L’amour est plus fort que la mort. Radio 3EA, Pâques, 1992

Radio 3EA

1992

Message de Pâques

L’amour est plus fort que la mort.

Le nom de Nelson Mandela est bien connu. Il a passé sa vie à lutter contre l’apartheid en Afrique du Sud. Il fut emprisonné pendant vingt-sept ans. Quel long martyre! Je ne sais pas grand-chose sur la politique de son parti. Ce qui m’a frappé c’est qu’après vingt-sept ans de prison il en est sorti sans rancune, sans désir de revanche. Ses discours sont intelligents, raisonnés, sans fanatisme, effectifs parce que justes. Nelson Mandela me donne une première idée de ce que nous célébrons à Pâques.

L’origine étymologique du mot ‘Pâques’ reste inconnu. Le sens de Pâques est pourtant bien clair. Jésus est venu proclamer la vérité. Il parle avec autorité, nous disent les évangiles, parce qu’il parlait de lui-même. Il est lui-même la Parole qu’il dit. De plus, c’est l’amour qui fait parler. C’est l’amour qui lui donne la force continuer de parler face à la réaction de ceux qui préféraient leur mensonge. Mais le mensonge ne tolère par la vérité. Il fallait le taire. On l ‘a fait atrocement. On l’a crucifié.

Quel malheur que le souvenir de la mort de Jésus soit remplacé chez bien des gens par les œufs de chocolat et les poussins. Notre société de consommation s’attache à tout ce qui se mange. Pâques est redevenu le secret des chrétiens.

L’amour est plus fort que la mort. Si Dieu existe il ne peut laisser au tombeau celui qui’ l’a révélé. Si Jésus est la Parole de Dieu, il parle toujours. Si Jésus est l’amour de Dieu envers, il nous aime toujours.

La foi chrétienne veut que Jésus vive toujours, mais non pas de la même façon que nous vivons. Nous restons situés dans le temps, limités dans l’espace. Il a connu la mort jusqu’au tréfonds. Il faut donc qu’il connaisse une vie sans bornes. Quelle est cette vie? Nous le savons au fur et à mesure que nous passons par le même chemin.

On voit chez Jésus de Nazareth le jeu de la vie et de la mort, le mystère du mal et du bien – mystère que nous savons être au cœur de l’existence humaine. La vie et la mort se rencontrent pleinement chez Jésus de Nazareth. Pour ceux qui comprennent ceci, il n’y a plus de peur ni de la mort ni des petites morts: les pertes, les manques. Comme dit Saint Paul: « Oè est-il, O mort, ton aiguillon? » Sans cette peur, la vie recouvre son charme, on retrouve une joie et une paix étranges, intarissables.

Que la paix de cette saison soit avec vous tous.

About interfaithashram

Rev. Dr. John Dupuche is a Roman Catholic Priest, a senior lecturer at MCD University of Divinity, and Honorary Fellow at Australian Catholic University. His doctorate is in Sanskrit in the field of Kashmir Shaivism. He is chair of the Catholic Interfaith Committee of the Archdiocese of Melbourne and has established a pastoral relationship with the parishes of Lilydale and Healesville. He is the author of 'Abhinavagupta: the Kula Ritual as elaborated in chapter 29 of the Tantraloka', 2003; 'Jesus, the Mantra of God', 2005; 'Vers un tantra chrétien' in 2009; translated as 'Towards a Christian Tantra' in 2009. He has written many articles. He travels to India each year. He lives in an interfaith ashram.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.