2010, Radio SBS. Noel, L’enfant impuissant parmi les puissants

2010, Radio SBS. Noel, L’enfant impuissant parmi les puissants

L’histoire est bien connue. Jésus est né à Bethlehem alors que les anges chantent « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux homes qu’il aime ». La Terre Sainte avait bien besoin de la paix à cette époque car la mésentente régnait partout. Les Romains méprisaient les Juifs qui de leur part haïssait ceux qui avaient envahi la terre promise à leur ancêtre, Abraham. Mais les Juifs se battaient entre eux. Le roi, Hérode le Grand, détestait son peuple qui de sa part l’abominait. Les Sadducéens et les Pharisiens s’opposaient violemment au sujet de la doctrine. Les Zélotes se formaient en groupes terroristes pour combattre les Romains qui de leur part étaient soutenus par une prêtrise bien indigne de leur office. Partout il y avait dispute et désaccord.

C’est dans ce milieu scindé que l’Enfant Jésus est né, cet Enfant que l’ange déclare comme Messie, Christ et Seigneur. Il est un enfant impuissant parmi les puissants, mais il finira par conquérir le tout-puissant Empire Romain qui trois siècles plus tard se déclarera chrétien. Ce n’est pas par les armes que cet Enfant sera vainqueur mais par la vérité de ses paroles, par l’exemple de sa vie, par la grâce de sa mort et la gloire de son ascension.  N’est-ce pas étonnant ? Comment se fait-il ? C’est parce que la vérité finit toujours par gagner. Jésus, devenu adulte, va déclarer qu’il faut aimer l’ennemi et prier pour ceux qui vous persécutent, rendre le bien à celui qui vous fait tort. C’est par la faiblesse de sa parole que Jésus remportera la victoire sur les forts.

De nos jours on voit le même désaccord dans tout le Proche Orient, où les problèmes semblent nous dépasser. Il y a mésentente entre les juifs et les musulmans, entre les extrémistes juifs et ceux qui cherchent la paix ; entre les musulmans terroristes et ceux qui cherchent un accord. Même entre les chrétiens il y a le désarroi. De fait, au mois d’octobre passé les évêques du Proche Orient se sont réunis au Vatican. Ils ont franchement admis les brouilles et les rivalités. Ils s’inquiètent aussi du départ accélérant des chrétiens. Si cet exode continue, la Terre Sainte deviendra un simple musée. Les lieux de pèlerinages resteront mais les pierres vivantes, c’est-à-dire les chrétiens, auront disparu. Le désastre est proche. Les évêques et le pape avec eux crient à haute voix que les conflits, les guerres, la violence et le terrorisme ont duré bien trop longtemps. Ils font appel à la paix. La paix est urgente, disent-ils, la paix est indispensable.

L’enfant né à Bethlehem est toujours là, faible, cet Enfant signe de l’espoir.

Mais qu’en est-il de nous-mêmes ? La paix règne-elle dans nos cœurs, dans nos familles. Dans la banlieue où j’habite les diverses églises, anglicane, baptiste, catholique, Uniting Church, nous avons préparé une carte de noël qui sera placée dans toutes les boites aux lettres de nos paroisses. La carte pose la question « La paix sera-t-elle chez vous à noël ? et cite le prophète Isaïe qui proclame « Un enfant nous est né, un fils nous a été donné, il a reçu le pouvoir sur ses épaules et on lui a donné ce nom Conseiller-merveilleux, … Prince de Paix, … (Is .9.5). » Car la paix ne provient pas uniquement de la gestion économie, ou des armements, mais de l’esprit. La paix qui dure vient d’en haut, d’au-delà de cet univers. La paix est un don qui se manifeste dans le cœur comme par magie, tout comme l’enfant Jésus est né secrètement dans le silence de l’étable. L’amour est à l’origine de cet univers ; l’amour est le destin de l’univers. De même la paix se situe au début et nous comble à la fin. Que cette paix se fasse sentir chez vous et les vôtres ce noël. Que la paix du Christ soit toujours avec vous.

About interfaithashram

Rev. Dr. John Dupuche is a Roman Catholic Priest, a senior lecturer at MCD University of Divinity, and Honorary Fellow at Australian Catholic University. His doctorate is in Sanskrit in the field of Kashmir Shaivism. He is chair of the Catholic Interfaith Committee of the Archdiocese of Melbourne and has established a pastoral relationship with the parishes of Lilydale and Healesville. He is the author of 'Abhinavagupta: the Kula Ritual as elaborated in chapter 29 of the Tantraloka', 2003; 'Jesus, the Mantra of God', 2005; 'Vers un tantra chrétien' in 2009; translated as 'Towards a Christian Tantra' in 2009. He has written many articles. He travels to India each year. He lives in an interfaith ashram.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.