no effort and knows no tiring. The perfect grace of consummate art, the ease of excellence, the facility of expertise: this is the rest of God who sustain the universe, directs all history from within his eternal seventh day of rest. We too look for that ease: of blessing and of giving the Spirit, of knowledge and of drawing to ourselves. All the work of redemption will be ours, without effort, because of the perfection of faith.

 

Year 1, Week 2, Monday

“Although he was Son he learned to obey through suffering; but having been made perfect, he became for all who obey im the source of eternal salvation…” Hebrews 5:8

The suffering endured by Christ changed him. It cut away all that did not pertain to faith. It burnt away all that was imposed from the sin of society. It stripped him of mortality and all weakness, so that he was made perfect; that is, he was made perfectly in tune with God, so that God’s will was his, God’s thoughts were his thoughts, God’s purpose was his. In this way he was obedient.

For obedience is not a blind carrying out of orders. That is obedience solely of an external sort. Obedience of mind and will, indeed obedience of the spirit, is the supreme form – where one’s spirit is God’s Spirit.

For this reason, the Trinity is the supreme example of obedience: for the Son is of the same nature as his Father; and more than that, the Son breathes the same Spirit as his Father. For they are One in every way.

It is to this obedience we are called, modelled on the Trinity. Yet we shall achieve it only by following the same path of suffering. We must be cut and burnt and stripped – by the events of life or by our own penance.

In tune with God we will have the strength of God and the peace, the resourcefulness and the solidity, the knowledge and the affection of God. In tune with him we will know all times future and times past, with a love extending from end to end. For the stripping is the stripping of chains, the burning is the refining of gold, the cutting is the removal of rotten flesh. As a result, all that is human will be made full, fully human, fully divine, by our obedience, for the good of mankind.

 

Year 1, Week 2, Thursday

“For it was fitting that we should have such a high priest, holy, blameless, undefiled, separated from sinners, and exalted above the heavens.” Hebrews 7:26

Jesus is holy.

This means, on the one hand, that he is without sin. But, more positively, he has been raised to a greater condition: condemned as a criminal he has been freed from the Law; crucified with robbers he has gone deeper than any sin. And again, humiliated as much as a person can be, he has been glorified beyond all humans and angels; spread on a cross between heaven and earth, he has been raised beyond the highest heavens.

Holiness therefore is two sided: there is freedom from sin and there is exaltation. If either aspect is missing, both aspects are missing. If a person seems to live an innocent life, yet is not raised on high, his innocence is only apparent – there are important hidden areas of sin. If a person feels exaltation but lives with sin, his exaltation is illusory, an emotional out-growth of sin.

Jesus is holy. Raised on Easter Sunday, he is free now in this world as he has never been before: free from death and free to do wonders. Like the sun at dawn he is not obscured by the mountains of sin. His light sines without hindrance. Beyond the influence of sinners, he is no longer restricted by them, but like the sun which ascends gradually to the brightness of noon, his influence increases in effectiveness with the passage of time. He is not depressed by sin; he is not silenced by the authorities; he is not limited to this time or place; he is not hemmed in by his own ignorance. He is free.

He is strong in his freedom: the energy of the universe is concentrated in him. The energy of the Creator of the universe is present in him. He is stronger than the earth and the heavens, being raised above them all, freer than them all. He guides all things.

 

Year 1, Week 2, Friday      

“It is a better covenant of which he is the mediator.”             Hebrews 8:6

Jesus is the mediator of a new covenant. Being so excellent in himself and undergoing the ultimate event of death, his covenant with his God cannot but be a covenant between God and all men. For if every human action involves every other human being, how much must the supremely human action of a supremely human man implicate every person who is still human. Jesus’ covenant with the God who saves him is a covenant, therefore, between every human being and the God who is saving us.

Yet all this does not condemn us to inactivity and sinecure. On the contrary, involved by his choice, we are called to make our choice. Each one of us, moved by the Spirit, will make that covenant for him/herself. Each of us, being born of the Father and not of the Son, will be inspired to act in the same way. Each of us, come to the maturity of Christ, will need, like him, to make his/her free covenant.

While we were children, covenants are made on our behalf. Once we become mature in the domain of grace, we need to make covenant for ourselves. We will stand before God and say: ‘you are my God’ and he will say ‘You are my son, my people’. And again: ‘You are my God, the strong one, the one who builds up and cuts down’. And he will say in turn: ‘You are my ‘son’ to whom I give the ends of the earth for your feet, the trophy of mankind for your shoulders’.

And as we make this covenant freely and independently, based solely on the Spirit moving in us and free of models and pre-conceptions, we will find in fact that it is like, is indeed the same as the covenant of Christ. For if we make it out the Spirit and our humanity, he has made it out of the fullness of power and his pre-excellence in humanity. If we make it through feelings of joy and strength, he has made it through the experience of being the First Born. What we do he fulfils and has fulfilled, for he excels. Our covenant renews his. Our covenant, made in freedom, is his covenant. For his covenant, new and eternal, is eternally renewed.

There were many covenants: with Noah and Abraham, Moses and David, to mention a few. The greatest, the new and eternal covenant is made with the Nazarene. After him there are many covenants: with each person who comes to maturity, until the last day, when all is complete.

 

Year 1, Week 2, Saturday

“… how much more will the blood of Christ, who through the eternal Spirit offered himself without blemish to God, purify our conscience from dead works to worship the living God!”            Hebrews 9:14

The author of Hebrews describes at length how Christ has replaced the liturgy of the Temple. The excellence of Jesus’ person, the significance of his life and death: these have fulfilled the glory of the temple and its sacrifices. The writer uses parallels, such as blood and movement, to bring out the nature of the fulfilment, but we know it is the excellence of Christ’s resurrection, not the external parallels, which prove the fulfilment.

Christ, in his excellences, brings the temple liturgy to its fullness. Even when he performed nothing cultic or symbolic, every action was a liturgy, every action was a reconciliation between God and mankind, every action showed forth the purpose of God, every event of his life combined heaven and earth.

Christ replaces the Temple. We take the place of Christ. Christ replaces shadows with his reality. We take the place of Christ’s glory. Jesus fulfils what the Temple approximated to, each person of virtue is the prolongation or Christ. We do not have Christ in our world, so much as Christians.

For this reason, our every action, performed in the spirit, is a liturgy. Even our common duties of workplace and home, are a cultic action. Liturgy is no longer reserved for specific times and places, but is performed every time a person acts in faith, hope and charity. It is the extension in our world, of the liturgy performed in heaven, for our Spirit is a gift from Christ who is full of Spirit as he stands before his God.

Never again will Christ appear as he did. He cannot appear again in the flesh, but only in the Church, that is, in every person of virtue. He can only appear in the Spirit who impels every just person. Such a person is one with the Strong One, knows him, has his dimensions in body, action and spirit, so that his/her action is that of the Strong One; the liturgy of the Strong One is his: in heaven and in earth. Then the person of virtue is Christ in the world as Christ is that person in heaven.

No need for Christ to appear: the person of virtue takes his place, is Christ in his time and place.

Thus, because Christ replaces the temple, the strong person takes the place of Christ.

 

Year 1, Week 3, Tuesday

“Here I am. I am coming to obey your will”.             Hebrews 10.9

Jesus goes beyond presenting symbols and presents himself. Symbols were the imperfect sign of a future perfection. Jesus himself, in his perfection, can use no symbols.

He has the fullness of divinity in him, for he says the great ‘I am’. He is the compar of the God who dwells in the unknown and who make all things known. He is the fulfilment of all the hopes of mankind as they sought to see who was their liberator.

And as he says ‘Here I am’, he presents himself before God, equal to him yet subject to him. God could not say that phrase to Jesus. No, Jesus comes before God and is aware of himself, for even the Son is aware of the mysterious God through being aware of his generation from God.

And as he stands, it is a dialogue of love. Between man and woman there is that relationship of I-thou. Between man and his God there is not that relationship. It is one of Father and Son, where the Son rejoices in his being and in his being knows his Father as the source of his being. He rejoices in his Father’s greatness and goodness and acknowledges him as the source. (Between husband and wife there cannot be that acknowledgment, for one is not the source of the other). And this dialogue continues in eternity: for the Father is continually source of the Son and the Son is aware of his continued generation and stands continually with awareness of his being and acknowledges his Father’s greatness.

And in return the Father recognises him and says: ‘You are my beloved Son’ and ratifies him and sends down his Spirit upon him, that blessing and ratification by the Father.

And as the Son is acknowledging his Father, he places himself consciously and determinedly within his Father’s will, so that he goes on to say: “I am coming to obey your will”.

So that, as there is unity of nature in the generation and acknowledgment, so there is unity of Spirit in the ratification and obedience – an eternal dialogue where deed and word are one.

And as the world is created and salvation history is initiated within the Spirit, so Christ, impelled by that Spirit, will become incarnate, will preach and be raised, he who says: “Here I am! I am coming to obey your will.”

 

Year 1, Week 3, Wednesday

“… he has perfected for all time those who are sanctified”   Hebrews 10.14

How is it that we are perfect when it is so clear that we are weak?

We are perfect by Christ’s intention, but imperfect by our indecision. We are perfect by association with him but imperfect by ourselves. We are perfect in the future and imperfect in the present. Perfection and imperfection mingle in us and compete. Yet he is the stronger, for his determination overrides our faint-heartedness, so that our imperfection is temporary and our perfection is settled.

In ourselves we feel our weakness. Christ knows his strength. From his point of view, it is only a question of time. From our point of view, it is a doubtful agony. As we change, our mind becomes that of Christ, our weakness is changed into his strength and our determination becomes like his and changes our bodies, our lives, our world.

In our determination we achieve the perfection of others less firm We are a rock supporting them, forming them. As Christ to us, so we to others.

And this by the Holy Spirit.

 

Year 1, Week 3, Thursday

“… let us approach with a true heart in full assurance of faith, with our hearts sprinkled clean from an evil conscience and our bodies washed with pure water.” Hebrews 10.22

We are entering the Holy of Holies.

Already we are entering heaven, even in this life. Death is not the beginning of our entry into heaven. The death by faith – that is the doorstep of our entry into life. Even now, once we have died and risen with Christ in faith, even now we are entering ring the Holy of Holies, into the presence of God.

Our faith is now in the risen one, the one who is spirit, the one who is beyond knowledge. Our faith is in the one we do not see but whom we sense: the great one, of mystery and authority, the one who is symbolised to us in different ways but above all in his sojourn in the flesh.

Death is a significant moment, but it is not the most significant moment. The most important moment is faith, when we die with Christ and receive the life of Christ. The weakness of our faith is made up for, not by the moment of our death, but by the work of the community and their penance on our behalf. A certain judgment is made of us at death, for the history of our lives is to an extent written and concluded at that time, but the work of resurrection is to be performed by the community and by Christ.

Already at faith we have begun to enter the Holy of Holies. The writer of Hebrews urges us to continue with our movement into that place. He is urging us to holiness, to deeper faith, firmer hope and works of love, in particular by attending the community meetings – presumably the Eucharist on the Lord’s Day. For as we grow in these virtues, the whole world becomes the sanctuary. As the heart changes so does the universe. As we become divine so does the world. As we become holy, so do all things become the Holy of Holies.

 

Year 1, Week 3, Friday      

“But we are not among those who shrink back and so are lost, but among those who have faith and so are saved.”           Hebrews 10.39

Constancy is the gift of God. God does not waver or vary in his moods and intentions. His anger and his compassion are the same motivation applied to different circumstances. He does not vary, for he is faithful. It is because we change that God seems to change. The earth tilts this way and that so that the sun appears higher or lower in the sky, warmer or colder. Yet the sun does not change, it is our earth which varies. God is faithful, determined, peaceful. His constancy is not indifference but infinite concern. His constancy is not boredom but fullness of power. He is determined to make us a kingdom where each shall be son.

We are destined to have the same constancy: not varying in exultation or depression according to the circumstance. For our will comes from God, not from the fortunes of history. Our determination is from outside this wheeling planet and we do not vary in basic mood. At all times we have peace, at all times we seek the kingdom destined for others and for me. If at times we act in anger or at other times in compassion, these moods are found at the periphery of our existence where we impinge upon the varying world, but our heart is constant and determined.

Therefore, we are of God. Therefore, our souls are saved. We are already beyond the judgment, beyond the grip of the world. Already we are with God, saved; and like God, saving: for our fidelity is saving the world, preserving those who also look to faith.

Our constancy is perfectly subtle. Like water, it is infinitely variable according to the structure of the river bed, and like water, it is irresistible. Water has immense force precisely because it is so determined – drawn by gravity; it is irresistible precisely because it is so variable – forever finding new routes.

But we are of God, we seek the kingdom; and the fight is no trouble, because our victory is certain.

 

Year 1, Week 4, Thursday

            “everyone is a first-born son”.            Hebrews 12.23

The title ‘first-born’ is a title of privilege and excellence. It is a messianic title, as in Colossians. How can it be predicated of all?

Christ is not the source of grace as God is. The Father is primarily the source of grace to all. Yet the Father does nothing without the Son. The Son seconds his Father’s will. The Son is source of grace in a seconding way, but the Father remains always He by whose will we are born again. Our sonship is of God. We are not sons of Christ.

Christ is called ‘first-born’ because of the excellence of grace in him. We are less than first-born because we are firstly created, the result of the free decision of God. We are associated with him by his sharing of our human nature. God, in giving his grace to all, cannot do without the seconding will of the Man among men, but the source of from God.

The Christ is “first-born” by virtue of his eternity. We are first-born in time by virtue of the fullness of grace which comes to us. Christ has the precedence and we are the result. We are first-born, not in honour but in power, not in place but in fact. What Christ is excellently, we are eventually. What God makes of Christ, in the first instance, he makes of us, at the last. We are all sons of God, all equal in fact, all first-born.

 

Year, 1, Week 3, Monday

“He does away with sin by sacrificing himself.”       Hebrews 9.26

This is shorthand for the essential mystery of all reality: he does away with death by ‘doing away with himself’.

Jesus is full of life. He feels such energy, such desire, and yet he finds himself in a world of lassitude and tepidity, of unhappiness and discord. He and the world are clean contrary to each other: he does not accept the world and the world cannot accept him. Therefore, the fight begins. He sees through the world and its weakness and condemns it. He comes to replace it with the life, the body he feels already within himself. They grapple: the world covers him with shame and pain, with doubt and death. Every scar, every brand is tried on him in vain. He allows the worst: death itself; he wants the worst: complete rejection, so as to show their weakness and inconsequence compared with his vitality.

All these things he turns to his profit, for as he grapples he strengthens; as the fire burns he is refined; as he seizes hold he adopts new postures. The vitality, so active and yet so dormant, becomes awake and appears; the pain brings out the best in him.

When the worst has been tried – death by public crucifixion – he achieves the best: his fullness of vitality, filling the whole world and impelling all people. His death is a sacrifice bringing the blessings of heaven. Death with all its attendant sorrow and lassitude, despair and doubt are shown to be ineffective: the sin of the world is taken away. Death is made insignificant at the moment of his death. Death is done away with at the moment he ‘does away’ with himself.

The infinite life is all around us, within us, with its strength and solidity; and to it, as it possesses us, we say ‘Yes, let it be’.

 

 

Posted in John Dupuche | Leave a comment

LES INGREDIENTS IMPURS DU RITUEL KULA, Versets sur les ingrédients cités dans le commentaire de Jayaratha sur le Tantrāloka, ch. 29 d’Abhinavagupta

LES INGREDIENTS IMPURS DU RITUEL KULA

Versets sur les ingrédients cités dans le commentaire de Jayaratha sur le Tantrālokach. 29 d’Abhinavagupta

 Ayant établi que l’impureté n’existe pas, Jayaratha cite un verset qui prépare le lecteur à la question des mets prohibés.

Cit.10b.1         « Il faut adorer cette lignée [des Parfaits] avec des ingrédients qui sont à la fois haïs par le peuple et interdits par les Śāstras, qui sont dégoûtants et méprisés. »

Les principaux ingrédients du rituel Kula sont les trois M’s : vin (madya), viande (māṁsa) et rapports sexuels (maithuna). Les tantras non-Kula y ajoutent deux autres: poisson (matsya) et graine séchée (mudrā). Le rituel peut ajouter d’autres ingrédients aussi. Jayaratha cite un verset qui les nomme:

Cit.17b.1         “Le sperme et l’urine du mâle, le sang menstruel, les fèces, and le phlegme; la chair humaine, la chair de bœuf et de chèvre, le poisson, la volaille, l’oignon et même l’ail: voilà la belle série de douze ingrédients.”

Et plus tard,  lorsqu’il parle de ce qui est dénommé ‘oblation’ (caru), dont on se sert dans le rite d’initiation de l’Ānandeśvara, Jayaratha nomme les cinq ‘joyaux’, comme il les appelle, qui ne ressemblent aucunement aux neuf joyaux typiques de la gemmologie indienne : perle, rubis, topaze, diamant, émeraude, lapis lazulite, corail, grenat.

Cit. 200b.1      « Je vais parler de l’oblation située dans le corps, que même les dieux ont du mal à avoir: l’urine mâle, le sperme, le sang des règles,  le phlegme et les fèces. Donc, une fois qu’il a célébré le rituel [appelée ‘ādiyāga’], il devrait obtenir l’oblation située dans le corps. »

Selon les Lois de Manuces cinq ‘joyaux’ sont impurs. « Les orifices au-dessus du l’nombril sont pur, mais ceux en-dessous sont impurs, de même que les souillures qui en sortent. »[1]« Les douze souillures corporelles sont : huile, sperme, sang, moelle, urine, fèces, morve, cérumen, phlegme, larmes, ceux qui vient des yeux et transpiration : voilà les douze souillures humaines. »[2]

Le pratiquant kaula,par contre, considère que le corps est un temple, et donc tout ce qui sort du corps est saint. D’ailleurs, c’est précisément parce que les mets sont effrayants et non pas attirants qu’il les utilise. Il n’est pas nécrophile ou coprophage ; il est parfaitement normal. Il ne rejette rien. Il accepte tout, il se sert de tout, et il s’identifie à tout. Il pratique la voie de ‘la main gauche’ qui est plus effective car elle est de nature plus sacrificielle.

Dans la voie ‘de la main droite’ le pratiquant imagine ce qui est affreux tout en se servant de ce qui ne l’est pas. Mais ceux qui se limitent à ce qui est doux et agréable se privent du côté néfaste des choses. Le sacrifice le plus authentique et digne du nom se fait par ce que le corps refuse. Le célébrant se sacrifie ; son désir naturel pour le beau et le bon est mis de côté. Il n’en fait plus aucun cas. Il proclame ainsi que la vraie béatitude se trouve au-delà du plaisant et du déplaisant qui sont transitoires. Le vrai bonheur se trouve dans la reconnaissance que ce monde entier est la forme de Śiva, et mieux encore la forme de Bhairava.

De fait, Abhinavagupta préfère l’appellation ‘Bhairava’ pour désigner le dieu suprême. Il explique le nom en Tantrāloka 1.96-100.

«  [Ce dieu] porte l’univers… le nourrissant et le soutenant. …. Il en est le grondement …. Il protégé ceux qu’effraie le flux du devenir. … Par lui se produit, en raison de la grâce, la prise de conscience de la frayeur de l’existence. Il est ce qui brille chez ceux dont la pensée s’attache à la concentration sur ce qu’on nomme engloutissement du temps …. Il met fin au tourbillon du passager. Il est donc le ‘Très Effroyable’. »

Un mythe raconte que Bhairava, faussement accusé du meurtre d’un brahmane, fut condamné à fréquenter les champs crématoires. Ce séjour dans l’immonde lui accorde d’immenses pouvoirs.[3]La voie de ‘la main gauche’ est censée conférer des pouvoirs semblables.

Cela rappelle les ‘aghori’ qui hantent les champs crématoires. Comme leur nom indique, ils sont ‘sans peur’. Ils n’ont pas peur, ils ne font pas peur, car ils transcendent la peur. Rien ne leur est épouvantable, ni la mort, ni les mets dégoutants.

Les ingrédients sont « haïs, dégoûtants et méprisés. » Ils sont aussi « interdits par les Śāstras » Ce ne fut pas toujours le cas que le vin et la viande fussent interdits. Par exemple, le Śatapatha Brāmaṇadéclare, « La viande est la meilleure des nourritures ».[4]Mais à la suite de l’introduction de la doctrine de la non-violence, et de l’ascendance des brahmanes, l’abstention de la viande devint un critère de la pureté.[5]Cela dit, LesLois de Manuqui décrivent le train de vie du brahmane parfait se contredisent. Après avoir déclaré que celui qui mange la chair d’un animal en cette vie sera mangé par le même animal dans une vie à venir[6], le texte continue, « Il n’y a rien de mal à manger de la viande ou à boire du vin ou à avoir des rapports sexuels, car c’est comme ça que les êtres vivants prennent part à la vie, mais s’en détacher apporte bien des fruits. »[7]

Le pratiquant kaula ne fréquente pas les champs crématoires. Du fait que le célébrant est un gṛhastha, c’est-à-dire avec famille et métier, sa pratique a lieu chez lui, dans sa maison. Les mets horribles permettent cette transition du champ crématoire à la maison..

[1]LesLois de Manu5 :132.

[2]Les Lois de Manu5.135.

[3]Voir H. von Stietencron. ‘Bhairava’. In Vorträge /  Deutscher Orientalistentag, SupplementaI, vol. 3, 1968. pp. 863-871.

[4]Śatapatha Brāmaṇa11.7.1.3. The Laws of Manu. Wendy Doniger (trans.) London: Penguin Books Ltd., 1991. p. xxxiii.

[5]Francis Zimmerman. The Jungle and the Aroma of Meats. Berkeley: University of California Press, 1987. p.2. The Laws of Manu. p. xxxiii.

[6]LesLois de Manu5.55.

[7]LesLois de Manu5.56. Jayaratha citera ce texte dans son commentaire sur la distinction entre le pratiquant kaulaet l’homme égaré. Voir le commentaire qui suit Tantrāloka29.98b.

 

Posted in Abhinavagupta, Hinduism, Jayaratha, Kashmir Shaivism, Tantrāloka | Leave a comment

LE VIN, Versets sur le vin cités dans le commentaire de Jayaratha sur le Tantrāloka, ch. 29 d’Abhinavagupta

LE VIN

Versets sur le vin cités dans le commentaire de Jayaratha sur

le Tantrāloka, ch. 29 d’Abhinavagupta

                       

L’essence du vin

Cit.13b.1         « L’alcool est la suprême Śakti ; le vin est appelé Bhairava. Le Soi devient liquide à cause de Bhairava le magnanime. »

Le mantra est la forme phonique de la divinité. De même, selon ce verset, l’alcool est la forme tangible de la Śakti et le vin la forme tangible de Bhairava. La conscience illimitée se trouve actualisée. Le Soi dévient liquide. Le Magnanime s’incarne dans le vin de sorte qu’il se transmue en vin ; le vin est divin pendant le sacrifice ; le vin constitue le moyen par excellence d’accéder au Soi.

Du fait que le dieu et la déesse, Bhairava et sa Śakti, sont inséparables, ce verset n’oppose pas alcool et vin mais prend la forme d’un hendiadys.

Selon LesLois de Manu,toute boisson alcoolique barre le chemin au ciel ; selon le Kula, par contre, elle est la divinité même. La divinité se trouve dans l’immonde; on devient divin en se mêlant à ce qui est interdit. On se divinise en se mêlant à ce que les textes sacrés interdisent, et on fait preuve d’autonomie en opposant ces lois. Dans un milieu où le vin était absolument interdit, participer en un tel rituel indique une audace extrême, et pour cette raison le rituel Kula est réservé au ‘héros’.

Le nom ‘Bhairava’ est bien choisi car il signifie la forme farouche du dieu tandis que le nom ‘Śiva’ indique sa forme bénéfique. La raison en est que Bhairava s’incarne dans le vin. Le Soi dévient liquide.

 

Les avantages du vin

 Cit.13b.2         « Sans [le vin] il n’y a pas de libération; sans [le vin] il n’y a pas d’élan [vers la libération]; sans [le vin] il n’y a pas de pouvoir surnaturel, surtout dans la tradition de Bhairava. »

Ceux qui distinguent entre le licite et l’illicite, sont immobilisés. Ceux par contre qui n’en font aucun cas ressentent l’élan de l’esprit  et reconnaissent qu’ils sont libres de toutes les entraves. Cependant, leur liberté n’est pas ce libertinage dominé par l’ego et ses fantaisies. En se servant de ce qui est interdit le célébrant fait preuve de souveraineté car Śiva, source des lois, est autonome à leur sujet. Ce n’est pas quittant cette vie qu’on devient libre, mais en identifiant le ‘au-delà’ et le ‘ici-bas’, le transcendant et l’immanent.

L’acte même de consommer la boisson, qui est Bhairava, fait que le participant soit Bhairava, et qu’il jouisse des pouvoirs surnaturels de Bhairava.   Il ressent en lui-même la divinité qu’il est devenu et il en ressent la toute-puissance.

Les ‘Bhairavatantras’ sont une série de textes, dont la plus célèbre est le Vijñānabhairavatantra, étroitement liés au Shivaïsme du Cachemire. Il y aussi le Bhairavakulatantraet le Svacchandabhairavatantra.

Cit.13b.3         «O Maheśvarī, du fait que [le vin] est senti, entendu, vu, bu et touché, il donne la jouissance et la libération …. »

Les tantras prennent souvent la forme d’un discours adressé par le dieu à sa parèdre qui est ici dénommée Maheśvarī. Il lui explique que le vin,  qui est connu par tous les sens, l’odorat, l’ouïe, la vue, etc. et qui est donc très matériel, a ceci d’étonnant qu’il est capable  de conduire le pratiquant au niveau subtil qui est la jouissance, et au niveau suprême qui est la libération. Tout autant que les paroles d’un maitre, le vin est un moyen puissant pour avoir accès à la divinité.

Selon la tradition hindoue, les quatre buts de la vie humaine sont la religion (dharma), les biens (artha), le plaisir (kāma) et la libération (mokṣa). Les trois premiers sont réunis sous le vocable ‘jouissance’ et selon le point de vu dualiste s’opposent au quatrième, la libération, alors que la tradition non-duelle tantrique les identifie.  L’essence du tantra est « de mettre le kāma  – le désir – (en tous les sens du terme) et les valeurs qui lui sont associées au service de la délivrance. »[1]Le vin est l’humanisation du divin, l’incarnation de l’infini. En même temps il divinise l’humain. Jouissance et libération sont un. Le pratiquant devient libre en cette vie ; il est non-duel.

 

 La prééminence du vin

 Il ne s’agit pas de n’importe quel alcool. Selon les classifications hindoues tous les alcools, sauf le vin, peuvent être ramenés en trois genres.[2]Jayaratha cite un verset qui  parle de ces trois catégories.

Cit.13c.4          « Le whisky, le rhum et l’hydromel sont dénommés ‘alcools fabriqués’. Pour l’Adepte ils font plaisir en ce qui concerne le ‘féminin,’, le ‘masculin’ et le ‘neutre’. »

Les termes ‘féminin’, ‘neutre’, et ‘masculin’ sont pris de la grammaire et se réfèrent au monde objectif, le monde des choses.

Selon la tradition Kula, telle que le conçoit Abhinavagupta, l’Adepte (sādhaka)  se donne à la récitation du mantra et en acquiert tous les pouvoirs de sorte que le roi, par exemple, en dépend pour la victoire, ou que le commun des hommes le prie de leur accorder les bonheurs matériels. L’Adepte joue donc un rôle public important. Lui aussi cherche les plaisirs du monde et les pouvoirs surnaturels, mais selon Abhinavagupta, il joue un rôle mineur.

Le pratiquant Kula n’est pas tout d’abord un Adepte car il vit au plus haut niveau de la conscience non-discursive, et les plaisirs du monde, qui ne sont pas refusés, restent en second lieu. Le rapport entre la conscience est les plaisirs constitue un sujet qui revient constamment; le but est de les réconcilier, de devenir jīvan-mukta, libéré en cette vie.

Cit. 13b.5        « Le vin de raisin, par contre, est naturel et simple. Sa splendeur est bhairavienne. Le Seigneur suprême n’est ni ‘féminin’, ni ‘neutre’ ni ‘masculin’. »[3]

Les termes ‘féminin’, ‘neutre’ et ‘masculin’ se réfèrent aux genres dans la grammaire et indiquent le monde objectif, le monde des choses. Par contre le Seigneur est le sujet suprême, le ‘Je’. Il ne peut jamais être un objet.  Abhinavagupta aborde ce sujet dans son commentaire sur les versets 3 et 4 du Parātriṃśikāvivaraṇa[4]où il explique la commande ‘écoute’ (śṛṇu)que Śiva adresse à sa parèdre. Il explique quel’acte même de s’adresser à un objet transforme l’objet radicalement et fait qu’il devienne ‘tu’. Abhinavagupta ajoute que le ‘tu’ devient ensuite ‘Je’, car le ‘tu’ est absorbé dans l’unique ‘Je’. Le ‘tu’ ne reste pas à l’écart et duel mais est accueilli au plus profond du Soi. L’acte d’adresser est un acte de divinisation.

Tout cela se passe naturellement, car Śiva, le sujet, se plait à s’exprimer dans l’objectivité de ce monde et ensuite à lui accorder sa grâce, de sorte que ce qui était inerte et passif redevienne pleinement conscient, le ‘il’ et ‘elle’ deviennent ‘Je’. L’acte même de s’adresser change celui qui est adressé qui devient ‘tu’ et le ‘tu’ devient finalement le ‘Je’ lui-même.

La citation souligne la spontanéité de Śiva/Bhairava. Le vin est ‘simple’ car il se fait tout seul. On n’ajoute rien ; on le laisse, et tout naturellement le jus de raisin se transforme en vin, alors que le whisky, le rhum et l’hydromel sont fabriqués, forcés pour ainsi dire, par l’homme qui change le cours naturel des choses pour satisfaire à ses besoins. Le vin, comme on a déjà vu, est le produit naturel de la vigne. Alors que les autres alcools, tel que la bière, l’hydromel et le whisky, sont des boissons artificielles, fabriquées par l’homme, le vin résulte d’une fermentation naturelle et spontanée.  Tout comme les sept fluides ou humeurs du corps, chyle, sang, chair, gras, os, moelle, sperme, le vin se fait tout naturellement. En le buvant le pratiquant se met en rapport avec le monde qui provient uniquement de la main de Śiva et qui n’est pas le résultat des actions karmiques des hommes. Le pratiquant shivaïte ne cherche pas à changer le monde mais à s’y identifier.  En choisissant le vin il s’immerge plus profondément dans le cycle naturel de ce monde et se conforme alors à la volonté divine.

Ce signalement de ce qui est naturel revient constamment dans le rituel Kula. Les émotions surgissent de leur propre accord ; l’éveil se fait de lui-même,  l’émanation et la réabsorption de monde sont spontanées. Rien n’est forcé ou involontaire.

Le fait même d’être exclu donne au vin une qualité spéciale. On fait voir qu’on n’a rien à faire avec les traditions purement sociales qui sont le produit de la mécompréhension humaine. On utilise le vin précisent pour faire voir qu’on dépasse tous ces conditionnements. Le divin se trouve en s’associant à ce qui est naturel mais qui est rejeté comme injuste par les traditions artificielles des hommes karmiques qui se méprennent sur la valeur la réalité.

Le vin est splendide car il dénoue les liens qui engourdissent l’esprit.  Du fait aussi qu’il est interdit, il laisse apparaître la gloire divine. De meme que le mantra possède une splendeur innée car la śakti l’habite.

Dans Tantrāloka37.42 Abhinavagupta louera le vin de son pays, le Cachemire, disant qu’il est ‘hautement bhairavien’ (mahābhairava), c’est-à-dire ‘formidable’, ‘bouleversant’. Il faut se rappeler de la légende de Bhairava. C’est précisément dans l’impureté que les pouvoirs sont acquis.

Cit. 13b.6        « Le rhum, l’hydromel et le whisky : Ānandabhairava [le vin] les dépasse tous. »

Le mot ‘nanda’ signifie ‘béatitude’ ; le préfixe āsignifie ‘lieu’, et donc ānandaest le ‘lieu’ où se trouve la béatitude, que ce soit la naissance d’un fils, l’assouvissement d’un désir, la jouissance sexuelle, ou la connaissance divine etc.[5]Le terme Ānandabhairavasignifie ou bien ‘Bhairava le bienheureux’ ou ‘la béatitude divine’. Le vin est la forme physique de la divinité tout comme le mantra en est la forme phonique  et de ce fait il confère la béatitude. Il dépasse les plaisirs de ce monde. Il est foudroyant et épouvantable car il révèle l’insuffisance des plaisirs mondains – le rhum, le whiskey et l’hydromel – et communique la connaissance de ce qui relativise et dépasse le monde transitoire.  Mais il est aussi une réalité physique. Ce qui est matériel conduit hors du matériel.  Il est immanent et transcendant à la fois.

Cit. 13b.7       « Cet élément est de quatre genres qui constituent un système conforme aux quatre âges. Des quatre alcools, la béatitude [c’est-à-dire le vin] concerne la paix. »

Les quatre âges (yuga) sont Satya Yuga, Treta Yuga, Dvapara Yuga et Kālī Yuga. Le Satya Yuga est l’âge d’or, l’ère de la vérité et de perfection.  Les millénaires depuis le Satya Yuga font preuve d’une corruption progressive aboutissant au Kālī Yuga, notre ère, l’ère de l’obscurité et de l’ignorance.

Les alcools fabriqués confirment cette déchéance. Seul le vin est capable de nous faire remonter ce parcours et retrouver l’âge d’or et de paix.

Le théâtre indien énumère huit émotions qui sont ‘eros’, ‘humour’, ‘dégout’, ‘colère’, ‘compassion’, ‘courage’, ‘horreur’, et ‘émerveillement’. Abhinavagupta y ajoute une neuvième, la paix, semblable à la surface tranquille du lac qui reflète le ciel et laisse voir le fond, tous les deux. Celui qui arrive au bonheur divin connait la paix qui permet à toutes les émotions leur plein effet, car elle ne s’y oppose pas, alors que celui qui est asservi à une émotion particulière est rendu incapable d’apprécier les autres. Celui-là seul qui est profondément paisible peut devenir totalement furieux, par exemple, car sa colère est pure et affranchie des émotions  contraires et conflictuelles.  C’est le vin qui mène hors des émotions passagères et limitées et conduisent à l’émotion primordiale ; le vin permet aussi le plein épanouissement des émotions.

Cit. 13b.8        « Tout comme Śiva-Bhairava est chef dans les rassemblées des bhairavas; tout comme, dans la réunion des déesses, Kālāntakī [‘Celle qui est à la fin des temps’] est suprême : de même ces deux [c’est-à-dire Śiva-Bhairava et Kālāntakī] sont dénommés chefs de toutes les meilleures essences. Toutefois, Bhairavanātha, le vin, est la meilleure essence, lui qui est ‘mercuriel’. »

Le développement de l’alchimie est fortement lié  à la tradition des Rasa Siddha et des Nātha Siddha au moyen âge qui cherchaient les siddhas, c’est-à-dire les pouvoirs surnaturels.[6]Le fait que ‘Bhairavanātha’ peut être traduit comme ‘Bhairava le Nātha’ souligne le rapport avec la tradition des Nāthas.

Dans l’alchimie (rasāyana) indienne, le mercure était censé accorder un niveau de vigueur et de santé tel qu’il permettait aux yogis qui le consumaient de vivre des centaines d’années.[7]La citation accepte les enseignements au sujet du mercure. Qu’en est-il du vin ? Est-il inferieur au mercure ?

Il se peut que le mercure accorde les pouvoirs tel que la vie et l’immortalité, mais le vin le surpasse car lui aussi  donne force et santé mais il accorde de surcroit l’accès à la conscience suprême.  Il est donc la meilleure essence; il est ‘mercuriel’. ‘Rasendra’, ‘Maitre des essences [de l’alchimie]’, est un des noms de Śiva-Bhairava. Inutile donc de se lancer dans les insuffisances et les complexités de l’alchimie.

Jayaratha sait bien qu’il faut défendre l’usage du vin, moyen scandaleux. Il faut le justifier en démontrant son efficacité, car ce qui est plus effectif est pour cette raison plus vrai. La preuve se trouve non pas dans le raisonnement mais dans l’expérience. Le vin est plus simple et plus efficace. Le tantra et partant le Kula se vantent d’être le moyen le plus rapide et le plus facile de parvenir a l’état de libéré vivant.

 Cit. 13b.9        « Toujours cher à Bhairava et à la assemblée nombreuse des Mères …. »

Qui sont ces mères ? Le verset est incomplet mais il se peut qu’elles soient les ‘Sept Mères’, Brahmāṇī, Vaiṣṇavī, Māheśvarī, Indrāṇī, Kaumarī, Vārāhī,Cāmuṇḍā, à qui on ajoute une huitième, Nārasiṁhī. Il y a aussi les dix déesses, les Daśamahāvidyā, qui sont Kālī, Tārā, Tripura-sundarī, Bhuvaneśvarī, Chinnamastā, Bhairavī, Dhūmāvātī, Bagalāmukhī, Mātaṅgī, et Kamalā. Il y a bien d’autres listes. Les ‘Mères’ possèdent tous les pouvoirs, et sont l’objet particulier des rites tantriques.  L’adorateur espère bénéficier de leurs pouvoirs en leur offrant le vin. On verra plus tard, à la citation 13b.24, que si le célébrant manque de leur offrir le vin, le yoginīs s’affaissent et deviennent comme des animaux.

Le vin est cher à Bhairava car il est le dieu du vin. Il est cher aussi aux Mères qui le préfèrent à cause de sa prééminence sur les autres alcools et le mercure. Ce verset conclut la section sur la supériorité du vin.

 

Les sanctions

 Cit. 13b.10      « S’il manque d’adorer le dieu Bhairava, s’il manque de rassasier les mantras, s’il boit comme un animal attelé qu’on désaltère, même un héros ira en enfer. »

Le ‘héros’ est le célébrant du rituel Kula par excellence, car il a le courage d’utiliser les mets interdits. Mais il lui faut suivre les rites usuels, c’est-à-dire, adorer son dieu et rassasier les ‘mantras’, c’est-à-dire les déesses. Elles sont rassasiées par le vin. S’il néglige ses devoirs et boit du vin comme un animal il sera condamné aux enfers. Toutefois, la condamnation n’est pas éternelle car l’enfer est un lieu de punition d’où on peut s’échapper, tout comme le séjour au ciel n’est pas à jamais car on peut en échouer.

Le terme ‘héros’ est sans référence aux castes. Tout le monde peut devenir un héros, pourvu qu’il prenne part au rituel Kula quipermet l’égalité qui élimine et surpasse les castes.

Cit. 13b.11      « Un brahman qui assiste à une cérémonie Kula or même un guerrier, si le vin ne l’a pas touché, doit faire un rite de réparation. »

 Bien que l’alcool soit la boisson caractéristique du serviteur, les autres castes s’en servent aussi. Le rituel Kula ne tient pas compte des castes. Toutefois il se peut qu’un brahman, épouvanté par l’idée de boire de l’alcool le refuse. Les Lois de Manulaissent savoir que boire du vin pendant le repas rend impur. [8]  Même toucher le vin inconsciemment exige le renouveau de l’initiation.[9]Ce verset dit le contraire.

Cit. 13b.12      « Si l’arôme du vin et de la viande lui manque à la bouche, il est réduit à l’état d’un animal attelé. Il doit célébrer un rite de réparation. »

 LesLois de Manuavertissent que l’acte même de sentir l’odeur du vin fait perdre sa caste au brahmane.[10]Ici aussi le rituel Kula n’est pas d’accord.

 

 Le moment propice

Il ne s’agit pas de consommer le vin n’importe quand. Son usage se fait uniquement pendant le rite. S’en servir en dehors du rite est l’affaire d‘ivrognes.

Le texte suivant est mal souvent mal traduit et mal compris : « Bois, bois, et bois encore chaque fois que tu tombes. Mets-toi debout et bois encore. Tu seras enfin libre du cycle des naissances. »[11]La ‘chute’ signifie la faiblesse de la kuṇḍalinī,c’est-à-dire de la déesse en forme du serpent qui se replie dans premier chakra, le mūlādhāra,au lieu de se dresser et de parvenir au sommet de la tête, le sahasrāra,  où elle s’unit avec le dieu et jouit de la béatitude infinie. S’il y a une ‘chute’ il faut faire usage de ce qui est interdit, le vin, pour ranimer l’esprit.

Ce même genre d’injonction se trouve vers la fin du chapitre 29, les vv. 282-283,  les participants doivent consommer l’ ‘oblation’ de nouveau pour que le rite ne soit pas en quelque sorte défectueux. Il ne s’agit pas de s’enivrer.

Cit. 13b.13      « S’il ne boit pas d’alcool pour un jour ou pour une demi-journée, pour le quart d’un jour ou même le huitième d’un jour, l’homme devient un pénitent. »

Cit. 13b.14      « La meilleur consommation [de vin] est celle qui se fait à chaque occasion. Celle de valeur moyenne se fait aux ‘conjonctures’. La pire a lieu seulement une fois par mois. Si moins que chaque mois, il devient un ‘animal attelé’. »

Le chapitre 28 du Tantrāloka  décrit la phase initiale (ādiyāga) où les substances utilisées dans le sacrifice Kula sont préparées. Elles seront utilisées dans la phase suivante (anuyāga), le rite célébré avec la parèdre en chapitre 29. Les substances sont consommées aussi dans le ‘Sacrifice du Cercle’ où les pratiquants du Kula se réunissent avec leur gourou. Ce Sacrifice du Cercle est décrit en Tantrāloka28.60b-111. Il a lieu fréquemment : après un décès, pendant une conjoncture astrale, à l’occasion d’une fête ou d’un mariage,  à l’anniversaire de la naissance du gourou, etc. Le vin est utilisé aussi dans le rite quotidien et dans un rite  dit ‘optatif’. L’usage est donc fréquent. Ces versets ne signifient pas que le pratiquant doit en boire beaucoup mais qu’il doit en boire souvent. Si non, il ne sentira pas l’effet libérateur du rite ; il deviendra comme tout le monde, un ‘animal attelé’.

Mais ce n’est pas n’importe quel vin consommé à n’importe quel moment. Car l’usage du vin est réservé au moment du rite. Il est consacré. S’en servir en dehors du rite est l’affaire d‘ivrogne.

 Les castes

Cit. 13b.15      « Pour les brahmanes [la cérémonie se fait] avec le bois de santal ; avec du safran pour les guerriers, avec du camphre liquide pour les paysans, avec de la liqueur gâchée pour les serviteurs, O Bien-aimée. »

 L’alcool fut particulièrement associé avec la classe au plus bas de l’échelle sociale, avec ceux qui se trouvaient exclus de l’initiation sanctifiante. C’est précisément leur boisson – gâchée de surcroit –   qui devient la boisson préférée du rituel Kula. Ce qui est méprisé devient le moyen d’atteindre la divinité. Le pratiquant s’identifie donc à la servitude.  Le rituel renverse l’ordre social

 Cit. 13b.16      « [L’alcool est utilisé] à l’occasion de l’initiation d’un brahmane, pendant la bataille au cas d’un guerrier, pour la bénédiction de la terre pour un paysan, pour le rituel funéraire d’un esclave. »

Ce verset souligne que l ‘usage de l’alcool s’applique à toutes les castes malgré les interdictions. Pour le brahmane c’est au moment de l’initiation qui lui confère le pouvoir spirituel dans les rites ; quant au guerrier, c’est pour lui donner courage et force au moment de la bataille; quant au paysan, c’est parce que le vin symbolise le sperme divin qui fait fructifier la terre. Le vin est utilisé pendant le rituel funéraire du serviteur, car sa servitude prend fin alors et il peut espérer renaitre dans une caste supérieure. Pour lui, la mort signifie la libération.

La citation 13b.16 prépare le texte suivant qui condamne la limitation de l‘usage du vin.

Cit. 13b.17      « Du moment que [l’alcool] fut gâché par le Maitre des démons, depuis ce temps-là la répartition des castes fut divulguée. L’usage de la boisson est permis pendant le sacrifice Sautrāmaṇi des brahmanes, pendant une grande bataille au cas des guerriers, pendant le travail aux champs et lors d’une grande célébration en famille ou d’une réunion des amis pour les paysans, à la fin de rituel au champ crématoire pour les esclaves, à l’occasion d’un mariage ou de la naissance d’un fils.     

Une telle division de la boisson, O Belle, est l’affaire des gens trompés. Mais pour ceux qui ont sont initiés dans la tradition de Śaṅkara et dans la tradition de la déesse, qui obéissent à la commande du gourou, qui se retirent [du regard public], qui s’absorbent dans la récitation et l’adoration, qui sont experts en connaissance et discernement, dont l’esprit est honnête et sans gourmandise: ces deux fois nés ne sont jamais hostiles [à l’usage] constant [du vin], O Bien-aimée. »

La citation 13b.16 semble dire que l’usage du vin est lié aux moments précis de la vie. La citation 13b.7 corrige ce malentendu possible.  L’usage de l’alcool dans le rituel Kula n’a rien à voir avec les occasions de la vie ordinaire.

Le premier paragraphe précise que le dégât du vin et la division en castes eurent lieu en même temps. Cette constatation contredit l’histoire de l’origine des castes décrit dans leṚg Veda10.90 qui parle de l’Homme Cosmique qui se sacrifie et de sa bouche sortent les brahmanes, de ses bras les guerriers, de ses jambes les paysans, et de ses pieds les serviteurs. Non, c’est le Maitre des démons qui a réparti les castes !

Le texte continue et implique Indra, le dieu principal du Ṛg Veda, qui est le créateur et sauveur, et en quelque sorte le maître des dieux.  La légende relate que Indra but une quantité excessive de soma, la boisson sacrée du Veda. Il avait besoin d’être purgé. Cet épisode est célébré à la Sautrāmaṇi, fêtementionnée dans le Yajur VedaBlanc, ch. 19-21, qui comprend une oblation de sura, liqueur extraite de diverses plantes.  Il est normal donc que les brahmanes, les représentants de dieux, se servent de l’alcool pendant leurs rites. Tout cela veut dire que le chef des dieux aimait l’alcool et que l’usage de l’alcool est autorisé par les textes plus vénérés.

Toutefois, l’utilisation décrite dans le premier paragraphe est limitée. La citation proclame que cette restriction est « l’affaire des gens trompés », car elle impose des contraintes à la liberté. Pour les pratiquants du rite Kula par contre, qui jouissent de la liberté divine, il n’y a pas de restrictions. L’usage peut être constant, c’est-à-dire, à la lumière des citations 13b.13 et 13b.14, pendant le rituel Kula.

Le terme ‘deux-fois né’ ne s’applique strictement qu’aux trois castes supérieures qui furent nés pour la première fois de la matrice maternelle, et une deuxième fois lors de l’initiation védique. Mais dans le sacrifice Kula ce système de castes ne compte plus, car le rituel Kula admet tout le monde. Les serviteurs tout autant que les membres des autres castes adorent Śaṅkara,c’est-à-dire Śiva; ils adorent la déesse, ils obéissent au gourou, ils agissent en secret et ils s’adonnent à l’adoration et la récitation.  Eux aussi sont donc essentiellement deux-fois nés, même sans avoir reçu l’initiation.

L’adhérent du Kula n’est pas conformiste. Comme dit le verset bien connu:

“Il est secrètement un kaula, extérieurement un Śaivasiddhāntin,mais en public il suit les Vedas.”[12] 

Il se sent forcé de célébrer les rites en secret car l’opprobre publique lui serait insupportable. Il n’observe pas le système des castes pendant le rituel secret, mais il continue à le soutenir en public. De plus, le secret, tout comme la proscription, ajoute à l’efficacité du rite. Il n’est pas un révolutionnaire ; il ne cherche pas à changer l’ordre social. Au contraire, il a besoin des distinctions entre les castes pour qu’il puisse faire voir qu’il les dépasse.  Il est donc complice.

 

Les autres instruments du culte

 Les pratiques rituelles varient énormément en Inde, mais d’habitude on se sert de parfums, fleurs, encense, lampes, et offrandes de nourriture comme l’orge et le riz. Les versets qui suivent soulignent le fait que ces objets ne sont pas nécessaires mais que le vin est indispensable. Jayaratha se sent obligé de citer cinq versets qui disent la même chose, tant la coutume habituelle est dominante.

Cit. 13b.18      « Mets d’un côté toutes les oblations, de l’autre uniquement le vin. Le [sacrifice] peut être célébré même sans oblation. Sans le vin il n’est jamais possible. »

 Cit. 13b.19      « Le culte est célébré tous les jours sans ces [autres] ingrédients. [S’il est célébré] sans ce seul [ingrédient, c’est-à-dire] sans le vin qui est Seigneur, [le culte] devient inefficace. »

 Cit. 13b.20      « Si l’offrande de fleurs et d’encens etc. fait défaut, O Sulocanī, il faut qu’il rassasie le mantra avec de la liqueur. »

Cit. 13b.21      « O Déesse, à quoi bon utiliser d’autres combinaisons d’ingrédients acceptables au sacrifice ? Ils ne valent pas la seizième partie d’une seule [goutte] de l’ambroisie-de-la-main-gauche. »

Ce verset fait voir que ce qui compte c’est l’usage tant soit peu d’un breuvage strictement interdit. L’euphorie causée par le vin n’est pas exclue, mais elle est sans grande importance. Le mot ‘seizième’ signifie tout simplement ‘minuscule’.

Cit. 13b.22      « La coupe, la fleur, l’encens, la lampe, et l’offrande, n’importe quel ingrédient ‘héroïque’ etc.: tout est basé sur le vin. »

 

En somme

Cit. 13b.23      « O Bien-aimée, celui qui désire la présence [divine] devrait, toujours et partout, adorer le Seigneur des śaktis en compagnie de ses śaktis  en se servant uniquement du vin. »

Le Seigneur du monde est Akula (a-Kula)  car il n’est pas Kula, il n’est pas la déesse. C’est d’elle, la Sakti, que les autres śaktis émanent.  Le Seigneur unique se trouve alors entouré de toutes ces śaktis qui le vénèrent et se soumettent à lui.  Akula y prend plaisir tout comme il se plait en la déesse, sa Kula.

Le pratiquant adore le Seigneur par l’usage du vin et par conséquent il entre en la présence du Seigneur. Il devient lui-même le Seigneur, et donc lui aussi il est entouré de toutes les śaktis. Au verset 29.79 du Tantrāloka, Abhinavagupta parle du célébrant qui est devenu ‘le seul maître du Kula’, ‘le Seigneur des śaktis’,et qui rassasie toutes les śaktis. Lui qui est sans forme adopte ainsi toutes les formes. Celui qui n’est rien est désormais tout. Le pratiquant atteint l’apogée de la divinité.

 

 Les punitions

 Si le célébrant se sert de vin il est divinisé, sinon il est puni.

Cit. 13b.24      « Les yoginīs de celui qui adore la trace des ‘pieds’ sans utiliser de l’alcool s’affaissent et dévorent sang et chair. »

Le mot kulasignifie non seulement la tradition, mais aussi le monde entier qui est sujet à la déesse, celle qu’on nomme Kula par excellence. Elle régit sur d’innombrables kulaou familles qui sont elles aussi régies par des déesses inferieures, les yoginīs. Le culte de yoginīs fut une des sources de la tradition Kula. Elles sont farouches et en même temps elles sont la source d’immenses bienfaits.

Il faut que le célébrant adore les yoginīs, c’est-à-dire qu’il ‘adore la trace des pieds’ carles empreintes ou les pieds sont l’objet de vénération dans la tradition hindoue. Plus précisément, il faut que le célébrant rassasie ces hordes d’ogresses avec les mets affreux, même avec les liquides vitaux de son propre corps. Il s’approprie alors leurs pouvoirs et devient leur maitre. Mais si le pratiquant ne leur offre pas le vin, même s’il leur offre ces autres substances horribles, elle se vengent, et insatisfaites par le vin mangent la chair et le sang, de l’adorateur on peut supposer.

Cit. 13b.25      « Sans le vin, O Déesse, ils ne seront jamais parmi les Parfaits. Selon l’enseignement du Thohakāsails seront à jamais exclus du kulade Svayaṁbhū. »

La tradition Kula distingue entre trois courants, le courant des dieux, le courant des Parfaits, et le courant des humains. Le but des humains, selon la tradition Kula,  est de faire partie des Parfaits et avec eux de se réunir avec les yoginīs, les parèdres par excellence et d’en jouir les bienfaits. Sans le vin le célébrant est exclu des Parfaits. Il ne sera jamais reçu dans la compagnie des Parfaits dont le chef est Śiva, appelé ici Svayaṁbhū, dont le nom signifie ‘Celui qui est sa propre cause’, ‘Celui qui se manifeste de par lui-même’.

 

Citation suivant le verset73b-75a[13]

Il faut ajouter ii une citation qui qui est située plus tard dans le commentaire de Jayaratha.

Cit. 75a          « Il faut soigneusement éviter les Siddhāntas, les Vaiṣṇavas, les Bouddhistes, les Vedāntins et ceux qui suivent le Smārta parce qu’ils sont des ‘bêtes attelés’. Ils abandonnent la présence divine qui provient du contact avec la boisson non-duelle. Ils s’en détournent. Ils sont sans vie, privés de vie. »

Toutes les autres écoles qui se trouvaient au Cachemire à cette époque sont rejetées. En premier lieu, la tradition principale de la vallée, le Śaivasiddhānta, qui proclamait qu’on devient ‘comme Śiva’, mais, à la différence du Shivaïsme du Cachemire, on ne se reconnait pas être Śiva lui-même. Ils sont tous rejetés en tant que ‘bêtes attelés’, sans liberté et sans illumination. Ce jugement est sévère.  La raison en est qu’ils distinguent entre le pur et l’impur, entre le licite et l’illicite et partant que tous se récusent de prendre part à la boisson interdite. L’usage rituel du vin devient alors le signe qui distingue les pratiquants du Kula.

Ceux qui refusent l’impureté sont impurs et impuissants. Ils sont bornés, leurs idées sont restreintes. Ce n’est qu’en prenant part à l’horreur que le dépassement et l’élévation en résultent. On arrive à l’état de Śiva ; on fait voir qu’on lui est identique. La consommation de ce qui semblait donner la mort à l’âme révèle la vie qui était cachée, et transforme l’être limité. Le participant se vivifié par le vin alors que les bouddhistes et les autres ne le sont pas. Ils ne viennent pas en contracte avec la source de la vie ; il ne sont pas ‘libérés en cette vie’ (jīvan-mukti), « ils sont privés de vie» (jīva-varjitā).

 

[1]Formule de Madeleine Biardeau citée par André Padoux, in Recherches sur la symbolique et l’énergie de la parole dans certains textes tantriques.  Paris: Institut de Civilisation Indienne, 1975.  p. 5.

[2]Consulté le 24 séptembre, 2017 en https://archive.org/stream/wineinancientind00boserich/wineinancientind00boserich_djvu.txt

[3]TĀVp. 3300.

[4]Cf. John R. Dupuche. ‘Person-to-Person: vivaraṇa of Abhinavagupta on ParātriṃśikāvivaraṇaVerses 3-4’. In Indo-Iranian Journal44 (2001)1–16.

[5]J. A. B. van Buitenen. ‘Ānandaor All Desires Fulfilled’. History of Religions, 19 (1979) 27-36. P. 32.

[6]David Gordon White. The Alchemical Body. Siddha Traditions in Medieval India.Chicago: University of Chicago Press. 1996. p. 2.

[7]David Gordon White. The Alchemical Body. Siddha Traditions in Medieval India.Chicago: University of Chicago Press. 1996. p. 9.

[8]The Laws of Manu11.71.

[9]The Laws of Manu11.151.

[10]The Laws of Manu11.68.

[11]Kulārṇavatantra 7 :100.

[12]Cf. Jayaratha ad Tantrāloka4.24, et 251, vol. 3, p. 27 et 28. Abhinavagupta. (tr.). Padoux, A.La Parātrīśikālaghuvṛtti de Abhinavagupta. Paris: E. de Boccard, ?? 1975.

[13]29.73c-75b est la paraphrase d’un texte du Mādhavakula(Jayadrathayāmala, Ṣaṭka4, f. 127v2-6). Sanderson, ‘A Commentary’, p. 110 bas de page 63.

Posted in Abhinavagupta, Hinduism, Jayaratha, John Dupuche, Kashmir Shaivism, Tantrāloka | Leave a comment

LE RITUEL KULA Versets cités par Jayaratha dans son commentaire sur Tantrāloka 29.18-23, ‘Le Sacrifice Quotidien’.

LE RITUEL KULA

Versets cités par Jayaratha dans son commentaire sur Tantrāloka 29.18-23  ‘Le Sacrifice Quotidien’.

Dans Tantrāloka29.18-23 Abhinavagupta décrit le rite quotidien qui présente l’essentiel du rite Kula. Il sera largement développé dans les six sacrifices.

Le rite quotidien comporte quatre étapes :

  1. Régénération du célébrant
  2. Préparation des ingrédients
  3. Divinisation du célébrant,
  4. Satiation des déesses.

Dans la première le célébrant se régénère par le mantra, ce que nous avons déjà vu en étudiant le mantra. Dans la deuxième étape il prépare les ingrédients que nous avons déjà examinés.

Cit. 21d.2        « Après qu’il s’est préparé, en se servant de tout ce qui est agréable et de tout ce qui lui porte bonheur, qu’il adore le dieu sans cesse. »

Pour commencer, Jayaratha aborde le côté agréable. Les déplaisant est utile, le plaisant aussi. Le pratiquant Kula ne refuse ni l’un ni l’autre ; et il les surpasse.  Cette citation sert aussi comme introduction aux versets où Abhinavagupta parle du calice qui contient les trois ingrédients essentiels du rite Kula : le vin, la viande et le fluide sexuel. Le vin et la viande préparent le pratiquant pour l’acte sexuel ; ils sont donc ‘causes’. Le fluide sexuel qui résulte du coït est ‘fruit’.

Cit. 22a.1  « On réfléchit sur la [tradition sacrée] et on se la rappelle, cette tradition dont les essences, à l’occasion de la Cérémonie de la Corde, accordent la meilleure béatitude.  [Telle est la coutume] dans la tradition révélée par Bhairava qui coupe [le fil de] l’existence. »

Le coït qui produit les fluides a lieu lors de la Cérémonie de la Corde, qui est longuement décrite dans Tantrāloka 28. Les essences, c’est-à-dire les fluides sexuels, surgissent au moment de la jouissance, qui est « la meilleure béatitude ». On peut bien supposer que ce ‘fruit’ est desséché sous forme de poudre ou de granules, pour qu’il serve au rituel quotidien.

Bhairava coupe le cycle des naissances car le rite Kula accorde la ‘libération en cette vie’.

Cit. 22a.2   « L’ ‘oblation’ et la tradition orale sacrée, le discernement,  l’accouplement et la cérémonie d’adoration sont tous situés dans la ‘bouche’ des yoginīs. »

L’union avec layoginīse revêt de multiples aspects. Le vagin est cet endroit sacré d’où le célébrant puise le fluide sexuel qui est l’oblation ; c’est là qu’il reçoit la tradition sacrée qui est communiquée non pas par écrit mais par expérience; la conscience étant éveillée en conséquence de cette union, le célébrant sait discerner entre le vrai et le faux, le non-duel et le duel ; l’accouplement n’est pas seulement un acte physique, il est aussi l’adoration de la Déesse qui s’incarne dans la parèdre. Cette citation décrit de façon saisissante la sainteté de l’union avec la yoginī.

Cit. 22a.3   «  N’importe le cérémonial d’adoration qu’il célèbre, n’importe la récitation qu’il fait, si le corps n’est pas divinisé, tout sera ineffectif. »

Cette citation a à faire avec la troisième étape. La formule « Étant devenu dieu, qu’il adore dieu » est maintes fois répétée. Le célébrant se reconnaît véridiquement ; il agit comme le dieu ; il est le dieu. Les rites et les mantras sont peu utiles s’il ne se reconnaît pas ainsi. En se reconnaissant sans arrêt comme dieu il adore le dieu sans cesse.

Cit. 22b.1        «  ‘Je ne suis pas, je ne suis pas un autre ; je ne suis que des énergies.’ Il lui faut, à chaque instant et uniquement par la mémoire, maintenir cet état d’esprit. »

 Jayaratha reprend et élargit ce verset dans Sacrifice 2.

Cit. 64b.1        «  ‘Je ne suis pas; tel autre n’existe pas non plus. Seules les énergies existent.’. S’il médite sur cela, ce lieu de repos, cette réalité innée, même pour un instant, alors, étant devenu un voyageur dans l’espace, il sera le compagnon des yoginīs. »

Dans le Sacrifice 2 le pratiquant place sur son corps les 24 lieux sacrés où selon la légende les membres de Satī sont tombés. Il se constitue comme la base cachée qui supporte les temples où les pèlerins viennent adorer la déesse. Toutefois le célébrant pourrait devenir orgueilleux en se voyant ainsi. Ce verset contrecarre cette erreur. Le pratiquant n’est rien. Le sentiment du soi, l’égoïsme,  le sentiment d’être substantiel et inébranlable sont une erreur. Śiva est ‘Je’, mais l’être humain n’est que le résultat du jeu divin, une manifestation passagère de la śakti, qui est l’origine et la fin de toute chose.

Il en va de même pour tout autre objet dans l’univers. Toutes les śaktis sont une limitation de la divine śakti, pareilles aux étincelles qui sortent du feu et disparaissent, insubstantielles.

C’est précisément en se rappelant que « je ne suis pas » que le célébrant devient divin. Śiva est nommé ‘Akula’, ‘celui qui n’est pas Kula’, car il est sans forme aucune. Il est, mais rien ne peut être dit de lui. Il est comme le hublot au centre de la roue. Cet espace parfaitement vide donne à la roue la possibilité de tourner.

Selon cette citation si même pour un instant il se rend compte de son « je ne suis pas », le fruit est merveilleux. Il devient un « voyageur dans l’espace ». Il sort des limites de ce monde, il vole où il veut, il est libre. Il n’est plus prisonnier de son ego. Il est Śiva ; il se trouve en la compagnie des śaktis et s’en réjouit.

Cit. 22b.2        « Les déesses qui n’ont pas de représentation physique et qui désirent une représentation physique (mūrti) s’installent dans sa masse charnelle. Du fait qu’elles convoitent les meilleurs ingrédients, elles jouent avec les diverses émotions. »

Le terme mūrtisignifie ‘coagulation’. Tout existe mais tout n’est pas visible. Par exemple, le sucre dissous dans l’eau est invisible ; c’est lorsqu’il se cristallise qu’il devient visible. De même les déesses n’ont pas de forme physique d’elles-mêmes, mais il se peut qu’elles désirent se matérialiser et se révéler. Elles se manifestent donc dans le corps du célébrant.

Cette idée de coagulation se trouve dans la cérémonie du avahana. L’adorateur invite la divinité à habiter l’image de plâtre ou de bronze ou d’argile. Attirée par la ferveur de l’adorateur et la qualité des offrandes la divinité s’installe dans l’idole qui devient alors la divinité réellement et physiquement. Après avoir chanté les louanges etc., le pratiquant ‘renvoie’ la divinité, et l’image redevient un objet.

Les déesses s’installent dans le célébrant. Elles ‘jouent’, mais c’est le jeu de l’amour.  Elles   sont actives. Elles explorent le corps et l’esprit de l’homme pour y susciter les meilleurs ‘ingrédients’. Elles font qu’il s’éveille et qu’il se reconnaisse comme Śiva, qu’ il se rende compte de ce dont il restait ignorant. L’éveil des multiples chakras et facultés fait que le pratiquant devienne pleinement conscient de l’univers en entier. Il reconnait qu’il est non seulement Śiva mais qu’il est l’univers aussi. Il est l’univers et l’univers lui appartient. Mais il y a aussi un autre sens au mot ‘ingrédient’, c’est-à-dire la virilité sexuelle. Les déesses font que les meilleures essences, c’est-à-dire les fluides sexuels, commencent à surgir et à se déverser.

Si l’officient accomplit le rituel sans l’inspiration des déesses, les gestes seront dépourvus de force. Il sera sans engagement, le rite sera ineffectif. Si le pratiquant s’ennuie, ses actes seront ennuyeux. Le dehors et le dedans doivent coïncider et se refléter harmonieusement.

Cit. 23b.1   « Il faut répandre les gouttelettes vers le haut et de chaque côté, O Bien-aimée. »

Le célébrant se reconnaît comme Bhairava. Toutes ses émotions et ses états d’âme sont maintenant à leur comble. Il est parfaitement conscient ; ses facultés sont épanouies. C’est alors, en toute liberté, parfaitement engagé et lucide, qu’il fait l’offrande. C’est la quatrième étape du rituel journalier. Il boit du calice pour assouvir les déesses qui l’habitent et pour rende hommage au Soi, car le célébrant est lui-même le Soi. Il répand les ingrédients autour de lui pour assouvir tout ce qui existe. Jayaratha reprend cette pratique et la confirme par la citation 23b.1.

 

 

 

 

Posted in Hinduism, Kashmir Shaivism | Leave a comment

Aboriginal associations with my house

Aboriginal associations[1] with 3227 Warburton Highway, Warburton.

 The area

This address is located within the Wurundjeri people’s terrirory.[2] There are seven clans that make up the Wurundjeri, and we speak a language called Woiworung. Woiworung country is the entire Yarra Valley from the headwaters of the Yarra River and all of its tributaries down to the Maribyrnong River and Kooyong-koot Creek.

The Yarra

The Yarra River was called Birrarungby the Wurundjeri people who occupied the Yarra Valleyand much of Central Victoriaprior to European settlement. It is thought that Birrarungis derived from Wurundjeri words meaning “ever flowing”. Another common term was Birrarung Marr, thought to mean “river of mist” or “river bank”.

Upon European arrival it was given the name ‘Yarra Yarra’ by John Helder Wedgeof the Port Phillip Associationin 1835,[7]in the mistaken belief that this was the Aboriginal name for the river in the Boonwurrung language. However it is believed that ‘Yarra’ means “waterfall”, “flow”, or refers to running or falling water,[1][3][7]descriptive of any river or creek in the area, not just the Yarra. The name Yarra Yarra is said to mean “ever flowing river”,[3]but most likely refers to the Yarra Yarra falls which were later dynamited. Of their contact with local Wurunderi people in 1835, John Wedge wrote:[8]

On arriving in sight of the river, the two natives who were with me, pointing to the river, called out, ‘Yarra Yarra’, which at the time I imagined to be its name ; but I afterwards learnt that the words were what they used to designate a waterfall, as they afterwards gave the same designation to a small fall in the river Werribee, as we crossed it on our way back to Indented Head.[3]

Creation Story

  1. Wurundjeri people believe that Bunjil, the Eaglehawk (or Wedge-tailed Eagle) Ancestor, is greatest of all the Creative Beings. He made the land of the Wurundjeri, and of all our neighbouring peoples – the great Kulin Nation. Then he flew into the heavens to become the Eagle Star (which Europeans call ‘Altair’). Here on earth he is still with us in the form of the Eaglehawk.
  2. We have stories about most of the places around us – rivers and hills and special rocks – and how they were created. Mo-Yarra and other Ancestors created the Yarra by carving its course with their stone axes.

The Ancestors who created these places are still present in them; all the earth is alive with Creative Powers.

Activity

Choose a place near the house – a stream, river, rock or hill. The Wurundjeri people would almost certainly have had a story about this place! It may no longer be known, but you can imagine what it might be like to see the world as the Wurundjeri saw it. Make up a Creation Story for the place you have chosen, thinking of a Dreamtime Being and how he or she might have created this part of the land, and still be present within it.

True Spring- September, October.

This was a time of plenty. Lilies, Orchids and MURNONG flowered, and still provided root vegetables. Greens were consumed in large quantities. Flowers were everywhere -Wattles, Hop Goodenia, Burgan, Kangaroo Apple, as well as orchids and small lilies which had been building their tubers over the winter. Snakes and Lizards became active, young Kangaroos came out of the pouch. Migrant birds – the Sacred Kingfisher for example, returned from the north. Tadpoles appeared in ponds, and the river, fed by melting snows from the mountains, flowed into the flood-plains and replenished the billabongs. Water-plants put on green leaves. Nowadays this flooding is prevented.

[1]All information is from Wurundjeri Culture Resource Kit, http://nrg.org.au/index_files/Resource_Kit_Preview.pdfaccessed 18 October, 2015.

[2]The Wurundjeri people’s territory extended from north of the Great Dividing Range, east to Mount Baw Baw, south to Mordialloc Creek and west to Werribee River.

[3]John Helder Wedge, published in Bonwick (1868).

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Mutual Enrichment: Meditation in Tantra and Christianity

 

Mutual Enrichment: Meditation in Tantra and Christianity

Lecture given at the Australian Meditation Conference,

Australian Catholic University

21 July 2108

Introduction

Mindfulness develops attentiveness in every way. It breaks down the silo effect which keeps different traditions apart.

This paper investigates the possibilities of mutual enrichment between Tantra and Christianity.

It uses the process called ‘comparative theology’, developed by Frank Clooney of Harvard University where one tradition understands itself more fully by learning from another. This topic will be treated fully in the session at 5 pm in this same theatre today entitled ‘Meditation Traditions across Religions’. This process does not confuse. It does not suppress; it does not equate; it does not exploit; it does not ignore the unique quality of another tradition.  It is a process of self-discovery through discovering the other. It is a noteworthy method of interfaith dialogue.

Thus, I propose that Christian meditation can discover itself more fully by learning from Tantric meditation and vice versa.

Am I qualified to broach this subject? I am Associate Professor at the University of Divinity where I lecture in meditation. I am also Honorary Fellow at Australian Catholic University with a special focus on interfaith.  My doctoral studies are in Kashmir Shaivism, which is now acknowledged as one of the great Indian traditions.  I have written books and articles with special reference to its Kula tradition which is considered to be the most tantric.[1]

Tantra

Tantra can be defined as the union of opposites, male and female and more broadly the union of licit and illicit, good and evil, spirit and matter, heaven and earth, time and eternity, pleasure and horror. Where the intellect seeks to categorize, tantra seeks to unite. Tantra is paradoxical. Mental constructs collapse as a result of the paradox, and the spirit enters into a new dimension, finding fulness of consciousness and ultimate bliss.

The principal figure of Kashmir Shaivism is Abhinavagupta (c. 975-1025). In his encyclopaedic work, the Tantrāloka, he reviews all the tantras of his day and interprets them from a non-dual perspective. In chapter 29 of that work, he presents the Kula ritual which he prefers to all others.

The Kula tantric tradition must not be confused with what Hugh Urban calls “the late-capitalist aesthetic”. He says

“… instead of the ideal of unity, order, or harmony, the late-capitalist aesthetic is one of physical intensity, shock value, immediate gratification, and ecstatic experience”[2]

The Kula tantric tradition shows a steady progress from order to spontaneity, from licit to illicit, from worship of the god to worship of the goddess. The goddess, in her freedom and lack of constraint, destroys all carefully elaborated plans and takes her devotee into her own joy.  She provides a spiritualty of pleasure, not the mundane and superficial pleasures of food and drink, but a lasting pleasure that does not cloy, a bliss that is perceived to be the very essence of things.

The Kula perspective is vast. I can make only a few points regarding its views on consciousness and relationship. These can be illustrated in the person of Chandan who lived in West Bengal, an old man when I met him, unassuming in his appearance but remarkable in his knowledge.

Chandan

At the age of fourteen, when boys were often given in marriage, Chandan refused. Intoxicated with God, he went in search of a guru and was eventually welcomed by a tantric practitioner, a ‘Bhairava’, and his consort, a ‘Bhairavī’, who lived in a cremation ground in Kolkata.

After teaching Chandan many things, the Bhairava told him to withdraw to a secluded place near the temple of Kapilas in Odisha, to perform austerities. This he did. At the direction of the goddess he eventually went to live the life of a sannyāsīin a village of milkmen where he stayed for over 40 years.

Chandan spent his day in contemplation of his guru and of Kālī, the fearsome goddess. He spoke with intelligence and verve, accompanying his words with dramatic gestures which were natural and unaffected, interspersing his comments by singing quotations from the sacred texts. He had no ritual practice or any other formal sort of practice. He said it is Kālī who guides to the ultimate stage, she who is in fact present at the beginning.

Chandan said there are three levels of consciousness. The paśu– the person who is more concerned with objectivity, with things and acts, and does not seek to channel his reactions. For example, he or she is focused on the sexual emission which is short-lived. By contrast the vīra– the ‘heroic person’ – is focused on the interior senses. He has control over his emotions. For example, he can withhold the emission and remain in the state of bliss (ānanda) for long periods of time. The vīrais still involved with ego. However, he begins to realize his true self. He understands that he is not the limited self but is really the god Śiva. This realization constitutes the crucial moment of transition to divyabhava,the ‘divine state’, where the sense of self-centered ego disappears.

This state does not eliminate the other states but contains them and constitutes the goal to which they are tending. Thus, the sexual emotions are present in this ‘divine state’, but without the limitations of the earlier states.

A whole new consciousness begins to operate. The practitioner is no longer the agent, occupied in doing things; he or she becomes the witness, involved in everything but not tied to anything. The pleasure he experiences is intense and delicate, permanent and independent of any stimulus. There is nothing but bliss, not a sensation of bliss which might imply a distinction between the experience and the experiencer. There is simply bliss without distinction.  He finds that he is no longer dependent on circumstance or situations or even a sexual partner but brings the same mind to bear in all the situations of daily life, in the good times as in the bad, in pleasure as in pain. He is ‘liberated while still alive’. The mind has been fully expanded.  He is the accomplished tantric.

All the religious traditions, Christian, Muslim, Jewish, Buddhist, Hindu etc. use sexual imagery to describe the highest states of mysticism. This imagery is not meaningless. It is not an attempt to satisfy the monk’s unfulfilled desires. On the contrary, the divine state is the source and goal of sexual activity, its beginning and end. The highest mystical state constitutes the summit of sexual experience.

The Kula tradition sees the highest ultimate Reality as consisting of the god and the goddess, Śiva and Śakti in sexual union. All things are an expression of their intercourse. This highest mystical state is that of the god Śiva who is in intercourse with all aspects of reality. These are called śaktis. In Tantrāloka 29.79,Abhinavagupta describes the accomplished tantric as follows:

“… having by his own nature become the … lord of the kula, he should satiate the many śaktis by pairing [with them], …”

Jayaratha, his learned commentator, re-affirms the point by quoting a verse which reads:

“His śaktis are the whole universe.”.

Therefore, every circumstance is a state of intercourse.

His every word is a mantra; his every act is a sacrifice. He has the mind of Bhairava. Such is the tantric ideal.

How can any of this relate to Christianity? In what way can the Kula tantric meditation tradition open up elements in Christian meditation? And again, in what way can Christianity reveal aspects of tantric meditation that already exist within tantra? I propose for your consideration that the contribution of Christianity is to develop the dimension of personal relationship and freedom within the tantric meditation. The contribution of Kula tantra is to develop the spirituality of pleasure within Christianity.

Christianity

Presence

The Latin word persona, originally referred to the mask which actors wore to indicate their role.  Christianity gives the term an altogether new meaning. In fact the  idea of the person is “one of the contributions to human thought made possible and provided by the Christian faith.”[3]

There can be various reactions to the presence of another person. ‘Hell is other people’is one of the most famous statements of the philosopher, Jean-Paul Sartre. He asserts, as a major theme of his work, that there cannot be both intimacy and freedom. One person cannot relate to another person without destroying their freedom. Either I oppress or I am oppressed. We cannot both be free.

Fear, retaliation, withdrawal, fight or flight: there are many reactions to the presence of another person. Another response again is to interpret oneself and the other as a collection of characteristics without substance. Since human beings do not essentially exist, they can be fundamentally ignored and dismissed. Others are viewed non-judgmentally but neither are they valued.  In all these cases, there is no interpersonal relationship, only rejection or indifference.

Most often the concern in tantric meditation is consciousness, as in in the quotation given by Jayaratha, the learned commentator of the Tantrāloka,

“The perfect expression of sexual desire, as it is called, is not to be performed for the sake of enjoyment. [It is to be performed] for the sake of considering one’s own consciousness: is the mind steady or fluctuating?”

However, there is another approach altogether. To meet is to be surprised, to perceive the value of the other, to welcome and to acknowledge, to affirm and to empower the other. To encounter also means becoming vulnerable towards the other person. It requires confidence in oneself and confidence in the other. Encounter is very different from mere awareness. It is not just a matter of camaraderie or friendliness. It is a highly creative moment of ultimate significance.

One of the contributions of Christianityto tantric meditation is to develop this experience of mutual presence. The idea of mutual presence lies at the very heart of Christianity, with its doctrine of one God in three Persons, not in three individuals or three functions. Christianityis neither tri-theistic or monistic.  In the Trinitarian view, God exists as ‘we’,[4]three Persons, not three individuals or functions, who are present to each other. God is a communion.

In the Gospel of St John, Jesus tells his disciples, “I am in the Father, and the Father is in me”. (Jn 14:10) And again “I am, not alone, because the Father is with me.” (Jn 16:32)

The sense of the self implies the sense of the other. Emile Benveniste (1902-1976), the noted linguist, makes the point.

“Consciousness of self is possible only if it is experienced in contrast. I use the form ‘I’ only in addressing someone who will be the ‘you’ of my address. . . . the form ‘I’ posits another person . . . [neither ‘I’ nor ‘you’] is conceivable without the other[5]. . .”

The ‘I’ is inconceivable without the ‘you’. However, it is not possible comprehensively to define the other, despite the attempts throughout history to do so. There is simple awareness.

Much more could be said on this topic but we need to move on.

The sense of mutual presence is not entirely absent from Kashmir Shaivism. In his commentary on Parātrīṃśikā[6]Abhinavagupta examines the command ‘Listen’ (śṛṇu) which Śiva addresses to Śakti, his consort. He studies the pronouns, ‘he’, ‘she’, ‘it’, ‘you’, and ‘I’. The ‘he’, ‘she’, and ‘it’ are the objects of the universe. However, when the objects are addressed they are transformed.  The ‘he’ or ‘she’ or ‘it’ cease to be impersonal and become the personal ‘you’.

We have all experienced this transition. When we are ignored or ‘given the cold shoulder’ we feel diminished and reduced to the state of an object. When we are greeted, we feel affirmed and freed.

The act of addressing the other person is, therefore, fundamentally important in the process. However, it is when a person becomes fully aware of their own Self and their infinite autonomy, that they become fully capable of addressing the other. They transform the object which then becomes a co-subject: ‘it’ becomes ‘you’. This is because they recognise that in fact the object is already endowed with subjectivity. As Teilhard de Chardin states, consciousness is everywhere, even in inanimate stones. This self-awareness enables a person to perceive the essence of the other. Abhinavagupta states,

 “Adverting, by means of wonder at [his own] undivided ‘I’, to the [other] person’s [tasya] sense of wonder and freedom at [his] undivided ‘I’ … he addresses [him]: he designates [him] with the invocation ‘you’, with the ‘second person’.”

Having realized their own autonomy [svātantrya], they now recognize the autonomy of the other. It is one and the same autonomy that they share. They stand in amazement. They are able to say to the other person, ‘you are my very self’. This amazement takes them out of time.

The sense of this ‘I’ must be carefully understood. The megalomaniac thinks their limited ego is the universal Self. On the other hand, the self-depreciating person sees their individual ego as limited and confined to time and place. The enlightened person understands that they are essentially the universal Self and that their limited ego is a true manifestation of the supreme Self, and therefore has infinite worth.

Christianity draws our attention more closely to Abhinavagupta’s unusual commentary on the command ‘Listen’ and highlights its importance. Christian revelation, for its part, is not first and foremost a series of doctrines but the fact that the Infinite speaks to the finite and thereby transforms the finite.

Freedom

I have spoken of inter-personal presence. A person is fully constituted as a person when they are free. Any constraint on their freedom means a lessening of their personhood. If their freedom is removed, they are reduced to the state of an object; they lose their subjecthood.

Freedom is the hall-mark of the Christian. St Paul explicitly teaches that Christians do not follow the ancient Law (Gal 5:18) but follow the leading of the Spirit (Rm 8:2).

“Where the Spirit of the Lord is, there is freedom.” (2 Cor 3.17) They “are subject to no one else’s scrutiny” (I Cor 2:15).

It is easier to function under the constraints of obligation than to act consistently in a state of freedom, free from wilfulness and fancy, free from craving and resentment. St James, in a remarkable phrase, speaks of “looking steadily at the law of freedom” (Jm 1:25). Christian freedom makes others free; all creation seeks that freedom (Rm 8:21).

It is freedom from but also freedom for. It is freedom from all the negativities, in myself and in others, a freedom that gives the clarity of vision to see the freedom of others and to welcome it.  Those who are free communicate their freedom, infectiously so to speak. They are assured and confident. They empower and are empowered.They wish to be free with those who are free.Freedom inspires freedom, which grows exponentially as a result.

In the mutual recognition of freedom, the perception of an even greater freedom arises, an eternal and universal freedom in which they bathe.

In a letter to Sigmund Freud, dated 1927, Romain Rolland, who won the Nobel Prize for Literature in 1915, coined the phrase “oceanic feeling” to refer to the sensation of being one with the universe. According to Rolland, this feeling is the source of all the religious energy that permeates the various religious systems, and one may justifiably call oneself religious on the basis of this oceanic feeling alone, even if one renounces every belief. Freud discusses the feeling in two of his books, and dismisses it as a fragmentary vestige of the kind of consciousness possessed by an infant who has not yet differentiated himself or herself from other people and things.[7]

The experience of encounter leads to more than a feeling of oceanic existence; it leads also to a sense of oceanic freedom, an eternal freedom which persists even in the face of those who seek to suppress and disempower. Indeed, it is the experience of the One who is supremely free.

This point is made by Martin Buber (1878-1965) in his famous book I-Thou.  He notes that “this awareness of the ‘you’, namely of the other human person, gives a fleeting glimpse of the eternal ‘You’, who is called ‘God’. The human being reveals the Invisible.”[8]He also warns of the individualistic mentality that reduces the other to an object (Cassidy, 2006, p. 880).

Emmanuel Levinas (1906–1995) states that the person facing me is the most fundamental experience I can undergo.  The other is transcendent and yet present, with claims that demand a response. Levinas proclaims the primacy of love that leads beyond a world fashioned by individualist concerns (Cassidy, 2006, pp. 877-879).

I propose that the Christian emphasis on presence and freedom is the major contribution that Christian awareness can give to tantric meditation practice. The pleasure that is experienced in the presence of the other is unsurpassable. I propose also that the spirituality of pleasure is a major contribution that the Kula tantric tradition of Kashmir Shaivism can make to Christianity.

Of course, pleasure is not absent from Christianity. The Christian traditionattaches great importance to the paśuand vīrastages, but it attaches special importance to the divyabhavastage. Indeed, the highest form of spiritual awareness is usually described in terms of sexual union, as we have noted. The Song of Songsin the Old Testament, for example, uses sexually explicit love poetry to describe the relationship of God and his People. The New Testament often presents Jesus Christ as the bridegroom. Gregory of Nyssa, Bernard of Clairvaux, the Beguines, and St John of the Cross are but a few of the many who have developed the link between the highest states and sexuality.

The state of mind enriched by both tantra and Christianity could be described as follows.

To hear the divine word means being transformed into the divine. Those who know their divinization start to look on reality in a new way. Their look is powerful. In their enlightenment they bring all beings into union so that there is one Self. There is a giving of self to self. Others cease to be other and they become one’s very self.

This is accomplished with a great sense of energy. Indeed, the divinized persons experience pleasure in having that energy and in sharing it, each transforming and freeing the other in tranquility and humility. They recognize each other’s freedom and this gives great pleasure. They are present to each other. They perceive the light of the other and allow their own light to be perceived. It is a communion of light, which involves the whole person. It is an experience of complementarity. They are destined to each other and find fulfilment in each other. They take pleasure in each other, not just spiritually but also bodily. They share body and soul, body and blood in a way that is eternal, free from time or circumstance.

Furthermore, as they are taken up into each other’s pleasure, it increases exponentially as delight increases the capacity for delight, taking them into levels of joy they had never imagined, right into the realm of divine bliss.

This is because, I propose, the human society is founded on the communion of the Three divine Persons, which is central to Christianity. By experiencing communion with each other, humans have an inkling of the communion that is God. They taste an infinite bliss and know it is their destiny as well. They truly see each other at last and glimpse the One who is called Holy.In coming into each other’s presence, they become aware of the infinitely Personal One who is called by many names in the many traditions.

They also experience intense pleasure in seeing that all things proceed from them and are destined to them. To put it in Kula tantric terms, the ever-changing universe is in fact the dancing movement of the goddess Kālī. The god Śiva enjoys her dance. The Christian too enjoys the changes of nature and sees them as gifts, gift upon gift, given for his enjoyment. The Giver is in the gift.  The Giver and the receiver become one in the gift.

Pain

There is a spirituality of pleasure. Is there a spirituality of pain? One response can be to endure it stoically. But is that all? Can any good come out of it?

Etty Hillesum, a young Jewish woman who died at Auschwitz, wrote on her diary:

“Since I no longer wish to possess anything and have become free, everything belongs to me, and my interior wealth is now immense …”

The real victory over pain is to turn it into an advantage, but that is another subject for another day.

Conclusion

I have spoken of the point of view that arises when the tantric spirituality of universal bliss and the Christian spirituality of communion and freedom have enriched and revealed each other. Meditation develops this essential point of view. However, the few moments spent in meditation, in whatever way it is conducted, are a sort of training session so that the basic outlook of the heart functions in every circumstance. I propose that this enriched position is not just awareness but mutual presence, not just sensation but perception of freedom, not just peacefulness but ecstasy as well.

 

[1]« Les traditions du Kula sont certes les plus « tantriques » … » André Padoux. p. 148.

[2]Hugh B. Urban. Tantra. Sex, Secrecy Politics and Power in the Study of Religions.Berkley and Los Angeles: University of California Press, 2003. p. 255.

[3]Joseph Ratzinger. ‘Concerning the notion of person in theology’. Communio17 (1990) 439-454. p. 439.

[4]Ratzinger. ‘Concerning the notion of person in theology’. p. 453.

[5]Émile Benveniste. ‘De la subjectivité dans le langage’. In Émile Benveniste. Problèmes de linguistique générale. Paris: Gallimard, 1966. Vol. 1, p. 260.

[6]John R. Dupuche. ‘Person-to-Person: vivaraṇa of Abhinavagupta on ParātriṃśikāVerses 3-4’. Indo-Iranian Journal44 (2001)1–16.

[7]https://en.wikipedia.org/wiki/Oceanic_feeling 10 Sep. 2017.

[8]Dupuche.

Posted in Christian tantra, Controverted questions, Experiences in meditation, Hinduism, John Dupuche, Kashmir Shaivism, Meditation in the Christian Tradition | Tagged , , , , | Leave a comment

LES CHAKRAS ; UNE EXPLICATION CHRÉTIENNE

Jean-Robert Dupuche

jeandupuche@gmail.com

www.johndupuche.com

Je tiens à remercier Prof. Jean-Marie Gueullette, Directeur, Centre Interdisciplinaire d’Éthique, Lyon Catholic University, de m’avoir invité à rédiger ce texte.

TABLE DES MATIERES

Introduction

Les six chakras

  1. Sur la source et le fondement (mūlādhāra )
  2. Sur l’emplacement du soi (svādhiṣṭhāna)
  3. Sur le lieu du ‘joyau’ (maṇipūra)
  4. Sur ce qui n’a pas été frappé (anāhata)
  5. Sur ce qui est pur (viśuddha)
  6. Sue le siège de l’autorité (ājñā)

La plénitude

 

INTRODUCTION

Pourquoi ce livre ?

Le terme ‘chakra’ fait partie de la langue courante, tout comme ‘mantra’. Pour certains le mot n’a pas de sens, pour d’autres il paraît quelque peu farfelu. Pour d’autres encore il fascine ; il fait même preuve d’une grande soif de découvrir en le corps un trésor caché, source de merveilles.  Pour eux il serait prometteur d’une joie sans pareille et serait même doué d’un caractère divin. Il accorderait une autonomie spirituelle et une découverte du soi. Leur soif est d’autant plus intense du fait qu’ils veulent comprendre comment ce monde si souvent rangé et planifié, exploité et épuisé, puisse redevenir séduisant et   étonnant.

C’est l’Inde, sur la base des expériences intenses des yogis, qui a examiné et décrit les chakras d’une façon systématique mais ces centres sont perçus par tout le monde même si obscurément, ce que démontre le langage, comme on verra.

Selon la tradition hindoue, la méditation sur les chakras est un genre d’alchimie qui remanie ce corps banal et éreinté, méprisé et périssable à tel point que le laid devient beau, l’abruti devient lucide, et le corruptible devient immortel.

Le christianisme promet aussi une valorisation du corps. Les évangiles (Mt 17 :1-8, Mc 9 :2-8, Lc 9 :28-36) rapportent que

« Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et les emmène à l’écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage resplendit comme le soleil, ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. »(Mt 17 :1-2)

Il laisse apparaître sur son visage et même dans ses vêtement la gloire qui lui est propre. La scène concerne aussi le sacrifice, car le Christ glorieux parle avec Moise et Elie au sujet de « son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem » (Lc 9 :31) : c’est-à-dire de sa crucifixion et de sa résurrection. Sa gloire va de pair avec son humiliation. C’est parce qu’il est glorieux qu’il sera sacrifié ; c’est parce qu’il « se dessaisit de sa vie pour ceux qu’il aime « (Jn15 :13) qu’il est glorieux.

Cette scène représente en même temps une anticipation inattendue de l’avenir de ceux qui s’identifient au Christ, comme dit S. Paul : « le Seigneur Jésus Christ transfigurera notre corps humilié pour le rendre semblable à son corps de gloire » (Ph 3 :20-21).  Paul ajoute que « le Christ a aimé l’Église et s’est livré pour elle ; … il a voulu se la présenter à lui-même splendide » (Eph 5 :25, 27)

Cet avenir surprenant consiste en la transfiguration non seulement du corps mais de toutes les facultés aussi. Il y aura plénitude de joie et de lucidité, de beauté et de santé, mais surtout de gloire et de divinisation. Pourtant, cet avenir est sans narcissisme ou individualisme exagéré, car la découverte de soi est également la découverte des autres et de Celui qui est la source et la fin de tout.

L’interprétation des chakras dans ce livre n’est pas ‘gnostique’ si par ‘gnosticisme’ on veut dire que c’est la compréhension seule qui justifie. Au contraire la méditation sur les chakras est un acte de foi qui est « un moyen de connaître des réalités que l’on ne voit pas »(Hb 11 :1), car c’est de la base obscure – le premier chakra – que tout se manifeste. Le premier chakra n’est pas une ignorance mais une connaissance cachée qui se révèle progressivement dans la suite des chakras.

Ce livre étudie le Ṣaṭcakranirūpaṇad’une façon objective, mais ce n’est pas simplement par curiosité. Les chakras ne peuvent pas être proprement compris ‘de dehors’ ; ils doivent être expérimentés ‘de dedans’. La clarté qui rayonne de ces chakras brille plus intensément que la lumière de la raison seule. Elle n’est pas une clarté illusoire, car ce qui se dégage est perçu objectivement et exprimé avec la précision du langage. C’est une expérience lucide qui se renforce par une description exacte. Il s’agit de ce qu’on appelle ‘la théologie spirituelle’ où l’expérience personnelle est sciemment exprimée. C’est bien une clarté personnelle, mais elle possède aussi une valeur universelle. Ce qui arrive authentiquement chez l’un est disponible aux autres. Par exemple, les perceptions du même œuvre d’art différent et, lorsqu’elles sont partagées, permettent à tout le monde d’apprécier l’œuvre plus amplement. De même l’expérience personnelle des chakras montre à tous la richesse de l’être humain.  Le particulier jouit d’une valeur universelle.

Toutefois cette interprétation des chakras est partielle car elle vient d’un point de vue masculin. L’interprétation féminine est essentielle à la compréhension des chakras. L’interprétation est partielle aussi du fait qu’elle est le travail d’un point de vue chrétien et catholique. La divergence des interprétations constitue quand même un avantage car elle aboutit à une perception plus riche de la splendeur de l’homme et de la gloire de l’Indicible.

Pourquoi ce texte ?

Pourquoi le Ṣaṭcakranirūpaṇaprécisément. Pourquoi six chakras ? Notre choix est, d’un certain point de vue, arbitraire.

Les Yoga Sūtrasde Patañjali – on ne sait pas s’il a vécu dans le deuxième ou premier siècle avant ou après J.-C.[1]– parlent de la concentration sur le nombril (3.29) qui fait connaître la constitution du corps ; et sur le creux de la gorge (3.30) qui donne la capacité de vivre sans nourriture ou breuvage. C’est tout. Rien de plus. La tradition bouddhiste du Guhyasamājatantra qui date du quatrième siècle de notre ère[2]mentionne quatre chakras qui correspondent au 6, 5, 4 et 3 de nos six chakras.[3]Le plus ancien texte hindou qui mentionne ces six cakras date du huitième siècle ; c’est le Mālatī-Mādhava, pièce de théâtre deBhavabhūti.[4]On retrouve ces six chakras dans les versets 15-16 du Gorakṣaśataka,[5]œuvre attribué à Gorakṣanātha (12esiècle au plus tard),[6]le fondateur de la tradition yogique des Nātha. Ces versets nomment les chakras et dénombrent les pétales de chaque chakra, ce qui monte l’importance de ce détail. Le commentaire deLakṣmi Nārāyāṇa sur le Gorakṣaśatakamentionne seize chakras.[7]  Les versets 4-5 du Yogacūḍāmaṇi Upaniṣạdqui date d’environ le quinzième siècle énumèrent les six chakras et leurs pétales ; les versets 7-14 ajoutent d’autres détails.[8]  Ce n’est donc que lentement que les six chakras sont élaborés.

Le Ṣaṭcakranirūpaṇaest le sixième chapitre d’un texte plus long, le Śrī-tattva-cintāmani[9]texte bengali de Pūrṇānanda qui date de 1577.[10]Il fait partie du ‘Tantrik Texts Series’, dont le premier texte fut publié en 1913 et le dernier en 1940, par lequel Sir John Woodroffe (1865-1936), juge à la cour suprême de Calcutta, a initié l’étude moderne occidentale des tantras. Woodroffe proclamait la valeur du tantrisme et insistait sur la compatibilité du tantra avec sa propre foi catholique. Par contre, Sir Monier Monier-Williams (1819-1899), indologue célèbre, déclare que « dans le tantrisme ou le shaktisme, l’Hindouisme est arrivé à la dernière et la pire étape de son développement médiéval. ”[11]

Les devanciers du Ṣaṭcakranirūpaṇamontrent qu’il n’est pas original, mais il est célèbre. Il fut publié avec un autre texte, le Pādukāpañcaka,pour la première fois en 1919 sous le titre The Serpent Powerdont Carl G. Jung (1875-1961) possédait une copie.[12]

A Zurich, du 3 au 8 octobre, 1932, l’indologue Wilhelm Hauer (1881-1962) a fait six conférences sur le yoga et les chakras tels qu’ils sont décrits dans le Ṣaṭcakranirūpaṇaet quelques Upanisads. En réponse, Jung a fait quatre conférences, le 12, 19, 26 octobre et le 2 novembre, qui présentent une interprétation psychologique de la kuṇḍalinīyoga.[13]Il souligne le fait que le symbolique du Ṣaṭcakranirūpaṇalui a permis de mieux comprendre les maladies psychiques et la raison de l’emplacement physique des symptômes. [14]Il donne des exemples : la colère mène à la jaunisse ; la peur provoque la diarrhée.[15]Il déclare :

« Nous sommes reconnaissants au tantra yogique car il nous donne les formes et les idées par lesquelles nous sommes capables d’exprimer les expériences chaotiques que nous subissons. » [16]

Il est fortement influencé par Ṣaṭcakranirūpaṇaet c’est la célébrité de Jung qui explique en grande partie la prédominance de ce texte.

Toutefois, Sonu Shamdasani considère que Jung arrive à une hybridation de termes qui n’est ni ‘orientale’, ni ‘occidentale’.[17]Gopi Krishna, de sa part, estime que les savants qui assistaient à ces conférences ont fait preuve, de par leurs commentaires, de ne comprendre absolument rien du Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa.[18]

Ce travail veut éviter ces pièges. Ce livre n’est pas un essai d’hybridation, ni un mélange de concepts incompatibles. La méthode que nous suivons est tout autre.

Quelle explication ?

Il ne s’agit pas d’étudier le texte du Ṣaṭcakranirūpaṇad’une façon purement académique. Certes, nos élucidations du texte sont objectives et exactes, mais nous allons plus loin. Cette étude se sert de la méthode dite ‘théologie comparative’ développée par Francis X. Clooney[19]qui la définit ainsi :

« La ‘théologique comparative’ … désigne ces actes de foi qui cherchent à comprendre,[20] ces actes de foi qui s’enracinent dans une tradition croyante particulière mais qui, de ce fondement s’aventurent à apprendre d’une ou plusieurs autres traditions. » [21]

Cette forme d’interprétation fait suite à la proclamation révolutionnaire de Vatican II : « L’Églisecatholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. » Cette phrase s’applique aussi à l’étude des chakras. Ce qui est vrai et saint dans la tradition hindoue des chakras est recevable aux chrétiens.

Cette méthode ne s’approprie pas les richesses d’une autre tradition. Elle n’exploite pas ; elle ne fouille pas. La théologie comparative n’est pas identique à la ‘religion comparée’ qui étudie les ressemblances et les dissemblances. Elle ne passe pas de commentaires sur la vérité de l’autre tradition. Elle n’est pas réductionniste, dans le sens qu’une doctrine différente n’est comprise que selon les éléments de sa propre croyance, de sorte que les différences sont escamotées.  Ce livre n’est pas une imposition des doctrines chrétiennes sur les chakras mais au contraire une découverte des données chrétiennes à la lumière des chakras. Cette façon d’interpréter n’aboutit pas au syncrétisme ou à un mélange irréfléchi et risible.  Plutôt, la théologique comparative consiste à mieux comprendre sa propre foi à la lumière d’une autre. Elle est l’illumination d’une l’illumination.

Il s’agit donc d’un apprentissage. Le christianisme a besoin de cet enseignement ; il ne peut devenir pleinement lui-même qu’en apprenant des autres. C’est un acte d‘humilité et d’émerveillement devant l’autre. On découvre l’évangile en découvrant ce qui vient d’ailleurs. C’est comme si les chrétiens seraient évangélisés de nouveau par ce qui n’est pas chrétien. Ceci leur est une bonne nouvelle, dans le sens non pas qu’elle leur apporte ce qu’ils n’ont pas, mais dans le sens qu’elle les fait découvrir ce qu’ils ont déjà. Sans elle les chrétiens ne se comprendraient pas pleinement.

L’inverse pourrait se faire. Les initiés hindous pourraient, par le même moyen de la théologie contemplative, se pencher sur le kérygme chrétien et ainsi se rendre compte de l’ampleur de leur propre tradition, et découvrir ce qu’ils n’ont jamais supposé mais qui est bien là.

Lathéologique comparative commence donc par la perception de la vérité d‘une autre tradition.Ce n’est pas par intérêt académique seul, affaire purement de connaissance, car ce qui est connu uniquement par l’intellect est éventuellement mis de côté et oublié, car il ne touche pas la personne. Il est sans mystère, et finit par être banal. Il s’agit, dans la théologique comparative,d’attirance et d’émerveillement progressif face à des découvertes toujours plus vastes.

En tant que chrétien, je reconnais, obscurément peut-être, que cette autre tradition est valable pour moi. J’en apprécie la vérité existentielle, non pas purement intellectuelle. De fait je me ressens devenir plus moi-même en contemplant cet autre.  Il ne s’agit pas d’un rejet de moi-même, ni d’un reniement de ma tradition chrétienne. Au contraire la conviction chrétienne se renforce. En regardant l’autre je vois plus clairement l’essentiel en moi : mon identification avec le Christ, car le point de départ pour tout chrétien est son indentification au Christ. S. Paul l’a dit, « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est Christ qui vit en moi. » (Ga 2 :20)

Comment mieux comprendre mon appartenance au Christ, comment mieux comprendre le Christ lui-même ?  Quelle est la lumière que l’enseignement du Ṣaṭcakranirūpaṇajette sur la lumière qui est le Christ ? En quel sens est-ce que les chakras le révèlent ?  On ne fait que commencer à découvrir le mystère du Christ, et ce sont les autres religions qui vont aider à le manifester.

La méthode de théologie comparative ne finit pas par ajouter au christianisme ce qui n’est pas déjà là. Jésus le dit lui-même : « … tout scribe instruit du Royaume des cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux » (Mt 13 :52). Il fait sortir ce qui ne fut jamais perçu jusqu’alors. Ce livre a l’ambition de faire précisément cela.

Selon la théologique comparative l’acte de foi cherche à apprendre, mais ayant appris il reconnaît que la tradition étudiée contient une vérité qui reste réservée aux initiés de cette tradition, et qui sera à jamais hors de portée. Il reconnait qu’ils sont saints, c’est-à-dire qu’ils sont essentiellement autres et donc qu’ils possèdent une dignité irremplaçable. Toutefois, lathéologique comparative admet une parenté entre les traditions. Il y a une résonance, comme dans la musique lorsqu’une note fait vibrer les harmoniques. Il y a une même source qui touche tous les croyants. Les différences irréconciliables entre le christianisme et l’hindouisme permettent une perception en profondeur tout comme les deux yeux et les deux oreilles, qui ne perçoivent pas exactement de la même façon, laissent repérer la distance et la direction. Ce n’est pas qu’une tradition remplace une autre. Il n’y a ni rivalité, ni dominance, ni contestation. Au-delà des mots et des rites, des dogmes et des pratiques, la théologie comparative ressent qu’il existe une seule humanité partagée, une même divinité qui est la source de tout et qui pour les chrétiens est évidente et accessible dans l’unique Christ, incarné, mort et ressuscité.

La théologie comparative n’essaie pas d’établir une théologie commune. Les doctrines hindoues et chrétiennes sont irréductibles, mais leur rencontre fait que l’esprit se lève au-dessus du mental, et que l’esprit plonge dans le tréfonds, car la compréhension n’est plus possible. Toutefois il y a un vrai savoir qui se trouve dans le noir étincelant, dans l’éclaircissement ténébreux.

Il se peut que le vocabulaire typiquement chrétien semble pour certains fade et usé, et qu’il devienne même un obstacle. Il s’agit dans ce livre d’enrichir le vocabulaire chrétien et de trouver des expressions capables de faire découvrir aux chrétiens leur christianisme. Elles leur laisseraient comprendre ce qui se passe en eux. Cela est d’accord avec les paroles de Jésus:

« J’ai encore bien des choses à vous dire mais vous ne pouvez les porter maintenant; lorsque viendra l’Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière.» (Jn16 :12)

Cela ne signifie pas que le christianisme soit révolu, mais que la vérité pérenne du Christ se renouvelle. Il faut découvrir en soi-même le christianisme.

Ce travail de théologie comparative exige docilité et détachement, pauvreté d’esprit et courage pour pouvoir entrer dans un monde nouveau et quelque peu étrange.

Quels textes bibliques ?

Le choix des versets bibliques n’est pas arbitraire. Ils sont suggérés à la lumière des chakras. Ils ne sont ni équivalents ni étrangers aux textes sanskrits ; ils résonnent. Il ne s’agit pas d’imposer aux textes bibliques une sens qui n’est pas le leur – l’eiségèse ; mais de découvrir ce qui s’y trouve – l’exégèse.

Le nombre de textes pourraient se multiplier, mais ce livre ne peut en citer que quelques-uns. D’aucuns sont cités dans la section de chaque chakra explicitement dédié aux textes bibliques; d’autres sont cités au fur à mesure que la discussion continue.

L’effort personnel et la grâce divine

Ayant lu les textes sanskrits et bibliques le méditant se met à contempler le chakra ; il y apporte la puissance du souffle ; il l’éveille par le mantra. Le méditant agit ; il n’est pas passif. Toutefois, les traditions hindoues et chrétiennes insistent sur le rôle de la grâce. Dans l’hindouisme la grâce du gourou est nécessaire si le méditant va profiter des exercices qu’il accomplit. Chez certaines personnes plus douées, il est vrai, cette grâce est accordée directement par la déesse, mais dans les deux cas la grâce reste nécessaire. De même dans le christianisme, la grâce divine est indispensable. La question se pose donc, dans la méditation sur les chakras, quel est le rôle de la grâce et quelle est la valeur de la pratique. La question n’est pas nouvelle.

Le pélagien propose que les vertus, l’éveil spirituel, la connaissance des mystères, et même le salut, sont le résultat de son propre travail. Le Christ est un modèle ; il n’est pas sauveur. Il montre le chemin mais il n’est pas le chemin. C’est l’individu qui accomplit le travail.

Ce livre diffère. L‘attirance des cakras n’est pas en premier lieu le travail du pratiquant. Ce n’est pas tellement lui qui veut ; il y a plus profond en lui qui veut.  Et l’effort ? La capacité de s’engager est lui-même un don. Le pratiquant n’agit pas par raisonnement et volontarisme seuls. Le débutant, bien sûr, doit se mettre au travail, mais le travail marchera bien seulement si c’est l’attirance qui le conduit.   Cela se voit chez le pianiste, par exemple. S’il joue la pièce sans y être attiré, si c’est lui qui joue la pièce et non pas la musique qui le fait jouer, l’effet sera mécanique, ‘froid’ et sans cœur. Selon la tradition chrétienne c’est l’Esprit de Dieu qui inspire et rend le pratiquant capable d’éveiller les chakras. Le pratiquant se laisse aller ; il est disponible à l’impulsion de la grâce.

Toutefois, cela n’a rien à faire avec le quiétisme. Selon la longue tradition chrétienne, la volonté humaine est investie de la volonté divine ; elle n’est pas abolie. Les volontés divine et humaine s’unissent et se coordonnent.  L’énergie divine s’installe chez lui et développe en lui ces énergies, ces éveils, ces sensations, qu’il reçoit et dont il se réjouit.   Le méditant agit parce qu’il est inspiré, mais il agit vraiment et authentiquement, car le choix divin établit et perfectionne le choix humain.  Les agissements divins et humains coïncident.

La méditation sur les chakras n’est pas cet hédonisme où le libertin est dévoré par ce qu’il dévore.  Le méditant goute tranquillement et consciemment, mais sans convoitise. Il n’explore pas les chakras pour assouvir ses appétences. Les plaisirs de chaque chakra sont reçus en toute liberté et le pratiquant se laisse prendre sans cesser de rester affranchi. Il apprécie joyeusement l’ouverture des chakras et la montée au ciel.

Il y a donc plusieurs écueils que ce livre cherche à éviter. Le gnosticisme proclame que la rédemption est acquise par l’intelligence seule. Le pélagianisme dit qu’elle est le résultat de la volonté humaine seule. Le quiétisme n’accorde aucun rôle à l’agissement humain. L’hédonisme se satisfait de plaisirs passagers.  Ce livre propose au contraire que c’est l’inspiration de l’Esprit du Christ qui éveille le pratiquant et lui donne la force de poursuivre le chemin.  L’Esprit rend l’effort efficace.

Le pratiquant suit ses propres désirs, et il en est bien conscient. On verra par la suite que tout en agissant ainsi il se rend compte qu’il y a une autre liberté qui agit en lui, non pas pour contraindre son autonomie mais pour l’affermir. C’est en effet la liberté divine qui n’obstrue pas, qui fait place et invite de telle façon que c’est vraiment le méditant qui accomplit l’œuvre.

Les chakras

Le mot sanskrit ‘chakra’ a plusieurs sens : roue, disque, rayonnement, tourbillon, vortex, domaine, centre d’énergies, groupement. Tous ces sens s’impliquent et ajoutent à la richesse de ce terme :  il s’agit de faire tourner cette roue, qui alors devient vraiment ce qu’elle est, car la roue est faite pour tourner. La roue en tournant brise les liens qui l’entravent, car elle coupe, comme le disque de Vishnou, arme de guerre. Mais la roue peut tourner précisément à cause du moyeu.  Les barres qui s’étalent sont comme un rayonnement ou un tourbillon qui part du vide et qui s’y perd de nouveau comme un vortex.

Il y a la fois vide et rayonnement, espace et plénitude. Pour cette raison, le méditant ne pourra animer le chakra que s’il s’ouvre, c’est-à-dire s’il est sans orgueil et sans préjugé, sans attachement et sans aversions. C’est alors que l’énergie se manifeste et commence à parcourir son chemin jusqu’au sommet. A chaque moment donc, et dans tous les chakras, il y a vide et épanouissement.

Il est utile de montrer dans une table comment les six chakras s’échelonnent :

 

Le chakra L’expérience chez le méditant
1. le périnée (mūlādhāra) De la source profonde et obscure,
2. le sexe (svādhiṣṭhāna) jaillissent spontanément toutes les possibilités dont il prend conscience. En même temps il se rend compte de son propre soi.
3. le nombril (maṇipūra) Parmi toutes ces possibilités il se rend compte qu’il y a une qui l’attire d’une façon plus intense. Il ressent élan, émotion, désir. Il est ‘pris aux tripes’ et il ressent le courage de se résoudre.
4. le cœur (anāhata) C’est alors qu’il fait son choix et s’engage ‘de tout son cœur’. Il se décide.
5. la gorge (viśuddha) Il se déclare clairement et franchement.
6. le front (ājñā) Il reconnait ses droits et prend ses responsabilités. Il agit ; il sait commander.
7. le sommet de la tête    (sahasrāra) Et finalement il y a l’épanouissement complet, la conscience universelle, et l’union du ‘ciel’ et de la ‘terre’.

 

Un jeune homme, par exemple, se plait à voir les jolies filles, mais il y en a une qui l’attire d’une façon exceptionnelle ; il s’y engage de tout son cœur et déclare son amour. Il assume alors toutes ses responsabilités. Il en va de même pour qui s’engage à une vocation religieuse ; parmi toutes les traditions de la vie religieuse il se sent attiré plus intensément par l’une d’entre elles ; il se décide ; il prononce ses vœux et assume les responsabilités qui conviennent. Il en va de même pour un métier etc. ……

Il y a un entrelacement de ces chakras. Par exemple, si un tel n’est pas attiré (chakra 3) par la responsabilité qui lui advient, il n’exercera pas sa fonction (chakra 6) en sagesse et joie. Si la déclaration (chakra 5) ne provient pas d’une attirance, elle sera ‘froide’. L’attirance qui n’aboutit pas à l’engagement (chakra 4) se dissipe ; elle n’est qu’une velléité. Si les possibilités (chakra 2) ne surgissent pas d’une source profonde et mystérieuse, (chakra 1) elles seront aléatoires et vaporeuses.

Il vaudrait bien souligner un peu ici le rapport entre le troisième et le quatrième chakra. Il s’agit dans le troisième de voir dans quel sens on est remué de compassion ou épris d’amour, fasciné et envouté, par exemple. Le choix qui est lié au quatrième chakra est étroitement attaché au troisième : on ne s’engage non pas par décision rationnelle mais parce qu’on est ‘pris aux tripes’. L’assimilation de la nourriture et la digestion dans le ventre apportent l’énergie nécessaire au cœur.

Le mouvement le long des chakras peut être très rapide. Par exemple, très vite, dans quelques phrases l’évangéliste décrit comment Jésus traverse les chakras 1, 2, 3, 4, et 5, « En débarquant (1), Jésus vit une grande foule (2). Il fut pris de pitié pour eux (3) parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et il se mit (4) à leur enseigner (5) beaucoup de choses » (Mc 6 :34). Le mot grecque pour ‘pris de pitié’ – ἐσπλαγχνίσθη – signifie ‘touché au ventre’ ou plus précisément ‘touché aux intestins’ qui sont censés constituer le centre des émotions d’amour et de pitié. On retrouve cette expression souvent dans la Bible. On pourrait ajouter aussi le chakra 6, carlorsqu’il enseigne c’est avec autorité. « Car il les enseignait en homme qui a autorité » (Mt 7 :29).

N’importe quel chakra peut être le point de départ. Certains textes recommandent qu’on commence par le chakra entre les sourcils, ājñā. D’autres disent que c’est du cœur, ce chakra au beau milieu entre le mūlādhāraet le sahasrāra, qu’il faut commencer, ou du ventre d’où partent 72,000 veines.  Il se peut aussi qu’un des chakras soit plus important pour un particulier, soit parce que ce chakra a plus de besoin d’attention, ou qu’il apporte de meilleurs fruits.

Toutefois il faut, finalement, que tous les chakras entrent en jeu. Les chakras sont comme la gamme de l’échelle musicale. Tous les chakras doivent résonner, mais différemment. Chaque personne chantera son propre chant et jouera sa propre musique.

Dans la tradition hindoue, et surtout dans le système des chakras, le corps est un microcosme en rapport avec le macrocosme. Tous les univers, ceux qu’on connaît et ceux qui dépassent la connaissance humaine, tous les mondes célestes et terrestres se trouvent dans le corps humain. C’est pourquoi le Ṣaṭcakranirūpaṇainclut tant d’éléments dans sa description. Les limites de ce livre nous empêchent d’interpréter tous ces éléments du point de vue chrétien et nous sommes forcés à en choisir quelques-uns. Néanmoins ils suffisent pour l’élaboration d’une interprétation chrétienne des chakras.

Le corps

Les sources sanskrites le disent bien :« Tous les dieux résident dans l’homme, comme les vaches dans une étable. »[22]« Dans ce corps se trouve le Mont Meru, ainsi que les sept continents, les rivières, les océans, les montagnes, les domaines et les gardiens des domaines. »[23]

Ces citations n’invitent pas pour autant à la paresse et à ne pas prendre soin du corps. Le pratiquant mangera une nourriture saine et variée. Il ne se privera pas du sommeil nécessaire. Il lui faudra peut-être s’entrainer physiquement. Le yoga peut être utile car le but des exercices du Haṭha Yogaest d’éliminer les distractions qui surgissent pendant les longues heures de méditation assise. Le tonus du corps contribue au ‘tonus’ de l’esprit, car « la vérité doit être réalisée dans et par le corps. »[24]

Il est bien de s’assoir par terre, non seulement parce que la terre est le plus stable des supports, mais aussi parce qu’il y a un lien intime entre le sol et le corps humain. Nous sommes terre, nous sommes la poussière des étoiles. Notre corps est en rapport avec tous les éléments de l’univers qui s’enchevêtrent en nous. Toutefois, s’il n’est pas possible de s’assoir sur le sol avec les jambes en ‘lotus’ ou en ‘tailleur’, le méditant peut utiliser une chaise mais de façon à pouvoir planter les pieds carrément sur le sol.

Pour les plus adeptes il est possible de méditer n’importe où, même dans la rue, à la façon des yogis en Inde qui développent ainsi leur capacité de concentration. Jésus se retire dans les collines pour prier seul ; il prie aussi lorsqu’il est entouré de ses disciples (Lc 11 :1) et même de la foule (Jn 12 :28). Pour la plupart des gens, pourtant, il est nécessaire de choisir un lieu plus propice, même un lieu consacré à la méditation : « … assieds-toi … dans ta cellule et celle-ci t’apprendra toutes choses. »[25]

L’imaginaire

La racine sanskrite ASsignifie ‘être’ ; la racine BHŪsignifie ‘faire être’. Le mot bhāvanāqui provient de BHŪsignifie en premier lieu ‘faire devenir’ ‘causer’, ‘produire’, ‘manifester’. Il signifie aussi ‘former dans l’esprit’, et ‘imaginer’ et ‘contemplation’.

L’importance de ces remarques consiste en le fait que le méditant qui se sert de l’imagination n’entre pas dans un monde illusoire. Au contraire, il crée le monde par la puissance de son esprit.  Dans les premiers versets de la GenèseDieu ‘imagine’ la lumière, pour ainsi dire, et donne ensuite la commande ‘que la lumière soit’. Le méditant se sert d’un pouvoir semblable et se met à imaginer, de sorte que ce qui est imaginé devient réel.  Il façonne de nouveau la réalité qu’il est et celle qui se trouve devant lui. L’imagination est créatrice.

Souffle, kuṇḍalinī et l’Esprit 

Le mot sanskrit prāṇasignifie ‘souffle qui donne la vie’, ‘vitalité’ et ‘haleine’. Le méditant en se servant du souffle fait plus que respirer. Il anime le chakra endormi ; il le fait vivre.

Les catégories de chakra et de kuṇḍalinī sont souvent faussement associées avec le Nouvel Age seul alors qu’elles appartiennent à la souche ancienne et culturelle de l’Inde.[26]

Le serpent dans le symbolisme indien n’a pas le sens péjoratif et sinistre qu’on trouve dans la Genèse.  Dans le Veda,le serpent est ce qui entoure et englobe l’univers.[27]Pour le Mahābhārata,la grande épopée hindoue, le serpent constitue le fondement de la terre et de tout ce qui s’y trouve. [28]Le Yājur Veda5 : 33 s’adresse au serpent de la façon suivante : « Tu es un océan qui embrasse tout, tu es le non-né au pied unique, tu es le serpent des profondeurs océaniques. » Le terme ‘pied unique’ signifie que le serpent n’est plus lové, et n’est donc plus capable de s’élancer et de mordre. S’étant complètent dressé, et donc comme sur ‘un pied unique’, le serpent est censé donner la vie. Son poison devient élixir ;[29]ce qui était mortifère devient vivifiant. Le pratiquant cherche à éveiller ce serpent pour qu’il soit source de vie.

La montée de l’énergie est symbolisée par le serpent et nommée kuṇḍalinī. Le mot kuṇḍalinīprovient du mot kuṇḍaqui signifie ‘trou’, tel le foyer sacrificiel. Le mot kuṇḍalī signifie ‘anneau’, ‘cercle’, ou ‘boucle d’oreille’. Kuṇḍalinīsignifie ‘serpent lové’. Ces différents sens se réfèrent, car c’est du vide que l’énergie tournoyante s’élève.

La Genèserapporte que Dieu insuffla son haleine dans le mannequin d’argile pour qu’il devienne un être vivant. Jésus, le jour de Pâques (Jn 20 :22), « souffla sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. » Si Dieu donne la vie terrestre et passagère au mannequin, Jésus le sacrifié donne à ses disciples la plénitude de la vie divine.  Le méditant fait plus que transmettre dans un chakra inerte un souffle qui fait vivre, il peut aussi lui insuffler l’Esprit qui vient d’outre la vie et la mort, fruit de l’œuvre rédempteur de Jésus.

La kuṇḍalinī, est-elle identique à l’Esprit Saint ? Carl Jung, dans ses conférences sur le Ṣaṭcakranirūpaṇaidentifie « la grâce du ciel » et kuṇḍalinī.[30]Par contre, Philippe Saint-Romain, qui s’est rendu compte que la kuṇḍalinī et les chakras lui donnait les catégories pour comprendre ses propres expérience[31], dit explicitement que la kuṇḍalinī et l’Esprit Saint sont deux réalités différentes.[32]Henri Le Saux (1910-1973) qui suivait maintes pratiques hindoues accepte qu’il y a un lien entre cette énergie et l’Esprit Saint, mais il ne les identifie pas.[33]Cette attestation est d’autant plus importante du fait qu’il a profondément expérimenté la puissance de l’Esprit. Son disciple Marc Chaduc (1944 – ?) raconte dans son journal :

« Il se passait quelquefois que Swaminji découvrait les abîmes de plus en plus profonds de son âme. … L’irruption du (Saint) Esprit l’arrachait de lui-même et a brillé de chaque partie de son corps, une apocalypse intérieure qui de temps en temps rayonnait en dehors dans une transfiguration glorieuse. (décembre 1974). »[34]

Selon la tradition chrétienne l’Esprit plane sur les eaux (Gn 1 :2) dès le début, avant même que Dieu ne dise « que la lumière soit ». L’Esprit est la source de la vie sous toutes ses formes (Ps 104 :30). Toutefois l’Esprit se déferle de la façon la plus complète dans le paradoxe de la vie et de la mort, c’est-à-dire dans le mystère pascal. Si la kuṇḍalinī est comprise comme une manifestation de l’Esprit dans le corps vivant, la kuṇḍalinī devient active en toute plénitude chez ceux qui sont morts et ressuscités avec le Christ (cf. Rm 8 :11).

Le mantra

Dans la tradition hindoue le praṇava, prononcé OṀ ou AUṀ, constitue la parole primordiale qui est à l’origine de tous les sons, et du fait que chaque son dans le contexte rituel est cosmogonique, réciter un son signifie établir et régir sur le monde qui lui appartient. Padoux le dit bien :

« L’Inde semble être, de tous les pays du monde, un de ceux – ou même, celui – où l’on a le plus anciennement et le plus continûment spéculé sur la parole ; élaboré – et donc vécu – des mythes où la Parole primordiale, le Verbe, joue un rôle essentiel ; spéculé sur la puissance cosmogonique ou magique de certaines formes de la Parole ; réfléchi sur la valeur et la nature du langage et élaboré à haute époque une phonétique et une grammaire. »[35]

Le Gorakṣaśatakadénombre les pétales pour chacun des six chakras mais sans indiquer les phonèmes. Ce n’est pas sans raison que, éventuellement, les cinquante phonèmes de l’alphabète sanskrit soient explicitement placés sur les pétales et au centre, car les phonèmes en constituent l’essence et indiquent le royaume.

A la différence de l’alphabète occidental où les lettres se suivent pèle mêle, l’alphabète sanskrit est soigneusement arrangé.

Voyelles (16):             A, Ā, I, Ī, U, Ū, Ṛ, Ṝ, Ḷ, Ḹ, E, AI, O, AU, Ṃ, Ḥ

Consonnes (5×5):        K, Kh, G, Gh, Ṅ

C, Ch, J, Jh, Ñ

Ṭ, Ṭh, Ḍ, Ḍh, Ṇ

T, Th, D, Dh, N

P, Ph, B, Bh, M

Semi-voyelles (4) :     Y, R, L, V

Sibilants (4):               Ś, Ṣ, S, H

Ajout (1) :                   KṢ

Les voyelles, consonnes, semi-voyelles et sibilants commencent tous du fond de la gorge. Du fait que le son et le monde sont identiques – le monde est constitué de sons, le son est cosmogonique – l’émanation du son du fond de la gorge signifie la manifestation du réel. Les voici arrangés selon les chakras.

Les chakras Au centre Sur les pétales Les nombres
le sommet de la tête (sahasrāra)     1000 pétales
6. le front (ājñā) OṀ H, KṢ 2
5. la gorge (viśuddha) HAṂ A, Ā, I, Ī, U, Ū, Ṛ, Ṝ, Ḷ, Ḹ, E, AI, O, AU, Ṃ, Ḥ, 16 (= 2 x 8)
4. le cœur (anāhata) YAṂ K, Kh, G, Gh, Ṅ, C, Ch, J, Jh, Ñ, Ṭ, Ṭh, 12 (= 2 x 6)
3. le nombril (maṇipūra) RAṂ Ḍ, Ḍh, Ṇ, T, Th, D, Dh, N, P, Ph, 8 (= 2 x 4)
2. le sexe (svādhiṣṭhāna) VAṂ B, Bh, M, Y, R, L, 6 (= 1 x 6)
1. le périnée (mūlādhāra) LAṂ V, Ś, Ṣ, S, 4 (= 1 x 4)

Ce symbolisme indique le retour du dernier phonème, S, jusqu’au premier phonème, A, de qui tout émane.

Les sommes se dédoublent alternativement, 4 (=1×4), 6 (=1×6), 8 (=2×4), 12 (=2×6), 16 (=2×8), pour montrer à la fois l’harmonie et le déploiement de la kuṇḍalinī ascendante.

La montée de la kuṇḍalinīau long du canal central constitue un retour à la source. Cela ne suppose pas un optimisme irréfléchi et présomptueux. Les textes hindous cautionnent : il est possible de reverser le mouvement. Le parcours et la fermeture progressive contraire des centres produisent un effet dénommé « possession démoniaque ».[36]

Les mantras innombrables de la Bible – soit une exclamation, un mot, ou même une phrase entière– sont tous divinement révélés. Ils sontune expression du Verbe par qui tout fut créé et qui est devenu chair (Jn 1 :3, 14). Jésus s’identifie avec les paroles qu’il prononce car elles ne sont pas autres que lui. Plus encore que ses paroles, le corps même de Jésus est le mantra suprême prononcé en cette terre. En projetant le mantra dans le chakra, le méditant chrétien lui communique toute la richesse du Verbe incarné.

Bénédictions

Munis de l’apport des textes sanskrits et bibliques, le pratiquant se recueille sur la région de chaque chakra. Il l’attise avec le souffle, le mantra et l’imagination, selon son gré. Il s’éveille et il s’émerveille de ce qui jusque-là étaient totalement inconnu. Cette surprise pourrait lui rappeler le texte de S. Paul : « … ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, et ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment. » (1Co2.9)

Ce qui s’éveille pendant la méditation se propage, de sorte que les bénédictions se multiplient : la bénédiction du prochain et la bénédiction de Dieu. Le pratiquant ne se ferme pas sur lui-même ; il s’ouvre au prochain et au Dieu infini.

A la suite de la pratique, le méditant devient un être vraiment vivant, car tous les chakras entrent en fonction, non seulement à cause de ce que donne la vie humane mais aussi parce qu’ils sont animés par ce qui vient de l’union paradoxale de la vie et de la mort de Jésus. Il se découvre et s’émerveille devant cette splendeur.  Comme le psalmiste, il pourrait s’exclamer : « Qu’est donc l’homme pour que tu penses à lui, l’être humain pour que tu t’en soucies ? Tu en as presque fait un dieu : tu le couronnes de gloire et d’éclat ; (Ps 8 :5-6).

Cette découverte n’est pas seulement de son propre soi mais aussi des autres qui sont ensuite appréciés d’une nouvelle façon. De plus, l’éveil qui a lieu chez l’un se propage aux autres, consciemment ou inconsciemment. On verra plus précisément par la suite ce qui se passe au niveau de chaque chakra. Eux aussi sentent leurs chakras commencer à vibrer à la vue de celui qui est vivant. Selon le texte évangélique le méditant est une lampe qui « brille pour tous ceux qui sont dans la maison » (Mt 5 :15).

Si au début des méditations Dieu n’est peut-être ni n’admis ni reconnu, l’éveil progressif des cakras fait voir ce que méditant n’a jamais apprécié. Et en se découvrant il découvre aussi Celui qui dépasse tout.  La vie divine commence à poindre.  Celui qui est visible dans tout le crée, comme dit S. Paul (Rm 1 :20), est le plus visible dans l’homme. Les découvertes et l’émerveillement au sujet de soi-même, des autres et de Dieu ne cessent jamais.

Dans la tradition hindoue également, comme on verra plus tard, le dieu et la déesse se trouvent déjà dans le premier chakra, mais ils ne seront pleinement connus que lorsque le sommet, le sahasrāra, est atteint.

Le méditant ressent enfin que le matériel devient spirituel et que le spirituel se matérialise. La transcendance et l’immanence convergent. L’humain et le divin s’interpénètrent. Une unité inébranlable s’établit.

 

I          SUR LA SOURCE ET LE FONDEMENT (mulādhāra )

Appuis

a. Le traité Ṣaṭcakranirūpaṇa

Le mot mūla signifie ‘racine’ et donc ‘base’, ‘fondement’, ‘commencement’. Le mot ādhāra signifie ‘réservoir’, ‘bassin’. Le mūlādhāra est donc ‘la source fondamentale’.

Les versets 4-13 du Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa décrivent le mūlādhāra par un foisonnement de symboles dont on ne retient ici qu’une sélection. C’est normal, car le pratiquant hindou est supposé choisir parmi les techniques innombrables de sa tradition ce qui lui ouvre l’esprit. Il n’est ni possible ni nécessaire de se référer à tous les symboles.

Ce centre se situe au niveau du périnée, au centre, entre l’anus et les bourses chez l’homme. Répétons-le : les chakras ne sont pas des lieux anatomiques précis, mais s’y trouvent associés.

La couleur est jaune car ce chakra est associé à la terre. Selon la plus ancienne philosophie de l’Inde, le Saṁkhyā, qui se retrouve dans les autres systèmes, la pṛthivī, ‘terre’ ou ‘sol’, est le plus éloignée et opposée à la conscience, le puruṣa.  Toute la variété du monde émane de pṛthivī.

La forme visuelle du chakra, le yantra, est le carré, symbolisant ce qui est stable et fiable, et ce qui s’étend aux quatre coins du monde.

Les 50 phonèmes de l’alphabète sanskrit s’étendent de Aà KṢA et représentent l’émanation de l’univers. Le premier phonème, A, est Śiva lui-même, conscience suprême, de qui tout provient. Dans le Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa les 50 phonèmes sont répandus parmi les divers chakras pour arriver á ce qui est le plus inerte, c’est-à-dire à l’élément le plus éloigné de la conscience qui est le sol. Les quatre pétales de ce chakra, qu’on nomme ‘lotus’ également,  portent quatre des derniers phonèmes de l’alphabète, VA, SA, ṢA, SA. Le mantra – la semence (bīja) – placé dans le carré du mūlādhāra est la semi-voyelle LAṀ. En prononçant la semence on manifeste et fonde le chakra, car tous les objets de ce monde sont l’expression du son.

Une telle conception peut être déroutante pour des occidentaux : ce n’est pas un son, ou un mot qui exprime ce qu’est l’objet, mais l’inverse, c’est le son, le mantra qui est fondamental, qui est premier, et l’objet n’en est que l’expression. La distinction essentielle est posée ici entre ce qui est inexprimé et ce qui est exprimé: la prononciation du chakra manifeste ce qui n’était que possible jusque-là. Ainsi à chacun des chakras correspond un mantra, un son différent, qui est le fondement de ce chakra et qui le crée.

Dans le triangle situé dans ce même carré on trouve le serpent enroulé sur le liṅgam.  Le serpent se retrouve souvent dans le monde symbolique hindou. Par exemple, les Vedasparle du serpent Ahirbudhnya qui encercle l’univers qu’il renferme en lui-même.[37] Le Mahābhārata [38]raconte que Brahmā demanda au serpent Śesa, qui s’était adonné sans limites à la pratique spirituelle, de devenir le fondement même de la terre, y compris les montagnes et les torrents, les forêts et les villes. Selon le Yājur Veda.V. 33 [39] le célébrant est censé s’assoir sur le serpent qu’on adresse de la façon suivante:

“Tu es un océan qui embrasse tout, tu es le non né au pied unique, tu es le serpent des profondeurs océaniques.”[40]

Le terme viṣasignifie normalement ‘poison’. Le serpent, qu’on nomme la kuṇḍalinī,s’éveille, se dresse sur un pied, pour ainsi dire, et pour cette raison ne sait plus mordre. Le mot viṣasignifie alors l’entrée (āveśa) dans la sphère transcendante qui donne le nectar de l’immortalité.[41]  La source de la mort devient source de vie.

Le mot kuṇḍalinī provient du mot kuṇḍa qui signifie ‘foyer’ et aussi le sexe féminin; kuṇḍalī signifie ‘anneau’; la kuṇḍalinī est cette énergie, le serpent lové. Il s’agit d’éveiller cette énergie, ce serpent endormi, pour que le pratiquant devienne parfaitement éveillé.

Le liṅgam, image pris du sexe masculin, représente le dieu Śiva.

Le liṅgam et la kuṇḍalinī, le dieu et la déesse,  le masculin et le féminin, se trouvent à l’entrée de la suṣumnā, ce canal qui s’étend comme la tige d’un lotus tout au long du corps jusqu’au sahasrāra qui se trouve au sommet de la tête.   Plus précisément la kuṇḍalinī et le liṅgam se trouvent dans un triangle dont la pointe est tournée vers le bas, ce qui signifie que l’énergie est dirigée vers tout ce qui est limité et passager. Il s’agit de renverser le triangle et de le diriger vers la suṣumnā. Ce renversement est la voie du renoncement, de la maîtrise des énergies, de la réorientation vers la transcendance.

Dès le début l’homme est orienté vers l’infini. Le serpent le liṅgam qu’il embrasse, représententŚiva et Śakti endormis et inactifs. Lorsque le serpent aura parcouru son chemin, Śiva et Śakti se manifestent en toute évidence. Le serpent et le liṅgam font contrepartie à Śiva et Śakti: sans réalisation au début et à la fin complètement éveillés.

b. Le langage

Le langage ordinaire confirme en partie le monde symbolique du Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa. Le mūlādhārase trouve précisément à l’endroit où l’on s’assied qui devient ensuite un symbole. Ainsi le trône est symbole du roi ; le juge se tient sur son banc ; le pape occupe le Saint Siège ; l’évêque s’assied sur le cathedra,et l’église où ce meuble se trouve est dénommée ‘cathédrale’. Ces mots – trône, et banc, siège et cathedra– indiquent l’autorité des personnes qui les occupent. Le mot ‘autorité’ provient du latin ‘auctor’, ‘celui qui fait croitre’, qui crée, qui est l’auteur de telle ou telle chose. Le mūlādhāra est fondement ; il est aussi source.

c. La Bible

Dieu est ‘le rocher’ parce que dans les situations floues de la vie c’est Dieu qui affermit son Peuple.  Il est fidèle malgré leurs infidélités.

En toi, Seigneur, j’ai mon refuge : garde moi d’être humilié pour toujours. Sois le rocher qui m’accueille, toujours accessible ; tu as résolu de me sauver : ma forteresse et mon roc, c’est toi !Ps 70, 1.3

Jésus est lui-même la pierre angulaire qui soutient l’édifice que Dieu bâtit. (Eph 2.20:) Et son enseignement est un rocher, une vérité éternelle sur laquelle l’homme avisé construit sa vie. Tout enseignement contraire n’est que du sable. (Mt 7 :24ff.)

Mais de plus, le rocher est source d’eau. Lorsque les Israelites meurent de soif dans le désert, Moïse à la commande de YHVH frappe le rocher d’où coulent les eaux. La légende, dont on trouve l’écho chez St Paul (I Cor 10:4) relate que ce même rocher a accompagné le Peuple Choisi pendant quarante ans pour leur approvisionner d’une source inépuisable.  St Paul applique cette légende au Christ qui est le rocher, source de l’eau vive qui ne tarit jamais.

Le roi, l’évêque et le juge ont leurs sièges, ici-bas. Jésus est « assis à la droite du Père », Seigneur à jamais. Et c’est de là qu’il envoie l’Esprit. Sa tranquillité est en même temps un agissement inépuisable. Repos et activité coïncident.

Lorsque Jésus pose la question aux disciples et les interrogent sur leur foi, c’est à Césarée Philippes, là précisément où la rivière de Banias, une des sources principales du Jourdain, s’élançait d’un rocher. Lorsque Simon proclame sa foi, Jésus, à son tour annonce que Simon est ‘pierre’, c’est-à-dire non seulement le fondement de son Église mais aussi la source de la vie ecclésiale. La foi de Simon Pierre et donc de chaque chrétien sera fondement et source de vie.

La foi, connaissance et obéissance suprêmes, devance toute validation. Jésus dit explicitement que ce ne sont pas les facultés humaines, « la chair et le sang », mais Dieu même qui a inspiré la foi de Simon Pierre (Mt 16 :17).

L’autre image qu’on peut mentionner dans ce contexte c’est l’arbre dont les racines se nourrissent de l’eau, l’arbre bien implanté et fertile qui donne ses fruits sans jamais manquer, comme les arbres de la Jérusalem Messianique « qui fructifient douze fois, une fois chaque mois ». (Ap 21 :2).

Heureux est l’homme se plaît dans la loi de YHVH, mais murmure sa loi jour et nuit !Il est comme un arbre planté auprès des cours d’eau ; celui-là portera fruit en son temps et jamais son feuillage ne sèche ; tout ce qu’il fait réussit.Ps 1, 2-3

Prendre conscience de la manière dont je suis posé, enraciné dans le sol et de la stabilité que cela me donne, cela convoque facilement l’image de l’arbre.

 

2. Approches

a. par le corps

On s’assied, mais où et comment ? Cela importe. Il faut surtout que la posture soit stable, ni raide ni bâclée. On adopte la posture qu’on peut maintenir pendant longtemps, sans bouger et sans douleur, mais aussi une posture qui a l’air digne.

Ce serait bien de s’assoir par terre, non seulement parce que la terre est le plus stable des supports, mais aussi parce qu’il y a un lien intime entre le sol et le corps humain. Nous sommes terre, nous sommes la poussière des étoiles. Notre corps est en rapport avec tous les éléments de l’univers qui s’enchevêtrent en nous.

Si on n’est pas capable de s’assoir sur le sol avec les jambes en ‘lotus’ ou en ‘tailleur’, on peut s’assoir sur une chaise de sorte qu’on peut poser les pieds sur le sol, donc une chaise qui convient à notre taille.

Le corps se tient bien. Il faudra peut-être pour cela qu’on s’entraine physiquement. Le but des exercices du Haṭha Yoga est pour qu’on ne soit pas distrait par le manque de confort ou par quelque impression qui trouble l’esprit. Il faut que le physique soit bien arrangé. On mangera une nourriture saine et variée. On ne se prive pas du sommeil nécessaire. De cette façon le tonus du corps est maintenu, ce qui aide au ‘tonus’ de l’esprit.

On choisit un lieu qui déjà par lui-même nous invite à la méditation. Pour les plus adeptes il est possible de méditer n’importe où, même au milieu de la circulation routière, comme font les yogis en Inde pour développer leur capacité de se concentrer. Et l’environnement doit être convenable, un lieu qui est consacré autant que possible à cette méditation.

Jésus se retire dans les collines pour prier seul, mais il prie aussi alors qu’il est entouré de ses disciples et même de la foule, car il sait prier n’importe où. Mais on est peut-être incapable de se recueillir n’importe où, à cause de notre faiblesse ; nous avons besoin d’un endroit spécial. L’environnement est important. La Méthode d’Oraison Hésychaste recommande : « … assieds-toi, dit-on, dans ta cellule et celle-ci t’apprendra toutes choses. »[42]La capacité méditer est un don, une vocation. Une voix, venue d’où on ne sait pas, conseilla à Abba Arsénius, « Fuir, se taire, se tenir tranquille, (hésychaze). »

Si je suis assis en posture de méditation, je prends conscience de l’appui du poids de mon corps sur cette zone, avec une différence de sensation au niveau des ischions. Je laisse un peu la sensation de l’appui sur les parties des membres inférieurs en contact avec le sol et me concentre sur cet appui central.

Dans un premier temps, l’appui peut donner l’impression d’une assez forte densité, compacte. Il est possible de faire évoluer cette sensation en contractant, sur l’expir, les muscles qui constituent le périnée ou en sont proches : les muscles qui relèvent l’anus et les muscles qui constituent le plancher pelvien. Dans un premier temps la contraction va être globale, mais peu à peu on pourra distinguer les deux. Celle du releveur de l’anus est plus forte, plus perceptible car elle suscite un mouvement intérieur ; peu à peu on va chercher à ne pas la stimuler, pour se concentrer sur la seule contraction du plancher pelvien, beaucoup plus discret. J’opère cette contraction tranquillement, deux ou trois fois, sur l’expire. Par la suite, je peux constater que la perception du périnée a changé, elle est moins compacte, plus légère, voire habitée d’une certaine vibration.

Un lieu difficile à déterminer mais sur lequel tout repose, où tout trouve sa source : cela peut évoquer le fond de l’âme des mystiques rhénans. Part inaccessible de nous-mêmes et qui constitue cependant le cœur de notre identité et le lieu où Dieu réside.

Lieu peu connu, peu perçu dans la vie courante, facilement marqué de honte et de besoin de dissimuler. Situé entre anus et sexe, il semble totalement étranger à une démarche spirituelle. Pourtant la perception, en mettant plus l’accent sur le fait qu’il est dans l’axe, et le fondement de l’axe principal du corps, en change beaucoup le sens. Quand on prend plus conscience de ce qui constitue le fondement, la fondation, l’ensemble de la personne se tient autrement, trouve sa juste stature, sans s’effondrer, ni bomber le torse.

Le fondement, essentiel et pourtant inaccessible.

Pendant ce travail, il est fréquent que l’ensemble de la posture évolue, se rectifie, avec la sensation que si l’appui est si solide, le reste du corps se dresse, dans une certaine majesté.

On sait que l’excrément sort de nous. On accepte tous les aspects de son être physique. Notre excrément ne dégoute pas, car il est normal. On connait bien les troubles qui s’attachent au manque d’une attitude saine à ce sujet. On accepte cet aspect de la vie mais en même temps on n’y fait pas grande attention car il y du plus important.

On peut méditer en solitude, ou bien méditer avec d’autres personnes, devant une image sainte, une bougie, avec de l’encens etc., ou rien de tout cela selon son gré.

S’il y a plusieurs pour méditer, on peut se mettre en cercle ou en ligne rangée, ou même en chœur comme les moines. Les avantages de tel ou tel arrangement se feront voir.

On peut méditer les yeux fermés, ce qui est le plus souvent le cas ; ou les yeux ouverts qui est possible une fois que l’esprit est bien stable et que la conscience de la vie intérieure n’est pas distraite par ce qu’on voit à l’extérieur.

Tout cela, c’est la disposition extérieure qui permet l’enracinement et l’éveil de ce chakra.

Ce serait utile, si l’on veut, de sentir le poids du corps, et l’accepter, car nous sommes chair. On est tout simplement conscient de son être physique, sans rien de plus. On accepte sa vulnérabilité et sa mortalité. On apprécie le corps, on aime être chair et os, malgré les maux et les maladies. On accepte le fait de son existence passagère. Mais c’est précisément en acceptant la condition terrestre qu’on la dépasse. On évite l’angélisme qui nous rend bêtes.

On aime exister dans le temps, car on s’assied ici et maintenant. On ne cherche pas un autre temps, un autre lieu, un autre siècle. On s’accepte avec toutes ses limites. On s’aime. Oui, on veut être libre de tout ce qui nous retient, de nos faiblesses et de notre vieillissement, mais on aime la chair. On est bien dans sa peau.

On s’assied, on devient tranquille. Il s’agit de savoir comment s’assoir, avec quelle attitude, mentalité, esprit. Tout en premier, il faut être paisible. On abandonne tout, les raisonnements et les projets. On a confiance, car on a la foi en Celui qui transcende toutes les vicissitudes de l’existence humaine. On descend dans le vide, sans support ; on se sent accueilli par le vide qui n’est pas un néant, mains une plénitude, qui contient tout et dépasse tout. On est capable d’entrer dans le vide parce qu’on est attiré. C’est le vertige.

Mais alors, tout commence à changer, car l’attention portée sur nos limites finit par les transformer.

On se recueille, on est attentif, on attend. On est plein de confiance, avec la confiance de la foi. On est calme, sans désir, sans peur, sans regrets, sans ambition. On ne dépend de rien. On n’essaie de rien changer, on est sans métaphore, sans poésie, sans idées préconçues. On est tout simplement attentif à l’acte de s’assoir.

On se laisse descendre, on descend encore plus bas, dans le vide,  au-delà de toutes les pensées, les désirs et tout agissement. On abandonne tout. On est immobile, comme Jésus cloué sur la croix, qui n’ira pas ailleurs dans ce monde comme avant, mais qui remplira l’espace d’un bout à l’autre.

On descend au plus profond de soi-même, là où il n’y a plus de sens, ni de support; on est comme assis sur le vide. Mais on peut se laisser aller parce qu’on sait obscurément que c’est dans un espace insondable et accueillant qu’on se trouve, un vide qui ne présente aucun obstacle. On ne se crispe pas, ni dans les doigts ni dans le corps entier. On sait déjà, par instinct pour ainsi dire, que ce vide est supérieur au soi limité, plus aimant, plus attirant, infiniment personnel. On est sans peur, sans crainte, sachant que c’est bien de se laisser aller comme ça.

On sent déjà la stabilité et la tranquillité. On ne dépend de rien, ni des pensées. On ne désire plus rien. On est libre de tout désir. On va au-delà de toute pensée, dans les abysses de l’être. On se reconnaît comme le fondement du monde, et cela sans convoitise, sans pensée, sans arrogance. On est matière, entièrement physique mais sans impureté, honnêtement et consciemment mais sans idées contraignantes. Son corps devient stable. Il est bien assis.

Pourquoi se rendre ailleurs. Le méditant perçoit que tout se trouve ici. Son corps est un temple sacré, bâti avec de la chair, si bien qu’il se sent solide et inébranlable comme de la pierre.

On a conscience de soi et cette conscience mène à la conscience du Soi,  de Celui qui n’est pas moins personnel que le soi individuel mais plus personnel.  Et cela à cause de l’Esprit qui, de par sa propre volonté, nous ouvre l’esprit.

Cela se passe tout naturellement, on pourrait dire tout divinement. On n’essaie pas d’en retenir les effets. On reste libre. Ils arrivent, ils partent ; on les apprécie sans s’y attacher. Ils sont libres, tout comme l’Esprit dont sa mouvance est libre. C’est en pleine liberté qu’on agit. Ce n’est que dans la liberté que l’Esprit peut agir librement. Toute contrainte provient d’un désir de dominer, et rend l’Esprit incapable de nous toucher, ce qui est un péché.  On est tranquille, libre même des effets de la liberté.

b. par l’imaginaire

On peut, si cela nous aide, visualiser les couleurs, les formes et les scènes qui influencent notre point de vue. Voici quelques suggestions.

On s’imagine tel un rocher, qui reste au même endroit pendant les millénaires, sans bouger, content, si on peut dire, d’être rocher. On peut imaginer le vent et la pluie, le soleil et la neige se fondre sur le rocher ; il reste immobile. Il est stable.

Cela ne signifie pas monotonie, ennui et manque d’énergie. Au contraire, c’est du ‘rocher’ que ‘l’eau’ jaillit, comme on a vu. Quel contraste entre le rocher immobile et l’eau mobile. Les deux s’impliquent, le rocher et l’eau, l’immobile et le mobile.

Ou bien on s’imagine comme l’arbre bien enraciné qui est secoué par la tempête, frappé par la foudre, mais qui continue, grand et majestueux. Malgré les ravages de la vie, les heurts, les insultes, les succès et les pertes, on persiste, stable, sûr, crédible.  Même si on se sent mal-aimé, si on nous rejette, si on nous trahit, nous restons fidèles, car on est ‘bien assis’, fiable, crédible parce qu’on croit en soi même.

On peut, si on veut, imaginer la couleur de la terre, car ce chakra est centré sur le sol. L’homme est, selon le Livre de la Genèse, une maquette, chair faite de terre. L’ocre des parois de Lascaux constitue la première couleur de la palette humaine.

Ou bien on peut s’imaginer comme le carré, les côtés égaux, les angles identiques, cette forme qui constitue la base des édifices et des chaises, un support stable et clair.

On peut imaginer Jésus endormi dans le bateau, la tête sur un coussin, alors que le vent hurle et le bateau est en danger de sombrer dans les vagues. Les disciples ont peur, mais Jésus est calme parce qu’il est sûr de lui-même. Les disciples se méprennent sur son sommeil. « Maître, tu ne te soucies pas de ce que nous périssons ? » (Mc 4 :38) Il est confiant ; c’est eux qui manquent de confiance, car la foi leur manque. Il est capable de maitriser les éléments ; les disciples ne le sont pas.

Ou bien on peut s’imaginer comme une montagne sacrée, que ce soit le Mt Sinaï, le Mont du Calvaire, le Kailash, la pyramide de Aztèques, le Mont Meru, la colline du Temple de Salomon. Toutes les religions ont une montagne sacrée, demeure de la divinité. ‘Je suis le rocher’; ‘je suis la montagne’ que Dieu se plait à habiter.  On se reconnait comme lieu saint ; matériel et spirituel à la fois.  On commence à deviner sa propre valeur. Je suis, et le Je Suis vient s’installer chez moi.

Cette confiance rend possible cette méditation en toute tranquillité. La foi est un savoir qui vient d’outre monde, d’outre univers. Il est un savoir qui inspire de la force et de l’énergie, qui durent quand tout tombe en ruine. Les connaissances qui dépendent des facultés et de la raison sont valables mais limitées ; la connaissance qui vient du fond de l’être, là où l’Esprit demeure (cf. I Cor 2 :10-11), est une connaissance que rien ne peut ébranler.  C’est une connaissance dont les mots ne sont que le faible écho.

c. par le souffle

On peut, si on veut, insuffler l’haleine. On le fait soit en même temps, ou bien avant ou après la contraction. Cette haleine qui est plus qu’un mélange d’azote, oxygène et dioxyde de carbone ; l’haleine pet être ressentie comme une énergie. Elleest signe de la vie qui nous accompagne de la naissance jusqu’à la mort. Ellesignifie non seulement la vie humaine mais en quelque sorte la vie divine, car selon la Genèse 2 :7 le Dieu créateur transfère dans les narines de la maquette d’argile le ruahdivin, et l’homme se dresse en être vivant.

L’homme se met debout ; de même, la vie s’éveille dans le mūlādhāraet commence à se faire sentir.  Le souffle humain, symbole et lieu de vie, est puissant et énergique. Au fur et à mesure que le souffle acquiert toutes les qualités de la vie, il devient puissant et vivifiant. Tout comme le vent qui passe sur le lac tranquille y suscite les vagues, de même le souffle confère son énergie au chakra endormi et stagnant.

La qualité du souffle est de première importance, car le souffle engage. Le souffle saccadé fait voir une personnalité qui n’est pas à l’aise. Chez le débutant le souffle est rapide, parce qu’incertain, mais par la pratique le souffle devient plus long et plus profond utilisant les poumons entiers et non pas seulement la partie haute. Le souffle qui convient n’est pas violent, insistant ou rapide, mais tranquille, sûr et apaisé. L’haleine se rend de plus en plus restreinte, au fur et à mesure qu’on se repose dans l’Esprit de Dieu, car le souffleest le symbole naturel de l’Esprit qui est ressenti quelques fois comme une haleine. Le souffle lui-même est inspiré.

Le Dieu créateur insuffle la vie au premier homme. Le Christ, rédempteur victorieux, insuffle l’Esprit Saint aux disciples et leur donne le pouvoir ultime de pardonner ou de retenir les péchés. Le souffle de Jésus ressuscité est à la fois humain et divin, l’un impliquant autre, unis et en contrepartie. Le pratiquant, stable et confiant comme Jésus, transmet le souffle humain divinisé au centre radical, et par la suite aux autres chakras.

Au fur à et mesure que le pratiquent est inspiré par l’Esprit, son souffle humain acquiert la puissance de l’Esprit Saint, qui fut présent au début, même avant que Dieu ne dise «Que la lumière soit»! Cette haleine soulage, purifie, anime, assouplit et démarre ce centre qui l’attend. Les énergies commencent à s’éveiller.

Le jour de la Pentecôte, les disciples sont réunis paisiblement en un seul lieu, comme s’ils méditaient. C’est alors que l’Esprit arrive soudainement « comme le souffle d’un violent coup de vent » (Ac 2 :1) et les anime de telle façon qu’on les juge insensés et ivres. Ils se mettent à proclamer les merveilles de Dieu, une proclamation qui ne cesse de se répandre à travers le monde. Leurs mots détiennent une capacité de transformer. Ils n’ont plus peur. Ils sont envahis par une force qui les métamorphose.

Il y a donc le jeu de la chair et du souffle. C’est une transfiguration. Ce qui était languissant, engourdi, inconnu, méconnu, et inanimé, commence à s’épanouir. Ce qui était paralysé, immobile, desséché, redevient souple et actif. Les capacités sont éveillées. Tout cela est expérimenté spontanément, sans aucun effort.

Le chakra, le lotus, commence à devenir ce qu’il est vraiment, à achever son destin.  La roue du chakra se met à tourner. La sève commence à monter dans la tige du lotus. Tout ce qui le bloquait disparait sous l’effet de l’haleine ; la poussière est déblayée par le souffle, et le miroir redécouvre sa clarté. On ressent un grand soulagement qui se répand dans tout le corps.

d. par le mantra

On récite le mantra qui n’est pas tout simplement un moyen de se débarrasser des pensées qui troublent l’esprit. Ce serait méconnaitre la valeur et le sens du mantra tant dans l‘hindouisme que dans le christianisme.

Si les moines du désert ne cessaient pas de réciter leur ‘mot’ ou simple phrase, c‘était parce que ce vocable produisait son effet. Cassien au chapitre 10 de ses Conférencesrecommande aux moines d’utiliser à chaque instant la prière. « Dieu, viens à mon aide. Seigneur, à notre secours. » Le mantra n’est pas seulement un son : il est un mot.

Quel sera le mantra de la tradition chrétienne qu’on pourrait utiliser? Comment le recevoir du fait qu’on a généralement perdu la tradition des pères spirituels tels qu’on les trouvait chez les moines du désert. Peut-être désire-t-on trouver son mantra par une inspiration venue du ciel.

Dans l’hindouisme, le mantra est une parole puissante, bien capable de produire des effets.  De fait le mantra est la forme phonique de la divinité. En le récitant on s’identifie à la divinité et on accède à tous les pouvoirs de la divinité. C’est pour cela que le mantra ne doit pas être écrit ni lu. Il perdrait alors tout son pouvoir. Le mantra est transmis par le maitre au disciple lors de l’initiation et constitue le cœur même de l’acte d’initiation. Le mantra est un secret entre le maitre et le disciple. Le maitre qui s‘est lui-même identifié au mantra le confère maintenant au disciple dont il apprécie la ferveur spirituelle et la capacité.

Jésus lui-même proclame « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.» (Jn 6 :63) Toutes les paroles de l’Écriture Sainte sont les manifestions du Verbe primordial, et donc de Jésus le Verbe qui s’est fait chair.

Inspiré par l’Esprit on choisit la phrase de la tradition qui touche au cœur. Regardons de plus près ce que cela signifie. Si le mot ou la phrase touche au cœur et nous fait trembler de joie, c’est comme si l’Esprit nous tapait à l’épaule et nus disait, « Voilà le don que je te fait aujourd’hui. Le mot que je te donne c’est un signe du choix que je fais de toi. Il te mènera très loin. Il te révélera des choses inouïes. Il est un outil. Sers-t’en.»

On pourrait dire, par exemple, ‘soit’ ou ‘paix’, ou ‘oui’, ou ‘voici la porte du ciel’. On le prononce, on le communique au périnée, on transforme le périnée par le mantra. Les mots du mantra guérissent, tranquillisent, encouragent, affirment, établissent. Les mots et le bassin du corps s’identifient.

Il est bon quand même, surtout pour les débutants, de trouver un maitre et d’être bien instruit, car ceux qui se prennent eux-mêmes pour guides suivent un insensé, comme on dit.

On peut prononcer le mantra de cette façon parce qu’on a l’assurance de la foi. On est confiant, on sait le pouvoir de sanctification que contiennent ces mots. On fait cela sans réfléchir au sens du mantra. C’est un acte de puissance et non pas d’intelligence.  C’est une transfiguration de cet endroit qui adopte maintenant toutes les qualités de ce qui est prononcé dessus. C’est bien ici le pouvoir du mantra.

On ressent, en prononçant le mantra de cette façon, la consécration de la base même du corps, la base même de l’être humain. En ce faisant, le disciple se rend terrestre parce que le mūlādhāras’est identifié au sol. . En prononçant le mantra chrétien, on transforme le périnée non pas seulement en ce que le mot signifie, mais en Jésus lui-même. Ce Verbe fait chair prononcé sur la chair fait que la chair devienne Verbe. Selon St Paul, Jésus « transfigurera notre corps humilié pour le rendre semblable à son corps de gloire, avec la force qui le rend capable aussi de tout soumettre à son pouvoir. » (Ph 3:21)

On transforme le périnée en parole, on en réveille la conscience. Alors, on comment à écouter cette résonance, cet éveil. Car le périnée se réveille. On prononce le mantra mais on écoute le mantra qui s’y est installé.  On écoute le son qui précède tous les sons, car la Parole divine est à l’origine de toutes les paroles et de tous les sons.

 

3. Bénédictions

a. du prochain

En se concentrant sur cet endroit dont on ne parle pas, on se reconnait comme vulnérable, mortel, corruptible et imparfait, tout à fait comme ce monde passager. On accepte d’être physique et terrestre, mais en même temps on a le sentiment de transformer ce qui est précaire pour que, sans cesser d’être matériel, il devienne incorruptible et glorieux.

En ennoblissant le périnée par l’acte de s’asseoir, en transmettant le souffle divin au périnée, et en le consacrant par le mantra, on sanctifie aussi le sol et la matière, comme on a vu. Le méditant se met en rapport avec les étoiles et les espaces infinies. C’est une bénédiction universelle qu’on ressent vivement.

On s’assied. On prend sa place, on est sûr de sa place. On est parfaitement mobile car on est chez soi partout. On sanctifie tout lieu où on se déplace.  On sait même céder sa place, car on se sent assuré n’importe où qu’on se trouve. On ‘donne de la place’ au gens ; c’est-à-dire on ne les empêche pas d’agir. On reconnait qu’eux aussi ont leur place. On leur reconnaît leur être physique et matérielle. La chair fait place à la chair. On reconnaît leur rôle et on sait qu’ils détiennent en eux-mêmes un secret qui est nécessaire au monde. On reconnait qu’en eux se trouve de l’énergie humaine et divine, et qu’ils sont sources de vie. On accepte que chaque personne ait sa place et doit occuper sa place et l’enrichir. On reconnait leur autorité, cette autorité symbolisée par le siège. En se reconnaissant soi-même on les reconnait. En s’acceptant pleinement on accepte autrui en même temps. On se réjouit de leur autorité, car le siège est la source de l’autorité.

On reconnaît, sans peut-être savoir quoi exactement, toutes les possibilités qui sont cachées en eux et que leur méditation sur les chakras peut dévoiler. On reconnaît qu’en eux se passe quelque chose qui n’est jamais advenu dans ce monde, une originalité de la grâce, une connaissance toute nouvelle et une expérience unique, une fenêtre dans un monde, infini, dans le monde à venir, un monde sans lequel nous ne serons jamais complets, un monde qui est leur don aux autres.

Cette reconnaissance invite la reconnaissance mutuelle et complémentaire. Tous ensembles, nous constituons comme une mosaïque qui révèle un visage qui ne sera visible que si chacun trouve sa place. C’est une fraternité universelle, l’humanisme le plus complet, car chaque individu a sa place et contribue à l’ensemble et manifeste les profondeurs de la terre et les sommets du ciel.

Ma propre conscience de moi-même, directe, humble, et véridique, authentique et accueillante, les encourage et les permet aussi de se réaliser. De même que leur confiance qui n’est pas une arrogance me permet d’avoir confiance en moi-même et de me connaitre dans toute ma richesse.

Le pratiquant expérimente comme un rayonnement qui silencieusement se répand et se communiques aux autres. En se recueillent sur le mūlādhāra, il perçoit qu’il le fait aussi au profit des autres, aussi bien que pour son propre profit, car tous partagent le même soi.  L’éveil qui surgit en lui provoque le réveil chez les autres. C’est comme l’aube du monde entier.

Le méditant se sent devenir une racine, une source, un fondement, pour ses prochains. Affermi en lui-même il affirme les autres. Bien ancré en lui-même il stabilise autrui.  Libéré de ses craintes et des désirs, de ses angoisses et sans préconceptions, les autres se sentent libérés aussi. Et vice versa, car chaque être humain profite de l’avancement d’un autre.

b. de Dieu

Cette descente dans le tréfonds est possible car on sait que l’amour nous entoure. On se laisse descendre dans l’amour.

Quelle est la qualité de la prière qui a lieu en ce moment. Il se peut que les versets des psaumes l’expriment, par exemple

Tu me scrutes Seigneur et tu sais, tu sais quand je m’assois quand je me lève, de très loin tu pénètres mes pensées. Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers. Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà Seigneur, tu le sais. Tu me devances et me poursuis, tu m’enserres, tu as mis la main sur moi. Savoir prodigieux qui me dépasse, hauteur que je ne puis atteindre. (Ps 138, 1-6)

Mais pour le pratiquant qui se laisse aller dans les bras accueillants de l’abime, sa prière dépasse la récitation de prières. Sa prière est inconsciente mais savante. C’est l’adoration en silence. Il se met ‘par terre’, on devient comme rien devant le Tout. Mais, également en adorant, il devient un avec Celui qu’il adore. Il a le sentiment d’être hors du temps. Il est absorbé dans le silence infini de l’Infini. C’est par l’inspiration qu’il est devenu – il le saura plus tard s’il ne le sait pas déjà – uni avec le Christ placé dans le tombeau,  fondement silencieux du monde à venir.  Sans qu’il s’en rende compte, peut-être, il est uni avec le Christ, celui qui est la pierre maîtresse selon laquelle tout est intégré. (Eph2:20)

La joie se fait voir, car l’ouverture à la connaissance et la sensation de vigueur, révèlent un amour inconditionnel. On se sent aimé dans ce qui plus sembler le plus négligeable, le plus concret, le plus passager de son être. On reçoit alors la capacité de s’aimer dans les aspects les plus ordinaires de la vie. C’est parce qu’on sent se sent n dans u tel chakra qu’on peut fixer son attention sur le prochain chakra, non pas pour l’oublier mais pour l’assumer dans le suivant. Tout suit en ce pèlerinage, cette marche triomphale vers les cieux.

Le méditant s’était recueilli dans le mūlādhāra, la source, la réserve, où tout se trouve mais endormi. La reconnaissance stimule ce centre. Tout comme le serpent qui dort enroulé sur la branche ouvre les eux et commence à se déplier, de même l’énergie commence à agir en lui. On se sent choisi, choyé ; on devient libre et les fontaines surgissent en nous. La descente coïncide avec la montée des eaux vives qui commencent à se répandre et à vivifier les autres chakras.

L’énergie de la connaissance fait que le chakra suivant commence à se réveiller. Leur cours naturel est de s’exciter et de mener au cakra supérieur.

On pourrait dire alors, « Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme, vers toi. »

 

II       SUR L’EMPLACEMENT DU SOI (svādhiṣṭhāna)

1. Appuis

a. Le traité Ṣaṭcakranirūpaṇa

Le mot svādhiṣṭhānaprovient de sva, ‘soi’, et adhiṣṭhāna, ‘endroit’, ‘résidence’, ‘position’. Donc svādhiṣṭhāna signifie l’emplacement du soi’.

Selon le Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa v. 14, ce chakra se trouve à la racine de l’organe sexuel sans constituer toutefois un lieu anatomique précis. Il est associé au ‘bulbe’  (kanda) où les deux sexes ‘résident’ : son propre sexe et le sexe complémentaire. L’emplacement anatomique du ‘bulbe’ varie suivant les textes. Selon le Śāktavijñānav. 4 il se trouve un peu au-dessus de l’organe sexuel.

L’élément du premier chakra est la terre dont la couleur est le jaune.  L’élément du deuxième chakra est l’eau dont la couleur est le blanc. C’est de la terre que l’eau surgit, comme d’une source.

La forme du premier chakra est le carré ; celle du deuxième est le croissant de la lune, donc ce moment où la lune qui était cachée commence à se manifester. Le croissant signifie la déesse, Śakti ; le noir, ce qui cache la lune,  symbolise Śiva. Une des épithètes les plus fréquentes de Śiva est Sītāṁśumaulī, ‘Celui qui porte le croissant de la lune en sa chevelure’. Leur étreinte éternelle et cachée est symbolisée par le point qui, selon le Shivaïsme du Cachemire, se divise et forme deux points : c’est l’apparition de l’univers.

Les cinquante phonèmes de l’alphabet Sanskrit sont répartis sur les pétales des six chakras. Sur les quatre pétales d chakra le plus éloigné de la tête, lemūlādhāra, portent les quatre derniers phonèmes de l’alphabète Sanskrit, V, Ś, Ṣ, S. Les six pétales du chakra suivant, le svādhiṣṭhāna, portent les six phonèmes supérieurs, B, Bh, M, Y, R, L. Ce symbolisme indique le retour par le son au tout premier phonème, A, qui transcende tout.

Le phonème principal du mūlādhāra situé dans le carré est LA ; celui du svādhiṣṭhānasitué dans le cercle est le phonème supérieur VA.

On a vu que pendant la méditation sur le premier chakra le triangle se renverse et que ‘le serpent’ s’éveille, se dresse, s’enfonce dans le canal central et pénètre dans le deuxième chakra où le soi (sva)  se réveille.

C’est parce que ce premier chakra est bien établi que le deuxième chakra peut s’éveiller. Le premier chakra reste éveillé alors même que l’attention se dirige sur le deuxième chakra. Il y a progression, non pas élimination. Le méditant reste équilibré alors même que les eaux émergent du tréfonds. Si le dépassement est empêché, et que le méditant refuse d’aborder le deuxième chakra, la qualité du mūlādhāra change. Ce n’est pas la conservation du mūlādhāra mais son avilissement. Si on refuse l’ouverture à autrui, la caractéristique principale du deuxième chakra, le ego (sva), devient égoïsme ; et la stabilité devient rigidité.

b. Le langage

Quand la famille nous annonce la naissance d’un enfant, on demande en premier lieu si la mère et l’enfant se portent bien, et ensuite on demande si c’est une fille ou un garçon. On veut savoir l’identité primordiale de l’enfant, c’est-à-dire son sexe. L’importance de cette région est indiquée également par les multiples injures et jurons, euphémismes et tabous qui la concernent.

C’est là qu’on fait l’amour, c’est là que les ‘eaux’ se mêlent, c’est-à-dire les fluides sexuels. C’est là que l’enfant nait, et c’est sur les genoux de la mère et du père que l’enfant grimpe et se repose.

c. La Bible

Les changements de nom dans le deuxième récit de la création sont indicatifs. Le Seigneur Dieu commence par la formation de ’ādām (‘être terrestre’, au masculin) de adāmā (‘la terre’, au féminin) (Gn 2:7). L’être terrestre provient de la terre.Il a de quoi vivre, car il se nourrit des fruits du verger. Mais le Seigneur Dieu se rend compte que «il n’est pas bon pour l’homme d’être seul » (Gn 2:18) et se met à créer les oiseaux et les animaux du même sol que le ’ādām. Toutefois ils ne plaisent pas à ’ādām. Dieu s’est trompé et doit changer de plan. Il prend le tsela, mot qui revient 40 fois dans la Bible, jamais avec le sens de ‘os’ mais toujours de quelque chose ‘à côté’ comme une annexe ou un ajout. C’est d’une ‘dépendance’ de l’homme et non plus du sol que « Dieu créa ’iš-šāh (la femme) » (Gn 2:22). Ce n’est pas en voyant les animaux comme lui du sol mais envoyant sa compagne, celle formé de sa chair, que soulagé et émerveillé il exclame, ‘Voilà enfin’. Ce n’est que lorsque ’ādāms’engage envers la femme qu’il devient ’îš (homme). Il prononce les premières paroles humaines : « On l’appellera femme (’iš-šāh) car c’est de l’homme (’îš) qu’elle a été prise» (Gn 2:23). Auparavant il n’y a avait que ’ādāmet adāmā ; maintenant il y a ’îšet ’iš-šāh, l’homme et la femme. L’œuvre de la création est fini une fois que « l’homme … s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. » (Gn 2:24)

Si le Seigneur Dieu crée les êtres vivants, c’est pour trouver une contrepartie à l’homme. Celle que Adam va nommer « Ève, c’est-à-dire La Vivante » (Gn 3:20), c’est elle qui devient le critère des êtres vivants.

La dernière grande scène de la Bible présente la Nouvelle Jérusalem qui descend du ciel « comme une épouse ». (Apoc. 21 :2 ff). En la dernière prière de la Bible « L’Esprit et l’épouse disent: Viens! » (Ap 22:17), prière répétée encore deux fois, « Viens » (v. 17), “Viens, Seigneur Jésus! (v. 20). De cette façon la Bible installe la polarité homme-femme comme les deux serre-livres qui referment tout le drame du salut.

Dieu bénit l’homme et la femme, «Soyez féconds et prolifiques, remplissez la terre et dominez-la» (Gn 1:28). Ce n’est pas aux animaux et aux oiseaux mais à l’homme et la femme, responsables à Dieu, de gouverner en sagesse. On ne met pas les lions en charge des moutons ! Parmi les êtres vivants l’homme seul, image de Dieu, est capable de bien conduire tout ce qui vit.

Job maudit le jour de sa naissance « Périsse le jour où j’allais être enfanté et la nuit qui a dit: ‘Un homme a été conçu’. »(Jb 3 :3). Toutefois cette chair si vulnérable, si mortelle, est une merveille. « C’est toi qui as créé mes reins; tu m’abritais dans le sein maternel. Je confesse que je suis une vraie merveille, tes œuvres sont prodigieuses. » (Ps 139:13-14)

Et Qohéleth de donner l’invitation, « Réjouis-toi, jeune homme dans ta jeunesse, que ton cœur soit heureux aux jours de ton adolescence, marche selon les voies de ton cœur et selon la vision de tes yeux. » ( Qo11.9)

Le Cantique de Cantiques, a toujours occupé une grande place dans le judaïsme. Selon l’auteur du Zohar, œuvre kabbalistique, Le Cantiquerésume toute l’Écriture. Ilprésente les délices de l’amour. « Que tu es belle, ma compagne, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes! Que tu es beau, mon chéri, combien gracieux! Combien verdoyante est notre couche!… Comme un lis parmi des ronces, telle est ma compagne parmi les filles.Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt, tel est mon chéri parmi les garçons. » (Ct 1:15-16, 2:2-3).

Le psalmiste se réjouit de la fécondité familiale. « Ta femme est une vigne généreuse au fond de ta maison; tes fils, des plants d’oliviers autour de ta table» (Ps 128:3). « Telles des flèches aux mains d’un guerrier, tels sont les fils de votre jeunesse » (Ps 127:5).

Avant même que Dieu ne dise «Que la lumière soit»!  on apprend que « le souffle de Dieu planait à la surface des eaux » (Gn1.2), et avant la formation de ’ādāmon entend que « un flux montait de la terre et irriguait toute la surface du sol. » (Gn2.6) L’eau prépare le monde. Il y a aussi le dialogue des eaux: « Les flots de l’abîme s’appellent l’un l’autre, au fracas de tes cataractes. » (Ps 42:8) Ce monde est un flux incompréhensible, un tout en rapport avec tout, constamment renouvelé.

Le flot des larmes purifie. « Dès maintenant, oracle du Seigneur, revenez à moi de tout votre cœur avec des jeûnes, des pleurs, des lamentations. » (Jl 2:12) Dieu aussi versera de l’eau pour laver et purifier : « Je ferai sur vous une aspersion d’eau pure et vous serez purs; je vous purifierai de toutes vos impuretés et de toutes vos idoles. »(Ez 36.25) ; et pour assainir et rendre fécond :  « Quand cette eau [qui vient du Temple] s’est jetée dans la Mer Morte, les eaux sont assainies. … Ainsi le poisson sera très abondant, … il y aura de la vie partout où pénétrera le torrent. » (Ez 47 :8-9)

Pendant la Fête des Tentes, où l’on récitait des prières pour la pluie,  le prêtre versait de l’eau en libation pour faire fructifier la terre. Jésus, lors de cette Fête,  proclame que c’est de son cœur que l’eau viendra pour désaltérer ceux qui croient en lui. (Jn 7.38) Cette promesse est accomplie lorsque « undes soldats, d’un coup de lance, le frappa au côté … aussitôt il en sortit du sang et de l’eau » (Jn 19:34), scène qui depuis toujours est interprétée comme la formation de l’Église, la nouvelle Ève venant du deuxième Adam ensommeillé.

Jésus se reconnaît comme époux (Mc 2 :19-20). Ce n’est pas seulement une idée ; il se ressent comme tel. Trois fois dans l’évangile de S. Jean, Jésus se trouve seul avec une femme. La première fois c’est avec la Samaritaine (Jn 4). Dans le symbolisme biblique le numéro 7 indique de la plénitude, le numéro 6 signifie ce qui est insuffisant et pécheur. La Samaritaine a déjà eu cinq maris et le sixième homme qui vit avec elle n’est pas un mari. Jésus est le septième homme en sa vie, celui qui va enfin lui porter bonheur. Il lui donnera à boire et cette eau deviendra en elle « une source jaillissant en vie éternelle » (Jn 4:14). Et celle qui fut saisie en flagrant délit (Jn 8 ff.) se trouve de nouveau seule avec un homme, Jésus, qui ne la condamne pas. Après la résurrection, Jésus et Marie Madeleine se trouvent seuls dans le jardin, le nouvel Adam et la nouvelle Ève dans le nouvel Éden.

Jésus aime sans trêve et invite ses disciples à « demeurer dans son amour, » (Jn15:9) ce même amour avec qui Dieu l’a aimé, Dieu qui d’un « amour éternel a aimé » son Peuple. (Jr 31:3). C’est avec ce même amour divin que le méditant pourra contempler son prochain.

Jésus n’a pas peur de se faire ami des prostituées ou de sentir les larmes et le parfum de la femme pécheresse. (Lc 7 :38) Et la femme avec l’hémorragie : elle est impure et tout ce qu’elle touche devient impure, sauf le Seigneur virginal dont elle reçoit non pas malédiction mais guérison. (Lc 5 :25 ss.)

La piété chrétienne vénère l’utérus de la Vierge qui est la porta caeli. C’est à l’Enfant assis sur ses genoux que les mages offrent leurs dons. Et l’Ave Maria parle de ses ‘entrailles dont le fruit, Jésus, est bénit.’ Cette franchise est à remarquer.

La virginité chrétienne, doit-elle refuser les bonheurs du deuxième chakra ?  Il semblerait que c’est bien le cas. S. Paul dit « Le temps est écourté. Désormais, que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’en avaient pas. » (1Co 7 :29 )Jésus lui-même dit « Ceux qui ont été jugé dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection des morts ne prennent ni femme ni mari. » (Lc 20:35) Ces textes, mal compris, laissent penser que la sexualité n’a pas de place dans le monde à venir. Mais au contraire, le corps humain ressuscité n’est pas un corps mutilé. Et on sait que la spiritualité chrétienne a toujours présenté le mariage mystique comme le symbole parfait du bonheur céleste. Le Pape Benoît XVI dans Deus Caritas est déclare que l’eros peut être un avant-goût du ciel. Et dans son Amoris Laetitiale Pape François consacre trois paragraphes au sujet de l’eros.

L’eunuque éthiopien cite le texte de Isaïe qui lui rappelle son émasculation. « Sa génération, qui la racontera? Car elle est enlevée de la terre, sa vie. » (Ac 8:33). Ayant entendu la bonne nouvelle de Jésus crucifié et ressuscité, il se fait baptiser par Philippe et repart dans son pays en reconnaissant son identité avec Jésus, « l’agneau traîné à l’abattoir » (Is 53 :7).

Il y a d’autres façons d’être fécond. Si Jacob est le père des douze patriarches par la puissance de son sperme, Jésus choisit librement ses douze apôtres pour les envoyer semer la bonne nouvelle. Jésus fait le contraste exprès entre la puissance physique de Jacob et la puissance encore plus féconde de ses paroles.

On ne finira jamais de citer les textes bibliques qui concernent le deuxième chakra. Finissons avec un verset qui présente la suite des chakras comme un fleuve menant au Plus Haut. « Comme une biche se tourne vers les cours d’eau, ainsi mon âme se tourne vers toi, mon Dieu. J’ai soif de Dieu, du Dieu vivant: Quand pourrai-je entrer et paraître face à Dieu? » (Ps 42: 2-3)

 

 2. Approches

a. par le corps

L’attention du méditant est portée sur la région du svādhiṣṭhāna, ce lieu si sensible et si puissant, dont il faut bien comprendre toute la richesse. Tout comme la clarté de l’aube fait ouvrir le lotus, la lumière de l’attention fait voir la beauté de ce chakra.

Mais quelle est cette attention ? Dans tradition chrétienne, Dieu est lumière, et Jésus est Lumière née de la Lumière qui vient illuminer le monde. Le méditant devenu lui-même lumière (Mt 5 :14) pose sur ce lotus un regard pur, un regard heureux, un regard bienveillant.   Son regard, comme ‘les pleurs, et les lamentations’ du pénitent,purifie ce chakra de toute souillure, s’il en est.  Cet éveil se fait précisément sous le regard de Celui qui est toujours éveillé et lucide.

Le méditant se réveille, et dans sa méditation silencieuse, éprouve un sentiment d’émerveillement. Il reconnaît que son sexe, cette «vraie merveille »,  fait partie du courant de la vie qui déverse ses eaux dans tous les sens et sous toutes ses formes : le monde des animaux et des insectes, des oiseaux et des plantes ; toutes les formes, heureuses et malheureuses, magnifiques et négligeables. Ce monde est une mosaïque de la vitalité sexuelle, une écologie de la sexualité où les variations particulières sont nécessaires au bien-être de l’ensemble.

Ce chakra retient les souvenirs de ce qui se passe dans l’utérus, de l’influence familiale et sociale. La maturation de ce centre change le caractère de l’adolescent. C’est la floraison de la jeunesse, le printemps de la vie.  On l’a vu : « soit heureux aux jours de ton adolescence, marche selon les voies de ton cœur et selon la vision de tes yeux. » (Qo11.9) Il conserve aussi le souvenir des traumatismes et des réussites. La honte, la fierté, l’admiration, la peur, la tristesse, l’espoir et le désespoir – toutes les émotions peuvent s’y trouver. Il garde l’histoire personnelle du méditant, et celle des générations passées, car la sexualité est héritée et se plonge dans les profondeurs du temps. Toute l’histoire de l’humanité s’y trouve cachée, insoupçonnée, et que l’attention portée sur ce chakra est en voie de découvrir.

Ce chakra qui résume le passé est également la source de l’avenir.  Ce ne sera peut-être pas le sexe individuel du méditant qui donnera naissance aux nouvelles générations, ces « plants d’oliviers »,mais il fait partie de la tribu qui assure le futur de l’humanité, et il s’en réjouit.

Tout cela se transfert dans le sentiment du ‘soi’, le ‘sva’ du svādhiṣṭhāna.

Le méditant s’accepte tel qu’il est, sans répression, sans peur, sans dégout. Si un problème existe, il peut bien chercher une solution. S’il y a eu abus ou trauma, il faut chercher le redressement de la justice et en même temps faire preuve de la miséricorde, car sans le pardon envers soi-même et l’autre le trauma perdure

De même que les empreintes les doigts et les couleurs de l’iris sont propres à chaque individu, la qualité sexuelle d’un tel diffère de celle d’un autre, de sorte que les sentiments et les formes de la sexualité sont d’une grande variété.

Les troubles psychiques qui proviennent des malentendus et de l’incertitude au sujet de cet endroit du corps sont aussi bien connus. Le méditant serait peut être tenté de dire comme Job, « Pour pain je n’ai que mes sanglots, ils déferlent comme l’eau, mes rugissements. » (Jb 3 :24) Mais c’est en acceptant ses limites qu’il peut les dépasser. Car le but de la méditation sur ce chakra n’est pas de le changer mais de le laisser s’épanouir. C’est alors qu’il dira comme Job, « C’est bien dans ma chair que je contemplerai Dieu. » (Jb 19:26)

Au sujet de ceux qui souffrent d’une sexualité blessée, rappelons-nous de la joie de l‘eunuque éthiopien qui s’en est allé réjouissant, sachant son identité avec Jésus humilié. Peu lui importait d’être ‘normal’ ou d’être ‘différent’.

Il se peut qu’on ressente une contraction spontanée du ‘bulbe’ ou plus généralement en cet endroit du corps. S’il y a un ‘mouvement de la chair’, on ne le refuse pas. On reste calme et on ne fait rien. C’est l’éveil du centre sexuel. Même si on pense qu’il serait bien de s’extérioriser de quelque façon, on reste sans bouger car les actes extérieurs constituent une distraction qui empêcherait l’intériorisation. Il s’agit de transfigurer le corps par l’illumination intérieure. L’expérience va s’épanouir et frayer le chemin à d’autres expériences qui font partie de la grande procession vers le centre suprême.

En créant l’être humain à son image, Dieu distingue entre homme et femme.  (Gn 1 :27) Il crée différence et non pas opposition, polarité et non pas rivalité. Cette complémentarité signifie orientation,  l’un envers l’autre et donc désir. C’est dans le rapport sexuel et interpersonnel que l’image de Dieu se trouve.

Les deux premiers chapitres de la Bible promettent le plaisir, et c’est dans ce deuxième chakra que ce plaisir commence à se manifester, ainsi que son dynamisme et sa force inébranlable. « Que tu es belle, ma compagne, que tu es belle! … Que tu es beau, mon chéri, combien gracieux! Combien verdoyante est notre couche !

Le pratiquant se met alors à discerner quel est le désir le plus intime et le plus authentique, non pas un appétit passager, mais la soif irrésistible. Il perçoit ce besoin de posséder, d’acquérir, et de toucher. Quelle est l’ouverture, quel est le rapport,  quelle est l’ambition, quelle est la fécondité, quelle est la maitrise? Dans la tranquillité de la méditation il distingue entre les différentes aspirations, celles qui reviennent, celles qui ouvrent l’esprit et provoquent un tremblement au plus profond de son être. C’est l’intelligence du désir.

Il ne s’agit pas d’assouvir des fantaisies mais de reconnaitre l’orientation essentielle vers ce qui fait vivre. On cesse d’être refoulé ou passif ; on cherche et on s’extériorise ; on ressent vigueur et résolution.

Du fait, le plaisir déjà ressenti et anticipé ouvre l’esprit à la possibilité du plaisir débordant et universel. L’esprit s’ouvre sur un vaste champ de bonheur. Le méditant ne s’attache pas à une jouissance précise, car si elle lui préoccupe l’esprit, le chemin est bloqué et la jouissance se gâche car elle n’est qu’une étape qui mène à une jouissance encore plus intense et élevée.  Le méditant éprouve un désir de jouir infiniment et éternellement. Il veut que cette jouissance continue sans arrêt et soit toujours plus grandissante. Comme « les flots de l’abime qui s’appellent » la joie appelle à la joie dans une joie sans bornes.  Il y a l’impression que la jouissance peut dépasser le temps et qu’aucune trace de la mort n’y est présente. La soif se fait sentir alors de jouir de l’univers entier sur tous les niveaux là où finalement se trouvent repos, permanence, plaisir éternel, et le grand « enfin ». Les plaisirs prometteurs d’une joie permanente attirent puissamment. Les plaisirs transitoires finissent par dégoûter. Tout ceci est ressenti pendant la méditation et en fait voir la richesse.

L’éveil de ce chakra comporte un sentiment de puissance et d’énergie, de prouesse sexuelle et de confiance, de ‘pouvoir faire’ et de ‘vouloir faire’, d’élan et d’extériorité, d’amour propre et d’un amour envers l’autre. Il fait partie de l’immense confiance qui est au début et à la fin de tous les chakras, cette foi spontanée qui provient d’une foi dans le corps, dans ce monde, dans notre avenir. En méditant sur ce chakra on commence à apprécier son individualité et sa créativité, sa liberté, son autorité éternelle, le devoir même de contribuer quelque chose de nouveau.  Toutes les possibilités se manifestent. L’avenir s’étale devant soi. La femme surtout ressent l’immense capacité associée avec ce centre. Que vais-je faire, quel est mon devoir, quel est mon choix, quelle possibilité se présente,  quel sera le résultat satisfaisant? Il évoque le désir d’entrer en rapport, de choisir et d’être choisi, accepté, envoyé, de faire plaisir et de recevoir le plaisir, et de jouir ensemble. « Aussi l’homme laisse-t-il son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviennent une seule chair. » (Gn 2:24) En la contemplant, c’est comme s’il ne faisait plus de cas des êtres dont il est le maitre, comme s’il était oublieux de lui-même aussi.

C’est l’extase, car il sort de lui-même pour s’unir à sa femme. Cette extase ouvre l’esprit à l’extase infinie, car on veut aller plus loin, plus profondément, et plus haut. L’expérience du désir attise le désir qui ne finit jamais d’accroitre, car le Dieu infini est insondable.

On reconnaît l’autre vers qui tout son être se dirige. On aime,  on veut être aimé. On cherche l’amour. Il y a un sentiment de vigueur et d’énergie. Le corps se dresse, et la posture s’améliore. Le sentiment de vitalité qui vient de ce chakra inonde le corps entier Ce changement spontané et les sensations qui l’accompagnent donnent santé et vigueur au corps.

De même, le sentiment de la capacité à créer un monde nouveau se fait ressentir. Cela peut se réaliser dans la génération sexuelle, mais également le méditant peut choisir une expérience sexuelle et une fécondité accrue qui sont indiquées par ce qu’il expérimente déjà.

C’est le jaillissement de la vie, qui se manifeste dans cette région qui a tout à faire avec la vie, pour procréer et faire naitre. On se penche donc sur sa capacité de recevoir la vie et donner la vie, d’imaginer ce qui n’a jamais existé. Chaque homme peut se voir comme le nouvel Adam, la femme comme la nouvelle Ève.

Créés à l’image de Dieu, le mâle et la femelle reçoivent la commande de devenir féconds, de remplir la terre et de veiller sur tous les êtres vivants, (Gn 1:27-28) commande qui se réfère à ce chakra.

La question se pose au sujet de l’homosexuel. Le renversement du triangle dans le mūlādhāra, c’est-à-dire le retournement des forces vitales qui se lancent de chakra en chakra jusque sommet fait que l’orientation sexuelle est d’elle-même secondaire. L’emportement, quel que soit son origine, est dirigé vers le haut et permet l’éclosion du centre supérieur. La méditation sur ce chakra est effective pour l’homosexuel comme pour l’hétérosexuel. Ce qui permet cette ascension est à suivre; il faut exclure ce qui ne la permet pas.

b. par l’imaginaire

L’image d’une personne connue peut animer ce chakra. Il se peut, aussi, que les couches profondes se manifestent et que des images se présentent spontanément. Le méditant les reconnaît mais ne les cherche pas.

Le méditant peut adopter le caractère de l’eau, souple et sinueuse, en rapport changeant avec tout ce qui l’entoure. Il s’imagine comme le fleuve irrésistible qui ne cesse de trouver son chemin vers la mer, sachant se détourner ou creuser de nouveaux parcours.

Les scènes bibliques aussi peuvent éveiller ce centre. On s’imagine comme Adam, responsable de la terre et de tous les êtres vivants. On s’imagine comme Ève, ‘La Vivante’, qui fait naitre incessamment. On imagine l’instant où Adam et Ève se rencontrent et s’émerveillent l’un de l’autre. On s’imagine engagé, comme le premier couple, au bienêtre de l’environnent. On s’imagine comme le palmier (Ps 92:15), qui fructifie même quand il est âgé.

Le vêtement est une deuxième ‘personne’, la personaque portaient les acteurs pour indiquer leur rôle. L’habillement ou le manque d’habillement est choisi pour raffermir l’image qu’on se fait du soi.

c. par le souffle

L’haleine est double : une inhalation et une exhalation, l’une préparant l’autre, l’une en rapport avec l’autre.  Elles sont complémentaires. La complémentarité du sexe se retrouve dans la complémentarité des souffles. La friction de l’inhalation et de l’exhalation ressemble au frottement des rapports sexuels.

Le souffle conscient s’épanouit, et le Souffle divin est discerné, cet Esprit qui habite tout esprit. « Tu leur reprends le souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle, ils sont créés, et tu renouvelles la surface du sol. » (Ps 104:29-30)

On projette ce souffle à la fois humain et divin dans le chakra pour le transformer et l’animer, pour le réchauffer et l’éveiller.

On peut ce faire tout en contractant légèrement le sexe comme on a contracté le périnée dans le premier chakra.

Au fur et à mesure que ce chakra est enrichi, l’haleine des poumons devient plus calme et plus ressentie ; et alors même que l’haleine se ralentit les poumons semblent se remplir d’avantage. C’est comme le soulagement de la grâce

Quand les souffles deviennent équilibrés, la montée de l’haleine se fait sentir dans le canal du milieu, cette tige du lotus qui s’étend du fond du lac jusqu’à la surface. C’est la montée de l’esprit humain vers Dieu.

d. par le mantra

Selon le Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇala forme phonique de ce chakra est la semi-voyelle VA. Ce chakra est affirmé par la récitation de son mantra ; ses pouvoirs sont activés, car le vocable n’est pas seulement un son, il est un geste créateur.

Les mantras innombrables de la Bible – soit une exclamation, un mot, ou même une phrase entière– sont tous divinement révélés. Le mantra choisi et chériest une expression du Verbe par qui tout fut créé et qui est devenu chair. En projetant le mantra dans ce chakra, le méditant lui communique toute la richesse du Verbe suprême. Or, le corps même de Jésus est le mantra suprême prononcé en cette terre. Le corps du méditant devient alors le corps de Jésus, le Verbe fait chair (Jn 1:14), et il s’en réjouit.

Selon la Bible, le premier mot prononcé par la voix de l’homme est ‘enfin’, un cri de joie qui annonce l’apogée de la création : la femme. Le ‘viens’ de la dernière prière de la Bible sera suivi par le grand ‘enfin’ lorsque Jésus revient pour parachever le salut. Le méditant peut choisir ce ‘viens’ comme son mantra et le répéter avec confiance. Il espère, avec cet espoir qui ne trompe pas, que le grand enfin viendra, et il en anticipe le plaisir.

Ou bien, en reconnaissant la richesse de ce monde confié au genre humain, le récitant pourrait s’exclamer, « Quand je vois tes cieux, œuvre de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as fixées, qu’est donc l’homme pour que tu penses à lui, l’être humain pour que tu t’en soucies? Tu en as presque fait un dieu: tu le couronnes de gloire et d’éclat; tu le fais régner sur les œuvres de tes mains; tu as tout mis sous ses pieds. » (Ps 8:4-7).

Ou bien, le récitant peut répéter à l’instar de Jésus, «Voici, je viens avec le rouleau d’un livre écrit pour moi. Mon Dieu, je veux faire ce qui te plaît, et ta loi est tout au fond de moi». (Ps 40:8-9)

C’est au pratiquant de percevoir quel texte de la Bible le touche au plus près: voilà son mantra.

 

3. Bénédictions

a. du prochain

L’esprit éveillé du méditant se tourne vers l’autre dans son altérité unique, et en appréciant la variété surprenante qu’il contribue au monde l’action de grâces jaillit spontanément à son sujet.

Même le caractère discordant d’une autre personne cesse de le contrarier. La jalousie n’a pas de place non plus. Au contraire, la générosité propre à ce chakra se réjouit des avantages qui viennent à autrui. Le méditant souhaite que son prochain devienne pleinement en réalité ce qu’il est en principe, et que ses dons soient appréciés et couronnés de succès.

Il y a action de grâces aussi pour les générations passées qui ont contribué à la merveille humaine. Il y a bienveillance et encouragement envers les générations à venir, dans leur futur inconcevable. Également, le sentiment de solidarité fait qu’on souffre avec ceux qui souffrent, et qu’on se réjouit du bonheur des autres.

Les faiblesses et les manques sont acceptés aussi. Dans l’élan de miséricorde on se pardonne, tout comme on pardonne à ceux dont le comportement est injuste et indigne. Cet amour fraternel est une consécration. « Oh! quel plaisir, quel bonheur de se trouver entre frères! C’est comme l’huile qui parfume la tête, et descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, qui descend sur le col de son vêtement. » (Ps 132 :1-2)

Le rapport interpersonnel est nécessaire à la vie humaine.  L’ādām était seul, et pour la première fois dans la Bible on entend les paroles «Il n’est pas bon … » (Gn 2:18). L’homme et la femme se réfèrent essentiellement l’un à l’autre, anatomiquement et émotionnellement. Bien qu’ils soient profondément différents c’est précisément dans leur rapport paradoxal que l’énergie se déploie. Ils sont une bénédiction mutuelle.

Ce chakra, dont l’élément est l’eau, est la source des fluides qui vont assurer la continuité du genre humain et qui sont une des bénédictions matérielles que le couple se présente l’un à l’autre. Le célibataire aussi, en méditant sur ce chakra, demeure dans le sentiment de la puissance de féconder ou de faire naitre, que cette puissance soit la sienne ou celle des autres.

b. de Dieu

Les élans du désir, de l’énergie, du plaisir, et de la créativité surgissent lors de l’éveil de ce chakra. Mais en même temps le méditant en reste détaché et libre car l’esprit vise premièrement et principalement Celui qui dépasse tout, « ‘O Toi l’au-delà de tout’ » selon l’hymne de Grégoire de Nazianze. Il y a l’acte d’adoration sans paroles, apophatique.  Le méditant, ayant apprécié « les perfections invisibles, éternelle puissance et divinité, visibles dans ses œuvres » (Rm 1 :20) rend grâce à Dieu dans le ravissement, « Les 24 anciens se prosternaient devant celui qui siège sur le trône, ils adoraient le Vivant pour les siècles des siècles et jetaient leurs couronnes devant le trône en disant: ‘Tu es digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance, car c’est toi qui créas toutes choses; tu as voulu qu’elles soient, et elles furent créées.’ »(Ap 4:10-11)

Le mot ‘chakra’ signifie ‘roue’. L’enchevêtrement des roues fait que le démarrage de l’une mène au démarrage d’une autre. Essayer d’arrêter l’une d’elles empêcherait la bonne marche de toutes. Le fonctionnement de l’une mène non seulement à la suivante mais aussi à celle qui est la fin de tous les chakras. C’est pour cela que « la biche a soif des eaux » et se tourne vers Dieu. On veut gouter infiniment la joie dont on a déjà eu une expérience préliminaire. Au fur et à mesure que les chakras s’ouvrent l’un après l’autre, l’éveil devient l’éblouissement et l’éblouissement devient extase sans fin.

Le svaest bien établi. Il ne sera pas abandonné mais il ne retiendra plus autant l’attention.  En percevant son ambition essentielle le méditant passe ensuite au prochain chakra qui est celui du courage et de la résolution. Le désir devient choix, plus clair et plus assuré. L’énergie devient plus puissante et se déferle dans le maṇipūra.

 

III.     SUR LE LIEU DU JOYAU (maṇipūra)

1. Appuis

a. Le traité Ṣaṭcakranirūpaṇa

Le motmaṇisignifie ‘joyau’, ‘bijou’, et même ‘perle’. Le mot purasignifie ‘forteresse’, ‘ville’, ‘réceptacle’ etc. ; et le mot pūra signifie ‘abondance’, ‘gonflement’ etc. De cette façonle termemaṇipūrasignifie ‘lieu du joyau’, ‘profusion de gemmes’.

Ce centre est situé dans la région du nombril et plus généralement dans la région de l’abdomen et de l’estomac. Et l’on sait l’importance du cordon ombilical et du sang par lequel le fœtus reçoit la nourriture, par lequel il ressent les émotions de la mère et par lequel son caractère commence déjà à se former. Cette région conserve les souvenirs en profondeur de l’enfant grandissant. On sait aussi les tabous et les ordonnances de puretéqui font des règlesun aspect sinistre de la femme.

Les textes hindous disent que 72,000 canaux rayonnent du nombril pour se propager dans le corps qui sont comparables aux reflets multiples d’un diamant.

La couleur du chakra est le rouge ; son élément est le feu. L’élément du premier chakra, on l’a vu, est la terre ; du deuxième, l’eau ; du quatrième, l’air ; du cinquième, l’espace. Le feu est l’élément central des cinq ‘essences’ qui sont en train de devenir de plus en plus imprévisibles et invisibles.

La forme visuelle en est le triangle dont la pointe est tournée vers le bas comme dans le premier cakra et dans presque tous les chakras. La méditation sur ce chakra renverse le triangle pour que l’énergie se lance plus loin dans le canal du milieu.

Ce chakra s’entoure de dix pétales. Le premier chakra en avait quatre; le deuxième, six ; le quatrième, douze ; le cinquième, seize. Le nombre croissant de phonèmes signifie qu’en en montant le canal, la sonorité s’accroit, tout comme la lucidité de la conscience.

Au centre du triangle se tient la semi-voyelle, RAṂ, synonyme du feu à tel point qu’un écrit peut utiliser RA pour désignerle feu.

b. La Bible

Le thème du feu revient constamment. C’est dans le buisson ardent que Dieu déclare, « Je suis ». Isaïe perçoit le Très Saint, et lorsqu’il se déclare impur l’ange lui efface les péchéspar un charbon de feu (Is 6:6-7). Le ‘feu’ a donc une double portée : révélation divine et exigence de pureté. « Ma parole n’est-elle pas un feu » (Jr 23,29).  Ce feu ‘dévore’ l’impureté (Ex 20,5). Le creuset de l’humiliationaffine le Peuple (Is 48,10).Le ‘Jour de JHVH’ brule comme un feu (Ml 3,19) à la fin des temps. Le feu signifie aussi l’ardeur de l’amour qui triomphe de tout; « ses flammes sont des flammes ardentes … et les fleuves ne le submergeront pas »  (Ct 8, 6-7).

Le Nouveau Testament adopte et développe ces thèmes. Jésus vient baptiser, non pas dans l’eau comme Jean le Baptiste mais “dans l’Esprit Saint et le feu”(Lk 3,16). Il s’exclame, « C’est un feu que je suis venu apporter sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé! »(Lc 12,49) ». Ce feu viendra le jour de la Pentecôte (Ac 2,3).

Le sujet de la nourriture revient constamment aussi. Le jour même de la création de l’homme et de la femme, Dieu leur donne les herbes et les fruits de la terre à manger. Mais la nourriture véritable est la parole « qui sort de la bouche de JHVH» (Dt 8,3). Jésus de sa part, se lie en amitié avec les prostitués et les pécheurs en partageant leurs repas, malgré les protestations de ses ennemis. La nourriture suprême est le royaume de Dieu, qui seul peut satisfaire à toutes les faims humaines (Mt 6,33).

Les rapports humains s’affermissent par les repas; le succès est célébré par les coupes de champagne. Par contre le désaccord entre les Églises se manifeste précisément par le refus de se partager le Pain de la vie. Ils se refusent en refusant leur Eucharistie.

La nourriture servira comme signe de fidélité ou d’infidélité. Le péché originel est commis à l’instant précis où Adam et Ève mangent le fruit défendu (Gn 3,6).  Au Mont Sinaï c’est par le sang des bêtes que l’alliance est scellée entre JHVH et les Hébreux (Ex 24,8), ce qui est suivi par un festin où « les privilégiés des fils d’Israël … contemplèrent Dieu, ils mangèrent et ils burent » (Ex 24,11).Trahison et fidélité se manifestent par la boisson. « Les divinités de cette terre, … je ne leur offrirai plus de libations de sang, et mes lèvres ne prononceront plus leurs noms. JHVH, mon héritage et ma part à la coupe, tu tiens mon destin » (Ps 16,3-5). La foi sans ardeur est dégoutante. « Parce que tu es tiède, et non froid ou bouillant, je vais te vomir de ma bouche » (Ap 3.16).

L’engagement de S. Pierre et des apôtres se fait dans le contexte de la nourriture. Jésus annonce qu’il est le Pain descendu de ciel (Jn 6.51) et que « celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui » (cf. Jn 6,56). Mais certains de ses disciples résistent. «Cette parole est rude! Qui peut l’écouter»? (Jn6,60)et « cessent de faire route avec lui » (Jn 6,66).Simon-Pierre, par contre proclame « Tu as des paroles de vie éternelle. Et nous, nous avons cru et nous avons connu que tu es le Saint de Dieu». (Jn 6,68-69)

Aux disciples scandalisés Jésus fait savoir qu’il y aura encore de plus scandaleux quand il retourne au Père, c’est-à-dire quand il sera élevé sur la croix. Mais c’est précisément parce qu’il est sacrifié qu’il peut devenir la nourriture vivifiante, bien mieux que les agneaux et les bœufs sur l’autel du Temple.

Le sacrifice réunit les thèmes du feu et de la nourriture. Leur rapport apparait pour la première fois lorsque Abel immole l’agneau (Gn 3,4). Noé « offrit des holocaustes sur l’autel. JHVHrespira le parfum apaisant et se dit en lui-même: «Je ne maudirai plus jamais le sol à cause de l’homme » (Gn 8.20-21). L’alliance avec Abraham  (Gen 15,17) se fait dans le feu sacrificiel alors que Dieu lui promet la Terre Sainte. Le sacrifice par excellence est l’holocauste où la victime est entièrement consumée par le feu, entièrement offerte à Dieu.

L’ardeur du zèle dont Jésus fait preuve en nettoyant le Temple à Jérusalem va le dévorer(Jn 2,17). Lui-même deviendra le sacrifice, l’holocauste offert une fois pour toutes. Alors que des victimes égorgées sur l’autel dans le Temple on mangeait les restes, du sacrifice suprême tout est offert à Dieu ; rien n’est réclamé. Jésus est offert à Dieu sans rien laisser sur la terre. Il est l’holocauste parfait, entièrement consumé par le feu de l’amour.  Le tombeau est vide.

Le jour de la première Pentecôte, les pèlerins venus du monde entier se moquent des disciples, disant qu’ils ont bu trop de vin. La venue de l’Esprit Saint est comme une ivresse qui leur donne le courage de proclamer la foi alors que, auparavant, le jour de Pâques, ils s’étaient enfermés dans « une maison par craintedes Juifs »(Jn 20,19).

Le Christ est fidèle à Celui qui l’a envoyé, ferme jusqu’à la mort ; et le chrétien fidèle suivra son exemple (2 Tim 2,11s). Cet engagement perdure même devant les épreuves, car les saints auront à témoigner de leur constance (Ap 13,10 ; 14,12).

L’annonciation à Marie se fait par l’archange Gabriel, mais le Verbe est conçu dans ses entrailles au moment seul où elle prononce son ‘fiat’. C’est la Vierge qui, dans la région du maṇipūra,réalise le projet de Dieu et fera luire sur la terre la Lumière née de la Lumière.

 

2. Approches

a.       par le corps

Le torrent surgit du rocher. Mais quel sera son cours? Va-t-il se dissiper dans les sables du désert ou devenir un fleuve? La terre, l’eau et la chaleur : ces trois éléments travaillent ensemble. L’arbre situé sur la rive et nourri par le soleil donnera ses fruits.

L’éveil du deuxième chakra a révélé la multitude des choix possibles. Va-t-on hésiter et vaciller devant tant de richesses ? Le troisième chakra regarde le moment où le désir s’affermit et se précise.

Le regard d’Adam qui se tourne vers Ève se fait avec référence à cette partie du corps – « l’os de mes os, le chair de ma chair » (Gn 2,23). C’est parce que l’engagement éventuel envers les autres se fait sentir dans ce chakra.

Il ne s’agit pas nécessairement de changer de disposition pendant la méditation sur ce chakra car il se peut qu’on soit depuis longtemps à l’aise avec son train de vie. Il s’agit plutôt d’une reconnaissance de l’orientation et de la motivation la plus intime qui se manifeste constamment et de multiples façons, qui est parfaitement adaptée aux circonstances changeantes de la vie. Il s’agit de se rendre compte de l’authenticité de son être même, de le purifier, de le désirer plus ardemment, de discerner son ampleur, de l’affirmer, et d’y trouver une joie accrue.

Il se peut, pendant la méditation sur ce chakra, que je me rende compte qu’il y a un Autre aussi qui m’oriente, celui qui dit « Je suis ». Dès le début, au premier chakra, sur le fond sans fin, à l’origine de la source, le « Je suis » ma choisi et m’a suggéré dans le cœur le chemin à suivre. Je ne suis pas seul. J’ai entendu tout bas la voix qui me dit, ‘Voilà ton chemin, voilà ce qui sera utile et t’accordera la paix.’  Je ressens plus clairement que mon élan parfaitement libre est aussi une obéissance.

Le ‘Je suis’ divin établit mon ‘je suis’ personnel. Je me rends compte de mon identité et de mon ego qui ne me limite plus et dont je n’ai plus raison d’avoir honte.

La volonté humaine en moi est divinisée, et de même la volonté divine s’est humanisée en moi.   Ma volonté humaine manifeste la volonté divine ; ma volonté humaine est éternisée. Le désir divin et le désir humain constituent deux énergies, réunies et sans faille.

L’essor de mon esprit est conforme à la volonté divine, conforme aussi au destin du monde. L’alliance faite avec Noé, avec Abraham et les Hébreux, l’alliance nouvelle et éternelle établie par le Christ, trouvent leur écho dans l’attrait de l’engagement personnel et universel que je discerne plus lucidement en moi-même alors que je pose un regard tranquille sur ce chakra. C’est comme si de toutes parts j’entendais ‘Oui’, ‘C’est bien’. J’ai le sentiment que tout ce qui visible et invisible est d’accord avec moi. Une paix universelle s’installe en moi et se propage autour de moi.

Je ressens une chaleur qui monte, un feu qui donne son ardeur au parti pris. Ce n’est pas une tendance distante et froide, ou une fantaisie insensée mais une attirance qui réchauffe le cœur. L’éveil de ce chakra est un embrasement. Le feu enflamme le désir; l’attrait attise le feu. I est comparable à l’Esprit qui nous pousse (cf. Mc 1 :12) dans une certaine direction.

Le deuxième chakra concerne l’eau ; ce chakra regarde le feu, non seulement les énergies humaines mais aussi l’Esprit divin qui vient confirmer mon envie tout comme le jour de la Pentecôte il transforme les disciples en témoins.  La qualité paisible de la chaleur indique l’approbation de l’Esprit, car la ferveur n’est pas une frénésie, mais se fait dans le calme, tout comme la flamme qui est d’autant plus intense si elle ne se disperse pas.  Les flammes d’une fantaisie s’éteignent sous peu, alors que l’assentiment de l’Esprit ne cesse d’attiser. L’ardeur rassasie alors que la tiédeur écœure et fait vomir ce qui est dégoutant. Le chaud et le froid nous laissent discerner le chemin qui est nôtre.

Les jeunes font face à d’innombrables possibilités, et finissent par choisir et métier et compagne. Pour les gens âgés, par contre, le champ des choix se rétrécit. Les jeunes rêvent de leur avenir et se mettent à décider; les vieux de leur part revoient leur vie et se félicitent de ce qui y était juste. Ils se mettent à construire leur vie, non pas par le travail mais par l’appréciation. Ils commencent à rendre grâce pour les bonheurs de leur vie et ‘vomissent’ ce qui en est inadmissible. Ils y apportent la douceur du jugement divin.  Alors que les facultés temporelles s’éteignent, leur avenir éternel leur redonne l’espoir. L’âge n’enlève pas le choix. Au contraire, nous pouvons choisir notre vie plus intensément, et nous la précisons.  La méditation sur ce chakra est valable pour tous, jeunes et vieux, à tout moment.

Cette méditation est offerte aussi à ceux qui se sentent profondément frustrés du fait d’être empêchés par les circonstances de s’engager activement. Ils se sentent enfermés, mais l’esprit reste libre. Souhait ne signifie pas réussite. Le feu brule d’autant plus vivement en eux ; ils sont purifiés comme l’or dans ‘le creuset de l’humiliation’.

Je me sensibilise à ce chakra. En le regardant avec bienveillance, je l’accepte, je l’affirme et je l’habilite. Je cesse de refuser cette partie du corps qui pourrait sembler trop lié à la fonction très physique de la digestion. Je ne refuse pas ma corporalité.

En affirmant ce chakra nous affirmons aussi tout ce qui y est associé. Le rapport que nous avons à la nourriture manifeste notre rapport à la vie. En refusant de jouir des plaisirs de la table, nous refusons les joies du ciel. « Le Seigneur, le tout-puissant, va donner sur cette montagne un festin pour tous les peuples, un festin de viandes grasses et de vins » (Is 25,6).

Le milieu social qui valorise le travail ‘de la tête’ se détourne avec embarras de la matérialité de l’estomac, mais en revanche il ne cesse de consommer les biens de la terre.  L’esprit de consommation va de pair avec l’incapacité de se s’engager. Il se détourne des faims du monde: de la disette, de l’ignorance, et du désespoir qui accablent l’humanité. Il cherche mais rien ne lui satisfait. Il croit qu’en consommant d’avantage il trouvera ce qui plait vraiment. Le monde consommateur et un monde ‘vomisseur’, un monde de déchets.

Je me rends compte du vide qui m’a envahi. Je me rends compte à quel point je n’ai pas trouvé la nourriture qui donne la vie en abondance, la vie terrestre aussi bien que la vie immortelle. C’est pourquoi Jésus se présente comme nourriture : il veut remplir ce vide. Il veut m’assouvir, et devenir pour moi le pain de la vie éternelle. Tel est le point de vue chrétien. Ce n’est qu’en ‘dévorant’ sa personne que je peux remplir ce vide.

Je me rends compte de ma solitude, car tout engagement en fin de cause est envers une personne. Jésus veut habiter cette solitude pour que je m’engage envers lui. Et en communiant avec lui je communie avec Celui qui l’a envoyé; je suis nourri par Dieu lui-même.

Mais quand j’ai trouvé ce qui donne la joie au cœur, je sais me passer les autres nourritures. Cette joie, appréciée encore davantage pendant la méditation, se revêt de simplicité et de renoncement. J’ai trouvé « le trésor caché dans un champ … la perle de grand prix » de sorte que je peux ‘vendre’ tout ce que je possède (Mt 13,44-45).

Je savoure aussi les valeurs de mon destin. J’apprécie mon instinct, j’y prends plaisir. Le regard que j’y jette n’est pas sec et dur mais satisfaisant et joyeux.

Le feu de l’Esprit nous fait dire «Jésus est Seigneur» (1Co 12.3). Et Il nous fait ‘digérer’ le Christ de sorte que son corps devienne notre corps, que notre corps devienne son corps, que nous ne faisions qu’un seul corps. C’est l’incorporation. En le recevant en nourriture eucharistique, l’estomac devient comme le tabernacle. Le corps devient le Temple où le Saint de Dieu aime se recueillir. Il est chez soi. C’est pour cela qu’il est venu sur terre, pour venir habiter nos corps.

Lorsque saint Jean se repose sur le cœur de Jésus, c’est justement l’instant même où Jésus et Judasse nourrissent du même plat. C’est comme si Jésus recevait dans son corps même la trahison de Judas qui de sa part abjurait la fidélité de son maitre. C’est comme si fidélité et trahison sont mélangés dans le même plat. Plus tard, dans le jardin Jésus acceptera de boire de la coupe où sont mélangées souffrance et obéissance au Père qui l’aime infiniment.

En me concentrant sur ce chakra il se peut aussi que je confronte les peurs, les doutes, et les faiblesses. Je commence à me rendre compte de mon manque de courage, la faiblesse de mes engagements, l’énormité de mes doutes. C’est bien ainsi, car ce chakra commence à se purger.

Les sentiments de courage et peur se font sentir dans l’abdomen, ce lieu si sensible du corps. Il se fait parfois lorsqu’on a très peur que les intestins se vident soudainement. L’inquiétude et l’angoisse peuvent même provoquer des ulcères à l’estomac. Au moment de détresse on se courbe pour protéger l’estomac. Par contre, le courage se fait sentir dans la fermeté de l’estomac, comme chez les soldats et les boxeurs au moment du combat.

Jésus est cloué, mains et pieds, à la croix ; son abdomen est mis à nu. Il est complètement vulnérable et sans défense. De fait, un des tourments de la croix était de donner le condamné comme proie aux chiens et aux corbeaux.

Tout désir sera mis à l’épreuve.  Ce qui vient du fond de mon être et du tréfonds de Dieu, révélé par le Christ et inspiré par l’Esprit, accueilli par les anges et les mondes, sera testé. D’où viendra cette épreuve ? Est-ce les parents, les amis, les proches ou le grand public qui méprisent ce qui me semble juste et nécessaire. Peut-être s’opposent-ils à ce qui me définit, à ce qui me façonne le caractère, au chemin qui est mien dans cette montée le long des chakras. Est-ce tout simplement leur indifférence qui m’accable?

Ce refus de leur part est un avantage car il m’aide à discerner, parmi les fausses pistes,  ce qui est la bonne voie. Il m’aide à distinguer d’une part ce qui est une fantaisie, ce que je n’ai pas choisi de tout mon être, et de l’autre part ce qui me donne vigueur, ce sans lequel je ne saurais vivre. C’est alors que, dans la paix, que je perçois le chemin qui est à la fois le projet divin et mon désir personnel. Le creuset de l’épreuve me purifie de tout ce qui pourrait empêcher la montée de l’Esprit.

La tendance est en quelque sorte une limitation ; il est aussi un rayonnement, car ses ramifications touchent à tout. J’ai le sentiment de toucher à l’universel en me concentrant sur le particulier. Le penchant n’est pas un bornage mais une concentration. Il est le ‘joyau’ qui se trouve au nombril, le maṇipūra, la ‘profusion de gemmes’ d’où rayonnent les 72,000 canaux.

En méditant sur ce chakra, une clarté nouvelle se manifeste en moi. Le chemin à parcourir devient plus évident ; la vocation devient plus intense. La fermeté de l’Esprit se révèle. Je me sens plus solide encore que le rocher que j’imaginais en méditant sur le premier chakra. Les eaux coulent plus fort parce ils ne s’écoulent pas. Je me sens bien en moi-même, car je sais ce que je suis vraiment. L’approbation personnelle se double de l’approbation divine et de tous ceux qui se mettent à s’engager, eux aussi, dans leurs voies personnelles. Je me sens davantage animé. Le feu monte librement et sans obstacle dans l’air du quatrième chakra.

b.       par l’imaginaire

La couleur de ce chakra est le rouge, la couleur du feu et du sang, du vin et de l’amour, des règles et du danger. J’imagine le ventre adopter toutes les qualités de cette couleur, car l’imagination concrétise les sentiments. Je vois le sang couler de cette partie si vulnérable du corps. Je peux m’imaginer verser le sang pour les autres, car tout engagement implique le sang.  Je m’imagine comme purifié dans le creuset de la souffrance et comme transfiguré par le feu.

Si les artistes utilisent le bleu surtout pour les vêtements de Marie, pourJésus c’est le rouge, comme si ses vêtementsétaient déjà entachés de son sang. Dans mon imagination, je peux m’imaginer être venu « de la grande épreuve » et d’avoir blanchi mes vêtements « dans le sang de l’agneau » (Ap 7,14).

c.       par le souffle

Il est beau de voir l’abdomen du bébé endormi se gonfler et se rétrécir tout doucement. Ce mouvement illustre la façon de respirer qu’il faut adopter pendant la méditation. La respiration doit se faire non pas avec le thorax mais avec l’abdomen, car les effets sont différents. La respiration par le thorax se fait aux moments d’activité et d’effort, ou bien quand on est nerveux ou énervé. Par contre la respiration par l’abdomen rend l’esprit tranquille et apaise le mental.

Je peux, s’il me semble bon, concentrer l’attention tout simplement sur l’abdomen et en percevoir le mouvement naturel, sans plus. Je peux aussi aller plus loin, car le souffle est le symbole naturel de l’Esprit. En me concentrant sur l’haleine je commence à percevoir l’Esprit plus clairement.

L’Esprit Saint se fait entendre pour la première fois le jour de la Pentecôte lorsque les disciples réunis entendent « le souffle d’un violent coup de vent … alors leur apparurent comme des langues de feu qui se partageaient et il s’en posa sur chacun d’eux » (Ac 2,2-3). Selon ce texte, le souffle et le feu sont étroitement liés. Tout comme le forgeron qui ranime le feu avec le soufflet, je fixe mon attention sur le chakra pour y introduire en toute tranquillité et confiance le souffle de l’Esprit Saint.  Le feu que le Christ est venu verser sur la terre et qui est versé maintenant dans mon corps et dans ce chakra commence à flamber. Par le souffle de l’Esprit on attise le feu de l’Esprit.

L’Esprit du feu et du vent brule tout ce qui obstrue le chemin. Ce qui me paraissait cher mais qui me retenait, et toutes les attaches qui me paralysaient sont consumés par le feu. Je sens alors un soulagement, une liberté accrue. Le souffle ardent fait double effet, d’enflammer et d’éliminer, de rendre plus clair et de chasser la peur. C’est un début de transfiguration dans la gloire.

d. par le mantra

Selon la tradition hindoue tous les phonèmes du Sanskrit, et on pourrait dire les sons de toutes les langues, proviennent de la Parole suprême, le praṇava,AUṀ. La tradition chrétienne, de sa part, reconnait que tous les phonèmes et tous les mots proviennent du Verbe qui se tient en la présence de Dieu (Jn 1,1), qui se réjouit de la plénitude de la divinité (Col 1,19) et qui s’est fait chair (Jn 1,14). Notons que le mot ‘chair’ inclue toute la réalité créée. Selon la tradition chrétienne le Verbe constitue le fondement même de RAṀ, l’aspect sonore de ce chakra. En le récitant on ne se sépare pas du Verbe ; tout au contraire on s’y identifie.  L’évangile de S. Jean proclame: “Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement tourné vers Dieu. Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.” (Jn 1:1-3) Le Verbe est donc la source de tout, et partant de tous les sons. Il s’ensuit qu’en appréciant la valeur d’une parole humaine, par la lucidité de la foi, on aperçoit la Parole qui se tient à son origine. Également, en appréciant l’ampleur de la Parole on entend toutes les paroles, tout comme « à ta lumière nous voyons la lumière”(Ps. 36 :10). Il y a distinction et non pas opposition entre le mantra audible et le Mantra qu’est le Christ. L’un informe l’autre.

Il se peut qu’un vocable de l’Écriture Sainte me touche de plus près que RAṀ. Aussi faut-il se servir ce qui touche au cœur, car c’est l’Esprit qui me suggère le mantra qui me convient. Par exemple,  ‘oui’, ‘amen’, ‘fiat’, ‘Je goûte et je vois comme est bon le Seigneur’ (cf. Ps 33).

La récitation du mantra trouve son origine dans l’abdomen. Les chanteurs s’entrainent à chanter ‘de l’estomac’. Même s’il est prononcé par les cordes vocales, c’est de l’abdomen que le mantra commence son cours.  On commencera la récitation par un acte de la volonté, mais ce n’est alors qu’un entrainement. Le mantra sera bien récité une fois qu’il surgit spontanément, c’est-à-dire quand il est inspiré par une ‘force’ qui nous dépasse, par cet Esprit qui vient d’en haut et qui vient du plus bas, cet Esprit qui connaît les profondeurs de Dieu tout comme il connaît les profondeurs de l’homme (cf. 1 Cor 2, 10-11).

Il se peut, pendant la méditation, qu’un grognement se fasse entendre à la suite d’une émotion intense. Il fait écho au grognement de l’Esprit d’où nait le monde nouveau (Rm 8,22).

En même temps j’applique le phonème – que ce soit RAṀou un autre mantra inspiré – à ce chakra. C’est comme si j’adressais le chakra par le vocable qui lui convient, qu’il reconnaît, qui lui est propre. De cette façon je le reconnais, je le stimule, je le rends réel, je le confirme, je le bénis. Je fais de même pour toutes les valeurs qui y sont associées, c’est-à-dire le courage, l’élan, l’éveil, le ravitaillement.

Le Verbe se manifeste en moi par le mantra qui est mien. Je confie au chakra toute la puissance du Verbe. C’est comme si le Verbe s’incarnait de nouveau dans mes entrailles.  Toutes les énergies du Verbe infini et incarné s’y repèrent. Tous les aspects de ce chakra acquièrent la compétence du Verbe.

 

3. Bénédictions

a.       du prochain

C’est dans ce chakra surtout qu’on ressent la compassion et la pitié. Pour apaiser l’enfant blessé la mère le prend sur les genoux et le presse au ventre ; elle le console et lui donne courage dans l’épreuve.

Jésus est pris de pitié pour les foules, « parce qu’elles étaient harassées et prostrées » (Mt 9.36). Le texte grecque dit littéralement qu’il il fut ému « jusqu’aux entrailles » (ἐσπλαγχνίσθη). Il ressent leur faiblesse et se met à les soulager en les enseignant. C’est peu après qu’il va les nourrir en multipliant les pains, en préfiguration à la fois de l’eucharistie et du banquet céleste.

Sensibilisé par ce chakra situé aux les entrailles, je suis sensible aux autres, accueillant et compatissant. Je ne me protège pas des chagrins des autres en me durcissant l’esprit, en me réfugiant derrière un masque, en élevant des murs. Je fais preuve de la souplesse de la clémence.

Mon aspiration se fait jour, une aspiration entièrement libre et entièrement conforme au dessein divin. Elle n’est pas solitaire, pour mon avantage seulement, mais une aspiration utile pour autrui, car l’aspiration vraiment humaine se revêt toujours d’un aspect interpersonnel. Le besoin égoïste finit par nous affaiblir et dégouter, mais le désir généreux se refait constamment car il présente toujours de nouvelles raisons de le faire.

Toute destinée se fait dans le contexte de la liberté personnelle et de la liberté de l’autre. Elle est collective, et s’affermit dans le contexte de ceux aussi qui connaissent leur destin. L’affirmation du destin individuel invite l’autre à affirmer son destin.

Les paroles du Seigneur et l’enseignement de l’Église indiquent le destin chrétien en général mais chaque individu doit discerner son destin personnel. La vocation personnelle se situe, tout comme l’individu lui-même, dans la communauté, car la vocation personnelle n’est pas solipsiste. Si tous les membres sont conscients de leur charisme personnel, chaque membre sera plus apte à discerner le sien propre. Le charisme est découvert plus lucidement dans la méditation sur ce chakra.

Cette affirmation des autres est miroitée, car j’ai le sentiment d’être reconnu, voulu et choisi de leur part. Et cela non seulement avec les ‘gens bien’, les vertueux, les pieux, mais tout genre de personnes, à l’imitation de Jésus qui se fait l’ami des prostituées et des pécheurs. Je reçois de leur amitié tout comme ils reconnaissent mon affection. De cette façon nous sommes nourriture, les uns pour les autres. Cette réciprocité ouvre le chemin de l’amour.

Je me rends compte des désirs de mes prochains, de leurs capacités et de leurs vœux. Je contemple la richesse de ce monde où les différentes ‘espèces’ continuent de se manifester, non plus végétales ou animales mais humaines, la grande mosaïque de l’humanité.  Tous différents, les hommes esquissent une scène magnifique, comme ces multiples rayons dans lesquels, selon Ézéchiel, Dieu se révèle.  « Puis je vis comme l’étincellement du vermeil, comme l’aspect d’un feu … d’une clarté… de l’arc qui est dans la nuée un jour de pluie: C’était l’aspect, la ressemblance de la gloire de YHVH » (Ez 1,27-28). Les portes de la nouvelle Jérusalem sont des perles, et ses fondations des pierres précieuses, dont les éclats reluisent de toutes parts. La Ville Sainte est le maṇipūracéleste.

La kuṇḍalinī n’est pas l’Esprit Saint. Il faut insister : la kuṇḍalinīet l’Esprit Saint ne sont pas identiques de même que la ruah’ que Dieu insuffle (Gn 2 : 7) et l’Esprit Saint ne sont pas absolument identiques. Néanmoins, l’Esprit selon une tradition est présent au début de la création. Si l’Esprit est la source de toutes les formes de vie (Ps 104:30), l’Esprit est déversé totalement dans le paradoxe de la vie et de la mort, dans le mystère pascal. Si la kuṇḍalinīest la manifestation de l’Esprit dans le corps vivant, kuṇḍalinīest pleinement présente chez ceux qui sont morts et ressuscités avec le Christ (cf. I Cor 8:11). C’est pourquoi le Christ imite le geste de Dieu quand il souffle sur les disciples et leur dit «Recevez l’Esprit Saint ».  Le mot ‘esprit’, chose humaine, reçoit une majuscule et désigne alors la Troisième Personne.

Nous travaillons tous ensemble. Les différentes capacités se complémentent. C’est l’Esprit, la kuṇḍalinī divine, qui les inspire.  S. Paul l’a dit. « Il y a diversité de dons de la grâce, mais c’est le même Esprit ; diversité de ministères, mais c’est le même Seigneur ; diversité de modes d’action, mais c’est le même Dieu qui, en tous, met tout en œuvre. A chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien de tous » (I Cor 12:4-7). Parmi ces dons se trouvent les dons de guérison, de miracles, de prophétie, de discernement et autres mentionnés par S. Paul (I Cor 12 : 9-10) mais aussi les ‘gemmes’ qui se trouvent dans ce chakra.

Le jour de la Pentecôte « leur apparurent des langues de feu qui se partageaient et il s’en posa sur chacun d’eux. » Il y a analogie entre les flammes (les charismes) et l’étincellement des gemmes (maṇi). Le charisme vient d’en haut mais elle se manifeste dans le corps entier et en ce chakra surtout.

Le chemin à parcourir est particulier mais il cesse d’être limité. Il cesse d’être seulement un fait ; il devient un symbole, car il contient toutes les richesses manifestées d’une façon particulière. Le particulier devient universel. Comme les 72,000 canaux qui se propagent dans toutes les parties du corps et dans tous les corps. Le symbole irradie dans tous les sens pour y apporter son énergie, mais aussi pour accumuler toutes les richesses du monde.

Je m’enflamme et j’enflamme mon prochain. Je ressens la chaleur de mon choix, et son ardeur se communique et rend plus facile l’engagement des autres. L’ardeur anime ; la froideur démoralise.

Ainsi le chrétien qui réfléchit sur la ferveur du Christ et son zèle se sent avivé et encouragé, surtout devant les épreuves. Jésus est venu répandre le feu sur la terre, et moi aussi je me sens poussé à verser le feu sur le monde, le feu qui flambe parce que rien ne l’empêche. La confiance tranquille et éveillée de l’un rassure l’autre.

Au feu du Christ, le chrétien ajoute son propre feu, de même que St Paul fait valoir la passion du Christ quand il dit « Je trouve maintenant ma joie dans les souffrances que j’endure pour vous, et ce qui manque aux détresses du Christ, je l’achève dans ma chair en faveur de son corps qui est l’Église » (Col 1,24). Jésus lui-même promet que « celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais: il en fera même de plus grandes, parce que je vais au Père » (Jn 14.12), c’est-à-dire que de Dieu il enverra « une puissance, celle du Saint Esprit » (Ac 1,8).

Mon avenir se fait dans le feu. C’est pourquoi il devient un holocauste. Jésus reste fidèle au Père, au Peuple, à ses disciples qui le trahissent, le renient et l’abandonnent. Malgré l’épreuve épouvantable de la croix il ne cesse de témoigner, d’être martyre de la vérité qu’il est venu révéler au Peuple de Dieu et à tous les hommes, lui qui est la Vérité. Il est résolu. Il est l’holocauste qui apportera la bénédiction divine au monde entier et à tous les siècles. De même, et par la force de cette bénédiction, le chrétien s’apprête à s’offrir comme bénédiction universelle. Par cet holocauste accompagné par la force qui vient d’en haut, il perçoit la toute-puissance de la Présence divine. Il devient nourriture.

Par la méditation sur ce chakra, je me rends compte que je suis nourriture, car l’éveil la résolution, et la générosité qui se manifestent dans mon corps sont pour les autres source de vie. La nourriture que j’offre aux autres par l’acte même de méditer sur ce chakra fait que les autres aussi deviendront une nourriture pour moi aussi. Les chrétiens se nourrissent non seulement du Christ mais se nourrissent aussi l’un de l’autre. C’est une provende sans arrêt, tout comme l’eau que Jésus donna à la Samaritaine deviendra en elle une fontaine inépuisable. L’alimentation ne cesse jamais ; il s’accroit sans arrêt. C’est le banquet éternel.

Je me rends compte d’un éclaircissement, car ce chakra comporte son propre éveil. Je sais ce que je veux faire ; la porte s’ouvre devant moi et je m’y enfonce pour parcourir mon chemin. Sans cela, la montée sera bloquée. C’est dans la joie que je me mets sur le chemin, car clarté et joie s’impliquent. J’ai un sentiment de valeur, capable de faire du bien, de créer, de faire fructifier.

Cette clarté est un don divin et me fait voir la créativité et la générosité de Dieu. Je ne suis plus esclave, forcé à faire ceux que les autres m’imposent. Il y a un sentiment de liberté. Je me sens utile,  je me sens divin. Le corps ressent cette joie qui me met en rapport avec le monde, le ciel, et toute l’humanité.

b. de Dieu

Cette montée jaillit des profondeurs, comme on a vu. En assentissant à son élan, surtout en méditant sur ce chakra, j’obéis à la volonté du Dieu caché qui se manifeste dans le secret de mon être. En reconnaissant que c’est Dieu en premier et mon désir le plus personnel en second, je le reconnais comme Seigneur. Cette obéissance n’est pas une servilité. Au contraire je la ressens comme une libération. Je me laisse prendre et m’en réjouis. Je ressens en moi-même Celui qui tout d’abord a choisi la voie qui est mienne. Ce sentiment fait bondir le cœur. Il est une louange par laquelle je reconnais Celui qui m’a élu et qui a fixé mon destin.  Ma louange n’est pas une litanie de mots sans valeur ; elle surgit de mon être, de mes os pour ainsi dire. Dans cet attrait je reconnais Celui qui a appelé les Israelites et a conclu l’alliance avec eux par le sang de sorte qu’ils deviennent le Peuple Élu.  Il les a élus non pas en exclusivité mais pour en faire un signe de l’élection qu’Il conclut avec chaque personne qui se dispose, par sa grâce, à recevoir cette élection. Ils deviennent signe et symbole. La révélation de mon destin en mon propre soi est en même temps la révélation de Dieu en lui-même. Sa présence devient plus évidente alors même que ma vocation devient plus assurée. La connaissance joyeusement admise de cette présence est une bénédiction de Dieu, car je reconnais sa bonté.  Je désire mais je me rends compte que c’est Lui qui d’une façon suréminente, a désiré. Parce qu’Il s’est tourné envers moi je sais me tourner vers les autres. Il est le fondement de mon orientation. Et je m’en réjouis.  Ce que Dieu fait dans le désert, Jésus accomplit à la dernière Cène, car il dit à ses apôtres « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure » (Jn 15:16). Mon orientation vers le bien est un de ces fruits. Les sacrifices d’Abel et de Noé, tout comme l’encens du Temple, plaisent à Dieu. C’est comme si Dieu lui-même est nourri par les offrandes externes. Mais l’obéissance dans le corps les dépasse. Faite dans l’Esprit de Dieu, l’obéissance plait à Dieu et fait voir que Dieu est Dieu. C’est pourquoi « en entrant dans le monde, le Christ dit: De sacrifice et d’offrande, tu n’as pas voulu, Mais tu m’as façonné un corps. … Alors j’ai dit: Me voici, car c’est bien de moi qu’il est écrit dans le rouleau du livre: Je suis venu, ô Dieu, pour faire ta volonté » (He 10: 5, 7). Dieu est béni par l’obéissance de Jésus qui par-là est également le sauveur du monde. La bénédiction de Dieu et la bénédiction des hommes s’impliquent.Jésus obéit à la volonté divine. Jésus, comme les flammes du sacrifice, quitte cette terre, monte au ciel et s’assied à la droite du Père. De même le méditant assis sur la terre ressent la montée de l’Esprit, s’y identifie et monte avec lui pour se trouver d’une façon jadis inimaginable uni au Tout-Puissant et Tout-Conscient. Les eaux qui coulaient dans le deuxième chakra se transforment en feu. De cette façon la montée de la kuṇḍalinīdivine poursuit encore plus intensément son cours au ciel.   Ce feu se lance dans le quatrième chakra dont l’élément est l’air. L’attirance devient plus intense, plus satisfaisante, plus ample. Le cœur s’élargit ; les contraintes disparaissent. La valeur de la vocation devient plus évidente; la destinée plus assurée. Cet élargissement de la conscience, cette détente, cette ouverture du corps et de l’âme sont ressentis même physiquement. Le corps se trouve transfiguré par ce feu du cœur. On devient d’avantage le feu de l’Esprit.

Chez le chrétien où l’Esprit est venu habiter, tous les aspects de son être sont inspirés, non pas remplacés. Ils acquièrent une richesse auparavant inimaginable. Les mots humains sont transfigurés par le Verbe et en acquièrent la puissance.  De même, le souffle du chrétien est transformé par l’Esprit et en acquiert la souplesse et la grâce.  En se concentrant sur le souffle humain il aperçoit le Souffle divin. En se concentrant sur la kuṇḍalinī, il perçoit l’Esprit vivifiant. On distingue entre le visible et l’invisible ; on ne les oppose pas. L‘un se manifeste dans l’autre ; l’un conduit à l’autre ; l’un éveille l’autre. La kuṇḍalinī humaine animée par l’Esprit divin nous fait lire le texte biblique autrement et nous laisse comprendre plus clairement la personne de l’Esprit.

 

IV      SUR CE QUI N’A PAS ÉTÉ FRAPPÉ (anāhata)

1. Appuis

a.       Le traité Ṣaṭcakranirūpaṇa

Le mot anāhata signifie, ‘ce qui n’a pas été frappé’, comme le son qui sortirait spontanément d’un tambour sans qu’on ne le frappe.  Ce chakra ressemble donc au son primordial, AUṀ, qui se manifeste sans aucune raison, en toute liberté, sans cause.

Ce lotus est situé dans la région du cœur. C’est comme si l’univers provenait du cœur et que le cœur constituait l’essence de tout ce qui existe. Les résonances de cette idée sont innombrables.

Les chakras 1, 3, 5, 6, présentent un triangle tourné vers le bas. Le quatrième chakra, celui du cœur est le seul à présenter deux triangles superposés, l’un tourné vers le bas, l’autre tourné vers le haut, une étoile à six pointes. Les tantras y voient la conjonction du masculin (le triangle tourné vers le haut) et du féminin (le triangle tourné vers le bas), l’union du dieu et de la déesse.

Cette forme est richement développée dans le yantra– le Śrīcakra – de la tradition Śrī Vidyā. Ce yantra ou diagramme présente neuf triangles de taille différente enchevêtrés, quatre tournés vers le haut, et cinq tournés vers le bas, qui irradient d’un seul point. Il représente l’émanation de l’univers de l’union amoureuse du dieu et de la déesse, de même que la résorption de l’univers dans son origine divine.

Le Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa décrit les six lotus qui culminent au lotus de mille pétales, au sommet de la tête. Pris tous ensemble, le lotus du cœur en occupe le centre, comme s’il les rassemblait tous. Des textes disent que c’est du cœur plutôt que du nombril que les 72,000 canaux rayonnent.

Lilian Silburn remarque que « Bien que la kuṇḍalinī puisse s’éveiller à partir de n’importe quel centre puisqu’elle réside également en tous, c’est du cœur qu’elle s’ébranle de préférence» (La Kuṇḍalinī p. 46). Pour cette raison, bien que notre interprétation de chakras, suivant le Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa, commence par le mūlādhāra, le méditant peut s’appuyer sur n’importe quel chakra, et surtout sur le cœur.

On a vu que l’élément du maṇipūraest le feu.  L’élément deanāhataest l’air.

Sa couleur est le gris, plus précisément la couleur de la fumée dont le feu est la source. Le gris de la fumée est comme la couleur visible de l’air. Les offrandes jetées dans le feu se transforment en fumée qui monte dans le ciel. C’est comme si elles s’échappaient de cette terre pour se lancer vers le ciel.

Le Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa note que ce lotus est comme l’arbre céleste qui accorde plus qu’on lui demande. Tous les désirs du cœur, et bien plus,  sont assouvis pour ceux qui méditent sur ce chakra. Ils deviennent seigneurs de la Parole.  Du fait qu’ils méditent sur le son qui surgit spontanément du silence infini la capacité ils acquièrent une maitrise parfaite du langage.

Dans ce chakra il y a douze consonnes inscrites sur douze pétales. Le nombre toujours plus grand signifie la croissance continuelle de la kuṇḍalinī ascendante.

La semi-voyelle est le YAṂ qui est prononcée près du fond de la gorge. Il sera dépassé par le vocable du cinquième lotus, HAṂ, qui provient du fond même de la gorge. Les semi-voyelles LAṂ, VAṂ, RAṂ, sontprononcées au-devant de la bouche et sont donc plus éloignées des origines. Cela signifie que la montée de la kuṇḍalinīau long du canal central est un retour à la source.

b. La Bible

Sans qu’on lui demande, Dieu dit: «Que la lumière soit»! Et la lumière fut. » (Gn1 :3) De même, tout subitement « Le Seigneur dit à Abram: «Pars de ton pays. » (Gn 12 :1) Et dans le Nouveau Testament Jésus, de son propre chef, appelle ses premiers disciples «Venez à ma suite, et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes». (Mc 1 :17). C’est parce que la parole divine est essentiellement anāhata, spontanée et généreuse.

En français le « cœur » désigne plutôt les émotions et la vie affective. En hébreux le cœur a un sens plus large, et il signifie les sentiments, les pensées, les souvenirs, les projets, la conscience,  en somme toute la personnalité, tout ce qui trouve en l’homme.

Le mot désigne aussi ce qui se trouve en Dieu. « Le plan de YHVH subsiste toujours, et les desseins de son cœur, d’âge en âge. » (Ps 33 :11) Il commande à son Peuple la même pureté de cœur. « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ta force. » (Dt 6 :5)

Malheureusement, l’homme est capable d’hypocrisie et de duplicité. L’attitude intérieure peut se manifester par les actes et les paroles ; elle peut également se dissimuler par ces mêmes moyens. Mais Dieu ne se laisse pas tromper. « Le Seigneur dit: Ce peuple ne s’approche de moi qu’en paroles, ses lèvres seules me rendent gloire, mais son cœur est loin de moi. La crainte qu’il me témoigne n’est que précepte humain, leçon apprise. » (Es 29:13)

La religion purement extérieure est insupportable. Face au refus du Peuple de suivre ses commandements, Dieu doit leur « déchirer le cœur »(Jl 2 :13) mais nonpas les détruire. A cette seule pensée YHVH s’exclame  « Comment te traiterai-je, Éphraïm, te livrerai-je, Israël? … Mon cœur est bouleversé en moi, en même temps ma pitié s’est émue. » (Os 11 :8)

Il punit son Peuple pour qu’il se convertisse et qu’il prie « Crée pour moi un cœur pur, Dieu; enracine en moi un esprit tout neuf. » (Ps 51 :12) Alors il leur donnera un cœur nouveau. « Je ferai sur vous une aspersion d’eau pure et vous serez purs; je vous purifierai de toutes vos impuretés et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur neuf et je mettrai en vous un esprit neuf; j’enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36 :25-26) Il proclame, « Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur.  Alors je serai leur Dieu et eux seront mon peuple. »  (Jr 31:33).

Jésus Christ reprend ces thèmes. Il reprend le commandement principal : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée» (Mt 22 :37) et il le complète : « Un second est aussi important: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Mt 22 :39)

Il rejette l’hypocrisie de ses contemporains,  la pureté extérieure, et déclare que l’impureté véritable est celle qui vient du cœur, «Hypocrites! Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, quand il a dit: Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. » (Mt 15 :7-8)

Il insiste sur la générosité intérieure. Chacun doit pardonner son frère sans fin « C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur » (Mt 18 :35) car c’est aux purs de cœur qu’est promise la vision de Dieu. (Mt 5 :8)

Lors du voyage à Emmaüs Jésus fait bruler le cœur des disciples lorsqu’il leur explique le sens de sa passion. « Et ils se dirent l’un à l’autre: «Notre cœur ne brûlait-il pas en nous tandis qu’il nous parlait en chemin et nous ouvrait les Écritures»? (Lc 24 :32)

C’est dans le cœur que se passe le renouvellement. « Si, de ta bouche, tu confesses que Jésus est Seigneur et si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. »(Rm 10 :9ss)

C’est par cette même foi que le Christ habite le cœur, « qu’il fasse habiter le Christ en vos cœurs par la foi; enracinés et fondés dans l’amour » (Ep 3 :17) et c’est dans le cœur que l’Esprit de Dieu est déversé.« Fils, vous l’êtes bien: Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie: Abba, Père! » (Ga 4 :6)

Tout cela est possible puisque c’est Jésus qui se trouve le plus près de cœur de Père et qui le fait connaître. « Personne n’a jamais vu Dieu; Dieu Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé. » (Jn 1 :18)

C’est sur ce cœur que le disciple bien-aimé se repose à la dernière cène, ce cœur qu’il verra percé par la lance, ce cœur d’où il verra couler l’eau et le sang (Jn19 :34), ce cœur qui est le centre aimant de tous ceux qui croient en lui, qui s’exclame, « Je leur ai fait connaître ton nom et je le leur ferai connaître encore, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et moi en eux». (Jn17.26)

La fumée occupe une place importante dans la Bible, que ce soit celle des offrandes consumées sur l’autel du Temple ou bien celle de la prière des fidèles qui monte comme la fumée d’encens. « Que ma prière soit l’encens placé devant toi, et mes mains levées l’offrande du soir. » (Ps 141 :2) « Et, de la main de l’ange, la fumée des parfums monta devant Dieu, avec les prières des saints. » (Ap 8 :4) Cette fumée est ambiguë aussi car elle cache et révèle en même temps la présence de Dieu, lors de la consécration du Temple par Salomon (1 R 8 :10) ; elle prépare l’apparition àIsaïe de la cour céleste qui acclame le Seigneur trois fois saint (Isaïe 6:4).

La fumée rappelle aussi le nuage qui accompagne le Peuple au désert, colonne de nuage le jour et colonne de feu la nuit (Ex 13 :21) pour leur indiquer le chemin et leur rappeler la présence du Dieu sauveur.

Le double triangle, qui représente l’union de l’homme et de la femme, ne se trouve pas explicitement comme tel dans la Bible. Mais c’est au couple que Dieu, au premier chapitre de la Bible, confie la gérance de tous les vivants. (Gn 1 :28) Et dans le deuxième récit de la création tout fut fait, plantes et animaux, pour que l’homme finalement s’unisse à sa femme et qu’ils deviennent un seul corps, apogée de l’œuvre créateur de Dieu.  (Gn 2:23-24)

 

2. Approches

a. par le corps

Des profondeurs du premier chakra toute la diversité les eaux, c’est-à-dire toute la variété du monde, s’écoule dans le deuxième chakra, et parmi toutes ces possibilités le méditant se trouve attiré par une possibilité en particulier, une beauté parmi tant de beautés qui touche à l’âme d’une façon plus intense, dans le troisième chakra. Le feu du désir s’embrase et le moment vient de choisir.  Le quatrième chakra concerne plus particulièrement l’engagement.

L’importance de ce chakra et son association avec le cœur se voit bien dans la quantité de phrases qui le concerne, par exemple : ‘crever le cœur’, ‘prendre à cœur’, ‘avoir le cœur gros’, ‘avoir le cœur léger’, ‘avoir mal au cœur’, ‘un cœur de pierre’, ‘cri du cœur’, ‘de tout son cœur’.

Dans le jardin et parmi tous les êtres vivants,  Dieu amène la femme et la présente à l’homme. L’ādām reconnait « cette fois » (Gn 2 :23)celle qu’il peut choisir comme compagne. Quelles étaient les émotions qui le touchaient de si près, et elle aussi sans doute ? Le texte biblique fait preuve de délicatesse à ce sujet. Il nous laisse imaginer tout ce qui se passe entre la rencontre et l’engagement (v. Gn 2:23). Le texte ne dit rien non plus sur ce qui se passe ensuite, et se contente de citer la coutume millénaire « Aussi l’homme laisse-t-il son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviennent une seule chair. » (Gn 2:24) C’est dans le cœur, pour commencer, qu’il se donne à sa femme. Ils sont unis d’abord par leur présence mutuelle, consommée ensuite par l’union de leurs corps.

Les doutes et les souhaits se manifestent surtout dans le ventre, comme on a vu en parlant du troisième chakra, mais la décision est l’affaire du cœur. Le mot courage provient du mot ‘cœur’. C’est le cœur qui donne le courage, qui fait que le désir devienne décision, que le souhait devienne choix, et que l’élan devienne engagement

L’engagement est l’affaire surtout du cœur. S’il n’est que raisonnable il ressemble à un calcul. L’exclamation d’Adam, ‘cette fois’ n’est pas le prélude à un ‘mariage de raison’. L’engagement fait ‘de tout son cœur’ est comme une extase, où l’on est transporté hors de soi-même, où l’on est plus en charge de soi-même. Quand tout l’être se trouve dans le choix, il ressent satisfaction et authenticité.

En se concentrant sur ce chakra le méditant discerne plus clairement quel est son engagement véritable.  Il écoute son cœur, car la raison est trop limitée pour indiquer le chemin de la vie. « Le cœura ses raisons que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses. » Phrase célèbre de Pascal auquel Raymond Radiguet ajoute « Si le cœura ses raisons que la raison ne connaît pas, c’est que celle-ci est moins raisonnable que notre cœur. » (Le Diable au corps) Ce n’est pas pour dire que le cœurest sentimental, émotionnel, et sans justification. La passion du cœur n’est pas déraisonnable, elle est plus que raisonnable ; elle dépasse la raison et la déconcerte.

Les intentions authentiques se discernent dans le cœur. C’est pourquoi Dieu se plaint de son Peuple.  Même s’il semble observer les ordonnances il est hypocrite car le cœur est éloigné de son Seigneur.

En observant ce chakra, le méditant verra si Dieu pourrait se plaindre de lui, si le cœur est hypocrite. Il se rendra compte de la qualité de son cœur, de sa dureté peut-être, ou bien de sa souplesse, sa chaleur, et sa générosité. Peut-être reconnaitra-t-il qu’il n’aime personne, qu’il est refoulé sur lui-même, que son amour est narcissiste. Il se rendra compte peut-être que personne ne voudrait y poser la tête comme le disciple bien-aimé, pour y gouter l’amour et percevoir cet amour qui vient au-delà de ce monde.  Il se rendra compte peut-être qu’il n’aime personne. Il reconnaitra peut être qu’il veut aimer mais ne sait pas comment, qu’il ne sait pas qui aimer, qu’il n’ose pas aimer. Il verra peut-être qu’il a peur de se voir rejeté, méprisé, dédaigné, car le cœur est vulnérable. Quelle admission affreuse, que de savoir qu’on n’aime personne, que personne ne nous aime. La méditation sur ce chakra est dangereuse et honnête à la fois. Elle blesse et elle guérit ce chakra. Elle empêche que le cœurreste dur et sec, froid et distant.

En reconnaissant ses faiblesses, le méditant pourrait prier que son cœur de pierre soit remplacé par un cœur fait de chair, selon le désir de Dieu annoncé par le prophète Ézéchiel, ce cœur nouveau, sensible, vulnérable, doux, ouvert,  dont parle le prophète Jérémie.

Il se peut aussi, en concentrant sur ce chakra, que le méditant se rende compte de la force de l’amour qui s’y trouve. Il ressentira de nouveau la flamme qui y brule. Il verra de nouveau toutes les personnes, les projets, les rapports et les évènements qui l’ont touché profondément. Il repassera en vue tous les bonheurs de sa vie passée et les espoirs à venir. Car le cœur est un monde.

Ce chakra au centre du corps n’est pas le chakra final, le sahasrāra,qui se trouve au sommet de la tête, mais comme dit Lilian Silburn il contient tout.  Le mot sanskrit pour ‘cœur’signifie l’essence des choses. Le cœurau centre des chakras se présente comme l’essence de tous les chakras. Un chakra sans l’apport du cœursera un chakra vide de sens, limité, faible, et sous-développé. De même, le chakra du cœur dépend des autres chakras. Le chakra central sera bien équilibré s’il provient des profondeurs du premier chakra. Etvice versa, les profondeurs déjà expérimentées pendant la méditation sur le premier chakra s’ouvrent d’avantage, et la coulée d’eau vive devient plus ample à cause de la force de l’engagement.  Le choix fait dans le cœur est enrichi s’il se sent le préféré parmi tous les choix possibles. Ce chakra sera ardent s’il est animé par le feu du troisième chakra ; il ne sera croyable qui s’il se déclare dans le cinquième chakra ; et il aboutira au seizième chakra de l’autorité.  Tout cela pour finir dans le plein épanouissement de sahasrāra.

Le cœurs’épanouit en la présence des autres. Le cœur, comme indique le double triangle, est essentiellement interpersonnel. Le triangle tourné vers le haut symbolise l’homme, celui tournée vers le bas symbolise la femme, mais les deux sont égaux.  L’un ne saurait exister sans l’autre. C’est dans l’amour que le cœuratteint son apogée. Voilà pourquoi le refus provoque une souffrance aiguë et des problèmes même physiques.  Le refus de l’autre nous brise le cœur, et on sent le courage nous manquer.

On se donne à l’autre qui reçoit. Mais qui vient en premier, le don ou l’accueil ?  Le sentiment qu’on sera reçu inspire à faire le don. En faisant le don il y a le sentiment d’être reçu, et celui qui accueille se donne à celui qui fait le don. Donner et recevoir s’impliquent, à tel point qu’on ne sait pas lequel vient en premier. Ils sont complémentaires ; l’un ne peut exister sans l’autre. Les deux triangles son égales et imbriqués l’un dans l’autre. Le méditant ressent un gonflement du cœur et même comme une extase lors de l’éclosion de l’amour. C’est comme un écho de l’amour divin. Si Dieu est amour (1 Jn 4 :8) c’est parce qu’il est communion. Les Trois s’impliquent, unis dans leur amour mutuel. Et l’on sait que le triangle est le symbole géométrique de la Sainte Trinité.

Est-ce que la méditation révèlera aussi que je doute de l’amour de Dieu, de l’amour infini? Dois-je admettre que je ne crois pas vraiment que Jésus est venu répandre son amour.   Est-ce que je refuse l’engagement de l’amour car l’amour demande le sacrifice. La méditation sur ce chakra est révélatrice. Ce n’est pas que j’y passe mon temps à penser et à réfléchir. Au contraire, l’attention est simple et concentrée, même si je me rends compte que ce centre est refoulé, sans largesse, sans chaleur, rétréci.

Il se peut, par contre, qu’en m’aimant par cette méditation je commence à reconnaitre qu’un autre m’aime, et en reconnaissant qu’un autre m’aime, je commence à m’aimer moi-même d’avantage, car l’amour est le fruit de l’amour. Et en m’aimant moi-même je deviens capable d’aimer un autre. Et en aimant un autre je commence à m’aimer véridiquement, et je commence à percevoir Celui qui nous a aimé à tel point qu’Il a envoyé son Fils pour le sacrifier dans l’amour. Le chakra de l’amour fait voir que tout est amour.

En me donnant de tout mon cœurje perçois celui qui se donne sans fin. Le cœurperçoit le Cœurqui se trouve au cœurde tout, au début et à la fin des choses. Car tout – c’est le point de vue chrétienne – commence avec l’amour et fini par l’amour. « Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour. » (Jean de la Croix) C’est dans l’amour que Dieu fit le ciel et la terre. Tout vient du Cœur, tout se réabsorbe dans le Cœur.

Le disciple bien-aimé pose la tête contre le cœurde Jésus, comme s’il voulait s’approcher du cœurdu Père et y sentir l’amour éternel. Se posait-il la tête sur le cœur de Jésus pour écouter la voix du Père aussi ? Le chakra est dénommé ‘non-frappé’ parce que le son y surgit spontanément et gratuitement. C’est du cœurdu Père que le Verbe résonne naturellement, sans être obligé, sans être mérité, ce Verbe dont « le langage éclate jusqu’au bout du monde ». (Ps 19:5)

La méditation sur ce chakra fait que tout normalement j’introduis d’avantage dans mes discours ce sentiment d’amour que les gens reconnaissent immédiatement, car le cœur humain est très sensible aux mouvements du cœur humain. Les auditeurs y trouvent la sincérité, l’authenticité, et la vérité. Les cœurs touchent les cœurs. L’homme sans cœur est un être manqué.

Ce cœur est en quelque sorte obscur, car il est trop universel et déroutant pour s’enfermer dans la clarté des idées. Le cœur s’élance comme la fumée dans l’air, libre de circuler par tout. En méditant sur ce chakra je commence à faire d’avantage que de suivre les raisonnements et les projets. Une intelligence supérieure, une folie divine touche au centre de tout, là où Dieu se cache.  Ce chakra est comme la colonne qui accompagnait le Peuple Élu dans ses détours à travers le désert du Sinaï, lueur dans le noir, nuage dans le jour.  « Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. » (Antoine de Saint-Exupéry)

b. par l’imaginaire

J’imagine portrait sacré où Jésus indique son cœur brulant d’amour, son cœur encerclé par la couronne d’épines. Il fait savoir ainsi que son cœur est la source de l’agapê de l’Église, cet amour prêt à se sacrifier pour le bonheur de tous les hommes.

Je peux m’imaginer le cœur fendu par les lances de l’incompréhension humaine et des malheurs de la vie, qui accepte d’être fendu pour que les eaux de la grâce coulent en abondance.

Je pourrais m’imaginer, comme le disciple à la dernière cène, me reposant sur le cœur de Jésus qui révèle le cœur du Père. Également, je pourrais m’imaginer entendre le son ‘non-frappé’ venir de son cœur, l’appel de l’amour qui ne désire rien sauf que je l’écoute.

Oserais-je m’imaginer comme Jésus, prêt à accueillir ceux qui veulent s’approcher de moi et gouter les richesses de l’amour ?  Oserais-je imaginer quelqu’un venir se recueillir sur mon cœur pour y trouver le cœur du Jésus et le cœur du Père ?

Serait-ce trop sentimental de m’imaginer comme la mère et le père qui portent l‘enfant du côté du cœur pour qu’il sente l’amour rayonnant de ce centre, cet amour qui mène au-delà du visible jusqu’à Celui qui dépasse toute connaissance ?

Dieu se révèle dans la nuée du Mont Sinaï et dans la fumée du Temple à Jérusalem. Je pourrais m’imaginer entrer dans l’obscurité merveilleuse de l’amour, dans la nuit où l’amour se fait, sans distractions et sans exigences, dans l’obscurité de Golgotha où « à partir de midi, il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu’à 3 heures » (Mt 27 :45) car c’est ici la nuit obscure de l’amour infini.

c. par le souffle

L’élément de ce chakra est l’air, le quatrième des cinq essences, terre, eau, feu, air, espace. Il y a une parenté profonde entre l’élément de ce chakra et le souffle. De même que j’introduis le mantra du cœur dans le cœur, je j’introduis l’air du cœur dans le cœur. Je finis par remarquer l’air qui s’y trouve déjà, l’air du cœur.

On trouve l’écho de cette pratique dans la méthode d’oraison hésychaste, pratiquée depuis des siècles dans la mystique orthodoxe, qui se résume de cette façon :

« Ensuite, assis dans une cellule tranquille, à l’écart dans un coin, fais ce que je te dis : ferme la porte et élève ton esprit au-dessus de tout objet vain et temporel, ensuite appuyant ta barbe sur la poitrine et tournant l’œil corporel avec tout l’esprit sur le milieu du ventre, autrement dit le nombril, comprime l’aspiration d’air qui passe par les nez de façon à ne pas respirer à l’aise et explore mentalement le dedans des entrailles pour y trouver le lieu du cœur où aime à fréquenter toutes les puissances de l’âme. Dans les débuts tu trouveras ténèbres et épaisseur opiniâtres, mais en persévérant et en pratiquant cette occupation de jour et de nuit, tu trouveras, o merveille ! une félicité sans borne. Sitôt en effet que l’esprit trouve le lieu du cœur, il aperçoit tout à coup ce qu’il n’avait jamais su ; car il aperçoit l’air existant au centre du cœur, et il se voit lui-même tout entier lumineux et plein de discernement ………[43]

Il n’est pas nécessaire de suivre tous les conseils de ce texte. Il suffit « d’explorer mentalement le dedans … pour y trouver le lieu du cœur » et de percevoir « l’air existant au centre du cœur ». Je fais enter le souffle dans le cœur. Je reçois l’air qui s’y trouve déjà. Les deux souffles se reflètent. Complètement détendu, je reçois le souffle qui vient du cœur et qui remplit le corps entier, me rendant « lumineux et plein de discernement».

Ce souffle, cet air, se trouve partout, richement divers. Selon Théophile d’Antioche (+183)

Dieu a donné à la terre le souffle qui la nourrit.

C’est son haleine qui donne vie à toutes choses.

Et s’il retenait son souffle, tous s’anéantiraient.

Ce souffle vibre dans le tien, dans ta voix.

C’est le souffle de Dieu que tu respires,

Et tu ne le sais pas.

En projetant l’air dans ce chakra, je projette aussi ce qui donne la vie à toute chose, le souffle même de Dieu, ce souffle qui unit le ciel et la terre. Le cœur est le chakra central qui réunit tous les chakras. De même façon, l’air qui s’y trouve réunit tous les êtres vivants. Je respire en eux, et eux en moi, le même souffle.

d. par le mantra

Selon la tradition hindoue, comme on a vu, ce monde provient de AUṀ,du ‘son’ qui s’est fait entendre sans être frappé, sans raison, sans nécessitée, surgissant du silence ineffable. Le silence devient le son qui nous ramène au silence. Le son du tambour ou de la cloche dans le rituel arrive tout d’un coup ; les auditeurs l’entendent alors qu’il disparaît, s’évanouissant, de sorte qu’ils sont ravis dans le silence originel.

J’imite cet acte, et du silence j’émets le phonème YAṂ du fond de la gorge qui symbolise la source du son, le tambour originel.

Je projette ce mantra YAṂ. Je pourrais tout autant projeter le mot ou la phrase de l’Écriture Sainte qui me ‘touche au cœur’. Je projette le mantra, quel qu’il soit, en douceur, en bienveillance, comme un mot d’amour, car j’aime ce chakra qui s‘épanouit s’il est aimé et se resserre s’il est exploité. Je le projette non pas comme si le mantra se trouvait en un lieu étrange et hostile, mais comme s’il se retrouvait chez lui, dans sa propre demeure, qui le reconnaît et le reçoit. Je le projette comme s’il provenait de ce chakra dès le début. Ce chakra est le anāhata, le ‘non-frappé’ ; je ne frappe pas ce centre. Au contraire j’introduis le mantra comme la forme audible de ce qui se trouve déjà là.

En ce faisant je commence à percevoir un deuxième mantra qui y résonne. Car le mantra est double : le mantra déjà connu que je projette chez sa propre demeure, et le mantra plus profond éveillé par le premier mantra. C’est ce deuxième mantra qui est le vrai sens du mantra connu, qui est le mantra véridique, que j’écoute maintenant.

J’écoute mon cœur. J’écoute, tout comme le disciple bien-aimé écoute la parole de Jésus, non tellement les mots qu’il prononce, mais la parole au fond de toutes les paroles, lui-même qui est la Parole, lui le Verbe divin. Derrière les mots audibles de Jésus se trouve Jésus, le Verbe, dont ils sont l’expression.

J’écoute la Voix du cœur en silence ; je néglige le fracas de mes pensées. J’ouvre le cœur pour entendre la Voix du cœur qui jaillit de l’Infini.

 

 3. Bénédictions

a. du prochain

Je poursuis mon chemin ‘de bon cœur’, car j’ai trouvé ce qui est conforme à mon destin, à la volonté divine, convenable aussi aux autres, et digne de ce monde. En effet, j’ai la capacité de poursuivre mon chemin, m’en donnant à cœur joie, précisément parce qu’il ne dépend pas de ma volonté seule. Il est indiqué. Je sens même qu’il est commandé par Celui qui dépasse tout. L’engagement est d’abord une vocation.

Mon engagement, quel qu’il soit, peut sembler sans importance, mais il est comparable au geste de la veuve « qui mit deux petites pièces, quelques centimes » (Mc12:42) dans le Trésor du Temple, tout ce qu’elle avait, symbole de tout ce qu’elle était.

« Un cœurn’est juste que s’il bat au rythme des autres cœurs. » (Paul Éluard)En méditant sur ce chakra je trouve ce qui est au cœur de mon être ; je découvre le cœur des autres aussi.  Du fait que je me suis sensibilisé le cœur, sans crainte, sans peur, sans dégout, sans masque, m’acceptant tel que je suis, avec toutes mes faiblesses, reconnaissant l’amertume et le ressentiment qui peuvent s’y loger ;  du fait que j’ai appris à me contempler le cœur avec franchise et honnêteté : alors je me sensibilise au cœur d’un autre et je remarque malgré les tristesses qui peuvent s’y trouver un cœur qui contient quand même les trésors du ciel, car le cœur humain est fait à l’image du Cœur divin.  Ma perception est purifiée, et cette pureté du cœur me permet de bien voir les autres. Je vois plus clairement que le cœur humain cherche à trouver son propre cœur, le cœur des autres et Dieu aussi dont le cœur est parfaitement pur et abordable.

Et en reconnaissant, par mon cœur, le cœur des autres, le sourire se dessine sur mes lèvres, le sourire de joie et de simplicité, de clarté et de franchise, car je me plais à me trouver chez le cœur d’un autre. Le regard du chakra éveillé s’illumine, étincelant. Il est une bénédiction qui fait vivre les chakras. Il aime l’autre, même ce qui n’est pas aimable. Il perçoit le centre endormi et l’éveille avec le sourire.

L’esprit qui veut réussir à tout prix s’assourdit aux cris des malheureux. Hédoniste et préoccupé par l’égoïsme, il confond le cœur avec le désir sexuel. Narcissiste et sans rapport existentiel avec les autres, cet esprit devient crispé. Le cœur sensibilisé, par contre, n’exige rien et se contente de peu. Il s’élargit et embrasse le monde entier, les justes et les injustes. Sûr de lui-même, il est capable de simplicité et détachement.

Ce chakra n’a rien de douceâtre ou de mièvre, car le cœur est l’organe du sacrifice. C’est bien pour cela que le disciple bien-aimé, éclairé plus qu’il ne le savait, se sent attiré à poser la tête sur le chakra central de Jésus au moment précis où Jésus déclare qu’un de ses disciples va le trahir et que Pierre va le désavouer. C’est comme si le cœur de Jésus se manifestait d’autant plus puissamment juste avant son départ pour le Golgotha.

C’est pour cette raison que le méditant se pose la question : pour qui est-il prêt à se sacrifier. Il pourrait bien vivre pour les autres. Est-il capable de mourir pour son ami, pour sa famille, sa patrie, son Dieu ? C’est dans le sacrifice que le cœur se déploie et se révèle pleinement.

De même pour les amants, c’est dans le sacrifice qu’ils révèlent la qualité de leur amour. Ils peuvent s’appeler ‘mon cœur’ car ils n’ont qu’un seul cœur. Ils s’ouvrent le cœur l’un de l’autre. Le cri de joie entendu sur les lèvres ne disparait pas dans le néant. Il n’est pas en vain car il conduit à la plénitude dont il est l’annonce.

Les triangles du chakra représentent le mouvement ascensionnel et descensionnel, le mouvement vers le ciel et vers la terre, aussi bien que l’attrait réciproque de l’homme et de la femme, et la complémentarité des amis, C’est dans le cœur que le ciel et la terre, les amants et les amis se rencontrent. Le méditant a le sentiment de tout recueillir dans la réserve infinie du cakra central.

Le méditant ressent un soulagement du cœur, comme si un poids s’en détachait. Le cœur s’envole dans l’air comme la fumée de l’encens. Il y un sentiment de légèreté et de liberté, qui entraine les autres dans son sillon. Alors que le cœur alourdi alourdit les autres, le cœur allégé communique sa capacité d’ascension vers le ciel. Le cœur et ses qualités sont une bénédiction pour les autres, cet organe si sensible, le plus sensible, qui fait vivre les autres chakras et leur communique sa chaleur et sa joie.   Ce cœur qui déborde les raisonnements, plus révélateur que le feu du buisson ardent est plus prenant que le nuage où Moïse passa les quarante jours, car il prend part à la passion du Christ.

b. de Dieu

Le méditant chrétien reconnaît les richesses de ce chakra. Au début ce sera peut-être un regard incertain, un regard qui se purifie, un sentiment d’avancer à petits pas par les couloirs sombres et incertains. Mais petit à petit il voit plus clair. Il perçoit dans les profondeurs, même dans les noirceurs de son cœur, un autre cœur qui bat, ce Cœur qui est à l’origine de tous les cœurs, le fond inébranlable, Celui qui est Amour. Le méditant s’écrie, « éternel est son amour », (Ps 136) car il reconnait l’amour irrévocable de Celui qui dépasse tout, et qui ne s’épuise jamais.

Il se peut que le méditant ressente le vertige, car il perçoit d’autant plus clairement le tréfonds infini qui l’attire. Il se laisse tomber de plein gré dans l’insondable profondeur, libre en enfin de tout ce qui le retient.

Il y discerne aussi le son de l’anahāta, le Verbe qui résonne. Le ciel et la terre sont remplis de la gloire de ce son qui provient du cœur et se fait entendre dans le cœur humain d’une façon tout à fait incomparable. Le cœur est le centre idéal de cette voix, le ‘tambour’ de du son spontané qui se fait entendre sans qu’on le supplie. Il n’est pas nécessaire de frapper sur les portes du ciel. Le Verbe d’amour se fait entendre de lui-même.

Et percevant cette voix le méditant s’éblouit. Il dilate l’oreille du cœur pour bien l’entendre, et en l’entendant il la dilate encore plus pour l’entendre encore plus, car il n’aura jamais fini d’écouter l’infini.

A entendre cette voix il ressent une détente, car cette voix n’exige rien de plus que d’être reçu dans l’âme, dans le corps, les émotions, les décisions, les actes, l’avenir, dans l’être entier. C’est comme s’il se prosternait devant en adoration devant cette Présence sonore. Le son est envahisseur et l’invasion est délicieuse.

Le méditant ressent dans le corps la chaleur de l’amour et il bénit Celui qui l’a béni.  Il le bénit par les acclamations telles que, « Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon cœur, tu as entendu les paroles de ma bouche » (Ps 138 :1) ou « Louez le Seigneur, car il est bon » (Ps 135 :1). Il le bénit surtout par l’adoration silencieuse.

De cette façon il reconnaît que Dieu est amour. L’Amour devient Amour de façon évidente parce que le méditant l’a reconnu. L’homme fini fait que le Dieu infini soit vraiment infini, non plus réservé au ciel mais manifesté sur la terre aussi.

Dieu est béni par ceux qui le connaissent. Dieu se plait de cette bénédiction. Il avait déclarait qu’il prenait plaisir en Jésus lorsqu’il sortait des eaux du Jourdain ou qu’il se tenait transfiguré sur la montagne. De même, au risque de sembler ajouter à l’infinité de Dieu, celui qui suit les inspirations de l’amour divin fait plaisir à Dieu aussi.

Le méditant qui se penche sur le chakra du cœur y découvre le son qui ne peut se taire. Il va se manifester au cinquième chakra, dans la gorge.

 

V.      SUR CE QUI EST PUR (viśuddha

1. Appuis

a.       Le traité Ṣaṭcakranirūpaṇa

 Le mot viśuddha signifie ‘pur’ littéralement, rituellement et moralement, ‘honnête’, ‘vertueux’, ‘complet’, ‘d’une blancheur éclatante’.

Dans le triangle de ce lotus, tourné vers le bas comme d’habitude, se trouve un cercle, splendide comme la pleine lune, parfaitement blanc et sans les taches sombres.  Ce cercle fait suite au carré, au croissant, au triangle et au double triangle des lotus antérieurs. Sa forme évoque l’infini car elle est sans direction, égale dans tous les sens,  une forme sans forme, pour ainsi dire, l’apogée de toutes les formes.  Alors que le deuxième chakra comporte le croissant de la lune, ici c’est la pleine lune. Ce qui commençait là se complète ici, car c’est dans la gorge que le caché devient évident et que l’intuition devient proclamation.

Ce chakra est situé au fond de la gorge d’où surgit la syllabe HAṀ dessinée au centre du cercle. Les associations de cette syllabe sont multiples. Elle se trouve dans la formule célèbre ‘so ‘ham’,‘je suis Celui-là’, dont le récit identifie le méditant à la divinité. La syllabe HAṀse trouve aussi dans le mot haṁsa, ‘oie sibérienne’ ou ‘cygne’, l’oiseau par excellence du monde symbolique hindou, cet oiseau qui flotte sur la surface du lac, c’est-à-dire qui transcende ce monde transitoire. Toutefois, de temps en temps, le cygne plonge le bec dans l’eau. Il dépasse l’eau mais il s’y mêle aussi. Le méditant qui récite le mantra de la gorge ressentira qu’il dépasse ce monde transitoire en même temps qu’il l’habite.

On remarquera que la syllabe HAṀs’échappe spontanément à la vue d’un chef d’œuvre, par exemple,  ou en goutant un mets délicieux, ou en expérimentant les plaisirs de l’amour. Elle est l’expression de l’émerveillement. Elle surgit du cœur, se fait entendre dans la gorge, et se termine sur les lèvres.

Ce lotus est entouré de seize pétales qui portent les seize voyelles A, Ā, I, Ī, U, Ū, Ṛ, Ṝ, Ḷ, Ḹ, E, AI, O, AU, Ṁ, Ḥ. Le symbolique indien établit une distinction importante entre les voyelles et les consonnes. Les seize voyelles sont ‘masculines’, ‘semence’ ou ‘sperme’, alors que les trente-quatre consonnes sont ‘féminines’, ‘terre’, ou ‘matrice’. Les voyelles sont ‘luisantes d’elles-mêmes’ car on peut les prononcer sans une consonne, alors que les consonnes ont besoin d’une voyelle. La quinzième voyelle, Ṁ, est comme la houle qui surgit de la surface tranquille de la mer; la seizième voyelle signifie l‘instant précis où la vague commence à s’effondre. Les consonnes de K à KṢAsont le déversement même. Les voyelles transcendent l’émanation alors que les consonnes représentent ce monde transitoire, ce monde qui est ‘né’ de la matrice. Selon ce symbolisme la gorge contient toute la sonorité possible.

L’élément de ce chakra est l’espace, la quintessence. Les éléments terre, eau, feu et air représentent des formes de plus en plus subtiles, mais l’espace ne connait pas de limite. Il est l’élément omni-pénétrant, où tous les autres éléments se trouvent, l’élément qui contient tous les éléments.  Il signifie liberté et capacité infinie.

b.       La Bible

La parole divine est tout à fait simple : « Que la lumière soit » (Gn 1 :3) et effective : « et la lumière fut ». Cette parole demeure active dans l’univers car il régit les astres (Is 40 :26) et tous les aspects de la création (Ps 107 :25, 147 :15-18).

La parole et l’acte sont intimement liés. Dieu le dit lui-même,« Ainsi se comporte ma parole du moment qu’elle sort de ma bouche: elle ne retourne pas vers moi sans résultat, sans avoir exécuté ce qui me plaît … » (Is 55:11).

L’identité de la parole et de l’acte est souvent soulignée, par exemple lorsque Isaac, aveugle et mourant, bénit Jacob, le fils cadet alors qu’il avait l’intention de bénir son fils ainé, Esaü, l’héritier légitime. Mais la parole sortie de sa bouche, même contraire à ses intentions, ne peut pas être contredite. « Isaac fut saisi d’un tremblement extrêmement violent et dit: «Quel est donc celui qui a été à la chasse et m’a rapporté du gibier? J’ai mangé de tout avant que tu n’entres. Je l’ai béni et béni il sera» (Gn 27 :33).

Les paroles des prophètes sont efficaces du fait qu’elles sont de Dieu. « Le Seigneur me dit : « Ainsi je mets mes paroles dans ta bouche. Sache que je te donne aujourd’hui autorité sur les nations et sur les royaumes, pour déraciner et renverser, pour ruiner et démolir, pour bâtir et planter. » (Jr 1:9-10)

Tous les prophètes ont ce même sentiment que Dieu leur parle directement, pour le bonheur et le malheur des hommes. Ce qui apparaît dans la gorge du prophète sauve celui qu’il l’accepte et détruit celui qui le refuse. La langue est comme une épée à double tranchant (cf. Heb 4 :12), qui bénit et qui condamne. La parole de Dieu est douce et amère à la fois (Ap 10 :8-11).

Les mots inspirés sont puissants, non pas comme les formules magiques censées effectives par elles-mêmes mais parce qu’ils sont intimement liés au Dieu tout-puissant.

Le Dieu caché se révèle par les prophètes. Il révèle aux hommes leur façon de vivre dans le présent et leur destin dans l’avenir. La parole a une portée eschatologique, car de même que Dieu prononça le monde au début, de même à la fin il prononcera la création nouvelle.

La voix humaine, devenue le véhicule de la voix divine, influe sur l’intelligence et avant tout sur le cœur. La parole n’est pas Dieu lui-même mais celui qui la reçoit entre en contact avec lui.

La parole humaine qui communique les faits et les idées révèle surtout le tréfonds de la personne.  (Sagesse 27 :4-7) Elle en est la forme phonique. Les sottises, les mensonges, et les médisances font voir les défauts d’un homme. Le sage par contre sait régler les paroles pour guérir et bénir.  « Si quelqu’un ne trébuche pas lorsqu’il parle, il est un homme parfait … La langue … est un feu … Avec elle nous bénissons le Seigneur et Père; avec elle aussi nous maudissons les hommes, qui sont à l’image de Dieu. » (Jc 3 :2, 6, 9)

Jésus, bien qu’il soit appelé prophète (Lc 7 :16), s’en distingue, selon la tradition chrétienne, car la parole ne lui est jamais adressée. Au contraire, il est la parole même, la parole au fond de toutes les paroles prophétiques, le Verbe divine qui s’est révélé dans la chair. Il sait ce qu’il dit ; il est ce qu’il dit. Il y a identité entre lui et ses paroles. Celui qui est au cœur du Père le révèle aux hommes.

De lui dérive en dernier ressort tout ce qui est et tout ce qui sera. Sa parole est puissante: d’un mot il guérit, d’un mot il pardonne, d’un mot il calme la tempête.  Ses paroles sont esprit et vie (Jn 6 :63).  Elles sont de lui mais aussi de Celui qui l’a envoyé et qui dépasse tous les mots, l’Ineffable. Ses paroles suggèrent l’Indicible ; elles ne le définissent pas.

Mais sa parole la plus émouvante est un cri, ce dernier cri alors qu’il meurt, un cri à la fois de douleur et de triomphe, de désespoir et de confiance dont ‘les sept paroles’ prononcées sur la croix explicitent le contenu. Ce grand cri surgit du fond de sa gorge, de son être entier, et semble retentir jusqu’à la fin des temps.

La parole que l’Église annonce n’est autre que la parole de Jésus lui-même, vivante et efficace (He 4 :12). Ressuscité d’entre les morts il envoie ses disciples tout comme lui a été envoyé. (Jn 20 :21) et il leur donne le pouvoir de remettre ou de retenir les péchés. (Jn 20 : 23)

Ce qui compte ce n’est pas l’éloquence et les connaissances d’un Apollos (Ac 18 :24). Paul reconnaît qu’il n’est pas doué de cette façon, mais il préfère le langage de la croix (I Co 1 :18) qui inspire la foi dans le cœur et conduit à sa profession (I Cor 15 :3ss). « Tout près de toi est la parole, dans ta bouche et dans ton cœur. … Si, de ta bouche, tu confesses que Jésus est Seigneur et si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » (Rm 10 :8-9 )

Cette foi conduit le croyant au bain de baptême d’où il sort, pur et renouvelé, vêtu de blanc.   Il n’est plus de ce monde. Il est ressuscité avec le Christ qui s’est élevé dans l’espace, au-delà de tout ce qui est limité, et s’est assis à la droite du Père. Les chrétiens « restent dans le monde … mais ne sont pas du monde ». (Jn 17 :11, 16).

Le visage du chrétien, par conséquent, est glorieux ; la lumière divine s’y reflète sans dépérir.  C’est la gloire éternelle du Dieu éternel, car le croyant est pleinement à l’image de Dieu. « Et nous tous qui, le visage dévoilé, reflétons la gloire du Seigneur, nous sommes transfigurés en cette même image, avec une gloire toujours plus grande, par le Seigneur, qui est Esprit. » (2 Cor 3 :18)

 

2. Approches

a.       par le corps

L’exclamation fait vibrer les cordes vocales, comme dans la récitation du mantra. Le chrétien peut ici soit pratiquer l’exercice en usant des mantras du tantra, soit trouver un « mot court de syllabes », comme le prescrit le Nuage d’Inconnaissance, mot de référence chrétienne, qu’il prononcera avec lenteur et attention.

Il prononce le mantra de lui-même, avec sa propre autorité. Si le mantra lui est imposé, s’il ne sait le réciter de tout son cœur, ce mantra n’est pas le sien. S’il n’y trouve pas étonnement et joie, il n’a pas encore découvert son mantra. Si, la gorge déployée, il récite ce mantra sans contrainte, c’est parce que ce mantra lui sied. Si le mantra est forcé, la gorge ne sera pas à l’aise. La gorge jugera, donc, de la qualité du mantra. Il faut qu’il ait concorde entre cœur et gorge, entre le quatrième et le cinquième chakra.

En utilisant ce mantra, le méditant trouve sa vérité, son être authentique et il s’en réjouit. Il prend possession de son mantra en le récitant, et il devient le mantra qu’il récite.  La gorge est libre de mensonge, de calomnie, et de tricherie. Elle est transformée par la parole qu’elle prononce. Ce lieu de pureté est un lieu de transfiguration aussi.

Le méditant agit naturellement. Il ne réfléchit pas sur le mantra comme s’il analysait ou étudiait ce qu’il dit. Les amants se parlent spontanément et sans étudier le sens de leurs mots. Par la suite ils peuvent bien y réfléchir, mais à l’instant ils sont épris sans s’en distraire.   De même chez le méditant. Du fait que toute la personne est engagée, il se trouve équilibré, intégré, et sans désaccord.

Toutefois le travail de la gorge n’est pas un balbutiement, une répétition semblable aux cris d’un perroquet. Le méditant est conscient du sens de qu’il récite. La gorge est située entre le cœur et la ‘tête’. Si le travail de la gorge ne vient pas du cœur, il est contrefait et sans authenticité ; s’il s’oppose à l’intelligence il sera insensé et ridicule. Le méditant harmonise toutes les capacités, cœur,  tête, corps et souffle de même qu’il harmonise tous les chakras.

Ce chakra se nomme viśuddha, ‘pur’ ou ‘clair’, car c’est ici que le mantra du cœur est ‘déclaré’. Ce qui était imprécis ou vague, devient distinct. La déclaration fait voir que les incertitudes et les doutes ont disparu. La gorge cesse d’être paralysée et devient souple ; elle déclare ce qui est, de sorte que ce qui se voile soit découvert.

La voix révèle tout. Les auditeurs sont sensibles à la qualité de la voix et entendront bien si elle surgit du tréfonds de l’être ou si elle est fictive, prétentieuse et maniérée. La voix qui surgit spontanément dans la gorge est une voix belle, ferme, parfaitement à l’aise, et vigoureuse.Le pratiquant perçoit que le mantra vient non seulement du cœur et de la gorge mais qu’il est inspiré aussi, qu’il vient d’en haut, qu’il est la parole de Dieu mise en sa bouche. La gorge devient un lieu de théophanie. Il y a donc concorde entre le soi et la volonté divine, de même qu’il y a concorde entre toutes les parties du corps. Il cesse d’être un être divisé ; il se sent cohérent et donc purifiée. Les taches, les erreurs, l’ignorance, et les fautes disparaissent, comme lavées. L’exclamation le purifie. On voit ce changement chez St Paul qui en premier lieu se plaint de la perturbation de son esprit:

« … je prends plaisir à la loi de Dieu, en tant qu’homme intérieur, mais, dans mes membres, je découvre une autre loi qui combat contre la loi que ratifie mon intelligence; … Malheureux homme que je suis! Qui me délivrera de ce corps qui appartient à la mort? » Et puis il s’exclame, « Grâce soit rendue à Dieu par Jésus Christ, notre Seigneur! » (Rm 7:22-25)

Si le méditant, à l’instar de St Paul, récite le mantra « Jésus est Seigneur », ce mantra sans cesse répété à travers les siècles, ce nom qui est « au-dessous de tout nom », ce nom auquel  « tout genou fléchit, dans les cieux, sur la terre et sous la terre … à la gloire de Dieu le Père »   (Ph 2 :9-11)le mantra qui est la forme phonique de Jésus : le méditant devient ce qu’il dit.  En l’insérant dans la gorge il s’unit au Seigneur et ne forme qu’un corps avec lui.

C’est pour cela qu’il ne prend pas sur les lèvres les phrases à contre cœur ou les noms de divinités irréelles,  car il deviendrait alors faux et irréel lui-même. Il prononce ce qui est vrai et devient vrai.

La parole authentique provient du cœur et surtout du Cœur infini. Elle est donc puissante et efficace. Et en signe de son efficacité elle fait que Jésus soit vraiment Seigneur. Bien que, selon la tradition chrétienne Jésus soit déclaré Seigneur par Dieu lui-même, le croyant aussi prend part à cette exaltation. Jésus devient Seigneur parce qu’il est acclamé comme Seigneur. Dieu et le méditant tous les deux font que Jésus soit Seigneur.

Le mantra récité dans la gorge est une exclamation ; il n’est pas une définition. Il a un sens mais suggère bien plus qu’il ne dit. Le mot fini ne peut pas contenir l’infini. Le méditant sait bien que le mantra n’est que le véhicule d’un propos plus grand, plus émouvant. Le mantra indique, et le méditant se plait à entrevoir apparaitre dans la gorge même ce qui dépasse la gorge, ce qui purifie bien plus « qu’aucun foulon sur terre ne saurait blanchir. » (Mc 9 :3)

Le méditant accepte la tradition dont il accepte le mantra. Si le croyant proclame de son propre gré que Jésus est Seigneur il affermit l’Église. Malheureusement s’il le récite à contre cœur, sans illumination personnelle et sans conviction la communauté sera affaiblie. Ce petit instrument, la gorge, ce cinquième chakra, est remarquable.

Ce chakra devient un symbole. Il cesse d’être clos ou rigide et se dégage. Son ouverture symbolise à la fois la générosité de Dieu qui créa le ciel et la terre (Gn 1 :1) et l’ardeur d’Adam. A la vue d’Ève, Adam prononce les premières paroles humaines directes de la Bible. Il s’exclame «Voici cette fois l’os de mes os et la chair de ma chair, celle-ci, on l’appellera femme car c’est de l’homme qu’elle a été prise». (Gn 2:23) Son exclamation n’est pas une constatation. Elle est l’expression de l’alliance qu’il conclut avec sa femme et ressemble à la phrase de 2 Samuel : « Toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron et lui dirent: «Nous voici, nous sommes tes os et ta chair. … et le roi David conclut en leur faveur une alliance. »  (2S 5:1, 3) Adam se donne intégralement en cette exclamation. Du fait que selon la tradition biblique, les mots sont des actes, Adam se donne complètement dans la parole.   Les premiers mots humains de la Bible proclament un mariage.

L’évangéliste nous dit que Jésus a pris sa place sur la montagne, et que ses disciples sont venus s’assoir autour de lui.  Le texte grec dit alors qu’il ‘ouvre’ la bouche. On retrouve ce même mot lorsque, au moment du baptême,  le ciel s’ouvre, l’Esprit descend et la Voix se fait entendre. Il n’y a plus de barrière entre le ciel et la terre. Ainsi, de la bouche de Jésus viennent les paroles de la vie, pour recréer un monde harcelé. De même, par la puissance du mantra, que ce soit la syllabe HAṀ ou un autre mantra authentique, un monde nouveau, purifié et rafraichi, émane de la gorge du méditant. Il pourrait bien s’écrier : « Tu caches ton visage: ils s’épouvantent ; tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle : ils sont créés, tu renouvelles la face de la terre. » (Ps 103 :29-30)

Le mantra est la forme phonique de la divinité et révèle tout ce qu’elle est. En récitant le mantra, si particulier qu’il soit, le méditant révèle la divinité même et crée un monde nouveau.

b.       par l’imaginaire

Le mantra HAṀ élargit la gorge et ouvre la bouche. On a déjà vu que l’univers provient de la parole de Dieu et que la race et l’amour humains proviennent de l’alliance annoncée par Adam. On pourrait s’imaginer la gorge comme la corne d’abondance, la source de vie inépuisable.

Jésus ouvre la bouche dont les mots se répandent sur le monde en bénédiction.  Le prêtre à la fin de la messe bénit l’assistance et la renvoie pour bénir le monde. Également le méditant peut imaginer la force de son mantra redonner vie à ce qui est las et épuisé.

Il pourrait s’imaginer la nourriture céleste toucher ce seuil entre la bouche et l’estomac, ce chenal qui reçoit le Pain eucharistique et qui émet la Parole vivante.

Il s’imagine le visage rayonner de lumière, plus splendide que la lune sans tache, car il est illuminé par la gloire de Dieu apparue sur le visage du Christ. Cette clarté ne disparaît pas ; il y a gloire sur gloire.

Il s’imagine que les souillures, s’il en a, disparaissent petit à petit du fait qu’il contemple la pureté de ce chakra, organe du salut.

Il pourrait envisager la gorge parée de bijoux ou de médailles : pratique qui indique l’importance de ce cinquième chakra.

La gorge purifiée de cette façon, le méditant prévoit les bienfaits promis par tant de textes indiens : ses mots seront attrayants, consolants, beaux, vigoureux, poétiques.

c.       par le souffle

Lorsqu’on cherche à percevoir sa respiration, on se concentre facilement soit sur les poumons et le diaphragme, car leur mouvement attire facilement l’attention, soit sur le nez car l’entrée et la sortie de l’air, avec d’éventuelles différences de chaleur y est perceptible. Mais il est intéressant aussi de percevoir le passage de l’air dans la gorge, ce grand va et vient tranquille de la respiration.

Les techniques yoguiques de souffle, le prāṇāyāma, sensibilisent la gorge. Par exemple, la technique dite ujjayi consiste à respirer, toujours par le nez, en contraignant légèrement la gorge de sorte que le souffle fasse un léger bruit. Une autre technique consister à obstruer alternativement une des narines. De cette façon le souffle est engagé de façon égale dans les deux narines. Du fait que le nez est, anatomiquement, l’extension du cerveau, l’harmonisation des deux narines sert à concilier les deux hémisphères du cerveau et donc le côté émotionnel et le côté rationnel de la psyché.

Le méditant peut, s’il veut, se concentrer tout simplement sur cette alternance de l’inhalation et de l’exhalation qui constitue un ‘mantra respiratoire’. Selon la tradition hindoue, le va et vient de l’haleine est dénommé ajapa-japa, ‘la récitation sans paroles’. L’expérience est délicieuse. Nous sentons l’haleine nous vivifier, nous rafraichir, et nous soulager, du fait que l’oxygène entre dans le corps et que le dioxyde de carbone en est expulsé.

La toute première inhalation a lieu immédiatement après la naissance ; la dernière exhalation a lieu au moment de la mort. Cette alternance d’inhalation et d’exhalation nous accompagne tout au long de la vie, peut-être 20,000 fois par jour. C’est comme si on expérimentait des centaines de fois chaque heure le moment de la naissance et le moment de la mort. En concentrant sur ces deux haleines, on revit le début de la vie et on anticipe sa fin.

On remarquera aussi en concentrant sur le souffle que l’exhalation et l’inhalation fonctionnent différemment. Il n’y a pas de pause à la fin de l’inhalation alors qu’il y a une pause pendant quelques instants à la fin de l’exhalation, une ou deux secondes. En fixant l’attention sur cette pause qui dépasse le souffle, le méditant se rend compte qu’il dépasse le cycle de la vie et de la mort. Il perçoit plus clairement qu’il est à l’image de Dieu qui transcende le temps et ses alternances.

Le souffle révèle l’état d’âme: il y a le souffle saccadé, le souffle nerveux, l’hyperventilation, le soupir, l’exclamation de soulagement, etc. Le méditant, en se concentrant sur le souffle, cherche à le calmer pour que l’esprit devienne tranquille.

En s’ouvrant le cinquième chakra pour que le souffle passe librement, y a-t-il un danger de se laisser envahir par les mauvais esprits? La même question se pose au sujet de tous les chakras. Mais, si dès le premier chakra le méditant se repose sur les profondeurs de Dieu, si les eaux qui surgissent de ce ‘rocher’ sont les eaux vives, si tout au long de cette montée dans le canal du milieu c’est l’Esprit Saint qui guide le méditant, le souffle qui vient du cœur sera à l’image du Souffle de Dieu. La ‘Méthode d’oraison hésychaste’ ajoute un conseil à cet égard, « … dorénavant, dès qu’une pensée pointe, avant qu’elle ne s’achève et ne prenne une forme, par l’invocation de Jésus Christ il la pourchasse et l’anéantit. Dès ce moment, l’esprit dans son ressentiment contre les démons réveille la colère qui est selon la nature et frappe à la poursuite les ennemis spirituels. »[44]Le méditant repousse les ‘pensées’, c’est-à-dire les distractions et les tentations; il continue à se concentrer sur « l’air existant au centre du cœur » et se fie au Sauveur.

Il n’est pas inévitable qu’en s’ouvrant à l’infinité de Dieu on soit envahi par le mal. Au contraire, en concentrant sur le souffle, petit à petit, à cause de la prédisposition de l’homme qui est créé à l’image de Dieu, le souffle commence à être perçu différemment. Le souffle, la ruahde l’Ancien Testament, adopte les qualités de l’Esprit Saint du Nouveau Testament. Selon La Genèse « Le Seigneur Dieu modela l’homme avec de la poussière prise du sol. Il insuffla dans ses narines l’haleine de vie, et l’homme devint un être vivant. » (Gn 2 :7) Le souffle divin donne la vie et montre le chemin de vie. « Seigneur, j’ai un abri auprès de toi. Apprends-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu. Ton souffle est bienfaisant : qu’il me guide en un pays de plaines. » (Ps 142 : 9-10) Le jour de Pâques, Jésus imitant le geste de Gn 2 :7 projette l’haleine de sa gorge, « il souffla sur eux et leur dit: «Recevez l’Esprit Saint. » (Jn20.22) Le méditant attire son attention sur son souffle qui s’unit au Saint Esprit, et de cette façon il se transfigure. Motovilov raconte la célèbre conversation avec Saint Séraphin Sarov. « L’Esprit Saint est lumière », dit Séraphin. C’est parce que Séraphin existe dans la plénitude de l’Esprit Saint que son visage rayonne comme le soleil et que le paysage enneigé reflète cette lumière. Motovilov lui-même est devenu lumière du fait d’exister dans cette plénitude.[45]

Le rapport entre Verbe et Esprit est essentiel et intime. De même que l’air, l’élément du quatrième chakra, se manifeste et devient souffle, la parole cachée dans le cœur se fait entendre dans la gorge. En se concentrant sur le souffle on devient conscient de l’Esprit ; en se concentrant sur le mantra on devient attentif au Verbe. Tout cela se passe dans la gorge, d’où l’importance de ce chakra.

d.       par le mantra

Il est utile, au début, que le mantra soit récité à haute voix, de sorte qu’il entre ‘dans le corps’, pour ainsi dire, et que la personne soit comme transformée par la parole sacrée. Ce que l’on est prêt à dire clairement indique ce que l’on croit vraiment. Ensuite, le mantra peut être récité doucement, en chuchotant,  sans que la voix entière soit engagée C’est un peu comme chez amants qui préfèrent les paroles d’amour dites en susurrant, à voix basse, comme si elles étaient de cette façon plus intimes. Le mantra est récité toujours avec la même sincérité. Finalement, le mantra peut être récité mentalement, toujours avec la même envergure. Rappelons que le mot ‘mantra’ signifie ‘travail’ [tra] ‘mental’ (manas).

Le mantra peut consister en des mots intelligibles, des phrases d’une prière, et même en une prière tout entière. Par exemple, « A pleine voix, je crie vers le Seigneur ! A pleine voix, je supplie le Seigneur ! Je répands devant lui ma plainte, devant lui, je dis ma détresse. Lorsque le souffle me manque, toi, tu sais mon chemin. » (Ps 141 :2-4)

Le mantra peut consister aussi en une exclamation de joie ou même en un cri de douleur. Ils sont d’autant plus authentiques et plus émouvants du fait qu’ils surgissent du tréfonds de l’être.

Le mantra HAṀque le Ṣaṭ-cakra-nirūpaṇa associe avec ce chakra ressemble au premier cri de Jésus nouveau-né et au dernier cri de Jésus sur la croix, ces cris qui jaillissent de tout son être et qui manifestent tout son être.

Le méditant s’exprime librement, quel que soit le mantra, de quelque religion que ce soit, et de quelque manière que ce soit, à voix haute ou silencieusement. Il se pourrait qu’il ne soit pas en mesure de réciter son mantra ou de professer sa foi ouvertement. Aussi, le récitant prononce-t-il le mantra dans le cœur, là où il est apparu au début. Il conserve sa liberté, même s’il est en prison, car sa liberté se trouve principalement au fond du soi.

Le mantra surgit du silence, du trésor enfoui dans le cœur. Il se fait entendre dans la gorge et puis il s’évanouit. La disparition n’est pas un anéantissement mais une traversée dans l’au-delà. La fin du mantra transporte le méditant dans l’Indicible, dans ce Silence d’où est venu le Verbe. Le méditant peut alors, s’il le désire, demeurer en ce Silence qui est la plénitude, car tout a été dit.

La gorge redevient tranquille, car elle se réalise dans la prononciation. Elle a accompli ce qu’elle devait faire. Elle peut se reposer, comme Dieu le septième jour. (Gn 2 :2).

Le mantra qui surgit du cœur donne au cœur sa réalité. De même le chakra de la gorge rend réel le chakra du cœur. Il refait la terre aussi, car le monde créé au début par la parole divine est recréé maintenant par le mantra. C’est ce que le méditant ressent pendant la récitation et il se plait à contempler cette transformation.

Pendant la cérémonie du baptême le célébrant touche le cœur du candidat avec de l’huile sacré, acte symbolique qui rappelle l’onction qui donnait aux gladiateurs le courage d’entrer dans l’arène et faire face à la mort. Le candidat au baptême reçoit cette onction pour qu’il soit capable de professer la foi sans hésitation devant l’assemblée.

Les paumes de l’Office et les acclamations de la Messe sont des mantras.  Tout comme la lune et le soleil structurent le temps et embellissent les paysages, le rythme du chant et la beauté de la mélodie pendant les offices façonnent et agrémentent la durée. Les participants de la liturgie s’unissent à réciter ensemble ces mantras traditionnels ; ils deviennent un seul corps par la proclamation des mêmes mantras. En même temps le mantra récité en commun confirme le mantra récité en privée tout comme la récitation du mantra en solitude prépare à la récitation du mantra en public. Le mantra personnel et les mantras de l’Église se réfèrent.

L’évangile chrétien fut proclamé pour la première fois le jour de la Pentecôte où les pèlerins venus du monde entier se trouvèrent réunis à Jérusalem. Ils ont tous entendu, chacun dans sa propre langue,  la même annonce qui réconcilie les cultures et les traditions contraires. Du fait que le récitant s’attache à la parole suprême, qui est la source de tous les mantras, il sent que son mantra particulier contient tous les mantras du monde. Il a le sentiment de réunir par son mantra tout ce qui est contraire et divisé.

Les sensations expérimentées pendant la récitation des mantras sont bien plus subtiles celles de la prononciation des mots de tous les jours. Le mot inspiré ouvre la gorge d’une façon tout à fait différente, bien plus subtile et riche. Également, du fait que l’inspiration du même Esprit se manifeste différemment en chaque croyant, le mantra révèle les secrets cachés depuis le commencement du monde. Le travail de ce chakra est révélateur à bien des points de vue.

 

3. Bénédictions

a.    du prochain

Le méditant, la gorge déployée, récite son mantra à haute voix, ou bien, la gorge toujours décontractée, il le récite mentalement.  Il écoute son mantra encore plus qu’il ne le dit. Se sensibilisant à son mantra il se sensibilise aussi au mantra des autres. Sachant déclarer il sait écouter aussi. Il donne la permission, pour ainsi dire, aux autres de déclarer ce qui leur vient du cœur. Il ne les empêche pas par esprit de dictature ; il les libère car il est libre. Devenu pur par la déclaration de son mantra, il ne place pas d’obstacle aux autres. Eux se rendent compte à quel point il a été purifié par la méditation sur ce chakra ; et ils font de même. La purification de l’un facilite la purification des autres.

En déclarant le mantra du cœur on dégage le cœur. La franchise et la simplicité transforment les yeux qui deviennent alors clairs et rayonnants. La splendeur de la pleine lune et la gloire du soleil rayonnent sur le visage de ceux qui ont perçu la gloire de Dieu. Il n’y a plus de voile ou de masque, comme c’est le cas chez ceux qui se doutent de soi. Le regard pur purifie tout ce qu’il regarde. Le méditant se réjouit de la splendeur de la grâce sur le visage de l’autre.  Le regard paisible et puissant, connaissant, et intelligent, manifeste le visage du Dieu caché.

La pureté se manifeste dans la voix aussi. L’accueil est franc, tout comme le regard est limpide, ce qui fait contraste avec le mépris et la froideur des propos de ceux qui refusent leurs prochains. Le méditant qui accueille son mantra, qui s’exerce au mantra, qui accepte sa gorge, pour ainsi dire, accepte les autres et les mantras qui se manifestent dans leur gorge. Il devient plus sensible à la qualité de leur chakra et par la qualité de leur voix.

Il se réjouit de la liberté d’expression, non pas de cette licence d’expression qui véhicule un égoïsme et ne tient pas en compte les besoins de l’autre, cette licence qui provient d’un sentiment d’angoisse et d’orgueil. Sachant la valeur de ce qui surgit de son chakra central, il sait attendre le moment juste, il sait quand il faut parler et quand il faut se taire.

Les effets sur le méditant se transmettent au prochain. Le bonheur qui lui arrive est tout naturellement partagé. Également de la gorge de l’autre vient ce souffle de l’Esprit que Jésus a émis le jour de Pâques. Le méditant se sent autorisé et habilité par ce souffle. Les bénédictions se partagent.

b.       de Dieu

Les eaux de la grâce convergent sur la gorge pour la faire acclamer et proclamer. De fait, le mantra inspiré manifeste Dieu. Il le révèle, il le rend évident, il le fait entendre sur la terre. Ce chakra est le lieu où l’Esprit se fait sentir, et que le Verbe se fait entendre. Ce qui était obscur vient clair. Les trois jeunes hommes dans la fournaise (Daniel 3 :24-68) invitent le soleil et la lune, la pluie, le feu et le vent, tout ce qui existe à louer le Seigneur.

« Toutes le œuvres du Seigneur,

bénissez le Seigneur …

Vous les anges du Seigneur,

bénissez le Seigneur …

Et vous baleines et bêtes de la mer,

bénissez le Seigneur …

Et vous les enfants de hommes,

bénissez le Seigneur ! »

Leur chant fait savoir aux percuteurs qui cherchent à les taire que la terre entière se joigne à eux pour louer le Seigneur. Ils glorifient Dieu et font qu’il soit connu. A cause de leur chant la terre cesse d’être déserte et devient le temple saint.

La montée de l’Esprit de Dieu, qui a commencé avec la concentration sur le tréfonds du premier chakra se manifeste dans ce cinquième chakra. L’erreur cherche à se cacher ; la vérité cherche à se manifester. C’est par la lucidité croissante de la conscience qu’on juge de la valeur de ce qui se passe. Ce chakra est le lieu où Dieu est annoncé, loué, et béni. Le royaume des cieux s’établit davantage car Dieu devient manifeste. La bénédiction de Dieu se fait principalement par ce chakra.  Le chant des anges au ciel se fait entendre sur la terre.

Le cinquième chakra nous amène au sixième, le chakra final qui est situé dans la région du front la dernière étape avant le sahasrāraqui n’est pas un chakra comme les autres ; il en est la floraison infinie.

 

VI        SUR LE SIÈGE DE L’AUTORITÉ (ājñā)

1. Appuis

a.       Le traité Ṣaṭcakranirūpaṇa

Le mot ājñāsignifie ‘commande’, ‘autorité’, ‘pouvoir illimité’. Il signifie aussi ‘perception’, ‘confiance’, ‘la concentration de l’attention’.

Il se situe entre les yeux et un peu au-dessus des sourcils, le lieu du ‘troisième œil’.  Les deux yeux physiques voient le dehors des choses; le troisième œil en perçoit l’essence. C’est l’œil de la perception et de l’intelligence en profondeur.

C’est surtout par ce troisième œil que le gourou communique avec le disciple. Il lui commande ce qu’il doit faire. De par le troisième œil dont il est lui-même toujours conscient, il éveille le disciple et lui rend capable de méditer sur cet œil. Il lui donne son autorité, et fait que le disciple cesse d’être dépendant et qu’il découvre son propre soi et par conséquent devienne capable de commander ses propres disciples.

Très souvent en Inde cet endroit est marqué avec de la poudre, couleur de santal pour les hommes, et rouge vif pour les femmes. Cette marque est appelée binduqui signifie ‘goutte’ ou ‘point’ car c’est d’un point sans dimension, un zéro, que l’univers se déploie.

Alors que les pétales des autres chakras étaient colorés, les deux pétales de ce chakra sont blancs. Le blanc signifie ‘immaculé’, ce qui est ‘sans couleur’ et ‘sans taches’, et en donc capable de recevoir toutes les couleurs sans les altérer. Le ‘blanc’ est à la fois transcendant et immanent.

Le cercle du lotus est transparent, on pourrait dire ‘vide’, ce qui indique d’avantage la parfaite pureté de ce chakra, à la fois sans limites et ouverte à toutes les modalités. Il est lumineux.

Le liṅgamqui s’est manifesté dans le premier chakra entouré par le serpent, apparaît ici, dans le cercle transparent,  pour la deuxième fois, glorieux. C’est ici, dans ce sixième chakra, que le masculin et le féminin se réunissent.

La montée de la kuṇḍalinīle long du canal central s’accompagnait des 34 consonnes inscrites sur 34 pétales jusqu’au quatrième cakra dans le cœur, et des 16 voyelles inscrites sur 16 pétales jusqu’au cinquième chakra dans la gorge.Le sixième chakra n’en a que deux. Le phonème KṢAṀ qui symbolise la déesse Śakti est écrit en blanc sur blanc sur le pétale droit du point de vue du lecteur, mais sur le pétale gauche du point de vue personnel.  Le phonème HAṀ, lui aussi écrit en blanc sur blanc, se trouve sur le pétale gauche du point de vue du lecteur, mais sur le pétale droit du point de vue personnel. Il symbolise le dieu Śiva.

Le mot Sanskrit KṢA signifie la terre, un champ. Il signifie aussi le Śaktiau premier moment de l’émanation du monde qui vient de sa matrice. Le phonème signifie Śiva.  C’est de l‘union de HAṀ (Śiva) et KṢA (Śakti) que le monde provient.

Les deux pétales sont l’aboutissement des deux courants iḍā et piṅgalāqui surgissent du mūlādhāra, se séparent et se réunissent finalement en ājñā. Le courant iḍācorrespond au côté gauche du corps et au côté droit du cerveau. Il symbolise la lune, le féminin et l’introversion. Le courant piṅgalācorrespond au côté droit du corps et au côté gauche du cerveau. Il symbolise le soleil, le masculin et l’extroversion. Ces deux courants contraires se rencontrent, se balancent et s’harmonisent dans ce chakra. Ils rejoignent le suṣumnā qui va culminer dans le sahasrāra. On y reviendra.

Le phonème du sixième chakra est AUṀ, le praṇava, qui symbolise la Parole suprême. Les deux voyelles Aet Ucoalescent suivant les règles de prononciation pour devenir OṀ.  On peut aussi prononcer les voyelles séparément comme Aet et . Au cours du sacrifice védique, alors que le célébrant récitait les mantras, un groupe de brahmanes murmuraient le son AUṀ sans arrêt, comme un bourdon, pour que si le célébrant prononça mal un mantra, le AUṀ, qui est le fondement de tous les mantras, puisse suppléer à la maladresse.

Il y douze étapes dans la disparition du son. Les trois premiers sont les voyelles audibles Aet Uet Ṁ.Les neuf étapes suivantes deviennent de plus en plus subtiles pour aboutir au ‘transmental’.

Il est utile ici, pour essayer d’expliquer ce qui est un peu complexe et qui ne doit pas nous retarder, de faire référence au verset 1 :3 de la Genèse. Tout d’un coup et sans explication le mot ‘Dieu’ apparait. Le texte aurait pu finir là, mais il continue, ‘Dieu dit’ ; il y donc un mouvement, un choix, une limitation, car le texte aurait pu dire ‘Dieu pensa’. Le texte continue : ‘Dieu dit que’, mais quoi ? Le ‘dit’ se limite d’avantage car le texte continue, ‘que la lumière’. Dieu aurait tout aussi bien pu dire ‘vent’ ou autre chose.  Et puis le texte finit ‘et la lumière fut’, alors qu’il aurait pu dire, si Dieu n’était pas tout puissant, ‘ne fut pas’. Il y a donc cinq ‘amoindrissements’, si on peut dire. Cela doit suffire pour l’instant. La pensée indienne en détecte quatre autres étapes.

Après voir prononcé le AUṀ, l’attention du récitant repart dans le silence, au-delà de ce monde, au-delà de toute particularité, au-delà même du mot ‘Dieu’, pour entrer dans la conscience ineffable. La disparition du son n’est pas une absence de la parole mais sa plénitude. Elle est connue en silence.  Ce chakra implique donc une perception accrue de l’infini qui dépasse tout et qui est à l’origine de tout.

Le Ṣaṭcakranirūpaṇa énumère les bienfaits de ce chakra. Il confère l’omniscience et la capacité d’entrer dans le corps d’un autre. Le méditant connaît le sens de toutes les écritures. Il se rend compte de son identité avec la divinité et en acquiert tous les pouvoirs dont l’emprise est telle que les dieux mêmes ne peuvent pas les résister.  Le méditant devient créateur, destructeur and conservateur des trois mondes, c’est-à-dire des cieux,  de la terre, et de ce qui est sous la terre. Il est bienfaiteur renommé.

La concentration sur ce chakra conduit à l’élimination de toute pensée et l’abandon de la sphère matérielle. Le Ṣaṭcakranirūpaṇa parle de la ‘fermeture de la maison’ qui est la dissolution et l’absorption dans le Soi universel. Le sahasrāra apparaît, non pas comme un autre chakra mais comme ce qui dépasse et inclut tous les chakras.

b.       La Bible

La sixième tablette de Enuma Elish, texte babylonien, décrit la création de l’homme avec le sang de Kingu, l’ennemi des dieux. Marduk, le créateur, se dit « Je vais créer un sauvage ; son nom sera ‘homme’. Il sera au service des dieux pour qu’ils soient à l’aise. » Selon le récit biblique, par contre, Dieu crée l’homme et la femme à son image, par la force de la parole seule.  Ils ne seront pas serviteurs ; ils sont maitres. Le psaume développe cette idée

« Quand je vois tes cieux, œuvre de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as fixées, qu’est donc l’homme pour que tu penses à lui, l’être humain pour que tu t’en soucies? Tu en as presque fait un dieu: tu le couronnes de gloire et d’éclat; tu le fais régner sur les œuvres de tes mains; tu as tout mis sous ses pieds : tout bétail, gros ou petit, et même les bêtes sauvages, les oiseaux du ciel, les poissons de la mer, tout ce qui court les sentiers des mers. »  (Ps 8 :4-9)

Cette même idée de maitrise revient dans le texte où le prophète Isaïe parle du roi davidique,

« Un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur: esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de vaillance, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur et il lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas d’après ce que voient ses yeux, il ne se prononcera pas d’après ce qu’entendent ses oreilles. Il jugera les faibles avec justice, il se prononcera dans l’équité envers les pauvres du pays. De sa parole, comme d’un bâton, il frappera le pays, du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. » (Isaïe 11 :1-4)

Il est juste et il détruit les injustes. Mais le roi davidique n’est pas dictateur ; il n’agit pas selon ses propres fantaisies. C’est ‘l’Esprit du Seigneur’ qui le guide.  Le politique est subordonné au spirituel, ce qui amènera inévitablement aux conflits, de Saul avec Samuel (I S 13:7-15), de Achab avec Elie (1 R 21:17-24), par exemple.

Le Fils de David, Jésus, fera preuve de cette même capacité de commander. L’évangéliste remarque à quel point Jésus étonne ses auditeurs, car il parle « en homme qui a autorité et non pas comme leurs scribes ». (Mt 7 :28-29) Autrement dit, il sait de par lui-même ce qu’il dit, et non pas en dépendance des autres, même des textes sacrés. Il ne transmet la parole de Dieu ; il est la Parole de Dieu. Il est maître du sabbat (Mc 2:28) ; il est maitre des éléments, capable de calmer la tempête (Mc 4:41).  Même les démons reconnaissent son autorité   (Mt 12:28).  Il finit par dire que toute autorité lui a été donnée au ciel et sur la terre (Mt 28:18).

Il est Seigneur mais il est serviteur aussi, et se met à laver les pieds de ses disciples (Jn 13 : 1s). Jésus qui est roi aura le front ceint d’une couronne d’épines. C’est précisément parce qu’il prend la condition d’esclave que tout genou fléchira devant lui. (Ph 2:5-11).

Il accorde cette maitrise à ses disciples. « Qui vous écoute m’écoute. » (Lc 10:16).  Ils sont commandés de servir (Lc 22:26) mais en même temps ils n’ont pas peur d’user de leur prérogative en excommuniant les membres indignes de la communauté (I Co 5:4s). Ils siègeront sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël ; ils seront juges aussi de tout ce qui existe.

« L’homme spirituel, au contraire, juge de tout et n’est lui-même jugé par personne. Car qui a connu la pensée du Seigneur pour l’instruire? Or nous, nous avons la pensée du Christ. »(1 Co 2 :15-16)

C’est avec le Christ que les chrétiens sont héritiers du royaume. Ils ne sont plus esclaves mais maîtres, enfants de Dieu et donc héritiers du royaume avec le Christ.

« Vous n’avez pas reçu un esprit qui vous rende esclaves et vous ramène à la peur, mais un Esprit qui fait de vous des fils adoptifs et par lequel nous crions: Abba, Père. Cet Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Enfants, et donc héritiers: héritiers de Dieu, cohéritiers de Christ, puisque, ayant part à ses souffrances, nous aurons part aussi à sa gloire.(Rm 8 :15-17)

 

2. Approches

a. par le corps

A l’occasion de la profession solennelle, le confirmand déclare le credo baptismal. De sa gorge, du cinquième chakra,  sort la proclamation de sa foi en Dieu, le Père, le Fils et le Saint Esprit, et en Église. L’évêque invoque alors sur le confirmand les dons de l’Esprit, les dons du roi davidique, « esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de vaillance, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur ». L’évêque lui marque le front, le sixième chakra, avec le saint-chrême en disant, « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu. »

Dans le passé, mais qui ne se fait plus,  l’évêque lui frappait légèrement la joue, geste qui rappelait l’instant où un maitre, en accordant à son esclave la liberté, le frappait une dernière fois, geste symbolique de son affranchissement. L’esclave était désormais homme libre.

Le saint-chrême est fait de l’huile d’olive, de cet arbre qui pour les anciens semblait immortel, car l’olivier ne meurt pas sans qu’on l’abatte ou le brûle. A Jérusalem, au Jardin de Oliviers où Jésus fut trahi, il y a des oliviers vieux de presque mille ans qui continuent à produire des récoltes impressionnantes. On se servait de l’huile d‘olive pour les lampes, comme médicament aussi et une bonne source de nourriture. Pour les anciens l’huile d’olive représentait la bénédiction de Dieu, et on s’en servait pour oindre les rois, les prophètes et les prêtres. Ce saint-chrême contient l’essence de romarin et de baume. Le romarin dont on se servait dans le passé comme médicament et signe de commémoration symbolise l’immortalité. Le baume, dont on se servait pour les blessures, signifie ce qui pallie les souffrances.

L’évêque, en se servant du saint-chrême richement symbolique, accorde les dons de l’Esprit qui libère, habilite, guérit, soulage et fait vivre éternellement, l’Esprit qui commande au récipient de faire de même. Le confirmé se rend compte alors de sa dignité personnelle et s’apaise. Il n’est plus esclave de personne ; il suit les inspirations de la sagesse.

Ces rites illuminent le sens de ce chakra. Si le baptême représente l’ensevelissement avec le Christ dans l’espoir de la résurrection (Rm 6 :4), la confirmation est la Pentecôte personnelle qui accorde liberté, autorité et dignité. L’Esprit Saint lui est accordé en toute plénitude.

Tous ces signes sont faits sur le front parce que l’Église reconnaît la valeur de ce chakra. Les enseignements du Ṣaṭcakranirūpaṇa aident à la discerner plus clairement. Et vice versa, le symbolique du sacrement fait voir le sens du centre ājñā. C’est un enrichissement mutuel.

On est recommandé de commencer la méditation sur les chakras par la méditation sur le sixième chakra, car la sagesse est le plus capable de bien guider la montée de la kuṇḍalinī.

Le courants iḍā et piṅgalā qui surgissent du premier chakra se réunissent ici au sixième chakra pour s’unir avec le canal central. Tous les pouvoirs se convergent.

Le méditant a le sentiment donc d’être scellé, stable, habilité. Il sait que ce point vierge symbolise l’origine du monde et de tous les chakras. Il est conscient qu’il est auteur du monde du fait qu’il s’identifie avec le Christ par qui et pour qui tout existe. Il se plait à contempler l’autorité qui est sienne. St Jacques invite le chrétien à pencher « sur une loi parfaite, celle de la liberté» (Jc 1 :25). Toutefois cette liberté est exigeante, bien plus que l’esclavage de la loi. Pour rester libre il faut se détacher des peurs et des ambitions, des ressentiments et des lâchetés. Il faut abandonner les fantaisies et suivre les inspirations de la sagesse. Il faut devenir actif et savoir commander, d’une façon non pas autoritaire mais humble, rassurée et éveillée.

b.       par l’imaginaire 

Le chrétien pourrait se rappeler l’instant où l’évêque lui a touché le front avec le saint-chrême. Il pourrait imaginer son parfum de romarin et de baume. Il pourrait imaginer l’huile sur le front, dont les reflets rappellent le rayonnement du lotus mentionné dans le Ṣaṭcakranirūpaṇa, ce rayonnement qui rappelle les langues de feu de l’Esprit sur la tête de chaque disciple le jour de la Pentecôte. Il pourrait imaginer le souffle de l’Esprit qui le perce entre les sourcilles et de cette façon il fait revivre l’instant où il a reçu les dons de l’Esprit, instant comparable au sacre d’un roi.

Très souvent les mosaïques byzantines représentent le Christ Pantocrator avec deux mèches de cheveux qui signalent ce chakra. Le chrétien pourrait s’imaginer comme le Pantocrator, car, comme dit S. Paul, le Christ viendra « pour le rendre semblable à son corps de gloire, avec la force qui le rend capable aussi de tout soumettre à son pouvoir ». (Ph 3 :21)

Il n’est pas question de se recroqueviller par peur de se vanter. Ces points de vue sont parfaitement conformes à l’enseignement traditionnel qui proclame que les chrétiens sont « héritiers de Dieu, cohéritiers de Christ, puisque, ayant part à ses souffrances, ils auront part aussi à sa gloire. » (Rm8.17)

Le méditant se tient parfaitement équilibré ; extroverti car il jouit des dons du roi davidique ; introverti car il jouit de la sagesse divine. Il s’imagine comme la bascule dont la flèche est parfaitement verticale et tournée vers le haut, prêt à recevoir la clarté des mille lotus qui viendra se fondre sur lui pour le transfigurer.

c.       par le souffle

Le cinquième chakra se concentrait sur l’haleine qui entre et sort par la gorge. Dans ce sixième chakra il s’agit du souffle aussi, mais il est plus que la respiration physique. Il peut être perçu comme si l’air, au lieu d’entrer et de sortir par les narines, passait par ce point dont les nerfs relient l’haleine du nez avec le front.

Les courants iḍā et piṅgalā se rencontrent là, s’unissent et se renforcent.  Ils ne s’éliminent pas. Le souffle devient d’autant plus puissant quand ces énergies se rejoignent et s’unissent. Le méditant respire normalement mais en même temps il sent le souffle pénétrer au centre de la crane d’une façon surprenante. Et c’est de là encore que le souffle se propage vers l’extérieur. Il comme l’air du soufflet qui fait flamber le charbon.

C’est par la force du souffle que le gourou commande le disciple et c’est par la force de ce même souffle que le disciple reconnaisse la valeur de la commande et s’y soumet.  Il renforce le sentiment de sa propre autorité s’accroit en se concentrant sur ce chakra.

Le saint chrême est posé sur le front; l’Esprit entre dans le corps entier. En se concentrent sur ce lieu on a le sentiment que l’Esprit entre e t sort comme par une fente. Cela peut se faire pour tous les chakras mais c’est dans l’ājñā que ce sentiment est le plus fort. Il y un sentiment d’animation, de rafraichissement, et d’euphorie. C’est l’expérience de l’Esprit qui « assouplit ce qui est raide, et qui réchauffe ce est froid ». (Cantique, Viens, Esprit Saint) C’est l’expérience de l’Esprit qui réunit. « Nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit en un seul corps, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. » (1 Co12 :13)L’antagonisme entre les religions et entre les classes sociales prend fin. Toutes ces forces contraires et souvent hostiles se réconcilient en Christ Jésus.  Elles se mettent en valeur. Le méditant s’attarde sur le sentiment de tout réconcilier par ce même Souffle divin qu’il respire.

d.       par le mantra

Le mantra signalé par le Ṣaṭcakranirūpaṇa est le AUṀ, le son primordial, dont le monde entier constitue la résonance. De part ce mantra, l’ājñā régit tout ce qui existe. La commande est universelle et sans limites.

Le mantra sort du silence et reconduit au silence car il est la forme audible de ce qui dépasse tous les sens. Avec l’autorité qui est sienne, le méditant prononce son mantra pour manifester le silence infini, et puis il le laisse repartir au-delà de tous les mots, plans et pensées pour arriver au transmental, le domaine du sahasrāra. Et il repart avec lui dans le silence qui est la plénitude de la parole.

Le mantra, il faut bien le répéter, n’est pas seulement un moyen d’apaiser le flux constant du mental. Il est aussi un instrument. Il est non seulement l’expression de la divinité, mais il en possède tous les pouvoirs. Il est un mot d’ordre, une commande. Il purifie tous les mots ; il est la parole de vérité qui conduit au bien tout ce qui est défectueux. N’importe le mantra, n’importe son origine pourvu qu’il soit l’expression de la divinité, il crée et fait croitre. C’est parce le mantra est doué d’autorité, mot qui vient du latin augere, ‘faire croitre’.   Le récitant du mantra en ressent la force qui recrée tout ce qui l’entoure.

Cette puissance est bien plus que législative, chose convenue parmi les citoyens ; elle est personnelle et divine. Elle n’est pas ‘voulue’ à cause d’une volonté purement humaine; elle est inspirée. Le récitant apprécie la dimension divine de son mantra et son autorité n’est jamais cette mainmise qui affaiblit ; elle apporte une richesse, et fait apparaitre les richesses des autres.

Le mantra, ce mot ou phrase qui est infiniment cher, qui en quelque sort exprime tout ce qu’on est, fait résonner l’Esprit dans l’âme du chrétien à cause du lien étroit entre le Verbe et l’Esprit. Le Verbe n’existe pas sans l’Esprit, et l’Esprit n’existe pas sans le Verbe. Le Verbe communique l’Esprit et en même temps l’Esprit inspire le Verbe, éternellement. Le Souffle divin anime le Mantra divin.

Il sait que ce même l’Esprit éveille en lui le mantra tout comme l’ombre du l’Esprit a couvert la Vierge Marie pour que le Verbe éternel soit incarné en ses entrailles. Sans l’Esprit son mantra est ‘lettre morte’.

Le chrétien s’identifie à Jésus, le Mantra de Dieu. Le Christ est donc présent en le mantra personnel du récitant qui se revêt de sa liberté. Il n’est plus sujet à la loi et ses lettres. Il est libre ; sa loi est la liberté, intelligente et bien avisée, qui sait bénir ce qui est juste et n’a pas peur de maudire ce qui ne l’est pas. Son mantra est à la fois bénédiction et malédiction. Il sait maudire aussi bien que bénir, car il faut maudire ce qui est injuste et bénir ce qui est conforme au bien. Le méditant n’a pas peur. Il se sent rassuré, il connait la sagesse de ses remarques. Il sait quand il faut parler et quand il faut se taire.

 

 3. Bénédictions

a. du prochain

Toutes les énergies se convergent sur ce point, les énergies masculine et féminine, les courants iḍā et piṅgalā,la kuṇḍalinī du canal central, l’introversion et l’extroversion, le clair et le sombre de la vie, le son primordial d’où provient toute la création, et puis tous les dons de l’Esprit et le Saint Esprit lui-même, en même temps que les traditions et l’autorité de l’Église.  Tous se convergent sur ce point sans dimension et lui confèrent une puissance, celle du roi davidique destinée à faire venir le royaume des cieux sur terre.

Devenant plus sensible à ce chakra, le méditant en ressent la convergence. Il se rend compte de son autonomie car sa liberté et la liberté de l’Esprit coïncident. Sensible au symbolisme des pétales blancs et du centre transparent du lotus sans taches et sans obstacles, il est conscient de la pureté de ses facultés de volonté de connaissance et d’action qui s’ouvrent les unes aux autres. Il fait ce qu’il veut et il veut ce qu’il fait ; il sait ce qu’il veut et il sait ce qu’il fait. Trop souvent auparavant, il ne savait pas quoi faire et ne voulait pas faire ce qu’il faisait ; il partageait l’état d’âme dont S. Paul se plaint. « …le bien que je veux, je ne le fais pas et le mal que je ne veux pas, je le fais. … Malheureux homme que je suis! Qui me délivrera de ce corps qui appartient à la mort? » (Rm 7:19, 24.) Illuminé par la foi le chrétien est autorisé de tout juger, de juger de la valeur spirituelle de tout ce qui se présente. C’est une autorité prestigieuse et dangereuse.

Les énergies se convergent sur ce chakra, et elles en repartent ranimées. C’est un échange délicieux.  Tout naturellement le méditant pleinement éveillé répand de nouveau ces énergie bienfaitrices, car sa souveraineté est universelle. Il bénit tous les chakras qui se réveillent encore d’avantage. Cet éveil d’énergies jusqu’à présent endormies conduit de nouveau à ce point vierge qui de nouveau se répand dans les chakras. C’est un cycle, une vibration continuelle.

Les sensations ordinaires, qui sont déjà difficilement discernables et que le méditant découvre en méditant sur les chakras,  deviennent de plus en plus subtiles. C’est parce que l’emprise du sixième chakra et la puissance de l’Esprit animent tous les chakras d’avantage.  Les chakras ne sont pas seulement un système nerveux ; ils sont animés par le mouvement de l’Esprit. Ainsi, la sensation de stabilité au premier chakra devient plus solide car elle est fondée sur la commande de l’Esprit que rien ne peut contrarier. Le deuxième chakra, celui de la génération, devient encore plus imaginatif car le méditant se sent d’avantage commandé d’être « fécond et prolifique » (cf. Gn1.28) Sous l’emprise de la sagesse dans le troisième chakra le méditant perçoit plus clairement la route qui s’ouvre devant lui.  Le courage l’Esprit vient embraser le cœur au quatrième chakra, et l’engagement devient encore plus ferme. Dans le cinquième cakra, la proclamation et la louange deviennent encore plus authentiques et prononcées. Toutes ces énergies accrues viennent se verser dans le sixième chakra. Ce va et vent grandit incessamment. C’est une circulation, un tournoiement, une spirale qui monte et se raffermit, pour devenir un point à la fois complètement calme et pleinement actif comme la toupie qui se tient debout sans se déplacer précisément parce qu’il tourne rapidement. On trouve à la fois la remontée le long des chakras et suivant l’adage hésychaste « la descente de l’esprit au fond du cœur ». Ce n’est pas un statisme mais un dynamisme continu.

L’ouverture des chakras permet une perception encore plus lucide du monde, car le chakra qui s’ouvert en lui-même s’ouvre au monde plus aussi. L’introversion et l’extroversion se renforcent. Il y a donc à la fois un élargissement d’ouverture, unité et lucidité à chaque niveau de la personne.

Le réveil de ce chakra implique un partage de soi avec les autres. L’expert en ājñā discerne ce dont le prochain a besoin. Il rend service donc ; il bénit selon le besoin et le vouloir de l’autre. La commande n’est pas un apprivoisement, mais une libération. La liberté se communique ; elle ne s’impose pas.

Le méditant qui apprécie sa propre autorité apprécie l’autorité des autres. Ils se soumettent l’un à l’autre librement de sorte que leur liberté grandit et se communique encore plus. C’est une rencontre entre personnes libres. Ils sont encore plus prudents et humbles, et leur bénédiction mutuelle devient un dialogue.

Cette énergie de la commande n’a pas peur d’entrer dans les endroits à la fois sombres et splendides: dans les succès et les péchés, dans les horreurs et la beauté, dans les bonheurs et les malheurs de tout le monde. Jésus ne craint pas de se faire homme et de se faire crucifier. Le méditant de même, qui apprécie la puissance qui est sienne, ne craint pas de se mêler à tout ce qui est hostile à la bénédiction qu’il vient offrir. De fait il est lui-même une bénédiction. Il a le sentiment de sa propre valeur, non pas par vantardise mais par une perception franche et lucide.  Il est à l’aise partout. Il répand sur la terre un « règne de vie et de vérité, règne de grâce et de sainteté, règne de justice, d’amour et de paix. » (Préface de Christ Roi de l’Univers)

b.       de Dieu

Dans le cinquième chakra il s’agit de bénir Dieu par les paroles et de proclamer son nom par toute la terre. Selon Diadoque de Photicé (c. 400-486) celui qui a contemplé la gloire de Dieu se sent inspirée de la proclamer. Le méditant ne peut pas se taire. S’il ne chantait pas la louange du Seigneur  « ce sont les pierres qui crieront». (Lc19 :40)

Les mots sont nécessaires mais insuffisants.Ils préparent à la glorification de Dieu au-delà des mots, dans le sixième chakra.  Il s’agit de bénir Dieu dans le silence. La prière devient essentielle, dans l’essence de l’être. Dieu est la Source, … le lieu de la vraie prière (cf. Tauler, Sermon 24).

Le méditant, de par la puissance qui lui est accordée, transfigure ce qui est matériel et limité. Grégoire Palamas le dit : « Nous verrons alors distinctement, par nos organes corporels mêmes, la lumière divine et inaccessible. » (Défense des saint hésychastes, I, 3, 37) Et en devenant plus pleinement ce qu’il capable d’être, le méditant perçoit plus clairement Celui Qui Est. L’ouverture des chakras continue jusqu’à ce qu’il n’y ait rien qui puisse empêcher la connaissance du mystère divin.

L’homme étant divinisé par la montée de la kuṇḍalinī, Dieu devient manifeste. S. Irénée de Lyons (130-202 CE) l’a dit il y a bien longtemps. « La gloire de Dieu c’est l’homme vivant ; la vie de l’homme, c’est de contempler Dieu. » (Adversus Haereses. Livre4, 20:7.) Dieu se révèle dans l’homme glorifié et l’homme glorifié révèle Dieu. L’être humain devient le lieu saint. Il n’est plus nécessaire de visiter les temples ; le chrétien véridique devient l’objet de contemplation. C’est pour cela qu’on veut rendre visite aux moines dans le silence du monastère. On veut contempler en eux la présence de Celui qui les dépasse.

Le méditant est bien sensible à ce qui se passe en lui ; il sait en parler, mais il n’en a pas besoin. Il reste tranquille, pleinement conscient. Tout comme les énergies se ramassent dans le point sans dimensions, les mots de la louange se résument dans le silence. Le méditant ressent la montée de la grâce en lui-même tout comme il reconnaît l’histoire du salut du monde. Il y voit la main de Dieu et le glorifie, non par les mots mais par un recueillement ineffable. Le mouvement est réciproque; la vie divine se verse dans la vie humaine et la vie humaine se verse dans la vie divine. Le méditant est présent à la Présence.

Les symboles sont plus capables que les mots de révéler la gloire de Dieu. Le méditant se laisse alors devenir un symbole pour que Dieu soit pleinement connu, alors qu’il reconnait en même temps que le symbole le plus complet est le corps crucifié de Jésus qui manifeste au monde la sagesse de Dieu, la folie de la croix.

Ce n’est pas seulement dans la solitude de sa méditation mais aussi dans son comportement de tous les jours et sa joie, sa soif de la justice, et sa bienveillance, sa paix et son énergie que le chrétien glorifie Dieu. Malgré les péchés et les malheurs, tout le problème du mal, il reconnaît Dieu comme ‘saint, saint, saint’ (Is 6 :3). Il sait que Dieu fait preuve de sa toute-puissance en transformant le mal en le lieu même de la grâce. Le péché cesse d’être transgression et devient moyen de salut.

Nous venons à la fin du périple des six chakras. C’est des profondeurs inconnues que le premier chakra s’est manifesté. C’est dans le plus haute des cieux que le sixième va conduire. Tout est prêt maintenant. Le canal central ne s’arrête pas mais continue jusqu’au sommet de la tête où le lotus à mille pétales se déferle. Parfaitement concentré comme sur un point vierge, le méditant va connaitre ce lieu qui n’est pas un chakra mais qui est la source de tous les chakras,  le sahasrāra, cette plénitude en qui dès le début« nous avons la vie, le mouvement et l’être ». (Ac 17 :28)

 

LA PLENITUDE              (sahasrāra)

1. Appuis

a. Le traité Ṣaṭcakranirūpaṇa

Le mot sahasrārasignifie ‘mille’ (sahasrāra), ‘rayons’ (ara).  La forme iconographique présente le sommet de la tête enveloppé de mille pétales de lotus. Alors que les chakras ont 4 ou au plus 16 pétales, le sahasrāraen a mille, c’est-à-dire d’innombrables. Le sahasrāra signifie donc la plénitude infinie. Il n’est pas un chakra, car il n’est pas une étape ; il représente l’éveil sans bornes à la fin de la montée de la kuṇḍalinī.

Le sixième chakra jouit d’une autorité sur tous les chakras. Or, entre l’ājñā et le sahasrāra se trouve le bindu, mot qui signifie ‘point’ ou ‘gouttelette’.  Il n’est pas un chakra qui tourne mais un arrêt. Le Ṣaṭcakranirūpaṇa le dénomme ‘lieu de la dissolution’. C’est dans le binduque tout se rétrécit dans l’acte d’absorption, et c’est dubinduque tout émane, en premier lieu le AUṀqui est à l’origine de tous les mondes. Le ‘point’ de rétrécissement est le prélude à l’éclosion du lotus à mille pétales.

Les versets 41-49 du Ṣaṭcakranirūpaṇa qui concernent le sahasrāra sont complexes et touffus ; les quelques éléments suivants semblent les plus importants pour notre sujet.

La forme du sixième chakra est la pleine lune, mais la lune qui se trouve dans le sahasrāraest encore plus brillante. Sa clarté est celle du soleil levant, soleil qui détruit toutes les ignorances et toutes les illusions.  L’élixir rafraichissant qui descend de cette lune abreuve le méditant et lui confère l’immortalité.

Dans cette lune se trouve un triangle qui fulgure sans arrêt comme un éclair. Il n’est tourné ni vers le haut ni vers le bas. C’est parce que l’énergie ne se dissipe plus, comme quand le triangle est tourné vers le bas, ni en voie de développement comme quand le triangle est tourné vers le haut. L’énergie est stable et pleinement épanouie.

Au centre de ce triangle se trouve le grand vide dont les moyeux au centre de chaque chakra sont un faible reflet, une participation limitée. Ce grand vide n’est pas le néant mais l’infini ineffable.

Si dans le premier chakra le serpent restait endormi autour du pilier, dans le sahasrārale dieu et la déesse sont pleinement éveillés. Ils expérimentent la béatitude sans défaillance et la liberté sans bornes de leur union.

Le sommet est atteint, mais les chakras ne sont pas abandonnés. Les six chakras conduisent au sommet alors que la lumière des mille pétales rayonne vers le bas, car il y a un va et vient constant.

L’intégrité s’installe chez le yogin. Toute forme de désaccord disparaît, et la paix s’étend sur tout ce qui l’entoure.

b. La Bible

Le Ṣaṭcakranirūpaṇa parle du ‘lieu de la dissolution’, le bindu, qui n’est pas un anéantissement mais un arrêt au seuil de l’éclosion du sahasrāra. Il signifie la disponibilité et l’attente sans préconditions. Cet arrêt fait penser au thème du sommeil, sujet important dans la tradition biblique car il précède la révélation divine.

Prenons par exemple Adam, maitre des arbres et des animaux. « Le Seigneur Dieu le fit tomber dans une torpeur » (Gn 2 :21). C’est alors que Dieu crée la femme, son chef d’œuvre. En la voyant, Adam s’écrie ‘enfin’. Ève le comble ; elle est le chef-d’œuvre de Dieu. Lorsque Abram, de sa part, offre le sacrifice que Dieu lui demande, « une torpeur [le] saisit », torpeur qui est le prélude à la promesse, car le texte continue : « En ce jour, le Seigneur conclut une alliance avec Abram en ces termes : « C’est à ta descendance que je donne ce pays, du fleuve d’Égypte au grand fleuve, le fleuve Euphrate» (Gn 15 :12, 18).Moïse quitte le scintillement de l’Égypte et connaît Dieu, le ‘Je Suis’, lorsqu’il s’approche du buisson ardent en bas de la montagne. Mais c’est en entrant dans le nuage au sommet qu’il connaît Dieu suprêmement, au-delà de toute compréhension. Et encore, lorsque l’arche de l’alliance est installée dans le temple nouvellement construit, la nuée divine le remplit de sorte que « les prêtres ne pouvaient pas s’y tenir pour leur service » et Salomon s’exclame alors que « Le Seigneur a dit vouloir séjourner dans l’obscurité ! » (1 R 8 :11-12)

La nuée, comme les sommeils, signifie l’abandon des actes, des pensées et des images, le dépassement de la volonté et de l’intellection humaines. Rien ne fait obstacle à la révélation divine. Également, la nuée signifie que c’est la révélation divine obnubile les capacités humaines.

Dans le Nouveau Testament, les disciples sommeillent sur la sainte montagne car leurs facultés humaines sont incapables de supporter la gloire de Jésus transfiguré. Leur sommeil n’est pas le résultat de la fatigue physique mais une réaction à la splendeur éblouissante de leur maitre.  Jésus lui-même repose dans le sommeil de la mort en attendant sa glorification le jour de Pâques.

Le Ṣaṭcakranirūpaṇa, après avoir décrit le bindu, se met à décrire la plénitude du sahasrāra.  Il s’agit donc de parler maintenant de la splendeur.

La lumière est le premier œuvre de Dieu (Gn 1 :3) mais elle est infiniment dépassée par la lumière du paradis céleste qui est le rayonnement de Dieu lui-même.

Il n’y aura plus de nuit, nul n’aura besoin de la lumière du flambeau ni de la lumière du soleil, car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière, et ils régneront aux siècles des siècles. (Ap 22 :5)

Le Nouveau Testament, et surtout S. Paul, parle de la plénitude de Jésus, de son plérôme. Jésus en sa propre personne jouit de la plénitude de la nature divine. « Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute la plénitude (πλήρωμα)» (Col 1 :19). S. Paul insiste que cette plénitude ne soit pas une illusion et qu’elle se manifeste dans la chair de Jésus, « corporellement » (Col 2 :9).

Jésus, le Verbe, devenu chair plait à Dieu. Alors qu’il sort des eaux du Jourdain, « des cieux vint une voix : ‘Tu es mon Fils bien-aimé, il m’a plu de te choisir’ (εὐδόκησα) ». (Mc 1 :11) Ce mot  εὐδόκησαrevient dans Mt 3 :17 et Lc 3:22 dans le contexte du baptême et dans Mt 17:5 dans l’épisode de la transfiguration  qui est mentionné de nouveau en 2 P 1:17. Il  signifie que Dieu se plait en Jésus.  Sur la rive et sur la montagne il y a proclamation et plaisir.  Dieu proclame son plaisir et se plait à proclamer son plaisir.  Dieu qui est lumière est aussi Dieu qui est plaisir.

Jésus la tête de l’Église transmet sa plénitude à son corps (Eph 1 :22-23), et elle serapleinement transmise lorsque l’Église aura atteint « à la taille du Christ dans sa plénitude » (Eph 4 :13).Cette plénitude qui a déjà commencé dans « l’accomplissement du temps » avec la venue du Christ (Ga 4 :4) sera achevée lors de cet autre « accomplissement du temps » quand Dieu réunira « sous un seul chef, le Christ, ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre » (Eph 1 :10). Cette transmission accorde aux hommes la participation à la nature divine, ou comme dit S. Pierre la « communion avec la nature divine » (2 P 1 :4)

Cette participation existe déjà mais inconsciemment. Selon S. Jean,

« Mes bien-aimés, dès à présent nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous savons que, lorsqu’il paraîtra, nous lui serons semblables, puisque nous le verrons tel qu’il est. »(1 Jn 3 :2)

C’est à la fin, lors de l’avènement de Jésus qu’il y aura à la fois éveil complet et divinisation plénière.

2. Approches

a. par le corps

La fidélité à la pratique continue mais l’attention du méditant se déplace et il ‘sommeille’. C’est-à-dire que son attention n’est plus prise par les éléments de sa pratique mais par ce qui les dépasse. Il est épris intensément, corps et âme ; il est obnubilé ; il entre dans le silence. C’est l’entrée dans le ‘nuage de l’inconnaissance’, non pas dans un sommeil physique mais dans le repos spirituel. C’est l’enfoncement de plus en plus dans le domaine de la foi qui ne dépends pas seulement d’observations et de raisonnements, mais qui est surtout la connaissance des choses invisibles. L’enfoncement va jusque dans le tréfonds de l’âme pour y découvrir le tréfonds de l’Esprit qui « sonde tout, même les profondeurs de Dieu » (1 Co 2. :10).

Cette cessation est le prélude à l’arrivée spontanée de la grâce. La spontanéité fait partie essentielle de l’éveil progressif. La surprise indique que d’autres forces entrent en jeu. Le dévoilement vient de plus profond et de plus haut que le soi. Il est un don, ce qui inspire un sentiment de reconnaissance et d’action de grâce.

L’expérience de la grâce divine refaçonne. C’est la renaissance d’en haut. (Jn 3 :3, 7). Il se peut qu’il y ait des effets sensibles :  l’haleine est coupée, la bouche est bée, il y a un hoc léger au cœur. De sa pat, le mental cesse lors de ce moment d’émerveillement. Également toutes les facultés se sensibilisent à tel point que les yeux de chair deviennent capables de voir la gloire transcendante, effet étonnant mais expliqué par Grégoire Palamas qui dit,

« Avec la victoire de l’esprit, leur corps deviendra tellement subtil qu’il … ne s’opposera plus aux énergies intellectuelles. C’est pourquoi, ils jouiront de la lumière divine avec leurs sens corporels eux-mêmes. »[46]

Ce n’est pas le quiétisme ; il y a la synergie. Les facultés humaines sont disposées à l’illumination de l’Esprit qui les transforme. Le méditant pourrait s’écrier comme S. Paul « je vis, mais ce n’est plus moi, mais le Christ qui vit en moi.» (Ga 2 :20). Cela ne signifie pas que le méditant lui-même est ‘annulé’ et que tout ce qu’il a fait ne compte plus. Le Christ s’incarne dans l’humanité et l’humanité se revêt du Christ. Il y a identité mutuelle.

L’épaisseur et la lourdeur de la matière disparaissent. La chair reste mais elle est transformée, comme dit S. Paul,

« Il en est ainsi pour la résurrection des morts : semé corruptible, on ressuscite incorruptible ; semé méprisable, on ressuscite dans la gloire ; semé dans la faiblesse, on ressuscite plein de force ; semé corps animal, on ressuscite corps spirituel. »(1 Co 15 :42-44)

Et cette transfiguration est l’œuvre du Christ. S. Paul continue, « C’est ainsi qu’il est écrit : le premier homme Adam fut un être animal doué de vie, le dernier Adam est un être spirituel donnant la vie. »  (1 Co 15 :45)

La méditation sur les chakras même chez le plus doué reste un travail faible et préliminaire mais elle est quand même une participation à l’acte de ressusciter.

Le méditant parvient finalement à ressentir les prémices de sa résurrection et de son immortalité. Ce sentiment qui commence à apparaître pendant la méditation sur le premier chakra devient ici de plus en plus évident. C’est parce le Christ qui est la tête fait sentir sa plénitude dans tout son corps. C’est l’Église entière aussi qui participe à ce travail, car les cohéritiers du Christ prennent part à son travail. Ce sentiment de plénitude qui s’accroit de plus en plus se déverse sur le corps entier qui devient joyeux et paisible, confiant et à l’aise. Les effets physiques sont considérables. C’est le début de la transfiguration.

b. par l’imaginaire

La méditation sur les chakras se sert de tel ou tel image pour développer l’expérience, mais le bindu du Ṣaṭcakranirūpaṇa et le ‘sommeil’ biblique sont dépourvus d’images, car ceux-ci représentent des formes particulières qu’il faut dépasser. Cette entrée dans les ténèbres où l’imagination cesse de fonctionner est un prélude à

« ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, et ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment. »(1 Cor 2 :9)

Le méditant ressemble à un miroir sans taches.  Précisément de ce fait il est capable recevoir toutes les images, que ce soit l’image d’une fleur toute proche ou d’une étoile au fond du ciel. Ce manque d’images va de pair avec la plénitude de l’imaginaire. De fait en cessant de se concentrer sur les images il est capable de recevoir toutes les images.  Il commence à ressentir qu’il incarne toutes les richesses imaginables. Son esprit s’élargit et reçoit le monde entier.

Il se peut, néanmoins, que le méditant se met, spontanément et sans nécessité, à imaginer les anges de Dieu, par exemple, descendre et monter le long des chakras, comme dans le rêve de Jacob à Bethel (Gn 28 :12) évènement que Jésus rappelle à son propre sujet, « vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme ». (Jn1.51)

Cela est vrai de Jésus lui-même. S. Paul s’écrie. « Il est monté ! Qu’est-ce à dire, sinon qu’il est aussi descendu jusqu’en bas sur la terre ? Celui qui est descendu, est aussi celui qui est monté plus haut que tous les cieux, afin de remplir l’univers. (Eph 4 :9-10).

C’est un flux continu, un échange sans arrêt, un cycle et un renouveau constant du ciel et de la terre qui se reproduit chez le méditant. De fait, il y a un va et vient continuel du sommet jusqu’à la base de l’échine et vice versa. C’est une vibration entre le ciel et la terre.

Le méditant pourrait également s’imaginer la tête entourée de l’auréole comparable au lotus lumineux du sahasrāra. C’est l’auréole de la sainteté car le méditant en dépit de ses manquements est doué de l’Esprit Saint et s’identifie à Jésus le Saint de Dieu (Jn 6 :69).

c. par le souffle

Selon le Ṣaṭcakranirūpaṇa la kuṇḍalinī, le serpent ‘à un seul pied’, se lève tout droit et déverse son ambroisie, l’élixir de la vie.

Jésus promet que « de son sein couleront des fleuves d’eau vive » (Jn 7 :38), c’est-à-dire l’Esprit qu’il va accorder à « ceux qui croient en lui » (Jn 7 :39). Et c’est le jour de Pâques qu’il « souffla sur eux et leur dit : ‘Recevez l’Esprit Saint’ », leur accordant la plénitude du pouvoir spirituel, la capacité de retenir ou de remettre les péchés (Jn 20 :23).

C’est dans le silence et la paix de la méditation que le Souffle divin peut être ressenti.   Le méditant ne cesse pas d’être chair, mais au fur et à mesure que l’Esprit transforme son souffle humain, il ressent qu’il devient esprit car « ce qui est né de l’Esprit est esprit » (Jn 3 :6). La légèreté et la souplesse de l’Esprit lui sont communiquées tout comme la vivacité qu’on peut rapprocher de l’élixir de la vie déversé par le serpent ‘à un seul pied’, qui se lève tout droit. La puissance de l’Esprit surgit que rien ne peut résister ; les symboles bibliques de cet Esprit sont les éléments impératifs de la nature : le vent, l’eau, et le feu.

Les troubles personnels et les contraintes oppressives cessent de paralyser l’esprit. Il y a un sentiment de liberté, et dans cette liberté la liberté divine est reconnue. « Car le Seigneur est l’Esprit, et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. » (2 Co 3 :17)Il y a souveraineté et autonomie. Le méditant fait ce qu’il veut ; il veut ce qu’il fait ; il sait ce qu’il fait ; il sait ce qu’il veut. De cette façon les puissances de son âme ne se contredisent plus mais se confirment.

Ce n’est pas le libertinage, il faut bien le redire, car la liberté personnelle promeut la liberté d’autrui. Le libertinage assujettit. La liberté affranchit. Le Seigneur tout-puissant accorde aux hommes leur liberté. L’exercice de la liberté humaine ouvre l’esprit à l’expérience de la liberté divine.

Cette découverte de la souveraineté personnelle se trouve exemplifiée chez S. Paul qui se plaignait « … ce que je veux, je ne le fais pas, mais ce que je hais, je le fais. … Malheureux homme que je suis ! Qui me délivrera de ce corps qui appartient à la mort ? » (Rm 7 :15, 24) Mais il s’écrie de joie du fait que le Christ le sauve de ses conflits intérieurs. « Grâce soit rendue à Dieu par Jésus Christ, notre Seigneur ! » (Rm 7 :25)

Le méditant sentira que le Souffle divin se répand dans tous les chakras et, comme un flûtiste, joue de la musique. Les chakras sont comme le chœur céleste qui ne chante pas à l’unisson mais en harmonie : les notes et les timbres, les accents et les pauses sont différents mais sont tous en rapport les uns avec les autres. Le souffle divinisé ressemble à l’aigle qui se plait à parcourir le ciel dans toutes les directions, montant lentement sur les airs ou se projetant comme un éclair vers son nid.

d. par le mantra

Au fur et à mesure que l’harmonie s’établit entre les chakras le ‘bruit intérieur’ disparaît, les questions cessent (v. Jn 16 :23) et le silence s’établit. Ce silence n’est pas l’absence du son, au contraire, il en est la plénitude. Comme dit le psalmiste : « Ce n’est pas un récit, il n’y a pas de mots, leur voix ne s’entend pas. Leur harmonie éclate sur toute la terre et leur langage jusqu’au bout du monde. » (Ps 19 :4-5)

C’est du silence divin que le Verbe émane pour se faire chair, et il reconduit l’auditeur dans ce silence. « Dieu le Père n’a dit qu’une parole, qui est son Fils, et il l’a dite dans un silence éternel ; l’âme doit aussi l’entendre dans un silence perpétuel. »[47]

L’acclamation de Dieu se fait ici, mais différemment. La louange de Dieu avec les mots fait place à l’adoration où les mots se taisent. Les chœurs célestes de l’Apocalypse (4 :8, 7 :12, 11 :17-18, 15 : 3-4 etc.) qui chantent les louanges de Dieu donnent une belle idée de la condition céleste. Tout aussi valable comme analogie est le silence qui s’installe vers la fin de l’Eucharistie, le silence de la communion avec Dieu et avec tous ceux qui ont pris part au sacrifice. Le silence s’installe alors car tout a été fait ; il ne reste plus rien à dire.

Au début le récitant était plus conscient du mot ou de la phase qu’il récitait, mais au fur et à mesure qu’il s’apaise en le récitant il entre dans le silence et c’est du silence qu’il est le plus conscient de sorte que le silence devient l’essence même de sa récitation, ce silence qui est la plénitude du Verbe. Il sentira que son mantra procède du silence qui existait avant même que Dieu ne dise « Que la lumière soit » (Gn 1 :3).

En somme le pratiquant commence à sentir la transfiguration de son corps ; l’imagination s’obscurcit et ressent l’immensité de Celui dont il n’y a pas d’image ; le souffle s’apaise et devient esprit ; son mantra se transforme en silence ; Transfiguration, immensité, esprit, silence: les limites font place à l’expérience de l’Indicible. Voilà la plénitude.

 

3. Bénédictions

a. du prochain

L’éveil progressif qui caractérise la montée de la kuṇḍalinīest parachevé lorsque le sommet est atteint. Le méditant devient pleinement conscient de ce qu’il est, de son histoire, et de son identité. En même temps, parce qu’il est transparent à lui-même il voit les autres sans illusion. Ses prochains cessent d’être quasiment invisibles ou distants. Il peut s’approcher de chacun d’entre eux et lui dire, en toute authenticité, ‘tu es mon propre soi’ et   ‘je te regarde sans peur et sans masques.’ Il y a distinction de personnes mais unité de cœur et d’âme.

Ce regard bienveillant envers l’autre révèle le regard bienveillant de Dieu. Et de même, l’expérience de la bienveillance divine inspire le regard bienveillant. Les regards inspirent les regards. Il y donc une multitude infinie de présences. Cette présence à tous est une bénédiction universelle.

De cette façon le pratiquant se trouve incarné en eux tout comme eux se trouvent incarnés en lui. Ils se découvrent en se partageant ; ils se nourrissent et se transforment mutuellement. L’échange est impeccable, sans l’ombre des malentendus. Le méditant prend plaisir en sa plénitude et en la plénitude des autres. Il s’émerveille et commence à ressentir ressent l’émerveillement de Dieu. Il participe au plaisir de Dieu.  Il reconnaît que Dieu est le Dieu du plaisir.

L’échange ne se finit pas. Le méditant devient capable d’entrer dans la tristesse du prochain, dans sa douleur et même son péché. Il est également capable de faire face à ses propres faiblesses car, possédant la plénitude de la lumière divine, il peut s’approcher de ce qui est impur. L’impur craint l’impur car il se salit encore plus en s’y associant. Le pur, par contraste, ne le craint pas car son regard le purifie.

Le méditant et ses prochains s’habitent et se réconfortent, ils s’animent et trouvent leur joie l’un dans l’autre, dans leurs histoires, émotions, et convictions. Tout cela se passe en silence, sans heurts ou bruit.  Le sourire se dessine sur leurs lèvres, celui de l’ange de Reims qui annonce la bonne nouvelle à Marie, ce sourire qui est signe de béatitude.

L’échange n’arrête jamais, car les échanges suscitent d’autres échanges. Ce que Grégoire de Nysse dit au sujet de l’élan vers Dieu

« Comme rien ne vient d’en-haut interrompre son élan … l’âme s’élève toujours davantage au-dessus d‘elle-même, « tendue » comme dit l’Apôtre [Phil 3 :13], et son vol la mènera toujours plus haut »[48]

peut s’appliquer au sujet de l’élan vers le prochain. La joie s’accroît constamment, l’émerveillement ne cesse jamais de grandir. Si un mystère se dévoile, c’est pour en révéler d’autres. Le mystère de Dieu et de l’homme est inépuisable.

En se rendant compte de cet échange spontané et aisé, le méditant perçoit, avec surprise peut-être, qu’il est en train d’adopter tout naturellement les qualités du Christ. Il expérimente en lui-même ce qui est dit de Jésus dans les évangiles.  Il ne dépend plus uniquement de ce que les autres ont raconté à ce sujet. Selon le prophète Jérémie, Dieu l’a promis :

« Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai dans leur cœur. … Ils n’auront plus besoin d’instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaitre le Seigneur ! »  (Je 31 :33-34).

La personne de Jésus devient réelle, et en s’acceptant le pratiquant accepte celui à qui il commence à se ressembler, et sa foi se confirme.

Les pétales représentent la plénitude dans tous les sens et aussi le partage par tous les hommes de toutes les expériences humaines. C’est la communion universelle.   Ce partage permet aux participants de ressentir ce qui les dépasse, c’est-à-dire, le Vide infini.

b. de Dieu

Jésus n’est pas tout simplement paisible ; il fait plus que donner la paix à ses disciples : il est la paix. (Eph 2 :14) Jésus n’est pas seulement un homme en particulier. Pilate, en présentant Jésus à la foule, ne se sert pas des mots grecques pour désigner un homme ou une femme, mais ὁ ἄνθρωπος (Jn19 :5), mot qui désigne l’humanité, on pourrait dire l‘Homme : celui qui révèle le mystère humain, ses joies et ses douleurs, son histoire et son avenir.

Jésus révèle Dieu aussi. Il dit à ses disciples, « Celui qui m’a vu a vu le Père. » (Jn 14 :9) Dieu seul peut connaître Dieu pleinement. Seul celui qui est de même nature que le Père peut le révéler pleinement. Seul celui qui est de même nature que les hommes peut révéler Dieu pleinement aux hommes. C’est pour cela que la tradition chrétienne déclare que Jésus est Dieu-Homme. En voyant Jésus les disciples voient le Père ; en voyant Jésus ils voient tous les hommes.

Dieu n’est pas seulement aimant, il est amour. « Dieu est amour : qui demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui. » (1 Jn 4 :16)

Le méditant se laisse prendre par l’amour qui constitue la forme de conscience la plus éveillée. Le méditant se laisse prendre par le Dieu qui est amour, et baigne dans cet amour. Mais aussi selon ce verset de S. Jean, au fur et à mesure que le méditant demeure dans l’amour, même s’il ne connaît pas Dieu, Dieu demeure en lui. Peut-être à la longue il ressentira plus intensément le Dieu qui se révèle doucement. L’amour découvre l’amour ; l’amour devient amour. L’homme aimant devient Dieu amour. C’est la divinisation.

La phrase de Athanase est bien connue, dont la traduction littérale est « il s’est humanisé pour que nous soyons divinisés ».[49]Larchet le dit bien, en parlant au sujet de Maximus le Confesseur (c. 580-662).

« L’homme devient véritablement dieu à tous égards. II perd les « marques » ou propriétés humaines pour acquérir les « mar­ques » divines, ce qui lui vaut d’être appelé à bon droit « dieu » et non plus « homme ».[50]

Si, sur le mont Tabor, le visage et les vêtements de Jésus sont transformé par la gloire qui est sienne, cette scène promet aux disciples qu’eux aussi seront transformés. Ils deviendront lumière. L’emprise de cette lumière est totale, de sorte qu’il n’y a plus de distinction entre celui qui perçoit, ce qui est perçu et les moyens de perception ; tout est n’est qu’un. Toute est lumière. Palamas le dit bien.

« Si elle se regard elle-même, elle voit la lumière ; si elle regarde l’objet de sa vision, c’est aussi de la lumière ; et si elle regarde le moyen qu’elle emploie pour voir, c’est là encore de la lumière ; … de sorte que celui qui voit n’en puisse distinguer ni le moyen, ni le but, ni l’essence, mais qu’il ait seulement conscience d’être lumière et de voir une lumière distincte de toute créature. »[51]

Au centre du lotus à mille pétales se trouve le vide, détail important qui s’accorde avec l’enseignement de Maximus que l’essence de Dieu reste toujours transcendante même à l’homme divinisé.

« … si Maxime affirme que l’homme devient « tout ce qu’est Dieu », il précise : « sauf l‘identité d’essence avec Lui ». Autrement dit il n’acquiert pas la nature même de Dieu, ne de­vient pas Dieu Lui-même. L’homme, vraiment, devient et est appelé dieu « tout en restant homme tout entier ».[52]

Rien ne peut être dit, finalement, au sujet de Celui qui est Ineffable. Le pratiquant ne peut qu’être présent à la Présence, ; il s’abaisse, il adore, il s’oublie devant le Saint des Saints. Cette adoration est la reconnaissance qui est bénédiction.

Le méditant peut parfois expérimenter cette adoration calme et consciente qui surgit en lui. Par rebours il y a aussi ce sentiment qu’il est lui-même connu. C’est parce que la Présence affirme le soi. De plus c’est dans la Présence que tout devient présent. Le méditant devient présent à tout et à tous. C’est parce qu’il se sent connu par tous et par Celui qui dépasse tout.

Paul fait la promesse : « A présent, nous voyons dans un miroir et de façon confuse, mais alors, ce sera face à face. A présent, ma connaissance est limitée, alors, je connaîtrai comme je suis connu. » (1 Co 13 :12)

Dieu ne cache rien, selon la tradition chrétienne. Il se donne entièrement dans celui, Jésus, qu’il envoie, et ceux qui reçoivent ce don participent à la nature du Bienfaiteur. Dieu seul peut connaître Dieu complètement. Ceux qui sont illuminés par le Verbe atteignent le plein épanouissement de leur être. Le divin les divinise. Ils connaissent Dieu et sont connus de Dieu.

La connaissance est mutuelle, une connaissance qui est un rapport interpersonnel, non pas moniste, une présence à la Présence. Qui est le connu qui est le connaisseur ? Ils se connaissent et la connaissance de l’un permet la connaissance de l’autre.

Le vide infini se trouve au centre de la plénitude. C‘est lorsque le méditant ‘se vide’, pour ainsi dire, quand les préconditions et les préconceptions disparaissent, quand en somme il participe au ‘vide’ du Dieu indicible, que la plénitude de la grâce se déferle.

Les chakras sont la faible copie de la plénitude. La stabilité du premier chakra est la contrepartie du rayonnement inépuisable de la lumière infinie; la créativité et le sentiment de soi qui est révélé dans le deuxième chakra reflète vaguement l’affirmation du soi qui surgit en la présence de Celui qui est comme une fournaise où l’énergie infinie ne dépérit jamais; l’élan du troisième chakra ressemble au rapport mutuel du connaisseur et du connu qui se tournent l’un envers l’autre ; l’engagement amoureux qui se découvre dans le quatrième chakra est le pâle reflet de l’amour divinisant qu’est Dieu; la proclamation du cinquième chakra  imite le Verbe qui résonne dans le ciel et su la terre ; l’autorité éveillée dans le sixième chakra participe à la souveraineté universelle de l’Ineffable.

Le méditant commence à expérimenter cette plénitude qui parfait tout ce qui se préparait dans les cakras. Il ne méprise pas les chakras. Au contraire, la plénitude se déverse dans tous les chakras. Alors qu’auparavant il devait s’exercer à la pratique tout se passe maintenant spontanément sans effort.  Certes, les pratiques étaient utiles car ils prédisposaient le méditant, mais maintenant c’est la spontanéité suprême qui entre en jeu.  La jouissance est pleine, dans tous les sens y compris la jouissance sexuelle. Rien ne manque. Les plaisirs des chakras assouvis révèlent le Dieu qui est plaisir.

Toutefois cela est en voie d’accomplissement. Le méditant ne fait que ressentir les arrhes de la plénitude, mais il sait en parler car il entrevoit déjà ce dont il parle.  Il se rend compte de plus en plus clairement que la poussée vers le plein éveil agissait déjà au commencement. Il attend, plus que « le garde qui attend le matin » (Ps 130 :6) le parachèvement de ce dont il expérimente déjà. Il attend l’accomplissement lorsque « dans sa propre chair il contemplera Dieu » (Jb 19 :26).

Ce n’est pas seulement de dehors qu’aura lieu l’avènement de Jésus, doctrine essentielle de la foi chrétienne. La méditation sur les chakras contribue au plérôme à la fin des temps. Le méditant sera surpris de voir ses traits adopter ceux de Jésus sans cesser d’être en même temps les siens, et surpris qu’il est façonné de nouveau à l’instar du corps glorieux de Jésus. Le deuxième avènement a lieu dans sa propre chair, et dans la chair des autres. Le règne de Dieu est advenu.

 

[1]Tara Michaël. Haṭha-yoga-pradīpikā, Traité Sanskrit de Haṭha-yoga. Paris: Fayard, 1974. p. 21, note 1.

[2]Alex Wayman. Yoga of theGuhyasamājatantra.Delhi Motilal Banarsidass, 1977. p. ix.

[3]Wayman. Yoga of theGuhyasamājatantra. p. 66.

[4]David Gordon White. The Alchemical Body.Chicago: University of Chicago Press, 1996. p. 73.

[5]George Weston Briggs. Gorakhnāth and the Kānphaṭa Yogīs. Delhi: Motilal Banarsidass1989. p. 288.

[6]Briggs. Gorakhnāth and the Kānphaṭa Yogīs. p. 257.

[7]Les seize sont : le gros orteil, le périnée, l’anus, la verge, au-dessus du nombril, le nombril, le cœur, la gorge, le palais mou, la racine de la langue, la racine des dents de devant, le front, la pointe du nez, entre les sourcils, le front et le sommet de la tête. Briggs. Gorakhnāth and the Kānphaṭa Yogīs. p. 317.

[8]Yogacūḍāmaṇi Upaniṣạd.  Edited with commentary by B. P. Tripāṭhī. Varanasi: Saṃskrtabhāratī, 1994.

[9]John Woodroffe. The Serpent Power. Madras: Ganesh & Co., 1989. p. ix.

[10]Woodroffe. The Serpent Power. p. xi.

[11]Hugh B. Urban. Tantra. Sex, Secrecy Politics and Power in the Study of Religions.Berkley and Los Angeles: University of California Press, 2003. p. 46.

[12]Sonu Shamdasani (Ed.). The Psychology of Kundalini Yoga; Notes of the Seminar given in 1932 by C. G. Jung.(1996). Princeton, NJ: Princeton University Press.p. 106, fn. 23

[13]Shamdasani. The Psychology of Kundalini Yoga. p. ix.

[14]Shamdasani. The Psychology of Kundalini Yoga. p.xxvi.

[15]Shamdasani. The Psychology of Kundalini Yoga.p. 34.

[16]“We are grateful to tantric yoga because it gives us the most differentiated forms and concepts by which we are able to express the chaotic experiences that we are actually undergoing.” Shamdasani.The Psychology of Kundalini Yoga.p. 99.

[17]Shamdasani. The Psychology of Kundalini Yoga. p. xlvi.

[18]Kundalini for the New Age; Selected Writings of Gopi Krishna. Gene Kieffer (Ed.). New York: Bantam, 1988. p. 43, cité en The Psychology of Kundalini Yoga.p. xlv.

[19]Parkman Professor of Divinity, Director, The Center for the Study of World Religions, Harvard University.

[20]Cf. le fides quaerens intellectumde S. Anselme.

[21]“Comparative theology … marks acts of faith seeking understanding which are rooted in a particular faith tradition but which, from that foundation, venture into learning from one or more other faith traditions.” Francis X. Clooney. Comparative Theology; Deep Learning Across Religious Borders. Chichester UK: Wiley-Blackwell, 2010. p. 10.

[22]Arthava-vedaXI, 8, 32. Michaël. Haṭha-yoga-pradīpikā. p. 68

[23]Śiva-saṃhitā II. Michaël. Haṭha-yoga-pradīpikā. p. 69.

[24]Michaël. Haṭha-yoga-pradīpikā. p. 65.

[25]Irénée Hausherr. ‘La Méthode d’Oraison Hésychaste’. Orientalia Christiana9 (1927) 101-209. p. 165.

[26]Fabrice Blée. The Third Desert; The story of Monastic Interreligious Dialogue. Collegeville, MN: The Liturgical Press, 2011. p. 155.

[27]Silburn.La Kuṇḍalinī. p. 31.

[28]Michaël. Haṭha-yoga-pradīpikā. p. 163.

[29]Silburn.La Kuṇḍalinī. p. 30.

[30]Shamdasani. The Psychology of Kundalini Yoga. pp. 20-21.

[31]Philip St. Romain.  Kundalini Energy and Christian Spirituality. New York: Crossroad, 1991.

[32]Blée. The Third Desert. p. 157.

[33]Blée. The Third Desert. p. 153.

[34]Blée. The Third Desert, p. 155, citant Odette Baumer-Despeigne. ‘The Spiritual Journey of Henri Le Saux–Abhishiktananda.’ Cistercian Studies18, 310-329. p. 327.

[35]André Padoux.Recherches sur la symbolique et l’énergie de la parole dans certains textes tantriques.  Paris : Institut de Civilisation Indienne, 1975.  p. 15.

[36]John R. Dupuche.  Abhinavagupta: The Kula Ritual as elaborated in chapter 29 of the Tantrāloka. Delhi: Motilal Banarsidass, 2003. p. 326.

[37]Silburn.La Kuṇḍalinī. p. 31.

[38]Tara Michaël. Haṭha-yoga-pradīpikā, Traité Sanskrit de Haṭha-yoga. Préface de Jean Filliozat. Paris: Fayard, 1974. p. 163.

[39]Silburn.La Kuṇḍalinī. p. 31, footnote 3.

[40]Silburn.La Kuṇḍalinī. p. 31.

[41]Silburn.La Kuṇḍalinī. p. 30.

[42]Irénée Hausherr. ‘La Méthode d’Oriason Hésychaste’. Orientalia Christiana, 9 (1927) 101-209. p. 165.

[43]Hausherr, I. ‘La méthode d’oraison hésychaste’, in Orientalia Christiana 9(1927) 101-209. pp. 164-­165.

[44]‘Méthode d’oraison hésychaste’, p. 164.

[45]Gorainov, I. The Message of Saint Seraphim. Oxford: Fairacres, 1977. p. 11.

 

[46]Palamas, Grégoire. Défense des saints hésychastes. Jean Meyendorff (tr. et éd.) Louvain, Spicilegium Sacrum Lovaniense, 1973. I.3.36. Vol. 1, p. 188.

[47]S. Jean de la Croix.Sentences spirituelleshttp://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/carmel/jeandelacroix/jeandelacroix11.htm  14 avril 2018.

[48]Grégoire de Nysse, La Vie de Moise. (tr. Jean Daniélou). Paris : Les Editions du Cerf, 1968. para. 225, p. 263.

[49]Αὐτὸςγὰρἐνηνθρώπισεν, ἵναἡμεῖςθεοποιηθῶμεν. Athanasius. De Incarnatione Verbi, 54, 3. Migne. PG, 25, p. 192B.

[50]Jean-Claude Larchet, Saint Maxime le Confesseur, Paris: Les Éditions du Cerf, 2003. p.187.

[51]Palamas, Grégoire. Défense des saints hésychastes. Jean Meyendorff (tr. et éd.) Louvain, Spicilegium Sacrum Lovaniense, 1973. II.3.36. Vol. 2, pp. 458, 460.

[52]Jean-Claude Larchet, Saint Maxime le Confesseur, Paris: Les Éditions du Cerf, 2003. p.187.

Posted in Christian tantra, Hindu Christian relations, Hinduism, Interreligious dialogue, Melbourne, Kashmir Shaivism | Tagged , , , , | Leave a comment

The secret of the confessional? The Royal Commission.

 

The secret of the confessional?

Homily at St Brigid’s, Healesville on 17 December 2017

Today’s Gospel tells us that John the Baptist came as “a voice crying in the wilderness”, crying out the good news, announcing that someone was coming, someone so great that even he, John the Baptist, was not worthy to be his servant and undo the strap of his sandals. The Baptist gives no further details, but in the first reading the prophet Isaiah tells us that the one who is coming will “bring good news to the poor, bind up hearts that are broken, proclaim liberty to captives and freedom to those in prison”. (Is 61:2) This teaching is at the centre of our Christian life; we are suffused with the good news of Jesus Christ and we listen joyfully to it.

Yet, just yesterday, 16 December, we heard bad news. The report of the Royal Commission into Child Sex Abuse was delivered to the Governor General. It tells of the incredible number of cases of abuse perpetrated by priests and religious, men and women, over months and years. We listen with horror; we are appalled at what has been done. Moreover, we have also heard of the failure of our leaders to believe the complaints of the victims. They were not listened to. Rather, the perpetrators were given the opportunity to go on and commit more crimes.

The Report contains some 189 recommendations. Two of these have been highlighted by the media. Firstly, that any reporting of abuse during confession must be reported by the priest to the authorities; and secondly that the Church should abandon the practice of compulsory celibacy. With regard to the celibacy: it could be changed with a stroke of the pen. Time and pastoral prudence will tell what must happen here. With regard to the other: it is not possible to break the seal of confession, for this would be sacrilege. But what comes under the seal of confession?  There are different opinions in this regard. It is important to note, nevertheless, that the priest is not obliged to give absolution. He can refuse if necessary. He could, for example, require the person first to confess to the police and suffer the consequences. Given the many aspects of this difficult matter, priests need to be given further instruction and education. There are no easy answers.

We have heard the good news. Listening means speaking. Those who hear good news will wish to speak up for those who are unable to speak. We are the voice of the voiceless. We speak for the those reduced to silence. We speak up and become their voice.  We speak up and cry out against injustice in all its forms.

John the Baptist tells the people that the Christ stands among them but unknown to them. He stands among us but not unknown to us. He always stands among us, he is always present to us. We have been sensitised by the Gospel, the good news, and so we are enabled to listen more and more deeply; we hear him more and more clearly, as we listen in depth. We take pleasure in hearing his voice in each other’s voice. We take pleasure in hearing each other’s voice in his voice. There is one Voice.

In the reading from the First Letter to the Thessalonians St Paul tells us to be happy at all times. Even though we have been shocked and deeply saddened by the sorry tale of abuse, we are still able to be happy since our happiness comes from him and from each other who are with him and in him.

Isaiah goes on to say that, “the Lord will make both integrity and praise spring up in the sight of the nations”. (Is 61:11) Happiness gives birth to happiness.

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2010, Radio SBS. Noel, L’enfant impuissant parmi les puissants

2010, Radio SBS. Noel, L’enfant impuissant parmi les puissants

L’histoire est bien connue. Jésus est né à Bethlehem alors que les anges chantent « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux homes qu’il aime ». La Terre Sainte avait bien besoin de la paix à cette époque car la mésentente régnait partout. Les Romains méprisaient les Juifs qui de leur part haïssait ceux qui avaient envahi la terre promise à leur ancêtre, Abraham. Mais les Juifs se battaient entre eux. Le roi, Hérode le Grand, détestait son peuple qui de sa part l’abominait. Les Sadducéens et les Pharisiens s’opposaient violemment au sujet de la doctrine. Les Zélotes se formaient en groupes terroristes pour combattre les Romains qui de leur part étaient soutenus par une prêtrise bien indigne de leur office. Partout il y avait dispute et désaccord.

C’est dans ce milieu scindé que l’Enfant Jésus est né, cet Enfant que l’ange déclare comme Messie, Christ et Seigneur. Il est un enfant impuissant parmi les puissants, mais il finira par conquérir le tout-puissant Empire Romain qui trois siècles plus tard se déclarera chrétien. Ce n’est pas par les armes que cet Enfant sera vainqueur mais par la vérité de ses paroles, par l’exemple de sa vie, par la grâce de sa mort et la gloire de son ascension.  N’est-ce pas étonnant ? Comment se fait-il ? C’est parce que la vérité finit toujours par gagner. Jésus, devenu adulte, va déclarer qu’il faut aimer l’ennemi et prier pour ceux qui vous persécutent, rendre le bien à celui qui vous fait tort. C’est par la faiblesse de sa parole que Jésus remportera la victoire sur les forts.

De nos jours on voit le même désaccord dans tout le Proche Orient, où les problèmes semblent nous dépasser. Il y a mésentente entre les juifs et les musulmans, entre les extrémistes juifs et ceux qui cherchent la paix ; entre les musulmans terroristes et ceux qui cherchent un accord. Même entre les chrétiens il y a le désarroi. De fait, au mois d’octobre passé les évêques du Proche Orient se sont réunis au Vatican. Ils ont franchement admis les brouilles et les rivalités. Ils s’inquiètent aussi du départ accélérant des chrétiens. Si cet exode continue, la Terre Sainte deviendra un simple musée. Les lieux de pèlerinages resteront mais les pierres vivantes, c’est-à-dire les chrétiens, auront disparu. Le désastre est proche. Les évêques et le pape avec eux crient à haute voix que les conflits, les guerres, la violence et le terrorisme ont duré bien trop longtemps. Ils font appel à la paix. La paix est urgente, disent-ils, la paix est indispensable.

L’enfant né à Bethlehem est toujours là, faible, cet Enfant signe de l’espoir.

Mais qu’en est-il de nous-mêmes ? La paix règne-elle dans nos cœurs, dans nos familles. Dans la banlieue où j’habite les diverses églises, anglicane, baptiste, catholique, Uniting Church, nous avons préparé une carte de noël qui sera placée dans toutes les boites aux lettres de nos paroisses. La carte pose la question « La paix sera-t-elle chez vous à noël ? et cite le prophète Isaïe qui proclame « Un enfant nous est né, un fils nous a été donné, il a reçu le pouvoir sur ses épaules et on lui a donné ce nom Conseiller-merveilleux, … Prince de Paix, … (Is .9.5). » Car la paix ne provient pas uniquement de la gestion économie, ou des armements, mais de l’esprit. La paix qui dure vient d’en haut, d’au-delà de cet univers. La paix est un don qui se manifeste dans le cœur comme par magie, tout comme l’enfant Jésus est né secrètement dans le silence de l’étable. L’amour est à l’origine de cet univers ; l’amour est le destin de l’univers. De même la paix se situe au début et nous comble à la fin. Que cette paix se fasse sentir chez vous et les vôtres ce noël. Que la paix du Christ soit toujours avec vous.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2010, Radio SBS, Pâques, « la foule hurle, ‘crucifie-le, crucifie-le’ »


2010    Radio SBS     Pâques, « la foule hurle, ‘crucifie-le, crucifie-le’ »

Ce Vendredi Saint, dans toutes les églises du monde catholique on entendra le récit de la passion selon Saint Jean. On entendra dire que les ennemis de Jésus le font comparaitre devant Ponce Pilate, le gouverneur romain, et l’accusent vivement. Pilate le fait flageller. Après que les soldats l’ont bafoué et humilié, Jésus sort du palais, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre. Pilate proclame alors : « Voici l’Homme ! »  Le gouverneur ne sait pas ce qu’il dit. Il dit plus qu’il ne sait. Il n’utilise pas le mot grec aner qui signifie un homme, un mâle, mais le mot anthropos qui signifie un être humain. Pilate dit en effet : ‘Voici l’Etre Humain, voici l’humanité entière.  Voici celui qui prend la place de toute l’humanité, celui qui s’identifie à tous, celui qui est l’avenir de chaque personne.’ La scène est émouvante. En effet, on voit en Jésus tous les hommes et les femmes meurtris, humiliés, condamnés. De même en chaque personne mal traitée on voit la personne de Jésus. Ils ne font qu’un. C’est l’incarnation.

La foi chrétienne proclame que Jésus a choisi de venir en ce monde. S’il veut partager la condition humaine il ne peut pas refuser les malheurs des hommes. Il lui faut connaître l’injustice et l’outrage. Un messie qui refuserait la souffrance n’est pas le vrai messie. Il serait ridicule. Il faut que le messie souffre avec l’humanité souffrante et leur donne l’espoir par sa présence même. Voilà la grandeur de cette âme que nous célébrons à pâques.

Jésus se tient là devant la foule. Si nous étions là nous-mêmes, que verrions-nous ? Saurait-on voir la compassion et la liberté d’âme, l’esprit et l’amour dans ce visage enlaidi par les coups, les cheveux ensanglantés. Saurait-on voir le Dieu qui l’a envoyé, le Dieu compatissant. Mais non, la foule hurle, ‘crucifie-le, crucifie-le’. Quel tressaillement d’horreur devait passer dans l’âme de Jésus en entendant ces mots affreux.

Pilate, impressionné par le calme de Jésus, lui demande ‘d’où es-tu’. Mais Jésus ne lui répond pas. Inutile de répondre car Pilate est incapable de comprendre l’origine de Jésus. Pilate est incapable de voir cet Homme, ce Dieu-homme, cet envoyé de Dieu.

Au début de ce mois, une conférence sur l’athéisme a eu lieu à Melbourne. Ce fut un grand succès. Entre deux et trois mille personnes y ont assisté. J’accueille vivement leurs points de vue qui sont utiles et nécessaires, car ils nous font réfléchir et nous empêchent de ‘s’endormir’ dans la foi, pour ainsi dire. Mais j’aurais à demander aussi de ma part, est-ce les athées se laissent interroger par le récit évangélique. Sont-ils comme Ponce Pilate qui ne sait pas voir celui qui se tient devant lui ? Dieu, leur refuse-t-il sa parole parce qu’ils refusent de l’écouter.

Il s’agit à pâques et à tout moment d’écouter les points de vue différents, et surtout d’entendre le cri des blessés.  De cette façon la vue du Dieu inconcevable nous deviendra claire. Que cette fête de pâques nous ouvre les yeux et nous donne la paix.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2009, Radio SBS, Noël et athéisme

 

2009, Radio SBS, Noël et athéisme

Nous étions peut-être cinq mille personnes venues du monde entier, Bouddhistes, Musulmans, Hindous, Juifs, Chrétiens de toutes les Eglises. Nous-nous étions réunies à Melbourne pour le Parlement des Religions du Monde. Pendant six jours il y avait un sentiment de joie et de paix, je dirais même une exaltation, comme si nous participions à la naissance d’un monde nouveau. Au siècle passé on était sûr que les religions allaient disparaître face aux développements en éducation, technologie, démocratie etc. Rien du tout. Par contre André Malraux a écrit le mot célèbre ‘le vingt-et-unième siècle sera religieux ou il ne sera pas’.

Le Dalai Lama, Sri Ravi Shankar, la Sœur Joan Chittester, Hans Kung, Tariq Ramadan, le Père Laurence Freeman, sont venus avec bien d’autres personnages bien connus. Il fallait choisir entre cinq cent programmes. Parmi toutes ces religions et toutes ces personnes estimables je me demandais comment situer le Christ dont on célèbre la naissance en ces jours de noël ? Quel est le rôle du Christianisme ? Je reviendrais à ces questions.

Entre deux sessions du Parlement je suis sorti avec un ami prendre une tasse de café.  Nous avons aperçu au comptoir un homme qui commandait des boissons pour ses amis. Sur son veston on voyait les mots ‘Société athée’, ‘Atheist Society’. Je l’ai invité donc venir s’assoir avec nous quelques instants. On a causé bien amicalement pendant quelques minutes et il nous a laissé savoir que la Société athée désirait organiser une conférence en deux mille dix pour contrecarrer ce Parlement des Religions du Monde. Ensuite je lui ai demandé quel était en somme le but de la ‘Société athée’. Il a répondu très franchement que le groupe désirait détruire l’Eglise Catholique. Quelque peu surpris, j’ai demandé pourquoi. ‘Parce que l’Eglise est trop puissante’ était sa réponse. Puisqu’il fallait rejoindre le Parlement, j’ai exprimé le désir de pouvoir continuer cette conversation l’année prochaine. Je lui ai ensuite envoyé un message par internet et j’attends sa réponse.

De fait, à noël nous célébrons la naissance d’un enfant né dans une famille pauvre, mis au monde dans une étable, membre d’un peuple méprisé. Devenu adulte il déclare qu’il est venu servir, et il commande à ses disciples de faire de même. Il leur commande aussi d’aimer leurs ennemis et de bénir ces qui les haïssent.  Il présente son corps comme nourriture et son sang comme boisson. Il sera condamné et crucifié. Il est seigneur précisément parce qu’il est serviteur. De fait il est le serviteur universel, celui qui est universellement vulnérable. Telle est la proclamation chrétienne

C’est pour cela qu’on peut s’approcher de l’enfant Jésus sans peur. La clameur du monde fait place au silence du berceau, la mangeoire de paille. Ce ne sont pas le grand prêtre et le gouverneur romain qui reçoivent l’annonce du ciel. C’est aux bergers que l’ange proclame « aujourd’hui vous est né un Sauveur qui est le Christ Seigneur ».

Jésus Christ est né parmi les hommes pour en être le centre et le cœur. Ce qui rassemble tous les peuples et toutes les religions est un enfant. Ce n’est pas une idée ou un bien matériel qui donnera la paix au monde, mais ceux qui suivent une personne, cet enfant né à Bethlehem, crucifié à Jérusalem et ressuscité, cet être où l’on perçoit l’humanité entière aussi bien que la plénitude divine. Telle est la foi chrétienne. Telle est la raison de cette fête.

Que cette joie du ciel s’installe chez vous en cette fête. Que vous soyez vous même une bonne nouvelle. Que la paix soit avec vous et les vôtres. Amen.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2009, Radio SBS, Pâques, Le parfum

2009, Radio SBS, Pâques, Le parfum

Six jours avant sa mort, Jésus se trouve chez Marthe et Marie et leur frère Lazare que Jésus avait ressuscité des morts quelques jours auparavant. L’évangile de Saint Jean nous raconte : Marie prend « une livre d’un parfum de nard, de grand prix, et oignit les pieds de Jésus ; et la maison s’emplit de la senteur du parfum. » La scène est belle. Judas, celui qui va trahir Jésus, proteste, mais Jésus réplique en disant que Marie devait garder ce parfum pour le jour de sa sépulture. Car en effet, Jésus, par manque de temps, ne fut pas enseveli dans le tombeau entouré de déodorants selon la coutume juive qui cherchait à masquer l’effluve de la mort.

Tous ces détails ont un sens plus profond. Jésus n’a pas besoin de fragrances parce que chez lui il n’y a rien de pourri. Il est sans péché. Il connaît la mort, mais il ne reste pas chez les morts. La foi chrétienne proclame depuis toujours que Jésus ressuscite le troisième jour, avant même que les femmes n’arrivent au tombeau pour oindre le corps de Jésus selon la coutume. Tel un parfum – cette essence exquise des fleurs – Jésus remplit le monde de sa présence. Il n’est pas enfermé ici ou là. Il déverse sa grâce sur la terre entière.

En effet, le nom de Jésus est prononcé partout dans le monde. Il n’y a pas un pays, à peine une ville où le souvenir de Jésus mort et ressuscité ne soit pas apprécié. De plus, il y a à l’heure actuelle deux milliards de chrétiens au monde, c’est-à-dire deux mille millions. Sur le front de chacun de ces deux milliards, on a versé l’eau du baptême. Il y a effectivement sur cette terre un arrosement sans arrêt des eaux baptismales, les eaux de la grâce. Le nard que Marie a versé sur les pieds de Jésus prévoit la pluie de bénédiction sur le monde jusqu’à la fin des temps.

Ce qu’on célèbre cette Paque, c’est l’espoir ! Les crises du monde actuel qui semblent s’entasser sans arrêt, pourraient bien nous faire désespérer. Le bonheur, est-il possible, ce bonheur sans fin et sans limite ? Ne finira-t-on jamais avec le mal ? L’odeur malsaine de la corruption et des scandales dont on lit de nouveaux exemples chaque jour dans les journaux, sont-ils capables d’éliminer le parfum de la bonne nouvelle. Mais non !

Les obsèques de la Sœur Emmanuelle ont eu lieu dans la Cathédrale de Notre Dame à Paris, il y a quelque mois. Le Président Sarkozy y assista. La Sœur Emmanuelle a vécu pendant de bien nombreuses années parmi les pauvres dans les champs d’ordures du Caire. On a vivement reconnu sa sainteté. La puanteur des immondices ne pouvait pas masquer l’odeur de sa sainteté. Elle nous laissait percevoir le parfum de Jésus qui emplit l’univers et rend ce monde infiniment agréable.

Prions donc que le parfum de Paques se fasse sentir chez nous ; que le parfum du nard qui emplit la maison où vécut Lazare et ses sœurs nous rende capable d’apprécier tous les parfums du monde ; que les relents malsains qui peuvent nous affliger ne masquent jamais le parfum de l’espoir. Que la joie et le parfum de cette Paque restent avec nous, tous les jours de notre vie.

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2008, Radio SBS,  Noel, Les cadeaux

Lunar Eclipse, Supermoon

2008, Radio SBS,  Noel, Les cadeaux

C’est l’heure des achats. On réfléchit, on se dépêche, on achète. Quel sera le don qui plaira à mon enfant, à mon mari, à ma femme. Sera-t-elle contente ? Verra-t-elle à quel point je l’apprécie, combien je l’aime, à quel point je voudrais l’aimer. Voilà peut-être quelques unes des réflexions qui auront lieu, à cette époque. Car nous sommes à l’heure des dons. On présente le cadeau, on se présente soi-même. On espère être reçu en même temps que le don est accepté. C’est la saison de l’amitié. Il se peut aussi, que la fête renforce de nouveau le manque d’accord dans la famille. C’est la saison de l’amertume aussi.

Les origines de cette fête se trouvent loin dans le passé. On pense à la fête de Saint Nicolas ou à la Sainte Catherine lorsque, dans le temps, on présentait des cadeaux aux garçons et aux fillettes. On pense aussi à la galette des rois qui contenait les pièces d’argent en souvenir des rois mages qui sont venues apporter au Christ nouveau-né de l’or, de l’encens et du myrrhe. De fait ils payaient le tribut. Ils imitaient les ambassadeurs qui chaque année apportaient au roi des rois, c’est-à-dire le roi des Perses qui furent les premiers au monde à fonder un empire – ces ambassadeurs, dis-je, lui présentaient les plus beaux produits de leur pays. De nos jours on les voit encore, ces ambassadeurs, sculptés sur les marches du grand palais de Persépolis.

Les rois mages présentent leurs dons à Jésus non pas comme s’il en avait besoin. Ils lui font hommage. Ils apportent de l’or parce qu’ils savent bien que le Nouveau-né est le roi du monde entier ; ils présentent l’encense pour adorer l’Enfant en tant que le saint de Dieu ; le myrrhe fait voir que l’Enfant sera sacrifié.

Mais c’est Marie qui donne au monde son enfant. Elle le pose dans la mangeoire pour montrer qu’il sera la nourriture des hommes. Elle sait, de façon instinctive, qu’il dira un jour ‘Prenez et mangez, car ceci est mon corps’, et ‘Prenez, buvez, car ceci est la coupe de mon sang’.

Noël est la saison des dons. Les mages paient leur tribut, Marie fait don de son enfant, Jésus se donne lui-même, sa chair et son sang. Mais finalement, et suprêmement, c’est Dieu qui fait le don. Il envoie Jésus dans le monde. L’intelligence chrétienne enseigne que Jésus est l’enfant né pour tous, l’enfant donné au monde entier. Il est le plus grand des dons. Une grâce inexprimable.

C’est parce que Dieu lui-même est don. La Trinité des Personnes, cet enseignement si beau et si surprenant, nous permet de comprendre que les Divines Personnes se donnent l’une à l’autre éternellement. Dieu est don.

En présentant nos dons à ce que nous aimons on perçoit bien faiblement la communion même de la saint Trinité, nous faisons part à l’être même de Dieu. On commence à comprendre que tout est grâce, tout est don.

Je prie donc, ce monde, votre vie même, vos chers amis, votre famille, vous seront de nouveau révélés comme une grâce, et que cette grâce vous permettra d’entrevoir la grâce divine. Que la paix soit avec vous et les vôtres.

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2008, Radio SBS, Pâques, « Nous sommes tous pèlerins »


2008, Radio SBS, Pâques, « Nous sommes tous pèlerins »

Au mois de juillet prochain, vingt-cinq mille jeunes catholiques arriveront à Melbourne de l’étranger. Ils viennent en pèlerinage. Ils vont se joindre à vingt-cinq mille autres jeunes de Melbourne et passeront quelques jours dans notre ville. Plusieurs d’entre eux se réuniront au Federation Square avec les jeunes des autres églises chrétiennes et des autres religions: juive, bouddhiste, musulmane, hindoue, sikh, bahaï, etc. tous accueillis par les aborigènes, les premiers à invoquer le nom divin dans ce vaste continent. Là, au centre de notre ville, cette assemblée multiculturelle et multi religieuse de jeunes s’engagera à l’œuvre de la paix. Les cinquante mille jeunes assisteront à une Messe célébrée le vendredi soir, le 11 juillet, dans le Telstra Dome et seront envoyés à Sydney.

Ces quelques jours à Melbourne sont comme les premiers pas du pèlerinage à Sydney pour la journée mondiale de la jeunesse. Le 20 juillet une demi million de jeunes se réunira à l’hippodrome de Randwick pour la Grande Messe célébrée par le Pape Benoît Seize qui fut le premier à s’inscrire comme pèlerin.

La journée mondiale de la jeunesse se passe tous les trois ou quatre ans. A Cologne en Allemagne en l’an deux mille cinq, un million et de demi de jeunes se sont réunis au Marienfeld pour célébrer la Messe ; à Rome en deux mille, l’année de jubilée, ils étaient deux millions ; à Paris trois ans plus tôt un million de jeunes se sont réunis dans le Champs de Mars pour célébrer la Masse avec Jean Paul Deux. Et ainsi de suite. C’est parce que les jeunes veulent se réunir et s’inspirer par ce qu’il y a du plus beau et du plus vrai et nous communiquer leur espoir.

Nous sommes tous pèlerins. Jeunes et vieux nous frayons notre chemin, dans la joie et dans la douleur.

A Pâques aussi nous célébrons un pèlerinage : celui de Jésus. L’évangile nous enseigne qu’il est venu du ciel nous faire part de sa bonne nouvelle. Librement il s’est fait homme pour séjourner sur la terre et partager le sort de tous les hommes. Comme juif il faisait le pèlerinage à Jérusalem chaque année pour célébrer la grande fête. Il a parcouru les chemins de Galilée pour faire savoir au peuple choisi que leur destin ne se limitait pas à ce qui est visible, mais qu’un destin, qui englobe ce monde et dépasse ce monde, les attendait, une joie que nul ne peut imaginer ou concevoir. Expulsé de Jérusalem, la ville saint, il fut élevé sur la croix. Il a continué son pèlerinage : il est descendu aux enfers pour se faire compagnon de tous les morts et les libérer de la mort. Il fut ressuscité du tombeau le troisième jour et il est monté au ciel nous chercher l’Esprit Saint de Dieu. Jésus était bien conscient de l’ampleur de son pèlerinage. Il l’a bien dit à ses apôtres juste avant d’entrer dans sa passion : la Paque est le moment où il passe de ce monde au Père.

Nous sommes tous pèlerins. Voila la bonne nouvelle de Pâques. Nous ne sommes pas ensevelis dans un moment limité de l’histoire où dans un lieu circonscrit de l’espace. Le cœur, par la grâce du Christ, est capable de s’élargir et d’accueillir le monde entier. L’esprit humain, animé par l’Esprit Saint de Dieu, s’étend de toutes part dans l’univers et atteint le ciel même.

Apres la Grande Messe à Randwick. Les jeunes pèlerins, rassemblés de toute l’Australie et du monde entier, repartiront chez eux. Quels seront les souvenirs qu’ils retiendront? Les chemins qu’ils poursuivront dans la vie seront bien différents après cette expérience remarquable.

Que cette Pâque soit pour vous aussi un moment de libération. Que l’expérience du Christ vous donne la force de faire de grands pas en avant dans votre pèlerinage de la vie. Que vous puissiez arriver là où joie et paix s’installent en définitif dans l’esprit. Que la joie du ressuscité soit toujours avec vous.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2007,   Radio SBS, Noël, La surprise

2007,   Radio SBS, Noël, La surprise

On connaît bien l’histoire. Pendant la nuit les bergers gardent leurs troupeaux, à l’écart de la ville de Bethlehem. Ces hommes sans éducation, sans importance, s’épouvantent à la vue de l’ange qui leur adresse la parole : « Voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. »  Ces hommes simples se dépêchent et trouvent l’étable où l’enfant dort, emmailloté et posé dans une mangeoire. C’est une grande surprise. Ne sied-il pas à celui qui est Sauveur, Messie, et Seigneur, de naître plutôt dans un palais entouré de serviteurs, et de dormir sur des draps de soie. Mais non, c’est l’humilité scandaleuse de Dieu. S’étant habitué à cette histoire on oublie à quel point elle est choquante.

L’ange est envoyé ni chez le gouverneur, ni chez le grand prêtre mais chez des bergers ignorants. C’est le scandale de l’évangile. La bonne nouvelle ne serait-il pas mieux divulgué s’il était transmis à ceux qui pouvaient le proclamer officiellement par les édits. Mais non, la naissance du Christ est un secret confié aux bergers. De même la noël est redevenu le secret des chrétiens. On voit partout des sapins, des étoiles, les bûches de noël. On ne voit plus l’Enfant. Il est de nouveau mis à l’écart et caché.

Ainsi, à Melbourne un énorme arbre de noël en plastique domine le City Square. On voit à peine, dépeintes sur une muraille tout près, les scènes de l’histoire qui est à l’origine de la fête.

Le Messie se fait annoncer à de simples bergers. Il vient s’abriter, dans la nuit et dans le silence, impuissant parmi les impuissants, sans poser de questions, sans rien exiger. Librement il se confie en nos bras. Dans nos cauchemars, nos mauvais souvenirs, nos traumatismes, l’enfant divin vient s’insérer pour nous apaiser. Les bergers se recueillent devant l’enfant. Ils deviennent comme des enfants devant l’enfant, silencieux devant celui qui ne sait pas encore parler. Il nous touche au cœur.

A la noël on présente les cadeaux, choisis avec soin. En présentant un cadeau on se présente soi-même. On espère que le don sera agréable ; et si le don est bien reçu on se sent accepté. Si même beaucoup de gens ont oublié le sens de la fête de noël, ils retiennent quand même un point essentiel : c’est la fête des cadeaux. La raison en est que le Christ nouveau-né est le don de Dieu. Le prophète Isaïe le proclame, « Oui ! un enfant nous est né, un fils nous a été donné … ; on proclame son nom : ‘Merveilleux-Conseiller, Dieu-fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix.’ »   En nous présentant cet enfant, Dieu se donne lui-même.

La noël s’approche et le nouvel an la suit de près. On célèbre le changement de date, mais plus encore on célèbre les possibilités que donnent les douze mois à venir. La fête du nouvel an signifie tout ce qui est possible. Jésus, l’enfant nouveau-né, nous fait voir un avenir sans limites, le champ immense du cœur humain, une vue plongeante sur l’espace infini du cœur divin.

Je prie et je souhaite que cette noël sera pour vous un moment de paix et de calme dans le vacarme de la fin d’année, et que dans silence du Christ nouveau-né l’espace d’un avenir infini s’ouvre au plus profond de votre esprit.

Que la paix du Christ soit toujours avec vous.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2006, Radio SBS,  Noël,  Le don des dons

2006, Radio SBS,  Noël,  Le don des dons

A la noël on se réunit en famille. On se partage la bûche et on se présente des cadeaux. Les mois de travail font place aux semaines de congé. On se délasse, on se décontracte. Mais c’est peut-être aussi une saison de tristesse car le désaccord familial peut se faire voir plus ouvertement. Avec quels parents partager la joie, s’ils sont divorcés ? Les cadeaux sont-ils les témoins d’une indifférence cachée. Combien de fois les parents âgés ressentent l’impatience de leurs enfants obligés de les visiter. C’est que la joie est un don précieux et fragile. L’accord entre les familles vaut bien plus que les cadeaux.

A l’origine de la fête de noël se trouve un don. L’enfant Jésus né dans l’étable est un don, le plus grand des dons. Comme dit le prophète Isaïe «Oui ! Un enfant nous est né, un fils nous a été donné … On proclame son nom : « Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort, … Prince-de-la-Paix ». La naissance de cet enfant nous rappelle que tout enfant est précieux. Le divin enfant donné à tous nous invite tous à devenir don, engagé les uns envers les autres. On se recueille devant la mangeoire, soit à l’église soit dans sa propre maison, pour en partager le silence et se libérer pendant quelques instants des problèmes journaliers et s’engager de plein cœur.

Depuis quelques années déjà on construit dans le City Square à Melbourne une représentation de l’étable. On y trouve l’Enfant, Marie et Joseph, les bergers et les animaux. On s’y réunit pour entonner les chants de noël ou tout simplement se recueillir en silence. La ville mouvementée connait ainsi un instant de paix. Cela rappelle ce qui s’est passé à Paris il y a quelques mois. Le moine bouddhiste célèbre, Thich Nhat Han, et plusieurs centaines de personnes se sont réunis près des Jardins du Luxembourg et lentement, très lentement, ils ont descendu le Boulevard St Michel jusqu’à la Cathédral de Notre Dame, pleinement recueillis, méditant chaque pas. De cette façon la ville affairée a retrouvé son cœur paisible.

L’enfant Jésus est né dans l’étable pour que ce monde en plein essor connaisse la paix qui est son origine et sa fin.

De même il y a quelques jours les membres des différentes églises – anglicane, catholique, baptiste, Uniting Church – nous avons fait le tour du centre commercial de Beaumaris, s’arrêtant à quatre reprises pour raconter l’histoire de la première noël : l’annonce faite à Marie, la naissance de Jésus, la visite des bergers, l’hommage des rois ; et nous avons chanté les chants de noël. C’était du théâtre de la rue, si on peut dire. On voulait témoigner de notre joie et de l’histoire que nous partageons et qui donne un sens à la vie. Car on a besoin de joie et de sens bien plus que de nourriture ou de santé. Nous avons célébré cet enfant qui a grandi et parlé, celui qui a parlé de Dieu, qui est la Parole de Dieu, le Verbe qui nous révèle le Dieu caché et indicible. Nous avons célébré celui qui est resté fidèle à son Dieu et à lui-même, à ses amis et aux générations futures. Il est resté fidèle même supplicié sur la croix. Parole de Dieu dès sa naissance il manifeste l’amour de Dieu pleinement sur le Golgotha. On comprend la clarté de Noël à la lumière de la croix. On se recueille donc en silence devant l’Enfant divin car devant l’amour infini tout a été dit. Il ne reste plus rien à dire.

Que cette paix soit chez vous et les vôtres cette noël et qu’elle se répande et touche tous ceux que vous aller rencontrer. Que le Nouvel An renouvelle chez vous la joie de Bethlehem. Que la paix soit avec vous.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2007,  Radio SBS, Pâques, l’amour sans bornes

   2007,  Radio SBS, Pâques, l’amour sans bornes      

Les chants d’amour qu’on entend sur la radio montrent à quel point l’amour tient au cœur. On veut aimer, on veut être aimé, dans tous les sens, et pour toujours. C’est le grand rêve humain. ‘Dis moi ton amour et je saurais qui tu es.’

La fête de la Pâque est une fête de l’amour. Au dernier repas avant d’être livré à sa passion, Jésus dit ses adieux à ses disciples et leur parle longuement de son amour. Il parle de son amour pour Dieu qui l’a envoyé, et pour ses disciples chez qui il fut envoyé. Il sait aimer car il se sent aimé.

Le grecque a trois mots pour designer l’amour : eros, philia et agapè. Les sens de ces mots ne se contredisent pas, mais ils sont différents. Le mot ‘eros’ signifie cet amour dont l’exemple suprême est l’amour entre homme et femme. Le mot ‘philia’ signifie l’amitié. Dans son discours Jésus se sert du mot ‘agapè’ qui signifie l’amour sans bornes, généreux, éternel, cet amour qui se sacrifie pour autrui. C’est de cet amour que Jésus vient témoigner. Et il commande à ses disciples, « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Il leur montre par la suite le sens de cet amour, car, trahi par ses disciples, arrêté par les soldats, condamné par les chefs de son peuple, et par Ponce Pilate, le gouverneur romain, abandonné il lui semble par Dieu, il reste quand même fidèle. Car l’amour est fidèle, l’amour ne trahit pas, mais se donne entièrement.

L’exemple de l’amour peut-être le plus connu de nos jours est donné par la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta, mais elle n’est pas la seule. Il y a aussi la Sœur Emmanuelle qui vivait avec les pauvres dans les dépotoirs d’ordures au Caire. On connaît l’histoire de l’Abbé Pierre et les chiffonniers d’Emmaüs. Le Père Frank qui vit maintenant en Australie a partagé le sort des pauvres à Manille. Par amour pour les pauvres ces personnages saints voulaient partager leur vie et leur faire savoir qu’ils étaient aimés.

On connaît bien l’histoire de la Mère Teresa. Religieuse institutrice dans une école pour jeunes filles de familles aisées, elle a quitté le couvent pour aller dans les rues de Calcutta prendre dans ses bras les mourants abandonnés dans les ruisseaux, et les laver et les nourrir et leur donner un abri. Pas grand-chose, mais ces pauvres gens connaissaient enfin l’amour. Bien qu’ils ne se sentaient guère plus dignes que les ordures où ils vivaient, ils savaient enfin qu’ils étaient aimés.

La tradition chrétienne annonce que c’est par amour que Jésus est venu en ce monde où se trouvent le beau et le laid, la joie et la honte. Jésus était capable de vivre parmi nous parce qu’il connaissait l’amour de celui qu’il appelait ‘Père’, avec ce sentiment d’intimité et de tendresse qui existent entre un père et son enfant. C’est cet amour que nous célébrons à Pâques, cet amour qui pénètre dans les profondeurs de l’âme. Ce ne sont pas les lapins et le chocolat que nous célébrons, les œufs et les écureuils, si mignons soient-ils. La fête nous touche plus intensément. L’amour pascal nous émerveille, et nous transfigure. L’amour est une fenêtre qui s’ouvre sur les horizons immenses de l’éternité. La Mère Teresa savait aimer car elle se sentait aimé par le Christ Jésus qui est venu dans ce monde partager l’amour qui dépasse le monde et auquel nous sommes tous conviés. Que les signes de l’amour donnés ce Pâques vous embrasent le cœur. Que la paix et l’amour soient toujours avec vous.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2006, SBS Radio, Christmas, ‘Who are you?’

2006           SBS           Noël           Le regard de l’enfant

Un jeune couple est venu me voir récemment au sujet du baptême de leur petite fille. Leur garçon âgé de trois ans les accompagnait et me regardait avec ce regard clair des enfants. C’est comme s’il me posait la question, ‘Qui êtes vous ?’, ou bien, ‘Chez vous, de quoi est-ce qu’il s’agit?’. Le regard lumineux de l’enfant, qui s’appelait James, réclamait un retour de regard qui serait aussi clair et honnête. C’était une rencontre en silence. Cela me rappelait le poème de Victor Hugo que mon père récitait souvent. En voici quelques vers:

Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l’enfant paraître,
Innocent et joyeux. […]
Enfant, vous êtes l’aube et mon âme est la plaine.

Ce même regard est jeté par tous les enfants sur le monde et nous pose à tous la même question, « Chez vous, de quoi s’agit-il ? » La fête de noël célèbre la naissance de Jésus. De l’étable où il fut né il aurait posé la même question, « Qui êtes vous ? » « Où est votre cœur? »

André Malraux, écrivain célèbre du siècle passé, disait, « Le siècle prochain sera religieux ou il ne sera pas .» Il contemplait les athéismes de son temps, le fascisme, le nazisme, le communisme et concluait qu’ils étaient incapables de garantir l’avenir humain. On croyait à l’époque que la religion était en voie de disparition et que l’existentialisme suffirait. Mais non, le fait religieux est redevenu de première importance. Certains diraient même, cyniquement, que si ce siècle est religieux il ne sera pas, car en effet on voit les extrémistes de toutes sortes, chrétien, juif, musulman, hindou. Mais on voit aussi la rencontre de plus en plus ouverte entre les religions. Juifs, chrétiens, hindous, musulmans, bouddhistes, tous s’ouvrent l’esprit et trouvent une profondeur qu’ils ne soupçonnaient pas exister. Le dialogue entre les religions est un signe d’espoir.

C’est l’action de l’enfant Jésus qui ouvre les bras pour accueillir l’humanité entière. Les extrémistes s’imposent, mais l’enfant Jésus se propose. Il se donne. Les petits bras qui ne peuvent alors rien faire s’ouvriront par la suite pour inviter les épuisés. Il dira un jour, « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. » (Mt 11.28) Ses lèvres, qui s’apprêtent dans le berceau à recevoir le lait de Marie sa mère, s’ouvriront sur la croix pour boire le vinaigre. A Bethlehem il est le nouveau né, mais devenu adulte il s’écriera devant la foule rassemblée au temple, « Avant que Abraham existât, Je Suis. »

Le vacarme cesse quand nous nous approchons de la mangeoire. La noël est redevenu le secret des chrétiens, car le monde consommateur oublie la raison de la fête. Le père Noël promet les cadeaux mais l’enfant de Bethlehem est lui-même le don divin. Simple, accessible, silencieux, il nous attire, car la naissance de Jésus nous promet notre propre renaissance.

Mais le jour de noël peut être aussi une journée triste lorsqu’on reconnaît la dissemblance entre la paix du berceau et les disputes familiales. De tous, Jésus vient partager le sort. Lui qui est accueilli par le chant des anges à Bethlehem sera condamné à mort sur la croix à Jérusalem. Il veut être le doux seigneur de tous, des vivants et des morts, des heureux et des malheureux. Il est devenu homme pour partager la condition de tous les hommes et les inviter à participer à sa joie. Voila son offrande à l’humanité.

Quel sera votre cadeau en cette fête ? Le seul don qui compte finalement est le don de soi. Que la paix de celui qui est fils de Dieu et fils de Marie soit toujours avec vous et les vôtres.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2006, Radio SBS,  Pâques, La Parole

2006, Radio SBS,  Pâques, La Parole

Le Scheik Fehmi Naji el-Imam, secrétaire du ‘Conseil d’Imams’ à Melbourne et personnage très respecté, nous a dit un jour, lorsque nous prenions le thé après une ‘conversation’ où peut-être vingt personnes se sont réunies : il a dit qu’il sentait qu’  « une parole s’était passée entre nous.» De fait nous sentions tous que quelque chose de profond s’était passé, une parole qui était à la fois silence et plénitude. Pourrait-on dire que la Parole, le Verbe de Dieu, s’est fait entendre parmi tous les mots échangés ce jour-là ? On avait l’impression de s’appartenir parce qu’on s’était partagé la Parole. Nous nous appartenions, Musulmans et Chrétiens. L’appartenance était double.

Deuxième anecdote : une belle photo fut publiée récemment dans le journal diocésain catholique qui s’appelle Kairos. Elle fut prise à l’occasion de la célébration à Melbourne du quarantième anniversaire d’un document important du Deuxième Concile du Vatican sur les rapports entre l’Eglise et les religions. Cette photo montre un participant déjà âgé et une jeune musulmane vêtue en hijab. Ils s’entretiennent sur le thème de la journée. Un regard de respect et de joie anime leurs visages. Les différences d’âge et de religion sont dépassés par ce qui est à leur origine, une présence, une Parole divines. Les disputes anciennes disparaissent. Ils communient en la Parole de Dieu, et se la communiquent. Un instant éternel les tient.

La foi chrétienne proclame que Jésus, la Parole divine, qui fut exprimée de différentes façons dans les grandes religions, s’est fait chair à Bethléem et fut crucifié à Jérusalem.

Parmi tous les grands personnages spirituels lui seul fut crucifié. C’est ce que nous célébrons chaque Pâques. Il a connu la joie et la détresse humaines, il a connu le bien et le mal, le ciel et les enfers. Il est trahi et mis à mort mais ce n’est pas malgré lui. Au contraire il prévoit son sort et le choisit. Il est le Verbe fait chair et vulnérable. C’est en subissant les extrêmes qu’il deviendra ce qu’il est : la Vérité universelle. Il est la Parole adressée à l’humanité entière, aux vivants et aux morts.

On sait que la chair fait un puissant appel à la chair. A la Sainte Cène, la veille de sa passion et chaque jour à la Messe, il nous donne sa chair comme nourriture, et cela nous touche profondément. Le cœur humain est ému par son coeur totalement humain. Il fable l’Ineffable. Jésus, le Verbe fait chair, nous emmène doucement dans le silence infini. En lui la chair humaine peut atteindre le Cœur de Dieu.

Le Jeux du Commonwealth qui se sont terminés il y a quelques jours, sont comme un symbole de la Fête Pascale. A ces occasions, lorsque un athlète reçoit une médaille d’or, ses concitoyens lancent des cris de joie. L’athlète a gagné ; eux aussi ont gagné. Ils ne font qu’un. Les autres athlètes embrassent le gagnant et, pour ainsi dire, forment un seul corps avec lui. L’athlète a remporté la victoire par un grand effort et après une longue période d’entraînement, mais tous participent à la victoire. Sa joie se communique à tous les spectateurs. On danse même de joie.

Les Jeux sont comme un symbole de la victoire de Jésus qui, par la douleur de sa passion a remporté la victoire sur le péché et tout ce qui barre l’accès au bonheur infini de Dieu. Il est la Parole qui révèle Dieu en toute plénitude. La joie de Jésus est la nôtre. Sa victoire est la nôtre. Il a gagné : nous avons gagné aussi. Nous ne faisons qu’un seul corps avec lui. Avec lui qui fut élevé sur la croix, nous montons au ciel dans un jaillissement de béatitude infinie.

Que ce sentiment de victoire et de joie s’installe chez vous en permanence. Que cette paix soit avec vous cette Pâque.

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2005, Radio SBS, Easter, The sign of the empty tomb 

2005, Radio SBS, Pâques, Deux Livres: The Da Vinci Code et Jesus lived in India

Le livre de Dan Brown, The Da Vinci Code a connu un succès fou. En somme ce roman propose que Jésus ne soit pas mort mais qu’il ait survécu à ses souffrances et soit parti vivre avec Marie Madeleine en France où son tombeau se trouverait quelque part et où sa descendance vivrait toujours. En somme le livre propose au lecteur un genre de tantra simpliste.

J’étais en Inde au mois de février passé à Bénarès, la ville sainte. L’étalage d’une librairie exposait le livre The Da Vinci Code et à son coté un livre de Holger Kersten, Jesus lived in India qui, par contre, propose que Jésus échappa à la mort et partit vivre en Cachemire. En somme le livre propose un bouddhisme tronqué. On a donc le choix, la France ou le Cachemire. A cela il faut ajouter le Japon car il y a quelques années un livre est paru proposant que Jésus a atteint le Japon où il est mort. La France, le Cachemire, le Japon – lequel ? Mais la tradition chrétienne enseigne que Jésus est monté au ciel qui n’est pas un autre pays. Le mot ‘ciel’ dans l’Ecriture Sainte signifie la présence divine. Le rapport entre Jésus et Dieu est complet et sans faille.

Les évangiles sont d’accord : le tombeau de Jésus est vide. Son tombeau, dès le début, devint un lieu de pèlerinage à tel point que, au deuxième siècle de notre ère, les Romains essayèrent de l’effacer en construisant sur son emplacement un temple dédié à une divinité du panthéon romain. Mais au quatrième siècle le tombeau fut dégagé par Hélène, la mère de Constantin, premier empereur chrétien.

Le tombeau est vide. Il n’y a pas d’autre lieu qui contiendrait les ossements de Jésus. Pour beaucoup de gens il est inconcevable que quelqu’un soit envoyé de Dieu et soit le Dieu-homme. Il est inconcevable que quelqu’un dépasse toutes les dimensions et entre pleinement en la présence du Dieu transcendant. C’est trop beau. Un tel bonheur n’est pas à souhaiter. Humilié, rejeté, crucifié – cela on peut l’admettre, mais ressuscité, glorifié ! Ah, ça non!

Les deux livres Le Code Da Vinci et Jésus Vécut en Inde ne perçoivent pas à quel point l’Evangile chrétien diffère du tantra et du bouddhisme classiques, si valables que soient ces points de vue.

Selon la tradition chrétienne la résurrection de Jésus signifie le renversement complet des choses : mis à mort par la cruauté des hommes il vit par la faveur de Dieu ; rejeté comme blasphémateur par les hommes il est désigné comme Christ par Dieu ; humilié pour un temps il est glorifié à toujours. Rien ne lui est étranger, ni la joie ni la souffrance, ni la vie ni la mort. Il n’est indifférent à personne; son regard est sensible à tout. Le camphre est utilisé dans les rites hindous car il brûle et dépense sa lumière sans laisser de traces. De même Jésus ne laisse pas de restes après son tourment. Il est mort complètement, mort pour tous, mort par amour pur. Voilà la bonne nouvelle que l’Eglise célèbre à cette époque. Son martyre est un geste fait par amour pour son peuple, les Juifs, et pour le genre humain entier. La pâque comporte une joie que rien ne peut enlever. Peut on supporter une telle joie ? J’espère et souhaite que cette joie jaillisse en vous cette pâque. Jésus n’est plus retenu par la mort mais dépasse toutes les limites ; son cœur est ouvert à tout le monde. Que vos cœurs se gonflent et s’ouvrent, déversant la joie au monde entier. Que la paix du Christ ressuscité se trouve chez vous et les vôtres.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

2004, Radio ZZZ, Christmas, Jesus the refugee  

   2004   Radio ZZZ , Noel, Jésus l’exilé                            

On parle beaucoup ces jours-ci au sujet des réfugiés qui traversent l’océan indien par bateau chercher un asile en Australie. Ils viennent en grand nombre de l’Afghanistan, de l’Iran, de l’Iraq et ailleurs à tel point qu’on ne sait pas exactement quoi faire. Sont-ils légitimes ou non ?

Ces refugiés nous rappellent, à un certain point, le cas de Jésus lui-même qui a connu l’exil.

On connaît l’histoire. Hérode le Grande, roi de Judée, averti par les rois mages craint la naissance à Bethlehem du roi des juifs. Hérode, il faut le savoir, a fait assassiner sa propre femme et trois de ses fils de peur qu’ils ne lui usurpent le trône. Joseph, averti par l’ange, prend Marie et l’enfant nouveau-né et part immédiatement pendant la nuit pour l’Egypte, à travers les déserts qui séparent le Nil de la Terre Sainte. Jésus connaît donc, très jeune, la peur et l’exil. Il connaît le dépaysement et le désarroi des réfugiés. Mis en danger, il connaît la peur de la façon confuse des enfants qui pleurent sans savoir pourquoi. Lui le Verbe fait chair connaît la détresse humaine.

Mais à la différence de tous les hommes, il a choisi de venir en ce monde apeuré. Il est venu du ciel, nous dit la foi chrétienne, partager le sort des hommes. Nous célébrons donc ce noël la compassion du Fils de Dieu qui veut partager nos souffrances humaines pour nous en libérer. On ne saurait croire en un Messie qui ne connait pas la tristesse du monde.

Lorsqu’on se recueille devant la crèche construite dans toutes les églises et installée dans beaucoup de foyers chrétiens, on s’approche de l’enfant qui vient parmi nous, comme une fleur dans le désert, gage de tendresse, compatissant, qui partage notre condition humaine et nous assure le salut. Il vient parmi nous pour nous libérer de la peur et nous conduire là où se trouve notre foyer authentique, au sein du Père éternel. Il vient en cette vallée de larmes pour nous donner le bonheur qu’il manifeste en sa propre chair toute fraiche. C’est lui le jardin du paradis, la fontaine de jouvence, le lieu d’asile. Il nous fait entrevoir l’amour du Père.

Après la mort d’Hérode, donc après un séjour plus ou moins long en Egypte, Joseph ramène Marie et Jésus en Terre Sainte, mais il n’ose pas s’installer à Bethléem car Archélaos, fils d’Hérode, est maintenant roi en Judée, tyran maléfique comme son père. Joseph part loin dans le nord du pays s’installer à Nazareth, petite bourgade sans aucun intérêt à l’époque.

On peut de se demander quel accueil la sainte famille reçut en Egypte comme à Nazareth ? Car les exilés sont vulnérables. Ils ignorent les coutumes, on se méfie d’eux.

L’Australie peut se vanter à bien des égards, mais la gloire principale de notre pays est d’avoir reçu des gens de toutes les nations et de toutes les races du monde. Nous formons en général un pays harmonieux et souvent sans préjugés.

Nous fêtons à cette époque la naissance de Jésus, exilé du ciel, exilé de la Terre Sainte, exilé de Bethléem. Lorsqu’on rencontre un exilé, Jésus nous demande de le recevoir avec douceur. Il nous dira le jour du jugement : ‘J’étais un étranger et vous m’avez accueilli. … Venez, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde.’

Je souhaite à tous et à toutes un noël de paix et de joie.