Métamorphoses – poèmes en temps de désarroi

METAMORPHOSES

 

1966                                        

Que m’importe les feuillets et les bouquins qui m’entourent,

et ces notes, fruits de mes yeux brulés?

Je fabrique les pétales qu’on lancera sur ma tombe pour m’enfouir.

Vanité des livres !

Seul l’homme est la vraie bibliothèque.

 

1967

Des longues années heureuses et paisibles,

Voilà que lentement le parcours se termine.

Bienheureux j’étais et de joie débordais.

Chaque jour, sans choc, se mêlaient ordre et plaisir.

Sous les pins sculptés planait une présence divine,

et dans les couloirs clairs luisait un visage.

J’étais heureux, rempli d’un saint dévouement,

voulant montrer, par mon obéissance

un engagement total envers Dieu.

 

1967

Nourri dès l’enfance, le désir est devenu rage :

d’être homme, chair, pouvoir,

et de régir par le corps.

 

Faut-il partir ?

Si je reste, la folie ;

si je pars, le regret,

car je m’accoutumais à cette vie, à ces amis.

 

Je pars, chassé dans le monde et non attiré.

Contre gré je quitte ces lieux chers.

Je quitte un bonheur ne sachant où trouver un autre.

Comment retrouver Dieu au sein du fini,

de l’informe qui rend fou ?

Comment parviendrai-je au bonheur

réconciliant l’éternel et l’immédiat ?

 

Une transformation – dur et douteux travail – m’est proposée.

Je moule le pain, et je ne sais s’il sera amer et inutile.

Je me lance dans l’incertain alors que je possédais la vérité.

Je veux être artiste du monde et artiste de Dieu.

En suis-je capable ?

 

1968

L’angoisse m’envahit, Seigneur, et me possède,

car, heureux avec toi et goutant d’une paix sans fin, je t’ai quitté.

Fou que je sois, je t’ai quitté

pour habiter le vide et les plaisirs sans joie.

 

Au plus profond je savais et je sais qu’illusoire était la tare

et que de mes propres mains j’ai détruit l’amour.

 

Aie pitié de moi, Seigneur,

et d’entre nous ôte ce péché qui m’étouffe,

où j’habite et me meurs.

 

Inspire à ceux qui régissent ton Église qu’eux aussi aient pitié de moi,

et laisse-moi t’être encore une fois voué et fidèle

pour te voir de nouveau dans l’aire de paix et de beauté.

 

1969

Réjouissons, Seigneur, car s’ouvre de nouveau

au fond du couloir sombre où fou je me suis jeté,

la porte, laissant – Ô chance

incertaine encore mais prometteuse – reluire la Lumière

 

Ne connaissant ni ta demeure ni où placer les pieds,

j’étais troublé, Seigneur, Toi qui dès mon enfance

m’appelais, Toi qu’allègre et joyeux je suivais

mais que mon péché, 1’inutile, a banni.

 

Dès lors je sais où te retrouver, Seigneur.

Jaillit maintenant la lumière.

Que la clarté se dégage, clarté épiphanique sans tare,

dans le partage du pain entre les hommes mes frères !

About interfaithashram

Rev. Dr. John Dupuche is a Roman Catholic Priest, a senior lecturer at MCD University of Divinity, and Honorary Fellow at Australian Catholic University. His doctorate is in Sanskrit in the field of Kashmir Shaivism. He is chair of the Catholic Interfaith Committee of the Archdiocese of Melbourne and has established a pastoral relationship with the parishes of Lilydale and Healesville. He is the author of 'Abhinavagupta: the Kula Ritual as elaborated in chapter 29 of the Tantraloka', 2003; 'Jesus, the Mantra of God', 2005; 'Vers un tantra chrétien' in 2009; translated as 'Towards a Christian Tantra' in 2009. He has written many articles. He travels to India each year. He lives in an interfaith ashram.
This entry was posted in John Dupuche. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.